LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Quand on ne maitrise pas la direction du vent, il faut éviter de jouer avec la poudre de piment.” Charles Blé Goudé

Promotion immobilière au Burkina : Des organisations paysannes invitent le gouvernement à préserver les exploitations agricoles familiales

Publié le lundi 20 février 2023 à 22h20min

PARTAGER :                          
Promotion immobilière au Burkina : Des organisations paysannes invitent le gouvernement à préserver les exploitations agricoles familiales

Réunies en coalition, des organisations paysannes et des organisations de la société civile, ont organisé ce 20 février 2023, une conférence de presse. Objectif, interpeller l’autorité publique sur la nécessité d’une promotion immobilière responsable et soucieuse de la préservation de l’exploitation agricole familiale. Les conférenciers invitent les gouvernants à prendre des mesures fortes pour sauver l’agriculture familiale et assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, face à l’accaparement des terres par les promoteurs immobiliers dans les zones de production et zones péri urbaines.

88 235 hectares de terres rurales sont occupés par les promoteurs immobiliers sur l’ensemble du territoire national. C’est ce qu’affirment les conférenciers du jour, qui précisent que ce sont respectivement 10 920 hectares et 3.269 hectares qui sont concernés pour les villes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. Cette prise d’assaut des terres cultivables par les promoteurs immobiliers, engendre selon eux, une réduction des superficies cultivables, une perte des moyens de subsistance, une baisse de la production agricole nationale ainsi qu’une clochardisation des jeunes et adultes, qui peuvent se laisser facilement enrôler par les groupes terroristes.

Et comme conséquence de cette réduction des terres cultivables, ce sont environ 3,4 millions de personnes qui sont en insécurité alimentaire et nutritionnelle pour la seule année 2022, du fait de la perte de leurs terres et des changements climatiques. Ce sont également des milliers de jeunes, qui pouvaient entreprendre dans le milieu agricole et générer des emplois, qui se retrouvent également au chômage faute de terre à exploiter.

Marc Gansonré, secrétaire général de la Confédération paysanne du Faso a livré la déclaration liminaire

La situation est d’autant plus inquiétante, que même les zones de maraîchages, les bas-fonds, les zones de foresterie ne sont pas épargnées. À en croire Marc Gansonré, secrétaire général de la Confédération paysanne du Faso qui a livré la déclaration liminaire, ce sont 295 projets immobiliers irréguliers qui sont mis en œuvre dans les zones citées plus haut.

Les organisations paysannes s’inquiètent donc de cette situation, qui réduit les chances du Burkina Faso de parvenir à la sécurité alimentaire, mais aussi qui risque de priver les générations futures de ressources naturelles rurales. C’est pourquoi, elles invitent le gouvernement à agir au plus vite, pour préserver les terres exploitées par les petits producteurs et qui leur permettent non seulement de nourrir leurs familles mais aussi de disponibiliser plusieurs produits sur le marché.

vue des participants

Elles recommandent donc à l’Etat, l’adoption diligente de l’avant-projet de loi, portant promotion immobilière et des différents textes d’application. Pour les conférenciers, adopter et appliquer cette loi va mettre fin à plusieurs dérives et contribuer à préserver les intérêts des petits producteurs.

Ils préconisent aussi l’arrêt dans le court terme des lotissements classiques et le développement d’un modèle d’aménagement urbain peu consommateur d’espace, ainsi que l’identification et l’immatriculation des espaces et sites d’investissement pastoraux dans toutes les communes.

Armelle Ouédraogo/Yaméogo
Lefaso.net

PARTAGER :                          

Vos commentaires

  • Le 20 février à 15:05, par changeons En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : Des organisations paysannes invitent le gouvernement à préserver les exploitations agricoles familiales

    Une bonne interpellation de la part de la CPF. Avec l’accaparements des terres par les sociétés immobilières, le phénomène de "paysans sans terre" comme au Brésil commence à s’installer dans certaines localités. Koubri en est une illustration parfaite. Courage à CPF et que les autorités aient de bonnes oreilles pour écouter et agir dans l’intérêt général.

  • Le 20 février à 16:36, par Bigbale En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : Des organisations paysannes invitent le gouvernement à préserver les exploitations agricoles familiales

    Gens de la CPF, arrêtez maintenant votre cinéma ! Toujours les mêmes têtes depuis au moins 2 décennies. Certains se voyaient déjà installés senateurs dans leurs regions si le projet de Senat de Bmaise Compaore avait réussi. Où étiez-vous quand la fameuse loi relative à la promotion immobilière a été votée en 2008 au profit des Alizet Gando ? Combie n d’ateliers et de formations nous avons financés à votre profit au sujet de la securisation foncière depuis ces 20 dernières années ? Comment vous avez pu laisser faire durant tout ce temps en permettant que des gens vendent des fonciers sans avoir au préalable fait la preuve qu’ils sont propriétaires legaux en ayant etabli au une Attestation de Possession Foncière Rurale (APFR) ?. Gens de la CPF arretez de nous pomler l’air car il a fallu que le gouvernement Kyelem se saissise du dossier initié par le ministre Me Benewinde Sankara pour vous contraindre à sortir de vos palais somptueux pour condamner du bout des lèvres cette pratique ignoble des promoteurs immobiliers. Vous êtes aussi dangereux que les politiciens ! Dieu voit chacun de nous !

  • Le 20 février à 17:38, par Los En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : Des organisations paysannes invitent le gouvernement à préserver les exploitations agricoles familiales

    Très bonne chose mais je pense que c’est trop tard. Ouaga et Bobo sont déjà dans d’autres provinces. CPf vous étiez ou pour sortir maintenant. Trop tard. La balle est dans le camp du gouvernement qui doit pour sauver ce son peut sauver agir très vite et surtout, sans complaisance. Dommage

  • Le 20 février à 18:16, par TANGA En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : Des organisations paysannes invitent le gouvernement à préserver les exploitations agricoles familiales

    Très belle initiative. Félicitations à vous.
    Maintenant, il faudra sensibiliser village par village, chef par chef à la nécessité d’arrêter de brader les terres. Au besoin, il faut faire des reportages sur des cas qui ont brader leurs terres et se retrouvent en location en ville sans lendemain. Ces cas sont nombreux.
    Merci encore à vous.
    OSC c’est pas OSC. SI LES OSC TRAVAILLAIENT DE LA SORTE AUX BASES SANS ENTRER DANS LA POLITIQUE, LE BURKINA S’EN PORTERA MIEUX SI NON TRES BIEN.
    Que Dieu vous donne la force et le courage de continuer ainsi.

  • Le 20 février à 18:45, par Kladjou En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : Des organisations paysannes invitent le gouvernement à préserver les exploitations agricoles familiales

    Mieux vaut tard que jamais. Je félicite la CPF mais je pense que c’est un peu tard parce que les effets dévastateurs de cette accaparement des terres sont déjà perceptibles et en seront encore pour longtemps. L’explosition de ces fameux opérateurs immobiliers ont mis en péril les moyens d’existence de nombreuses communautés et il ya déjà dans de nombreuses régions des producteurs sans terres obligés de louer la terre pour produire et qui ne peuvent ni fertiliser cette terre ni planter et reste en insécurité permanente. L’Etat qui a le devoir de protéger les faibles et de veiller à l’intérêt général doit au plus vite arrêter cette arnaque de soit disant opération immobilière en faisant adopter au plus vite le nouvelle Loi

  • Le 20 février à 18:54, par Bob En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : Des organisations paysannes invitent le gouvernement à préserver les exploitations agricoles familiales

    Où étiez vous ? Les démarcheurs en parcelles qui se sont autoproclamés PROMOTEURS immobiliers nous vicient l’air en se revendiquant PREMIERS et principaux intéressés par la terre, alors que c’est l’agriculture qui est la principale intéressée par la terre. La terre est un CAPITAL entre les mains expertes des agriculteurs qui l’exploitent à long terme et permettant aux générations d’en tirer à tour de rôle leur subsistance. C’est alors un FACTEUR de PRODUCTION. Entre les mains des spéculateurs qui figent d’immenses espaces pendant des années pour spéculer, la terre devient un bien inerte qui ne produit rien et ne nourrit personne. Il se crée alors des bulles spéculatives qui finissent par exploser comme en 2008 ( su primes ) ramenant les spéculateurs à zéro tout en soustrayant d’immenses espaces à l’agriculture. Si on veut préserver la paix sociale c’est en démantelant dès à présent toute cette bulle spéculative naissante.

  • Le 20 février à 20:17, par HUG En réponse à : Promotion immobilière au Burkina : Des organisations paysannes invitent le gouvernement à préserver les exploitations agricoles familiales

    Sous quel regime les promoteurs immobilers ont connu un boum ? De 13 elles sont passés a.plus de 250 sous le mpp.Quand je dit que le mpp a ete le pire regime du burkina faso j ai raison.Qu est ce regima moribond a apporte aux burkinabés ? Rien sauf le malheur.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique