Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Peu importe le succès, il s’agit d’être grand, non de le paraître.» Romain Rolland, Ecrivain

Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

Accueil > Actualités > International • Lefaso.net • vendredi 25 novembre 2022 à 19h30min
Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

Cette déclaration émane du mouvement « Les Démocrates de Côte d’Ivoire ». Elle porte sur les récentes révélations autour de l’intervention militaire occidentale en Libye en 2011.

Onze ans après la guerre contre la Libye menée par l’OTAN (Organisation du traité de l’atlantique nord), la France, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et d’autres pays, de nouvelles révélations livrées au public par une enquête des journalistes du site d’information français d’actualités et d’investigation indépendant ‟Blast France” (blast-info.fr) apportent de nouveaux éclairages sur les motivations réelles de cette intervention militaire qui n’a pas tenu compte des mises en garde des leaders africains.

Ces révélations confirment une fois encore, à la suite des courriels de l’ancienne secrétaire d’Etat américain Hillary Clinton rendus publics par le département d’Etat le 22 juin 2015 et du rapport de la commission des affaires étrangères de la Chambre des communes du Royaume-Uni publié le 6 septembre 2016, que les raisons humanitaires évoquées pour détruire la Libye étaient totalement infondées.

Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire n’ont jamais existé. Selon l’enquête publiée par la web tv de Blast France, tout était faux : « les événements et le martyr de Benghazi n’ont jamais existé » disent les auteurs. La guerre a été plutôt décidée lors d’un déjeuner d’affaires en novembre 2010 et, il fallait lui trouver un habillage politique circonstanciel en le créant.

Au lieu de l’humanitaire brandi pour la justifier, la guerre contre la Libye était motivée par des intérêts stratégiques, financiers, industriels et diplomatiques. C’était, en réalité, une opération de « changement de régime », un coup d’Etat pour utiliser un terme plus cru et plus actuel comme le reconnaitra avec pertinence le rapport de la commission des affaires étrangères de la Chambre des communes du Royaume-Uni.

Malheureusement, onze ans après cette opération de changement de régime en faveur de certains amis, la Libye est dans le chaos, politiquement, économiquement et sur le plan sécuritaire totalement effondrée, saccagée, en proie aux milices et aux groupes armés. Après le renversement du régime de Mouammar Kadhafi, une partie importante des 350 à 500 milliards d’euros d’avoirs libyens gelés par l’ONU et l’Union européenne dès le début de la guerre (et qui restent toujours gelés ; certaines données estiment ces avoirs à 400 milliards de dollars) a mystérieusement disparu de certaines banques pendant que de nombreux pays et des grands établissements bancaires renâclent quant à l’éventualité de voir ces sommes colossales quitter leur zone de confort actuel pour profiter au peuple libyen.

Le mouvement « Les Démocrates de Côte d’Ivoire » trouve tardif le mea culpa de la France du 23 mars 2021 qui, à travers son président Emmanuel Macron, reconnaît que « La France a une dette à l’égard de la Libye et des libyens qui est une décennie de désordre ». Pour le mouvement « Les Démocrates de Côte d’Ivoire », ce n’est pas seulement à l’égard de la Libye et du peuple libyen que la France et la coalition qu’elle a conduite ont une dette.

Le préjudice subi concerne toute l’Afrique et, les dégâts collatéraux sont visibles aux yeux de tous et en plein essor. Aujourd’hui, avec toutes les révélations livrées sur les motivations réelles de la guerre de l’Occident contre la Libye, on peut interroger à nouveaux frais les enjeux de cette opération militaire plus que spéciale.

Considérant que les services de renseignement occidentaux disposaient des informations révélées a posteriori mais que les dirigeants occidentaux ont choisi délibérément de mentir à l’opinion publique pour rester dans leur logique guerrière de déstabilisation de la Libye, il y a fort à parier que les projections stratégiques ne concernaient pas la seule Libye. En réalité, au regard des développements en cours, l’effondrement de la Libye n’était pas le seul objectif politique, militaire et géostratégique poursuivi et projeté.

Dire le contraire serait faire une injure aux intelligences qui ont conçu l’opération militaire : l’état final stratégique projeté et désiré n’aurait pas tenu compte des tendances dans l’environnement (mauvaise compréhension de l’environnement) et des intervenants éventuels. Le jeu est, pourtant, clair aujourd’hui que l’effondrement politique et économique de la Libye n’était qu’un objectif d’étape dans l’effondrement projeté de toute la zone sahélienne et de l’Afrique de l’ouest dans le cadre d’une stratégie bien pensée du chaos permanent dans la région africaine pour freiner son développement et la rendre vulnérable.

La coalition occidentale qui a mené l’intervention militaire en Libye doit être tenue pour responsable de la prolifération des mouvements terroristes djihadistes au Sahel et en Afrique de l’ouest. Elle a sur ses mains, déjà ensanglantées par le sang des libyens, le sang de chacun des africains tombés sous le coup des attaques barbares des terroristes djihadistes.

Les Etats qui ont participé à la déstabilisation de la Libye et de la zone sahélienne ne sont donc pas fondés à combattre le terrorisme au Sahel et en Afrique de l’ouest dans la mesure où ce terrorisme semble participer d’une manœuvre de fragilisation du Sahel et de l’Afrique de l’ouest pour en récupérer des marchés militaires et économiques et justifier une présence pérenne à relents néocoloniaux de sabordage des souverainetés. Comme l’intervention militaire en Libye, le terrorisme djihadiste qui, parfois, exploite les dissensions locales exacerbées à dessein, semble être le cache-sexe d’intérêts stratégiques, financiers, industriels et diplomatiques et le bras armé d’un tiers.

Les peuples africains ont pris la pleine mesure de la stratégie de la guerre permanente porteuse de chaos utilisée comme multiplicateur budgétaire pour et par des économies exsangues, surendettées. L’on a compris pourquoi les ventes d’armes ont explosé ces dernières années avec un marché de l’armement très florissant. Le rapport annuel de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri) de 2021 indique que les ventes d’armes et de services militaires ont généré un chiffre d’affaires de 531 milliards de dollars en 2020.

La guerre et le commerce de la mort font tourner l’économie, pourrait-on dire. Et les pays leaders dans ce domaine sont par ordre, pour ne citer que quelques-uns : les Etats-Unis (37% de parts avec pour destinataires l’Arabie saoudite, l’Australie et la Corée du Sud), la Russie (20%, avec pour destinataires l’Inde, la Chine et l’Algérie), La France (8, 2%, avec pour principaux destinataires l’Inde, l’Egypte et le Qatar), l’Allemagne (5, 5%, avec pour destinataires la Corée du Sud, l’Algérie et l’Egypte), la Chine (5, 2%, avec pour destinataires le Pakistan, le Bangladesh et l’Algérie), Le Royaume-Uni (3, 3%, avec pour destinataires l’Arabie saoudite, Oman et les États-Unis).

Il est notoirement reconnu qu’en remontant aux soutiens allégués du terrorisme djihadiste, il est facile d’établir ses sources d’approvisionnement en armes. Il faut de l’argent pour entretenir la guerre et, ce ne sont pas la contrebande et la vente de drogue qui constituent la source principale de financement des guerres impériales des djihadistes.

Leurs soutiens sont des entités étatiques parfois reconnues dans les relations internationales. La politique des sanctions mise en place contre la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine montre que, si l’Occident le veut, il peut assécher la source d’alimentation du terrorisme djihadiste et y mettre un terme. Mais, il est difficile d’être à la fois juge et partie dans ce genre de situation.

C’est pourquoi les peuples africains ne veulent plus participer à ce jeu de dupes qui se joue sur la scène internationale et dont les principales armes sont le fusil, le mensonge, le travestissement des faits quand on ne les crée pas soi-même de toutes pièces. Ainsi pourraient s’expliquer la rupture qui se creuse chaque jour entre l’Afrique et l’Occident et les révoltes subséquentes contre certains pays occidentaux en Afrique.

Pour le mouvement « Les Démocrates de Côte d’Ivoire », le 21ème siècle ne doit pas répéter les « Invasions barbares » de l’Antiquité européenne réinventées en terrorisme djihadiste. Les barbares en Europe occidentale ont démembré l’Empire romain d’occident jusqu’à sa disparition totale.

Au 5ème siècle, à la suite des Huns, des Vandales et autres Suèves et Alains, tous des peuples barbares sans foi ni loi, intolérants à l’égard de tout ce qui n’était pas de leur culture, mettaient à sac les villes et pillaient tout ce qui faisait les richesses des autres. Tout comme les peuples barbares de l’Antiquité, ce que les mouvements terroristes djihadistes apportent, c’est la violence des armes et la dissolution des organisations politiques et sociales existantes. En saccageant et détruisant écoles, pharmacies, hôpitaux, commerces, administrations et autres, ils ramènent les zones occupées à une ère ancienne afin de justifier leur recolonisation ultérieure sous le couvert de la religion.

Le mouvement « Les Démocrates de Côte d’Ivoire » appelle les pays africains impactés d’une manière ou d’une autre par le phénomène du terrorisme djihadiste à sortir des stratégies individuelles, même si elles ont leur utilité, pour penser à une stratégie solidaire grâce à laquelle ils devront adapter leur doctrine militaire à la menace asymétrique qui demande de revoir les capacités opérationnelles et une action militaire flexible et rapide dans le cadre d’une stratégie de sanctuarisation de nos territoires. Nos frontières individuelles, sans disparaître, auraient dû, dès les premiers moments, faire place à une frontière commune face aux mouvements djihadistes. Cela n’a, malheureusement, pas été le cas.

Il reste, cependant, admis que seule la mutualisation des forces est capable d’aider les pays africains à sortir du piège de la régression économique, sociale, diplomatique et stratégique à eux tendu par le terrorisme djihadiste. Des experts trouvent d’ailleurs curieux qu’il ne prospère que dans des zones dont des études existantes soulignent le sous-sol riche en métaux stratégiques et en ressources énergétiques comme un intérêt gazier expliquait, en partie, la guerre civile en Syrie toujours en cours pendant que ce qui avait été mis en avant portait sur la question religieuse et le désir de liberté démocratique face à la dictature du président Bachar el-Assad. Le diagnostic stratégique établi par cette déclaration du mouvement « Les Démocrates de Côte d’Ivoire » a pour objectif de servir à modéliser les actions politiques et militaires à entreprendre dans le cadre d’un renouvellement du style comportemental africain pour l’adapter au modèle de la dominance et de l’influence.

Parce que la situation dramatique que vivent les populations sahéliennes et d’Afrique de l’ouest a pour cause principale l’intervention militaire en Libye qui s’est révélée, avec le temps, une exploitation à des fins militaires et en Afrique du mécanisme biologique de l’infection virale avec un spectre large, le mouvement « Les Démocrates de Côte d’Ivoire » appelle la société civile africaine, notamment les organisations africaines de défense des droits de l’homme, à explorer toutes les voies possibles pour poursuivre, devant les juridictions internationales et locales des nations initiatrices, toutes les personnalités physiques, politiques, morales, médiatiques et étatiques responsables de la guerre en Libye et du chaos qui s’en est suivi à la fois en Libye, dans le Sahel et en Afrique de l’ouest.

La comptabilité de tous les dommages induits par cette situation devra leur être imputée. Elles sont aussi coupables de crimes de guerre systémique et de crimes contre l’humanité et de complicité de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

En 2010, les prévisions du Fonds monétaire international faisaient de l’Afrique de l’ouest l’une des destinations privilégiées pour les investisseurs et, son économie devait progresser plus vite que celle de certains pays émergents. Aujourd’hui, avec l’irruption d’un acteur imprévu sur la scène politique et sociale, ces prévisions optimistes semblent compromises à cause d’une intervention militaire couverte par la légalité internationale mais aux fondements totalement mensongers qui remettent en cause cette légalité.

Après l’épisode des barbares dans l’Antiquité, l’épisode des pirates au Moyen-Age, l’épisode de la traite négrière, l’épisode des conquêtes coloniales et celui de la première et de la deuxième guerres mondiales, l’Occident se trouve encore responsable du désordre mondial dans une logique permanente de remodelage des frontières et de régulation de la dynamique politique soumise aux intérêts économiques du moment. Et pourtant, l’Occident, à ses meilleurs moments, est concepteur de l’Ordre mondial.

Cet Occident-là est le plus préférable pour construire un monde en paix et économiquement dynamique profitable à tous. Les barbares n’ont apporté ni l’humanité ni la civilisation à l’Europe occidentale. Tout ce qu’ils ont apporté, c’est le désordre, les razzias, le gangstérisme, la destruction et le vol en bande organisée. L’humanité ne doit pas marcher à reculons à cause de la pression économique et des impératifs impérialistes ou de survie.

Fait à Abidjan, le 22 novembre 2022.
Pour « Les Démocrates de Côte d’Ivoire ».
Le Président
Pr. Séraphin Prao

Vos commentaires

  • Le 25 novembre 2022 à 13:04, par ouedraogo idrissa En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

    Félicitation pour ces analyses qui son très pertinentes et reflètent les réalités du moment. malheureusement, certains de nos frère africains sont complices de la situation que nous vivons. Heureusement, les analyses comme les vôtres contribuent davantage à éveiller les consciences

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2022 à 14:32, par Ed51 En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

    Quelle est l’intention d’une telle déclaration’ ?
    Cela va juste amener de l’eau au moulin de ceux qui cherchent à accuser les autres de tous les maux, en estimant n’avoir ucune responsabilité.
    Un parti politique ne peut faire la justice à la place d’une institution juridique reconnue mondialement. Surtout pour désigner des coupables et exiger les réparations. C’est une simplification excessive indigne d’un parti dit démocrate.
    Le terrorisme ne date pas de 2011. Les attentats du 11 septembre 2001 ne doivent pas être oubliés.
    Chacun est responsable de ses actes et de ses paroles.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2022 à 14:36, par Barou En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

    LAISSEZ LES LYBIENS PAYER LE PRIX DE LEUR BETISE.
    YA PAS UNE RACE AU MONDE MANIPULABLE PLUS QUE MA RACE AFRICAINE.
    AFRICAIN EST TROP INCONSCIENT.
    QU ILS AILLENT CHERCHER CEUX QU ILS SUIVAIENT BETEMENT POUR DETRUIRE LEUR PROPRE PAYS.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2022 à 14:43, par Guimbi Ouattara En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

    Ce rapport émanant du mouvement « Les Démocrates de Côte d’Ivoire » rétabli en guise d’analyse approfondie le faux, la malhonnête, la méchanceté et le cynisme de ceux á qui profite de la déstabilisation de la Lybie et du Chaos crée dans le Sahel par les bandits armés. Nicola Sarkozy, Barack Obama et Joe Biden sont les initiateurs de base du bombardement de la Lybie, de l’assassinat du Colonel Kadhafi. Toute stratégie militaire pour éliminer les bandits armés du Sahel et qui implique les militaires de ces acteurs (France, Union Européenne, USA) est vouée à l’échec. Barkhane n’a pas pu empêcher la prolifération des groupes barbares (auteur de viols, assassinats, brûleur d’écoles et d’hôpitaux, destructeur de routes et de ponts, brûleur de récoltes, voleurs de bœufs, de moutons, de chèvres etc.). Malgré le fait que l’Afrique soit quadrillée par des militaires Français bien entrainés, les pronostics montrent que le désordre causé par les bandits armés (les barbares financés) va s’accroitre et continuer à menacer le développement économique et le redécoupage de la zone Sahélienne.
    Bases militaires françaises en Afrique depuis 1960
    1. Djibouti (1500 militaires)
    2. Sénégal Ouakam-Daker (350 militaires)
    3. Tchad Djamena (1000 militaires)
    4. Burkina Faso Kambouinsin Ouagadougou (400 militaires)
    5. Niger Niamey (1200 militaires)
    6. Côte d’Ivoire Port Bouet Abidjan (900 militaires)
    7. Gabon Libreville (350 militaires)
    Au vu de ce nombre impressionnants de bases militaires présent en Afrique après les indépendances, on comprends que leur présence repose sur des alibis, un agenda caché.

    Répondre à ce message

    • Le 26 novembre 2022 à 10:59, par kwiliga En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

      Bonjour Guimbi Ouattara,
      Vous écrivez : "Ce rapport émanant du mouvement « Les Démocrates de Côte d’Ivoire »" Hors, il est clairement écrit en introduction : "une enquête des journalistes du site d’information français d’actualités et d’investigation indépendant ‟Blast France” (blast-info.fr)".
      Si les analyses et divers développement qui s’ensuivent, sont bien le fait des "démocrates de côte d’Ivoire", force est de reconnaitre que l’enquête d’origine, qui incrimine les gouvernants occidentaux, dont celui de Sarkozy, a été réalisée par des journalistes français, dont le célèbre Denis Robert.
      On peut dire ce qu’on veut, mais en terme de liberté de la presse et de qualité du journalisme d’investigation, il nous reste du chemin à parcourir, mais, on avance, on avance,...
      Je trouve l’article bien construit et pertinent, même si le parallèle entre les invasions barbares des IV° et V° siècles en occident, me semble douteux, en effet, le gros des troupes djihadistes ne viennent pas d’autres pays, mais sont bien constitués des populations autochtones, trop longtemps ignorées, méprisées et plongées dans la misère.

      Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2022 à 14:50, par boss En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

    C’est pour cela que les africains et l’Afrique devraient s’unir pour mieux résister et s’imposer, sinon seulement pouvoir vivre ; parce-que eux occidentaux, se mettent ensemble pour apporter mort & désolation dans nos contrés. Les occidentaux ne respectent que la violence. Il faut donc montrer les muscles pour qu’ils te laissent tranquille comme la Corée du nord l’a bien compris.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2022 à 15:06, par verite no1 En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

    C’est ca qui est la verite !!!!!
    Des histoires montees de toute piece pour creer le bordel et ca vient jouer aux donneurs de lecons !!!!!
    L’argent disparu ne me surprend pas, ils ont l’assassinat et le hold up dans le sang, mais l’Afrique va se relever, a nous d’etre vigilant !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2022 à 15:20, par Vérité indiscutable En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

    Ce sont les mêmes qui supportent les français qui nous publient des rapports de ce genre. Si la honte existait dans nos contrées, on se concentrerait mieux à défendre l’Afrique et à la valoriser.
    En Europe, tu peux faire 5ans sans entendre parler une seule fois de l’Afrique. Chez nous, tous les jours on publie sur l’UE, sur les USA, sur la France etc... au lieu de parler du Burkina, du Mali, du Bénin, de l’Afrique, de nos inventions, de nos initiatives etc.
    Et si nos journalistes parlaient beaucoup plus de nos capacités à nous gérer nous-mêmes, ne serait-il pas beaucoup mieux ?

    Répondre à ce message

    • Le 26 novembre 2022 à 11:07, par kwiliga En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

      Bonjour Vérité indiscutable,
      Vous incriminez : "Ce sont les mêmes qui supportent les français qui nous publient des rapports de ce genre"
      Mais qu’est-ce que vous racontez ?
      Ce sont des journalistes français qui ont réalisée l’enquête.
      Et alors, en fait, vous êtes tellement raciste que, même quand les choses vont dans notre sens, que des révélations sont faites, dénonçant les complots occidentaux, si c’est fait par des "blancs", vous désapprouvez par principe.
      C’est nul comme attitude et ça ne nous amènera nulle part !

      Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2022 à 18:53, par Baron En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

    Le discours anti français peut être délivré sous de multiples formes mais n’atteindra pas ceux qui savent que les subsides versées par Khadafi à l’union africaine manquent désormais cruellement dans une union où chacun menait tranquillement sa barque à l’abri du colonel généreux auquel on pouvait tout pardonner. Les affirmations fantaisistes d’un ivoirien en quête de renommée, et qui a sans doute reçu quelques encouragements russes pour structurer son discours, encouragent encore plus la France à cesser toute aide devant autant d’ingratitude et de mensonges. Les résidents africains que je croise de plus en plus nombreux dans le métro parisien devraient se hâter de profiter d’un système aux aides sociales trop généreuses car la prochaine arrivée d’une extrême droite au pouvoir saura leur indiquer la porte de sortie. Il faudra aussi qu’ils remplissent leurs poussettes ailleurs qu’en France où leurs enfants obtiennent sans problème la nationalité française. La France donne plus à l’Afrique qu’elle ne lui donne.

    Répondre à ce message

    • Le 26 novembre 2022 à 08:33, par Leclairé En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

      Vivement que M. Lepen prenne le pouvoir chez vous. Il y aura toujours des gens qui vont nier l’esclavage, le nazisme et autres barbaries qui ont toujours caractérisé ceux-là dont l’idéologie première est de dominer les autres. Mais retenons une chose, il y a un temps pour tout !

      Répondre à ce message

    • Le 26 novembre 2022 à 11:20, par kwiliga En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

      Bonjour Baron,
      Apparemment, vous êtes français, mais avez quelques difficultés à lire votre propre langue.
      Vous écrivez : "Les affirmations fantaisistes d’un ivoirien..."
      Il est pourtant clairement indiqué en début d’article : "une enquête des journalistes du site d’information français d’actualités et d’investigation indépendant ‟Blast France” (blast-info.fr)", site d’information indépendant et dont le fondateur est le célèbre journaliste Denis Robert.
      Si, je vous envie la liberté de votre presse et la qualité de vos journalistes d’investigations, il n’en est pas de même de vos hommes et femmes politiques, qui sont aussi prompt que les nôtres au populisme et à la chasse au bulletin de vote, en particulier Marine Le Pen et Eric Zemmour, dont les positions vous amènent à tenir ici des propos d’une grande mesquinerie, à la limite du racisme.
      D’un autre coté, je devrais être rassuré de trouver chez vous les défauts que je reproche trop souvent à mes compatriotes.

      Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2022 à 19:06, par Peuple insurgé En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

    Merci pour cette publication pleine de sens et de vérité. Je me réjouis que beaucoup d’africains comprennent ce qui se passe. Il faut une action collective de l’Afrique et le terrorisme disparaît. Comme Sankara l’avait dit à Addis-Abeba concernant la dette ! Si tous les pays africains, tous ensemble, lancent un ultimatum à l’Occident : "Arrêtez net votre terrorisme djihadiste ou nous coupons routes nos relations avec les pays occidentaux impliqués dans la destruction de la Libye et du Sahel !". Nous n’allons pas en mourir, juste quelques difficultés, qui ne sont que le prix de la liberté, la paix et du progrès.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2022 à 04:58, par Kato En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

    C’est la même France, les royaumes unis, les États Unis et l’Union européenne qui sont à l’initiative du Ghana pour nous aider à lutter contre le terrorisme. ???

    Que certains africains sont plus bêtes que des animaux sauvages !!! Comment nos dirigeants peuvent laisser nos ennemis participer à une telle Racontre ???

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2022 à 08:22, par TANGA En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

    Des vérités pareilles doivent êtres dites en tout lieu et en tout temps.
    Quand à ceux qui veulent extrapoler ces déclarations disant que les Africains veulent rejeter toutes les fautes sur les autres notamment la France, je dirais que non, nous appelons ’’les autres’’ , les oppresseurs tel que la France et tous ceux qui travaillent pour eux ; c’est à dire les valets locaux. Ça se sait que c’est par ce qu’il y a des vendus que l’extérieur peut savoir ce qu’il fait pour nous déstabiliser.
    A l’attention de l’internaute N° 2 EDS51, Oui, l’enfert c’est les autres, les autres ce sont ceux qui fabriqués des preuves contre les pays, ceux qui soutiennent ces preuves, ceux qui travaillent pour que ces preuves puissent êtres créer, ceux qui applaudissent et enfin ceux qui qui refusent que ce soient les autres tout comme toi par ce que voulant semer le doute.
    A l’internaute N°3 BAROU, sachez que ce ne sont pas des Lybiens qui se sont rebeller contre leur pays mais plutôt des mercenaires déposés ça et là pour appuyer des personnes de doubles nationalité ( Lybien-Malien ou Lybien-Nigérien ou Lybien-autre) ; ces personnes ont toujours été des mercenaires et c’est eux qui veulent que nos pays soient découper pour en créer un nouveau pour eux. Pourtant, ils ne représentent rien dans leur communauté au Mali ni au Niger.
    En Lybie, l’impérialisme a fait d’une pierre deux coup, détruire la Lybie pour mieux piller et destabiliser nos pays.
    Ce qui est sûr, ils savent que créer un pays pour ces bandits qui les ont aidé à avoir la Lybie sera impossible car c’est un peuple que eux ne maîtrisent pas. C’est un peuple qui est capable d’aller chercher par exemple Macron où qu’il soit si ce dernier venait à leur manquer de respect par exemple.
    Alors soit on est ignorant, soit on est con pour dire que les problèmes de guerre de nos pays actuel ne sont pas les oeuvres des autres.

    Répondre à ce message

    • Le 27 novembre 2022 à 08:53, par Renault HÉLIE En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

      Pauvre TANGA, avec son esprit simple.
      Lui, au moins, il est heureux : à chaque fois que son scooter crève un pneu, c’est la faute au dieu du mal, la France, c’est simple et sa remplit de bonheur TANGA, tout rassuré.
      Vite, offrons à TANGA une statue en granit ombre pour la cour de son « six mètres ». Cette statue représentera un être horrible, griffu, grimaçant en train de manger un petit enfant dans une grimace effrayante ; le dieu-monstre aura des cornes, des écailles, une queue squameuse en forme d’épieu, des dents énormes, des griffes crochues et un nez immense en forme d’hameçon. La couleur de la statue glacera le cœur des passants d’une affreuse angoisse. Les femmes enceintes éviteront de passer devant la cour de Tanga pour ne pas avorter sur place. Les poules, les colombes et les roussettes crèveront les pattes en l’air à la vue de l’horreur, le lait tournera dans les cruches dans un rayon de 100m ; seules les mouches vertes et les vautours viendront se poser sur l’épaule du démon gaulois.
      Les amis, on ouvre une cagnotte ? Je veux bien commencer avec 656 Francs-CFA-ECO, soit 1 €.

      Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2022 à 11:28, par kwiliga En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

    Proverbes du jour : "Alors soit on est ignorant, soit on est con..."
    TANGA
    "Et parfois, en faisant des efforts, on arrive à cumuler"
    kwiliga

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2022 à 11:34, par Sougri En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

    C’est une déclaration dit des vérités irréfutables, seulement qu’elle viennent d’ivoiriens gouvernés par un pro politique française à 200%, c’est cela qui est un peu gênant. Félicitations quand même pour la bonne analyse. Nous espérons que vous ne vous arrêterez pas à une déclaration mais que vous mettrez cela dans les actes pour que les choses changent non seulement dans toute l’Afrique mais en commençant par la Côte d’Ivoire. Bon vent.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2022 à 17:47, par warzat En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

    Depuis le passage du nabot à l’Elysée, on a assisté à une qatarisation de la diplomatie du pays de Mesrine. Il y a comme une forme de veulerie qui s’est installée au niveau de la diplomatie et on plus a plus d’hommes d’affaires que de vrais diplomates avec une vision claire, depuis le nabot jusqu’à nos jours. Seul le Général que nous avions eu entre temps chez nous était rester droit dans ses bottes de soldat.
    La bonne nouvelle est que le peuple français demeure dans ses valeurs intrinsèques de probité. Cela se voit lorsque des élus refusent la diffusion sur grand écran de la coupe du monde de foot. Le nabot et sa bande n’y peuvent rien.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2022 à 22:27, par Renault HÉLIE En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

    Amis burkinabè, arrêtez de considérer Moammar Guèddèfi comme un saint homme ! Ou alors, vous êtes d’une grande naîveté ...
    J’énumère quelques items du peu glorieux CV de Guéddèfi :
    - Ce fut un dictateur terrifiant, un massacreur, un tortionnaire.
    - il a envoyés ses sbires faire exploser un avion qui a tué des dizaines de citoyens congolais innocents,
    - il a envoyé des terroristes cruels ravager la ville-oasis tunisienne de Gafsa en 1980. Dans des combats féroces, l’armée tunisienne a dû reprendre la ville au milieu des civils terrifiés, combats quasiment à la baïonnette, genre mini-Stalingrad. Cette armée énergique a vaincu brillamment cette bande de monstres. Cette réaction magnifique devrait être un modèle pour vos armées, car les terroristes furent matés avant même que n’arrive la moindre aide américano-française.
    - Lui et ses proches complices étaient d’épouvantables prédateurs sexuels qui choisissaient leurs proies dans les lycées en menaçant de mort les familles terrifiées.
    - Guéddèfi a fait exécuter des dizaines de milliers d’opposants avant 2010.
    - Guéddèfi considérait l’Afrique subsaharienne comme le réservoir d’esclaves qui avait enrichi ses ancêtres. Un de ses premiers méfaits visait à annexer le Tchad. Pour lui, vous n’étiez que des « aabèds », des esclaves attendant la razzia du noble chef arabo-berbère qu’il se croyait.
    - La liste des méfaits de Guéddèfi est beaucoup trop longue pour l’énoncer ici. Mais, par pitié, renseignez-vous avant de tomber en pâmoison amoureuse devant un monstre. . Bon, on sait qu’il a acheté beaucoup de politicards au sud du Sahara...

    De plus, le texte présenté n’est, en gros, qu’une simple opinion politique copiée-collée de textes français de l’extrême-gauche toxique qui sévit à Paris ; absolument rien de scientifique ! Oui, l’Histoire est une science, et pas une sous-branche commode de la propagande ! La partie évoquant les « invasions barbares » de l’Empire Romain est d’un ridicule consommé, digne d’un petit instituteur ignare dans un blèd paumé.

    Prenez au moins la peine de consulter des Libyens et les proches voisins de la Libye avant de vous extasier !

    Répondre à ce message

    • Le 28 novembre 2022 à 09:07, par kwiliga En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

      Bonjour Renault HÉLIE,
      En effet, Kadhafi n’était pas un saint, loin s’en faut. Tyran mégalomane, aucun doute, je n’ai aucune contradiction à amener à ce sujet.
      Par contre, quand vous écrivez : "le texte présenté n’est, en gros, qu’une simple opinion politique copiée-collée de textes français de l’extrême-gauche toxique", vous ne semblez prêter d’attention qu’aux analyses et développements rédigés par nos amis "Les Démocrates de Côte d’Ivoire ", qui, en effet, expriment une opinion, et ils en ont bien le droit, de la même manière que vous.
      Hors, ce n’est pas ça qui devrait retenir votre attention, mais le fait que leur longue diatribe, repose avant tout sur des éléments factuels, établis par certains de vos compatriotes, dignes représentants de ce que vous aimez nommer "extrême-gauche toxique".
      Donc, si vous voulez bien lire : "une enquête des journalistes du site d’information français d’actualités et d’investigation indépendant ‟Blast France” (blast-info.fr)", site d’information indépendant et dont le fondateur est le célèbre journaliste Denis Robert.
      Et sur ce point, force est de reconnaitre que, dans cette affaire libyenne, c’est un pas de géant, qui nous fait passer de la théorie conspirationniste à la révélation du complot.
      Je déplore que vous ayez souhaité répondre au reste du texte, en omettant cette essentielle partie.

      Répondre à ce message

      • Le 28 novembre 2022 à 13:22, par Renault HÉLIE En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

        @kwiliga
        Il ne s’agit pas de révélations, il n’y a aucune preuve nouvelle, et tout ça date de 2011 ; il s’agit d’opinions, ou, plus exactement, d’hypothèses sans preuves sérieuses. Ces thèses pro-Guéddèffi ont proliféré en France sous la plume d’une extrême-gauche trotskysante ... dès 2011 !!. Autour du « journaliste » Edwy Plenel, réputé d’ultra-gauche trotskyste, et du marigot ultra-gauchiste (LFI, Mélenchon), il a très vite jailli ces accusations de « complot anti-Guéddèfi & anti-soviétique » ; mais, lors d’un procès, ces accusations n’ont pu être étayées. C’est un raisonnement du type « tel fait a profité à X, donc X est coupable ». La vérité, c’est que Guéddèffi s’est mis lui-même la tête sur le billot, et il n’avait plus de protecteur depuis 1989...
        Guéddèffi, comme Saddam Hussein, comme Bachar el Assad, comme le FLN algérien sont considérés comme des « gentils » par les nostalgiques de l’impérialisme soviétique. Donc, les dénoncer ou aider des peuples à se libérer de ces atroces dictateurs et/ou cliques corrompues- tortionnaires est pris comme « sacrilège » contre l’idole soviétique des regretteurs d’un passé que j’estime ATROCE.
        Bizarrement, ces thèses complotistes sont souvent adulées aussi par une certaine extrême-droite française.
        Ne cherchez pas, ces fameuses thèses sont corrélées avec les liens que tous ces groupuscules français entretiennent avec les services d’influence de Vladimir Vladimirovitch , qu’ils soient d’extrême-gauche ou droite.
        En pratique, Guéddèffi voulait écraser la révolution du peuple Libyen, après avoir menacé d’envahir la Tunisie pour écraser la révolution tunisienne fin 2010-début 2011. Donc, tôt ou tard, il eût fallu intervenir, ce type était vraiment trop dangereux. Les crimes terroristes de Guéddèffi avaient provoqué un raid américain vers 1986 qui avait pour but de le liquider.
        Dès les coupables attentats de Brazzaville (1989) et de Lockerbie (1988) contre des avions, Guéddèffi était condamné, il aurait dû faire amende honorable et se tenir tranquille...
        On vous répète que Guéddèffi était un MONSTRE !
        Mais « on » est libre de l’idolâter...

        Maintenant, si la mort de Guéddèffi a creusé un trou dans les finances de certains politicards africains, c’est un autre problème, et je suis bien triste pour eux...

        Permettez-moi de relever une étrange contradiction :
        - d’un côté, une faction subsaharienne se prétend « libératrice » d’on ne sait trop quoi,
        - de l’autre côté, cette même faction idolâtre des dictateurs à l’autoritarisme monstrueux qui faisaient vivre leurs peuples sous le joug terrifiant d’une police politique tortionnaire, y compris des peuples voisins qu’ils colonisaient.

        Dites, les Subsahariens, faudrait savoir ce que vous voulez !
        Demandez-vous si vous supporteriez longtemps une terreur politique du type Guéddèffi ou Sékou Touré.

        N’oubliez jamais le fait suivant : Adolf HITLER n’était pas arrivé au pouvoir début 1933, pourtant le système soviétique avait déjà génocidé 15 millions d’innocents. Ensuite, sur 1 siècle, le système soviétique a génocidé 4 fois plus de monde que l’oncle Adolf... Une certaine nostalgie d’un tiers-monde « protégé » par la Russie est tout simplement dépassée...

        Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2022 à 23:54, par Mechtilde Guirma En réponse à : Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »

    Monsieur le Président et chers Amis : « Les Démocrates de Côte d’Ivoire »,

    Il me serait très agréable d’entrer en contact avec vous pour des échanges aussi fructueux comme ceux que vous nous livrez actuellement.

    Si cette solicitation rencontrait votre assentiment, veuillez m’envoyer s’il vous plaît vos cordonnées. En attendant, j’ai enregistré votre article pour les besoins de l’exploitation.

    Avec mes remerciements anticipés, je vous prie de bien vouloir agréer chers « Amis Démocrates » mes sentiments respectueux et reconnaissants.

    Marie Mechtilde GUIRMA.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Sécurité routière : La Côte d’Ivoire annonce le système du permis à points à partir de mars 2023
Bénin : Au moins 22 morts dans les flammes et de nombreux blessés, suite à un grave accident
Ukraine : Le ministre de l’Intérieur périt dans un crash d’hélicoptère
Sénégal : 19 morts dans un nouvel accident ce lundi 16 janvier, une semaine après celui qui a fait 40 décès
Libération des 46 militaires ivoiriens : Les Chefs d’Etat Ouattara et Gnassingbé invités par des compatriotes à faire autant avec leurs propres « prisonniers politiques »
Libération des soldats ivoiriens : Faure Gnassingbé s’érige en médiateur efficace de la CEDEAO
Mali- Côte d’Ivoire : Les 46 militaires ivoiriens graciés sont arrivés à Abidjan
Mali : Les 49 soldats condamnés bénéficient de la grâce présidentielle
Tchad : Onze officiers de l’armée mis aux arrêts pour tentative de déstabilisation des institutions de la république
Côte d’Ivoire : Un accident de la route fait quatorze morts et 71 blessés à Yamoussoukro
Affrontement au parlement sénégalais : Les deux mis en cause écopent de six mois de prison ferme
Mali : Les 46 soldats ivoiriens écopent de 20 ans de prison ferme, la peine de mort pour les trois femmes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés