LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

Publié le mardi 15 novembre 2022 à 20h16min

PARTAGER :                          
Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

Le chef de l’État, capitaine Ibrahim Traoré a signé ce 14 novembre 2022 un décret portant création de six bataillons d’intervention rapide (BIR). Ces bataillons sont chargés d’intervenir le plus rapidement possible et le plus en avant face à toute menace contre l’intégrité du territoire. Ils sont chargés aussi d’assurer les escortes des grands convois logistiques de l’armée ou toute autre organisation, de participer à la lutte contre le grand banditisme et de préserver et perpétuer les traditions militaires.



PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 15 novembre 2022 à 20:40, par Baoyam En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    Des pas dans la bonne direction. On attend la matérialisation de toutes ces annonces. Il faut surtout qu’ils soient bien formés et bien équipés.

  • Le 15 novembre 2022 à 21:46, par Sacksida En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    Je suis pas Militaire, mais si l’on parle de rapidement, cela doit s’entendre que ces Battaillons doivent etre places a des endroits strategiques sur tout le Territoire National. Concentrer ces Battaillons dans la Capitale ne pourrait pas selon ma comprehension etre efficace, pertinentes et rationnelles rapidement. Mais enfin, Courage aux FDS avec des VDP sur le Terrains des combats contre le Terrorisme et le grand Banditisme desastreux. Salut

  • Le 15 novembre 2022 à 22:57, par HUG En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    Ce sont ces genres d actes on veut.Bonne chance. Dieu est grand.

  • Le 16 novembre 2022 à 00:09, par Mafoi En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    Je ne sais pas combien de militaires il faut pour former un bataillon d’intervention rapide mais entasser ces 6 bataillons dans la seule ville de Ouagadougou ne fait pas sérieux.C’est encore du grand n’importe quoi car nul besoin de faire une école de guerre pour s’en rendre compte

  • Le 16 novembre 2022 à 00:19, par YN En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    Suis d’accord avec Sacksida. La création de camps militaires à l’intérieur du pays , dans lesquels ces BIRs seront logés est la seule alternative pour controler le territoire. Quelque soit le nombre de BIR , si sont stationnés à ouaga, ça servira à rien car le temps de se projeter sur le terrain en cas d’attaques sera long et donc y aura une inéfficacité !
    Merci d’aller plus loin que ca. On voit que vous avez abbrogé déjà la création d’unité militaire sur des nouvelles zones qui était une innovation de votre précédesseur !

  • Le 16 novembre 2022 à 01:48, par Bob En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    Avec ces bataillons on fait la moitié du chemin car on est toujours sur la défensive et dans la réaction. Ce qu’il faut c’est un changement radical en étant offensif. Pour cela on doit avoir des centaines de groupes de combat légers, mobiles et flexibles en opération permanente sur le terrain. Leur rôle sera de réduire la mobilité des djihadistes et les contraindre à se regrouper, ce qui donnerait un avantage à l’armée qui a des moyens aériens. De telles innovations demandent des efforts dans la communication, l’encadrement et le commandement. L’armée aura alors besoin de groupes pluridisciplinaires de réflexion qui résolvent les problèmes rencontrés et définissent la stratégie.

  • Le 16 novembre 2022 à 01:48, par Bob En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    Avec ces bataillons on fait la moitié du chemin car on est toujours sur la défensive et dans la réaction. Ce qu’il faut c’est un changement radical en étant offensif. Pour cela on doit avoir des centaines de groupes de combat légers, mobiles et flexibles en opération permanente sur le terrain. Leur rôle sera de réduire la mobilité des djihadistes et les contraindre à se regrouper, ce qui donnerait un avantage à l’armée qui a des moyens aériens. De telles innovations demandent des efforts dans la communication, l’encadrement et le commandement. L’armée aura alors besoin de groupes pluridisciplinaires de réflexion qui résolvent les problèmes rencontrés et définissent la stratégie.

  • Le 16 novembre 2022 à 05:12, par Tao En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    Courage et felicitation !!J’ai eté dans une zone òu les teroriste ont pris tout une journée pour bruler des antenes des reseaux de communication sans qu’il y ai intervention de l’armée !!C’est deplorable !!!Il faut aller vite et bien !!!ITout le pays c’est de l’urgence !!!!s

  • Le 16 novembre 2022 à 06:18, par Bwonboyé biga En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    Nos encouragements aux nouvelles autorités .des actions militaire sont visibles au tuy . Merci et courage pour la suite

  • Le 16 novembre 2022 à 08:14, par Sheikhy En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    C’est bon à prendre. Le BIR est une force très redouté au Cameroun. C’est une force très redoutée. SI le fait de dire qu’ils sont mis à la disposition du COTN signifie que celui-ci est maintenu est une bonne chose. Je pense que le LTCL Bamouni est un bon. SI il n’y a pas de soucis particulier, il est bon de laisser continuer même si on rectifie la stratégie.
    Bon vent pour le bien de nous tous et du FASO.

  • Le 16 novembre 2022 à 08:38, par Stalinsky En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    Il faut effectivement amender l’article 2. Je suis d’avis que sur le plan militaire, la topographie et la connaissance du milieu d’intervention sont capitales pour des succès. Comment voulez vous envoyer des soldats dans un milieu ou souvent qu’ils ne connaissent pas , la langue locale qu’ils ne comprennent pas et ne pas tomber dans des embuscades. Il faut les déployer dans les 6 régions militaires que Sankara et Lingani Jean-Baptiste avaient crées et non dans la capitale. Il faut créer aussi des bataillons populaires d’intervention rapide (BAPIR) qui va regrouper les VDP et certains soldats que l’on recrute actuellement dans chaque localité. Vous pourrez consulter le Colonel Pierre Ouédraogo en retraite.
    Mais l’essentiel, c’est de se doter d’équipements anti embuscades et amphibis les BTR 80. La Côte d’Ivoire en a acheté 6, le Cameroun 200 à la Russie..

  • Le 16 novembre 2022 à 09:27, par kwiliga En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    "les bataillons d’intervention rapide sont initialement basés dans la garnison de Ouagadougou et peuvent être déployés en fonction des nécessités opérationnelles..."
    Hum, est-ce à dire que, jusqu’à présent, vous n’arrivez pas à définir de régions, dans lesquelles des "nécessités opérationnelles" se font ressentir ?
    "intervenir le plus rapidement possible..."
    Hum, oui d’accord, mais depuis Ouaga ? Avec quel moyen de transport intervient-on rapidement de Ouaga à Djibo, par exemple ?
    "préserver et perpétuer les traditions militaires"
    Hum, même si on a l’impression qu’elles sont inefficaces ?

  • Le 16 novembre 2022 à 09:56, par zacksoba En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    Internaute Sacksida, votre question est trés pertinente.Et vous avez mis le doigt là où il fallait.
    En fait, ces bataillons n’ont pas été crées pour faire la guerre aux terroristes.Ils ont été crées pour contrer les éventuels coup d’Etat.ce sont des mini-RSP que IB met en place pour se protéger.
    D’abord quand vous regardez les missions, il y a de quoi sourire.On nous dit : "- intervenir le plus vite possible et le plus en avant, en privilégiant la mobilité" Si tel est le cas, pourquoi les baser à Ouagadougou et pourquoi les mettre sous l’autorité du CEMGA.En principe, on devait les répartir entre les régions militaires et les baser sur le terrain sous l’autorité des commandants de région. Vous allez voir, ces bataillons ne vont jamais quitter Ouaga.Un autre indice qui me conforte dans mon opinion, c’est l’identité des gens nommés à la tete de ces bataillons : Azarias Sorgho, Ouiya, etc.. en fait ’est le noyau dur des putschistes qui auront chacun son bataillon. Comme les autres unités sont hostiles, il fallait créer ces bataillons pour se donner une force de frappe pour faire échec à toute velléité.
    Certaines missions sont mème bizarres : on parle d’escorte au profit des forces armées nationales et de tout organisme. Comment un bataillon d’intervention,qui est supposé être en permanence sur le terrain pour traquer les terroristes, va être affecté aux escortes, chose qui relève normalement de la gendarmerie ? En fait on a compris:ces bataillons seront des sources de revenus pour leurs chefs qui ont aidé IB à prendre le pouvoir.Comme cela, chacun aura à manger.On dit que ces escortes peuvent être faites en faveur de "tout organisme". Par exemple, les commerçants vont maintenant devoir s’adresser à ces bataillons pour faire escorter leurs marchandises, et ce contre de l’argent.Mème chose pour les organismes humanitaires.
    Au mois d’Aout dernier, on avait créé deux bataillons d’intervention rapide. On les supprime (c’est écrit dans le décret et on en créé 6. On aurait pu juste en créer 4 et laisser les deux premiers. Mais sans doute que ces deux ont commandés par des gens pas surs, donc mieux vaut les dissoudre carrément .
    C’est vraiment dommage que sous couvert de réorganisation de l’armée, on aboutisse en fait à une patrimonialisation de l’armée au profit d’un groupe de putschistes.
    C’est dommage pour notre pays. Surtout que pendant ce temps, l’ennemi avance.
    C’est vraiment dommage que sous prétexte de réorganiser l’armée

    • Le 16 novembre 2022 à 11:12, par Ni wendé En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

      Huuummmm ! Ne voyons pas le mal partout et donnons leur le bénéfice du doute. A l’épreuve, les choses se verront un peu plus claires.
      La cupidité ne les amènera nulle part, croyez moi.

  • Le 16 novembre 2022 à 12:23, par YARUS En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    PAS D’INTERVENTION TERRESTRE SANS AU PREALABLE UN RATISSAGE DE L’AVIATION MILITAIRE...Nous devons exterminer tous ses nuisibles jusqu’aux insectes .....

  • Le 16 novembre 2022 à 13:11, par Bob En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    @Zacksoba
    Ou vous êtes doué de double vue ou vous faites un procès d’intention aux nouvelles autorités. C’est vrai que le décret présente des insuffisances en l’état, mais cela dépendra de l’articulation générale des forces, mais comparer ces bataillons au RSP c’est insulter la mémoire de tous ceux qui sont morts à cause de cette unité maudite. Maintenant si nous demandons des changements il est normal que le commandement soit impacter. Sans preuve, nous devons accorder la présomption d’innocence et la volonté d’œuvrer pour le bien du pays à nos autorités. Peindre tout en noir ne résoudra aucun problème. Vigilance d’accord mais soutien et engagement patriotique d’abord.

  • Le 16 novembre 2022 à 19:07, par Adama 1 En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    Internautes Sacksida et compagnie, la manière dont vous vous enflammez en agitant l’épouvantail du RSP ancien montre vos graves limites dans la lecture des textes. Les différents régiments qui existent déjà ont des attaches régionales. Cela signifie qu’ils ont chacun sa zone de compétence en matière d’intervention. Les BIR se veulent être des unités mobiles opérationnelles sur toute l’étendue du territoire selon les nécessités. Alors pourquoi voulez-vous qu’on les lie à un commandement local qui les empêcherait d’aller en cas de besoin sur n’importe quel autre point du territoire ?
    Le rattachement de ces unités mobiles au commandement central permet suivant le renseignement de les disperser ou encore de les regrouper à souhait autour de tous les points chauds. Les autres missions évoquées concourent aussi à la sauvegarde des populations contre la faim, n’en déplaise à ceux qui voient tout de travers.
    Pour les amalgames délibérés, je vous suggère de ne plus juger par anticipation, mais après constat de dysfonctionnement clairement établi. Les polémiques stériles ne nous font point avancer. Dites-nous, qu’avez proposé de sensé pour le bien du pays ?
    Merci

  • Le 17 novembre 2022 à 07:40, par Arlette En réponse à : Burkina : Six bataillons d’intervention rapide créés

    Mes sincères felicitations au 9résudent de la Reabsition, Mr Ibrahim Traoré d’ abord pour son beau dusvours du 15 novenbre dernier afin d’ interpeller le oeiole Burkabè tout entier à se renetre en cause : faire une instrosoevtion orofonde et sincère. Bref, de commencer par " MEA CULPA’" si la situation au pays rtait devebue inténable. Un duscours émouvant et inspirateur pour les autres Chegs d’ État Africains. Je dis tout simplement BRAVO notre cher jeune President Ibrahim Traoré ! Que l’ espritde Dieu vous accompagne dabs cette visio5.

    À propos, j’ applaudie également l’ initiative pour la creation de BIR en vue de la sécurité des citoyens et la bonne gouvernance. Nouvelles Perspectives !
    Nouvelles Stratégies oour la bonne gestion des Affairres de l’ Etat .
    Enfin, je souhaite RESTAURATION, INTÉGRITÉ ET PAIX TOTALE pour le BURKINA FASO. Un exemple incontestable pour toute l’ Afrique ! BRAVO !

    Merci beaucoup !

    Votre soeur Panafricaniste.

    A. G.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Loroum : Titao ravitaillé en produits de premières nécessités