LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La nature rend chacun de nous capable de supporter ce qui lui arrive. ” De Marc-Aurèle

Assemblée législative de transition : La restructuration des zones non-loties au cœur des échanges

Publié le mardi 7 mars 2023 à 22h15min

PARTAGER :                          
Assemblée législative de transition : La restructuration des zones non-loties au cœur des échanges

Le problème de la création des zones non-loties au Burkina se pose de plus en plus avec acuité, surtout avec l’exacerbation de la question sécuritaire. Ce sujet était à l’ordre du jour de la session parlementaire du mardi 7 mars 2023 avec le ministre de l’urbanisme, des affaires foncières et de l’habitat, interrogé par l’honorable Adama Ouédraogo, sur la mise en œuvre du programme de restructuration de ces zones et la levée totale des mesures de suspension de lotissement dans les villes de Bobo Dioulasso et Ouagadougou.

Le jeudi 16 septembre 2021, le ministère en charge de l’habitat présentait la mise en œuvre du programme de restructuration des zones non loties aux sociétés civiles. Cette initiative recevait à l’époque l’approbation de ces dernières qui proposaient qu’il soit enclenché le plus tôt possible car plus ça traîne, plus les choses se compliquent.

le ministre de l’urbanisme, des affaires foncières et de l’habitat Mikaïlou Sidibé

« En effet, selon le dernier recensement général de la population et de l’habitation de 2019, le taux d’urbanisation était de 26,1% en 2006 et cette croissance pose de nombreux défis, vu que l’urbanisation n’est pas toujours accompagnée d’un réel programme d’équipements et services urbains de base, ni de production de logement », a rappelé le ministre de l’urbanisme, des affaires foncières et de l’habitat.

Ainsi, pour créer des conditions de vie dignes dans les zones non loties, a été élaboré un document cadre d’intervention stratégique pour la résorption de l’habitat spontané dans les treize chefs-lieux de région et à Pouytenga qui présente une spécificité en termes de typologie. « La mise en œuvre nécessitera plus de 772 milliards de FCFA répartis entre l’Etat et les partenaires », a laissé entendre le ministre.

Le président de l’ALT présidant la session parlementaire

A la question de savoir si le projet prendrait en compte les habitations à loyer modéré, le ministre répondra par l’affirmative. En effet, l’une des composantes prévoit la cession de parcelles commerciales à coûts étudiés pour intéresser les investisseurs. « La contrepartie du rabattement du coût du terrain est la construction d’immeubles d’habitation en hauteur en R+3 ou R+4 pour exploitation personnelle, avec toutefois la cession gratuite de 2 ou 3 unités de logements, au programme, pour être attribuées aux conditions du logement social. Par ailleurs, le programme a pris en compte l’indigence de certains résidents, en intégrant la reconstruction des logements pour les cas établis d’indigents, en rapport avec le ministère en charge des relations sociales » souligne-t-il. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Erwan Compaoré
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 7 mars 2023 à 22:48, par OUEDRAOGO En réponse à : Assemblée législative de transition : La restructuration des zones non-loties au cœur des échanges

    Des enquêtes parlementaires de 2016, il a été dit que 105 000 parcelles ont été irrégulièrement attribuées. De septembre 2016 à janvier 2022 soit après six (6) ans votre ministère qui était porteur du dossier d’apurement du passif foncier urbain n’a ni infirmer ni confirmer le chiffre de 105 000 parcelles irrégulièrement attribuées. . Le ministère a donné six mois pour les résultats et de report en report jusqu’au coup d’Etat de janvier 2022. Pour ce faire, il y’ a lieu de se demander si le dossier a été traité. Aussi, lier la levée de lotissement à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso à l’apurement du passif foncier urbain dans le délai de la transition est irréaliste et il est simple de dire qu’il n’y’aura pas de lotissement à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso et SURTOUT avec les centaines de dossiers des promoteurs immobiliers et ou fonciers plus de six cents (600) dossiers à l’ère du ministre SANKARA sur votre table. Je souhaite agréablement que le ministère en charge de l’habitat me fasse mentir d’ici la fin de la transition.

  • Le 9 mars 2023 à 08:35, par Monica En réponse à : Assemblée législative de transition : La restructuration des zones non-loties au cœur des échanges

    Nous allons raté encore l’occasion de valoriser les terres. Avec des maisons à plusieurs nivaux, on pourrait loger tous les habitants des non lotis et gagner de l’espace pour d’autres projets. Ayons plus de visions pour notre pays. Monica

  • Le 12 mars 2023 à 06:31, par Didier En réponse à : Assemblée législative de transition : La restructuration des zones non-loties au cœur des échanges

    Vous avez tout concentré à Ouagadougou mais vous n avez pas suffisamment réfléchi avant de le faire : pas de parking, pas d aires de repos, pas de toilettes, pas de bibliothèque, pas suffisamment d espace santé, pas suffisamment d ecoles !!!!
    Le même scénario se dessine pour ces non lotis puis que ce sont les mêmes acteurs dont la spécialité est l incompétence et le manque de bon sens.
    Comment des gens qui ont fait spécialement des études pour organiser les espaces d une ville peuvent proposer des plans de ville de ce genre ?
    Triste pour ce pays

  • Le 13 mars 2023 à 08:30, par MaxN En réponse à : Assemblée législative de transition : La restructuration des zones non-loties au cœur des échanges

    Des projets morts nées. Vous ne pouvez même pas mobiliser 50 milliards pour régler un problème dans ce pays et vous parler de plus de 700 milliards. Pendant ce temps, la création des non loti et leur vente est devenue une activité de spéculation porteuse et qui se poursuit devant tout le monde. Au lieu d’essayer de mettre fin au nouveaux projets de création de futurs bidon ville ou la réguler à la base, vous laissez le problème naitre et grandir, ensuite vous vous levez pour des solutions qui ne marcheront jamais par manque d’autorité, de moyens et surtout et de bon sens.

  • Le 14 mars 2023 à 12:41, par SidBala En réponse à : Assemblée législative de transition : La restructuration des zones non-loties au cœur des échanges

    Burkina, capital du cinéma. Si cette assemblée inutile n’existait pas, ça fait quoi ? Moi ça m’éviterai d’être confronté chaque matin à des mendiants remplis dans nos villes. Car l’argent que gaspille ce machin pouvait déjà solutionner ce coté. Des gens cooptés par la manipulation pour ne représenter qu’eux même.

  • Le 15 mars 2023 à 08:36, par Le Bougre En réponse à : Assemblée législative de transition : La restructuration des zones non-loties au cœur des échanges

    Lefaso.net !
    Il faut revoir aussi le choix de vos photos à publier ! Comment pouvez vous publier une photo du Président de l’ALT avec "la bouche ouverte" comme cela ! Il est entrain de s’exprimer certes, mais à vous de choisir les images que vous publiez ! Tout le monde entier regarde et ce n’est pas jolie pour l’image du pays ! Merci

  • Le 15 mars 2023 à 15:32, par GUIESS YIIGA En réponse à : Assemblée législative de transition : La restructuration des zones non-loties au cœur des échanges

    Depuis la Révolution nous avons appris la facilité de lotissement. C’est bien !!! Mais il faut que nous réfléchissions par deux fois maintenant que le bien a des limites qu’il faut respecter. Il faut arreter les lotissements. Nous faisons trop de gaspillages de nos ressources matérielles et financières à occuper toutes les surfaces du Burkina Faso par des constructions de maisons d’habitation d’écoles ; Qu’est-ce à dire ? Nous ne pensons plus à la culture et à l’élevage. Partout les gens de Ouaga ont acheté et ont clôturé. Avançant que c’est pour ouvrir des fermes ou des établissements au grand dam de nos pauvres paysans qui ne savent plus ou aller. D’autres pour leurs enfants comme biens. Les Promoteurs immobiliers aujourd’hui prennent nos champs, nos espaces culturales et d’élevages qu’ils parcellent et vendent à qui veut. C’est le pillage territorial. C’est le TERRORISME NATIONAL installé par ces hommes politiques qui n’ont aucune vision futuriste. Peut-on parler d’autosuffisance alimentaire si l’on occupe l’espace pour des maisons. IL y a trop à dire. La solution que je propose rais c’est de faire comme les autres pays ou on construirait des immeubles à appartements de 5 , 10 , 15 niveaux que les familles pourraient louer ou acheter à tempérament. L’Etat peut le faire ou un consortium d’ Opérateurs Promoteurs Immobiliers peut le faire à l’intérieur de nos villes. Je suggère que l’on supprime toutes les propriétés emparées par les Promoteurs Immobiliers , qu’on annule leurs certificats d’exploitation et que l’Etat reprenne tout en main. Sinon ce qui va arriver là......ce sera le sauve-qui-peut dans ce pays. Que DIEU nous sauve de ce TERRRORISME LEGALISE !!!!

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique