Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte

Accueil > Actualités > Politique • Déclaration • mercredi 23 novembre 2022 à 21h52min
Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte

Dans cette déclaration, le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale (MBUTS) exprime son indignation face aux allégations des officines de la délation contre le secrétaire général du mouvement, Abdoulaye Barry. Ce dernier est accusé de tenir des réunions avec d’autres personnalités et d’organiser des manifestations en vue de déstabiliser la transition et le MPSR. Face à ces accusations dont l’objectif est « de porter atteinte à l’intégrité physique et morale de M. Barry », selon le MBUTS, une plainte a été déposée afin que toute la lumière soit faite sur cette affaire.

Depuis le lancement du Mouvement Burkinabè Unis pour une transformation sociale (BUTS) le 30 juillet 2022, des officines de la délation tentent par tous les moyens de salir la réputation de ses premiers responsables et de les livrer à la vindicte populaire. Des individus mal intentionnés inondent les réseaux sociaux de calomnies et d’insanités exceptionnellement graves de toutes sortes pour servir des desseins inavoués. Ils vont jusqu’à opposer les ethnies les unes contre les autres en insinuant des complots ourdis par un groupe ethnique contre la transition.

La dernière cabale en date est celle contre le Secrétaire Général du Mouvement, Abdoulaye Barry, accusé de tenir des réunions avec d’autres personnalités et d’organiser des manifestations en vue de déstabiliser la transition et le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) dirigés par le Capitaine Ibrahim Traoré. Naturellement, il a saisi le procureur d’une plainte afin que toute la lumière soit faite sur ces graves accusations dont l’objectif est de porter atteinte à son intégrité physique et morale et surtout que les auteurs soient sanctionnés à la hauteur de leurs forfaits.

Nous saisissons cette occasion pour interpeller les autorités militaires, politiques et judiciaires sur l’impératif de protéger les citoyens contre ces pratiques abjectes qui ont tendance à transformer les réseaux sociaux en des espaces de non droit où tout est permis. L’heure est grave. Notre pays pays est à un tournant très préoccupant de son histoire. C’est pourquoi, ces fossoyeurs de l’engagement sacerdotal, tapis dans l’ombre et au service de causes obscures, doivent être démasqués et mis hors d’état de nuire afin qu’aucun espace ne soit donné à ceux qui veulent installer la terreur dans notre pays.

La coordination du Mouvement BUTS condamne avec la plus grande fermeté ces agissements et ces attaques gratuites contre des citoyens dont la seule faute est d’être engagés au service de leur pays pays et de leur peuple.

Elle exprime sa solidarité et son soutien indéfectible au secrétaire général et rassure tous les sympathisants que nous restons attachés aux valeurs de la république et à l’intérêt supérieur de la nation et du peuple Burkinabè. Nous ne sommes ni comploteurs ni putschistes.

Notre souhait le plus ardent est que la transition actuelle réussisse sa mission afin que notre pays recouvre rapidement l’intégralité de son territoire, retrouve la stabilité politique et institutionnelle et surtout sa paix d’antan afin d’entamer sereinement sa marche triomphale vers l’horizon du bonheur partagé pour l’ensemble de ses filles et fils.

Notre destin nous appartient !

La Coordinatrice nationale

Vos commentaires

  • Le 24 novembre à 04:33, par HUG En réponse à : Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte

    Vous avez interet a laisser cette transition travailler meme si.elle.n est totalement parfaite. Madsme.c est vous sous le regime’du mpp qui a validé la discrimination entre travailleurs du public a travers les fameux cas par’cas.C est encore vous qui avait un salaire exorbitant dans un pays pauvre.Le.capitaine a montré le.bon.exemple en renoncant a son salaire de.president nettement superieur a son salaire de capitaine.C est du jamais vu sauf au temps de Thomas sankara. Par l acte il.montre qu il n est pas esclave d argent contrairement a certains ministres sous le pouvoir du mpp qui ont negocie leur salaire en placant la barre tres haute dont la presidente du BUT.Qu est ce que.ces ministres nous ont apporté. Conclusion :/celui ou celle qui s amusera a destabiliser ce pouvoir trouvera sur sa route les Burkinabés honnetes.

    Répondre à ce message

    • Le 28 novembre à 08:55, par LUI En réponse à : Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte

      Internaute HUG.Vous avez un problème personnel avec Dame SORY et vous pouvez l’appeler pour résoudre vos différents s’il y’ a lieu.Quant aux salaires, vous faites une mauvaise lecture car lorsque DAME SORY venait au gouvernement,le Burkina n’était pas en plein pied dans le terrorisme.Ensuite,Comparer les salaire des autorités de cette façon n’est que de l’aberration.Si quelqu’un touchait 10 millions et accepte venir prendre 6 millions ce sera malhonnête de ne pas reconnaître son effort. ET un chef de l’état disposant de dizaines de milliards comme fonds de souverainetés n’a pas besoin de son salaire en réalité.Moi j’allais applaudir plus si toutes les caisses noires étaient supprimées de mêmes que les dons faits aux autorités comme au temps de SANKARA car lui mêmes ce qu’on donnait à sa femme était systématiquement reversé au trésor publique.

      Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 08:55, par Koutourlè En réponse à : Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte

    Bonjour,
    Je salue cette plainte du MBUTS.
    Non à la terreur !
    Que les lois de notre république s’appliquent avec rigueur et fermeté.
    On attend beaucoup de nos autorités judiciaires, politiques et militaires et de toutes les personnes de bonne volonté éprises de paix et de justice.
    Ne laissons pas le Burkina sombrer !

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 09:40, par saam En réponse à : Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte

    Beaucoup de courage au BUTS. Les coups bas et les peaux de bananes ne manqueront pas. Les oiseaux de mauvaises augures sont aux aguets, les yeux glauques et méchants, attendant la moindre occasion pour faire mal. Mais le juste l’emporte toujours. Comment être membre du BUTS ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 10:13, par Ouedraogo En réponse à : Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte

    Quant a moi je soyhaierai que le président IB prenne les mesures suivantes pour vaincre le terrorisme en instaurant la bonne gouvernante car c est la mal gouvernance qui est la cause du terrorisme Les mesures a prendre sont.
    1 La suppression de toutes les caisses noires
    2 la suppression des subventions des partis politiques et des osc
    3 l exploitation des declarations de patrimoine des dignitaires du cdp du mpp et de ses 200 ou 300 allies qui n avaient aucun respect pour l argent public, les dignitaires de la transition de 2015 et enfin les dignitaires de mpsr 1 afin de déceler les multimillionnaires et des milliardaires pour qu ils justifient leur patrimoine. L objectif est de confisquer les biens mal acquis.
    4 résoudre le problème des 5500 dossiers du HCRUN qui ne sont que des injustices
    5 Faire la mise a plat des salaires. Tout le monde doit être payer sur la base de son niveau d études et celui qui n est pas d accord est libre de démissionner.
    6 si les 5 points cités ne sont pas résolus il est illusoire de penser a la fin du terrorisme.
    P

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 11:10, par Yako En réponse à : Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte

    " que la transition actuelle réussisse sa mission afin que notre pays recouvre rapidement l’intégralité de son territoire, retrouve la stabilité politique et institutionnelle et surtout sa paix d’antan "Hummm... mes amis c’est un mea-culpa ou quoi ? La stabilité et la paix tant souhaitées par tous aujourd’hui,ce bien précieux le président BC nous l’avait procuré. Il est à Abidjan allez-y demander quelle était sa recette. La transition fait de son mieux pour nous sortir de la m...dans laquelle le MPP et alliés nous ont plongé Comme quoi on apprécie le bonheur que lorsqu’on l’a perdu.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 15:21, par soyons vrais En réponse à : Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte

    Cette transition réussira. Les nouvelles autorités doivent être vigilants pour pouvoir séparer la bonne plante de l’ivraie. Courage au peuple, Dieu relèvera le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 16:17, par Nick En réponse à : Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte

    J’aime beacoup les prises de positions et analyses politiques de cet homme Mr Barry. Ils ont bien fait de saisir le procureur. Il faut que la lumiere soit faite.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre à 07:59, par Sonni ALIBER En réponse à : Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte

    Malgré la situation sécuritaire DIFFICILE DU BURKINA FASO 🇧🇫,certains trouvent toujours le moyen de vouloir amplifier la quiétude des burkinabé /Si on vous accuse c’est qu’il y’a des preuves /d’ailleurs un parti politique n’a plus de sens en ce moment au Burkina car il n’y a plus dans les questions

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre à 13:23, par tengen-biiga En réponse à : Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte

    Aux internautes

    Qui a droit à la parole ?

    Pardon, demandez-vous si vous êtes une lumière avant d’éclairer les autres ?

    Même en démocratie, on ne peut exposer en public des limites personnelles que l’on peut travailler à corriger.

    Le BUTS est une association. Porter plainte est légale au Burkina Faso. Se cacher dans un réseau social pour ourdir de la désinformation n’est pas courageux

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre à 16:16, par Ouedraigo En réponse à : Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte

    Cette dame aurait du transformer la societe sous son mentor Roc pourquoi vouloir montrer aux gens qu elle peut transformer la societe burkinabe. Elle a fait partie d un régime qui a ete le pire des regimes que le burkina a connu. Un regime qui n avait aucun respect pour l argent public et on veut encore nous donner des lecons.je pense que le president a intérêt a exploiter les declarations de patrimoine des dignitaires du mpp et de ses 300 allies afin de detecter les multimillionnaires et millionnaires et confisquer les biens mal acquis

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre à 08:55, par Alph@2025 En réponse à : Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte

    Pour etre franc, je ne voyais pas d’un bon oeil, la naissance du BUTS. Mais maintenant qu’ils sont là, laissons leur la chance de prouver qu’ils ne sont pas une structure pour rien. J’ai du mal à comprendre les récriminations contre Mme SORI qui à mon avis a été l’un des meilleurs ministres sous RMCK. Elle a tenté de faire son travail, mais on lui a semé beaucoup d’embuches, et on l’a lâché en plein vol (affaire des fonds communs). Maintenant, on la critique pour son salaire. Certes elle avait le salaire le plus élevé de ce gouvernement. Mais ce salaire constituait pour elle un net recul par rapport à ce qu’elle percevait auparavant. Elle n’était certes pas obligée d’accepter ce poste de ministre, mais elle n’a pas postulé, on est allé la chercher. Et elle a fait le travail. Si elle avait été soutenue, elle aurait pu opérer des réformes positives au ministère des finances. Il faut que les Burkinabè arrêtent leur voyeurisme sur le salaire des autorités. Il faut en revanche être intransigeant sur leur efficacité et leur efficience. Le colonel GOITA que tant de burkinabè admirent a un salaire de 10M de francs CFA. Les ministres et hauts fonctionnaires maliens ont des salaires nettement plus élevés que ceux de leurs homologues burkinabè. Et cela va du simple au triple, sinon plus. Mme SORI après avoir quitté le gouvernement n’est pas au chômage. Ca a été pour elle un sacrifice que d’accepter ce poste. Si des gens sous le régime de RMCK ont commis des crimes de détournement et non pas été sanctionnés, ce n’est pas la faute de Mme SORI. Et si Mme SORI a commis des crimes ou des délits, qu’on la juge et qu’on la condamne. Mais arrêtons les récriminations inutiles

    Répondre à ce message

  • Le 28 novembre à 20:15, par HUG En réponse à : Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte

    Internaute LUI, le passé est tetu.Votre mpp a bafoué et violé le decret de 2008 portant remuneration des.ministres et autres. Meme damiba avide d argent a pris un decret ppur essaye de legaliser son salaire elevé.Ton mpp n a pris un acte pour cela on appelle cela le mouta mouta.Cette chanson de dire qu on tpuchait dix millions pati pata ne tient pas la route. On peut servir son pays en demandant peu.On appelle cela le sacrifice.LUI retient ceci, qu est ce que Rosine a apportê au burkinabé en tant que ministre. Si on tient votre logique le jeune capitaine chef d etat n allait pas renoncez a son salaire de chef d etat car c est sa fonction. Mais pourquoi il a renoncé a son salaire de president et conserver son salaire de capitaine qui est nettement inferieur au salaire de president ? On appelle cela le sacrifice. On ne peut pas amasser nos ressources maigres et venir jouer aux donneurs de leçon apres avoir perdu les privileges du mpp.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre à 14:50, par Kouka En réponse à : Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte

    Pour beaucoup de burkinabé, compétence et niveau de salaire vont de pair. Cela est complètement faux. En fait, pour faire simple, disons que le salaire dépend de la grille salariale de l’entité pour laquelle l’on travaille, sans plus. C’est ainsi par exemple qu’un agent de police burkinabé mis à la disposition d’une mission onusienne, peut du jour au lendemain percevoir 10 fois le salaire qu’il percevait au Burkina et même le triple du salaire d’un commissaire de police burkinabé. Est-il alors devenu par ce simple fait plus compétent que son commissaire de police ?
    A la fin de sa mission, ou même avant, s’il était rappelé au pays, peut -il exiger que l’on aménage à son seul profit la grille salariale de la police nationale pour ne pas perturber ses nouvelles aisances corporelles, métaboliques et psychologiques ? et par dessus le marché, prétendre galvaniser avec un discours sankariste, les troupes pour la lutte contre les terroristes, tout en se proposant de raboter leurs acquis pécuniers pour les besoin de la lutte ?
    C’est précisément cette supercherie qui a été mise à nue au ministère des finances, avec en prime le départ de la supposée compétente parce que grassement payée par le système des nations unies lui même financé par les cotisations des états membres, donc le labeur des fonctionnaires dont la masse salariale globale est strictement contrainte pour que les cotisations à l’ONU entre autres ne soient en aucun cas compromises.
    Cela dit, que l’intéressée soit promue à d’autres hautes fonctions internationales ou nationales, relève tout simplement d’un système de réseautage de ces privilégiés pour protéger coute que coute les privilèges des membres du Réseau, et non encore une fois de plus, de compétences exceptionnelles.
    Alors, à chacun son petit boulot et son petit salaire de fonctionnaire, surtout sans complexe.
    NB : les profs d’université cubains sont moins bien payés qu’un fonctionnaire moyen burkinabé.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Rumeurs de tentative de coup d’État au Burkina Faso : Le porte-parole du gouvernement apporte des précisions
Velléités de déstabilisation de la transition : « C’est bien de privilégier le dialogue, mais nous ne sommes pas rassurés », lance le CISAG au capitaine Ibrahim Traoré
Burkina Faso : Le président de l’Assemblée législative de transition prend conseils auprès de personnes ressources
Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré aurait effectivement échappé à un coup d’État
Soutien pour le renforcement de la démocratie au Burkina Faso : Le Premier ministre invite le NDI à sortir des sentiers battus
Accusation de déstabilisation de la transition : Le Mouvement burkinabè unis pour une transformation sociale porte plainte
Affaire 2000 soldats étrangers au Burkina Faso : Le gouvernement apporte un démenti
Burkina : Des organisations féminines choquées par les « propos assez ironiques » du Premier ministre sur le genre
Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six thématiques
Burkina : L’Assemblée législative de transition est désormais dotée de tous les organes
Burkina : Ce qu’il faut retenir de la Déclaration de politique générale du Premier ministre
Déclaration de politique générale : Les parlementaires livrent leurs impressions sur le discours du Premier ministre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés