LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Côte d’Ivoire/Attaque terroriste de Grand-Bassam : La justice aux trousses de 18 accusés

Publié le mercredi 30 novembre 2022 à 12h30min

PARTAGER :                          
Côte d’Ivoire/Attaque terroriste de Grand-Bassam : La justice aux trousses de 18 accusés

Le procès des accusés dans l’attaque terroriste de la ville balnéaire ivoirienne de Grand-Bassam, le dimanche, 13 mars 2016, qui a fait 19 morts et une trentaine de blessés , s’est ouvert ce mercredi 30 novembre 2022 au tribunal criminel à Abidjan.

La Côte d’Ivoire venait ainsi d’enregistrer, en cette journée dominicale, la première attaque terroriste, devancée dans ce triste épisode par les voisins malien et burkinabè.

« Le 13 mars 2016, trois jeunes assaillants avaient remonté la plage de Grand-Bassam, proche d’Abidjan et très fréquentée par des étrangers, puis pris d’assaut plusieurs hôtels et restaurants, tirant à la kalachnikov sur des clients en terrasse. (...). Les terroristes se déchaînent sur les clients des hôtels et les passants qu’ils abattent un par un, ils passent d’un établissement à l’autre, précisément l’Hôtel du Sud, plus proche de la mer, le Koral Beach et la Paillotte, tous deux côte-à-côte, un peu plus loin. Le bain de sang dure au moins 45 minutes, avant l’arrivée des Forces spéciales ivoiriennes. Celles-ci sont aujourd’hui critiquées pour leur réaction trop lente. Elles sont appuyées par des blindés, des véhicules équipés de mitrailleuses lourdes, et de chasseurs traditionnels d’Ozo. Ils installent leurs boucliers et tirent sur les islamistes, la fusillade est brève, mais violente. Les trois terroristes et trois militaires sont tués », rappelle l’agence ivoirienne de presse.

L’attaque, qui a fait 19 morts (neuf Ivoiriens, quatre Français, un Libanais, une Allemande, une Macédonienne, une Malienne, une Nigériane et une personne non identifiée) et 33 blessés, sera plus tard revendiquée par la branche d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

La procédure judiciaire ouverte à la suite de cet attentat a abouti au renvoi de 18 accusés devant le tribunal criminel pour répondre des faits d’actes terroristes, assassinat, tentative d’assassinat, recel de malfaiteurs, détention illégale d’armes à feu et de munitions de guerre et de complicité desdits faits.

« Seulement quatre des accusés actuellement en détention provisoire à Abidjan devraient être présents à ce procès, les autres étant soit en fuite, soit détenus au Mali », relaie le confrère ivoirien des propos d’un avocat des parties civiles.

Tout comme le Burkina, la Côte d’Ivoire ouvre le procès, six ans après le premier acte terroriste. Au-delà des victimes et parents, le procès retient l’attention de nombreux citoyens ivoiriens et voisins, au regard de la menace terroriste qui plane sur les pays de la sous-région ouest-africaine.

Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique