LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “C’est une grande folie que de vouloir être sage tout seul.” François de la Rochefoucauld

Recherche spatiale au Burkina : « Aucun développement durable ne peut être envisagé en occultant les informations satellitaires », lance Dr Roger Charles Nébié

Publié le mardi 27 décembre 2022 à 15h32min

PARTAGER :                          
Recherche spatiale au Burkina : « Aucun développement durable ne peut être envisagé en occultant les informations satellitaires », lance Dr Roger Charles Nébié

Le Burkina Faso accueille ce mardi 27 décembre 2022, le Symposium international en sciences et atelier de l’Organisation du monde islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ICESCO) sur les modèles Cansat. Une dynamique du gouvernement qui s’inscrit dans la quête du développement de la recherche spatiale au Burkina en revisitant sa politique en matière spatiale.

Le gouvernement du Burkina Faso veut se tourner vers la recherche spatiale. En accueillant le Symposium international en sciences et atelier de l’Organisation du monde islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ICESCO) sur les modèles Cansat, dont l’ouverture des travaux est intervenue ce mardi 27 décembre 2022, c’est une dynamique qui est enclenchée vers le développement de la recherche spatiale au Burkina Faso.

Le thème de ce symposium est : « Construire la main-d’œuvre mondiale du futur ». Pour le président du comité d’organisation, Pr Fréderic Ouattara, le contexte actuel de notre pays nous contraint à beaucoup réfléchir pour une avancée du domaine spatial. Car, pour une sécurité alimentaire et sanitaire de qualité, pour une bonne adaptation aux effets du changement climatique, etc., nous avons besoin de données satellitaires fiables, explique-t-il. Cette nécessité des pays comme les Etats-unis, la Russie, etc., l’ont compris bien longtemps.

Le Pr Fréderic Ouattara, le contexte actuel de notre pays nous contraint à beaucoup réfléchir pour une avancé du domaine spatial

En Afrique, des pays comme la Tunisie, le Rwanda, le Niger et l’Algérie se sont aussi engagés dans ce processus. « Afin de permettre un développement dans le domaine spatial rapide, j’en appelle à une volonté politique irréversible et au renforcement de la coopération avec les pays qui sont en avance », a plaidé le Pr Ouattara. « Cette rencontre est un lieu de partage de connaissances et d’expériences indispensables à la recherche spatiale. Je souhaite à chacun de passer de moments forts de communion scientifique. Ce symposium a été porté par le ministre de l’enseignement supérieur et je dis merci pour l’engagement du ministre. C’est l’endroit pour nous de témoigner notre gratitude à tous les acteurs qui se sont engagés pour la concrétisation de ce projet », a-t-il souhaité.

Cette rencontre réunie des experts venus du Pakistan, du Maroc, du Burkina Faso

Du développement d’un programme spatial

Cette rencontre réunit des experts venus du Pakistan, du Maroc, du Burkina Faso. Au menu de ce symposium, plusieurs communications scientifiques dans le domaine satellitaire. Cet évènement, selon les dires du président de l’université Norbert Zongo de Koudougou, Pr Issa Abdou Moumoula, constitue l’aboutissement d’un travail collectif considérable entrepris depuis plusieurs jours entre plusieurs acteurs nationaux et internationaux.

Le Pr Issa Abdou Moumoula, constitue l’aboutissement d’un travail collectif considérable entrepris depuis plusieurs jours entre plusieurs acteurs nationaux et internationaux.

Ce symposium, a-t-il ajouté, vient témoigner l’attachement, le réel intérêt du Burkina au développement d’un programme spatial. « Il est le reflet de sa volonté de s’initier à la technologie pour en tirer tous les avantages. Il sera sans doute l’occasion de revisiter notre politique en matière spatiale, de profiter de l’expérience des experts de l’ICESCO et de leur grande connaissance des technologies satellitaires », a-t-il espéré.

« Cette rencontre est parfaitement en phase avec les besoins actuels », a lancé Dr Roger Charles Nébié, directeur de cabinet du ministre en charge de la recherche et de l’innovation. De son avis, il est impérieux pour nos pays de développer des programmes spatiaux car aucun développement durable ne peut être envisagé en occultant les informations satellitaires, la collecte, le traitement et l’interprétation des différentes données du système satellitaire.

« Cette rencontre est parfaitement en phase avec les besoins actuels », a lancé Dr Roger Charles Nébié, directeur de cabinet du ministre en charge de la recherche et de l’innovation

« C’est en connaissance de cause que SEM président du Faso a autorisé cette activité d’envergure internationale. En tant que décideur, nous encourageons toutes les initiatives de ce genre. Soyez donc rassurés de la disponibilité à vous apporter notre soutien dans la réalisation de ce projet. Tout en espérant que les attentes des uns et des autres seront comblés, je déclare ouvert le symposium international », a-t-il décidé.

Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

PARTAGER :                          
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Le mérite de 357 citoyens célébré