LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina : Le nouveau Premier ministre compte réduire les salaires des ministres

Publié le dimanche 23 octobre 2022 à 22h13min

PARTAGER :                          
Burkina : Le nouveau Premier ministre compte réduire les salaires des ministres

Le nouveau Premier ministre burkinabè, Me Apollinaire Kyelem de Tambela, a accordé une interview à radio Oméga, ce dimanche 23 octobre 2022. Sa vision sur la réconciliation nationale, la constitution du gouvernement, le choix des partenaires internationaux dans la lutte contre le terrorisme ont été, entre autres, au menu de cet entretien dont nous avons retranscrit le contenu.

Radio Omega : Mesurez-vous l’étendue de la tâche qui vous attend ?

Me Apollinaire Kyelem de Tambela : Parfaitement, j’en suis conscient. Avant même d’être nommé Premier ministre, je suis un Burkinabè. Je vis ici, donc je connais les réalités du pays. Je suis parfaitement conscient de ce qui nous attend.

Les attentes sont nombreuses, bien sûr…

Bien sûr, tout à fait. C’est pour cela que nous parlons de refondation. C’est pour cela que le président parle d’urgence. Le président dit que tout est urgent.

L’épineuse question de la sécurité, le président est un militaire. Il connaît sans doute son rôle. Quelle place pour vous en tant que Premier ministre civil ?

C’est de constituer un binôme avec le président. Le président est un militaire, il est un homme de terrain. Il m’a fait comprendre que ce qui le préoccupe le plus, c’est la sécurisation du territoire et le retour des déplacés dans leurs localités d’origine. Le président va donc se charger du volet sécuritaire et moi, du volet civil ; c’est-à-dire de la gouvernance du territoire.

Avez-vous déjà une idée de votre structure gouvernementale dont le nombre est limité à 25 par la charte de la transition ?

Je pense que 25, c’est beaucoup. Je ne crois pas qu’il y aura 25 ministres. Je crois que nous en aurons un peu moins. Vu le problème sécuritaire du pays, il faut faire des économies sur tous les plans.

Des ministères seront scindés ?

Attendez de voir. Je pense que vous n’attendrez pas beaucoup. Vous verrez comment nous allons procéder.

A quand la formation de ce nouveau gouvernement ?

Je ne peux pas vous le dire, parce que vous savez que cela ne dépend pas seulement de nous. Il y a aussi les nécessités administratives. Sinon si cela ne dépendait que du président et de moi, les choses ne sauront durer.

Vous êtes également responsable du dialogue politique et de la réconciliation. Comment percevez-vous l’environnement politique ?

Je ne comprends pas bien votre question. Mais si c’est l’environnement politique, je le connais très bien. Maintenant quelle sera la réaction des hommes politiques ? Je ne peux pas vous le prédire. C’est avec le temps qu’on le saura.

Je veux dire qu’est-ce que vous attendez des acteurs politiques dans cette transition ?

Je pense que les acteurs politiques sont des Burkinabè. S’ils sont des patriotes, ils ne peuvent que soutenir l’action de notre régime de la transition qui consiste à donner la priorité à la sécurité des Burkinabè. Chaque jour qui passe, des Burkinabè meurent. Chaque jour qui passe, des Burkinabè sont chassés de leurs territoires. Si les acteurs politiques ont une fibre nationaliste, ils ne peuvent que soutenir notre action. Et à l’issue de notre action, ils pourront revenir sur la scène politique et recommencer leur jeu. Mais en attendant, c’est une question de survie du Burkina Faso et des Burkinabè.

Sur la question de la réconciliation nationale, le MPSR 1 avait engagé certaines actions. Quelle est votre vision sur les actions entreprises par vos prédécesseurs ? On a vu l’ancien président Blaise Compaoré qui était au Burkina…

Vous savez, je n’ai pas encore pris réellement fonction en tant que Premier ministre. Nous sommes encore au stade des négociations. Je ne connais pas l’étendue exacte de ce que faisait le MPSR 1. Mais je m’étais déjà prononcé par rapport à l’arrivée de Blaise Compaoré ici au Burkina Faso. Je vous ai dit par exemple que tout le monde est pour le pardon. Mais il y a un cheminement pour le pardon. Le pardon exige l’humilité de la part de celui qui demande pardon, et la sincérité de la part de celui qui demande pardon. J’avais dit que je n’avais pas perçu ces deux éléments dans l’arrivée de Blaise Compaoré et dans la proclamation de sa demande de pardon. De mon point de vue, cette façon de procéder n’était pas conforme. Je me suis déjà prononcé aussi sur la réconciliation.

Pour moi, la vraie réconciliation au Burkina Faso consiste à réconcilier l’ensemble des Burkinabè avec l’ensemble des Burkinabè. Généralement, les gens, quand ils parlent de réconciliation, c’est une vision politique, c’est-à-dire la réconciliation entre les acteurs politiques de différents régimes entre eux. Mais cela a concerné une minorité de Burkinabè. Nous sommes 22 millions, il faut faire en sorte que chacun des 22 millions se sente Burkinabè. Vous savez déjà qu’ils vivent pratiquement en dehors de l’Etat parce qu’il y a pas de structure de l’Etat à leur niveau. Ces gens ne sont pas réconciliés avec l’Etat. Donc il s’agira de faire en sorte que tous ces gens puissent se sentir Burkinabè et puissent savoir que nous avons une cause commune à défendre. C’est cela la vraie réconciliation.

On connait vos penchants proches de Thomas Sankara. Est-ce que cela va se sentir dans votre gouvernance ?

J’ai déjà eu à dire qu’on ne peut pas développer le Burkina Faso en dehors de la ligne tracée par Thomas Sankara. Cela n’est pas possible parce que nous sommes un pays sous-développé avec peu de moyens. Nous ne pouvons que compter que sur nos propres forces si nous voulons nous en sortir. Actuellement, vous avez remarqué qu’on patine depuis longtemps. Pourquoi ? Parce que nos propres produits, ce que nous produisons, ne sont pas consommés. Nous consommons ce qui vient d’ailleurs. Regardez les vêtements, les chaussures d’occasion qui inondent nos marchés, etc. Comment voulez-vous que nos cordonniers puissent s’en sortir si cela continue ? Comment voulez-vous que nos tisserands puissent s’en sortir si cela continue ? Si la poubelle des pays occidentaux est déversée sur nos territoires ?

L’économie est au ralenti, monsieur le Premier ministre. Le pouvoir d’achat est faible ; quelle mesure urgente ?

Comme je l’ai dit, je n’ai pas encore pris fonction. Il faut connaître les réalités pour savoir maintenant par quelle mesure urgente nous allons procéder. Nous allons commencer par abroger la décision du président Damiba qui consistait à relever le traitement [salarial] des ministres et du président du Faso. Ensuite, nous essayerons de voir si c’est possible qu’on joue sur le prix du carburant parce que tout est basé sur cela. Si le prix du carburant augmente, tout augmente. Tout fonctionne à partir du carburant. Nous essayerons de voir parce que je ne peux pas vous dire si on pourra le réduire ou pas. Mais nous essayerons de voir si cela est possible de revenir sur ces décisions, afin de relancer l’économie.

Vous êtes en train de dire que les salaires qui ont été augmentés chez les ministres, ces salaires seront revus à la baisse ?

Ecoutez, le président est d’accord, je suis d’accord aussi. Je pense qu’ensemble, nous essayerons de revoir cette décision pour réconcilier les Burkinabè avec eux-mêmes.

On termine sur la question du partenariat dans cette lutte contre le terrorisme. Des voix s’élèvent pour réclamer un partenariat avec la Russie, parce que le partenaire français ne produit pas de résultats selon elles. Quel est votre avis sur le sujet ?

Mais nous sommes déjà en partenariat avec la Russie ! Je l’ai déjà dit. C’est mon propre oncle Pierre-Claver Damiba que le président Lamizana avait envoyé en Russie pour négocier les relations entre la Russie et le Burkina Faso, donc c’est depuis la prise de pouvoir du président Lamizana. C’est depuis les années 60 que nous sommes en relation avec la Russie. Nous sommes déjà en partenariat avec la Russie. Vous savez que nous achetons des armes de la Russie, de l’Ukraine, etc. Les partenariats existent. Mais peut-être qu’on pourrait renfoncer les partenariats en tenant compte des réalités actuelles.

Mais quoi qu’il en soit, il ne sera pas question pour le Burkina Faso de se laisser dominer par un partenaire quelconque, quel que soit le pays. Il ne sera pas question pour le Burkina Faso d’être dompté et dominé par un partenaire quelconque. Nous négocierons avec tous les partenaires en ayant en vue l’intérêt du Burkina Faso. Si nous estimons qu’un partenaire n’est pas loyal avec nous, nous attirerons son attention. S’il persiste dans son comportement, nous reverrons nos relations avec ce partenaire. Cela doit être clair et compris par tout le monde. C’est la souveraineté du Burkina Faso qui sera prise en compte.

Propos retranscrits par SB
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 23 octobre 2022 à 13:44, par Barou En réponse à : Burkina : Le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambela compte réduire les salaires des ministres une fois installé

    MERCI MON PM
    VOICI UN DIGNE FILS DU BURKINA.
    FAITEZ L AUDIT DE TOUT LES MINISTRES ET ENTITES MILITAIRES SVP.
    AUSSI PLUS DE FRAIS DE MISSION NI DE SALIARE POUR DEPUTÉ.

  • Le 23 octobre 2022 à 14:18, par Alpha2025 En réponse à : Burkina : Le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambela compte réduire les salaires des ministres une fois installé

    Mtre de Tambela, je vous souhaite plein succès dans votre mission, pas parce que je vous aime, mais parce que ce pays en a besoin. Rappelez vous une seule chose : la vraie vie n’est pas toujours comme les mathématiques ; dans la vraie vie, le chemin le plus court d’un point à un autre n’est pas forcément la ligne droite. L’expérience de Sankara, que vous connaissez bien mieux que moi, foisonne d’exemples illustrant à souhait, ce que je viens d’affirmer. Rappelez vous en et tout se passera bien !

  • Le 23 octobre 2022 à 14:25, par Nick En réponse à : Burkina : Le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambela compte réduire les salaires des ministres une fois installé

    Je suis deja satisfait de ce premier chois de IB et de ce premier interview. Pas de polimiques inutiles. Nous devrons eviter les bagares inutiles comme le font nos freres maliens. Il ne pouvait pas faire mieux. Mais comme on le dit toujours, c ;est au pieds du mur qu’on reconnait le vrai macon. donc au travil ’jespere encore etre tres fier de mon Burkina Faso et de son integrite bientot

  • Le 23 octobre 2022 à 14:49, par Le patriote "Le vrai" En réponse à : Burkina : Le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambela compte réduire les salaires des ministres une fois installé

    Monsieur le premier ministre Kyelem de Tambela. Vous parlez juste et bien sans fioriture. Mais je veux vous dire un mot par rapport au partenariat avec la Russie. Ne cherchez pas à frustrer les milliers d’insurgés de nos deux révolutions en tergiversant sur ces partenariats soit disant que vous connaissez le partenariat russe. Nous insurgés nous allons faire venir la Russie asseoir devant nous et nous allons discuter d’égal à égal avec elle sur nos conditions intrinsèques de partenariat pour acquérir les armes pour mener la guerre contres le djihadistes. Nous n’allons pas rentrer dans les mics macs de diplomatie. Vous parlez bien mais faite gaffe de ne frustrer personne surtout pas les insurgés qui ont menés les deux révolutions bolcheviques. Longue vie à vous.

    • Le 24 octobre 2022 à 10:14, par kwiliga En réponse à : Burkina : Le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambela compte réduire les salaires des ministres une fois installé

      Bonjour Le patriote "Le vrai",
      Vous écrivez : "Ne cherchez pas à frustrer les milliers d’insurgés de nos deux révolutions".
      Mais de quoi parlez-vous ? Où donc avez-vous connu deux révolutions ? J’ose espérer que vous n’êtes pas en train d’essayer de vous approprier les deux coups d’état successifs de nos putschistes militaires, en les faisant passer pour des émanations populaires.
      Quant au milliers d’insurgés, dont la bravoure révolutionnaire les a poussé à soutenir les coups d’état, pouvez-vous me préciser combien de victimes se comptent parmi leurs rangs, combien de morts, combien de blessés, combien d’incarcérés ?
      Des insurgés, il y en a beaucoup, mais ils sont plutôt au Soudan, au Tchad, en Iran, en Birmanie,... ils sont nombreux de par le monde à mourir sous les balles assassines des dictatures miliaires ou religieuses, à pourrir dans les geôles, à subir la torture, pour réclamer la démocratie et défendre leur liberté d’expression.
      Mais ici, au Faso, des révolutions, des insurgés,... laissez-moi rire.
      Oui, sur les réseaux sociaux peut-être, où l’on se frappe virilement le torse en exigeant, en proférant des menaces à peine voilées et en affichant sa toute puissance : "Nous insurgés nous allons faire venir la Russie asseoir devant nous et nous allons discuter d’égal à égal avec elle". Ha, décidément, vous êtes trop fort, je suis convaincu que Vladimir Poutine va, en personne, se précipiter, tout tremblant, dès votre première convocation, d’autant qu’en ce moment, il n’a pas d’autre priorité.

  • Le 23 octobre 2022 à 14:55, par jeunedame seret En réponse à : Burkina : Le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambela compte réduire les salaires des ministres une fois installé

    Bien parlé ! ALLÉLUAH...! Me KYÉLEM est là ! Et notre intégrité hier tronquée de tous côtés sera restructurée. OUI. Une politique d’identification ; de réinsertion ; de reconstruction de soi et d’imposition de soi dans l’histoire et dans la société ! Mais Me KYÉLEM et compatriotes, des illusions et des déceptions, on en a les expériences. Donc prudence ! Prenons garde ! Me KYÉLEM sur terrain ! Car la plus courte réponse est la vraie action ! Fais ce que tu sais honnête. On vous regarde les bras et les pieds. On vous accompagnera si
    sincérité il y a. Vraiment je force ma foi en vous parce que je sais que les bons griots ne sont pas d’office de bons danseurs. Mais y a espoir en vous. Car ça promet beau. Alors, fais-le ! Et on se démontre BURKINABÈ !

  • Le 23 octobre 2022 à 15:03, par Tienfo En réponse à : Burkina : Le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambela compte réduire les salaires des ministres une fois installé

    Voilà un digne fils du Faso. Un patriote. Un intègre. Un vrai fils du pays. Que Dieu et les manes vous assistent et vous protègent. Avec le peuple, on ira loin. Et même très loin.
    La patrie ou la mort, nous vaincrons !

  • Le 23 octobre 2022 à 15:34, par Sawadogo Alain En réponse à : Burkina : Le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambela compte réduire les salaires des ministres une fois installé

    Toutes mes félicitations notre PM.

    Réduire les salaires des ministres députés directeur généraux pour cause de l’effort de guerre est souhaitable

    Réduire le nombre de ministres à 20 serait salutaire pour nos charges

    Rédiger une charte ministérielle pour définir les obligations et devoirs de chaque ministre. Exemple. Chaque ministre doit être exemplaire. Venir tôt au travail , repartir tard, avoir des habits type Burkinabè, respect de la déontologie et de l’éthique du poste ministériel.

    Être un agent de sécurité pour son ministère et toujours donner le bel exemple dans l’exécution des tâches

    Le contrôle de la gestion administrative doit être permanente. Mettre en place des contrôleurs de gestion dans toutes les grandes direction. Le contrôle interne doit s’appliquer à tous les niveaux même sécuritaire.

    La levée du drapeau à 07h doit être rendue obligatoire dans toutes les structures y compris dans toutes les écoles et universités. Il en sera de même pour la descente du drapeau.
    Fixer une journée de sport obligatoire pour la résistance physique de tous les acteurs

    Le renouvellement de tous les vieux drapeaux des établissements scolaires

  • Le 23 octobre 2022 à 16:07, par Fat24 En réponse à : Burkina : Le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambela compte réduire les salaires des ministres une fois installé

    D’accord avec le choix du premier ministre, d’accord aussi avec la réduction des émoluments des membres du gouvernement, il peut s’en tenir au décret de 2008, par contre suis pas d’accord pour la réduction du nombre de ministre. Ce qui est consensus national, issu de la charte, il faut faire attention. Ne démarrez pas avec des frustrations. Oui pour l’idéologie sankariste, mais allez Mollo mollo, Blaise a tellement pourri les gens en 27 ans qu’en un coup de baguette magique c’est difficile. Ne vous faites pas des rancoeurs inutiles dès le départ. Garde le nombre issu du consensus en y mettant de la qualité quand au choix des hommes. On gagner de l’argent ailleurs, en traquant ce qui ne paie pas correctement les impôts, en limitant les importations hors taxe hors douane hormis l’armée ainsi qu’en diminuant le nombre d’entreprises bénéficiant des hors taxes.Sonne la mobilisation générale contre le terrorisme, zéro colonel ou officier à Ouaga ou bobo, tout le monde au front.Maintiens pour janvier 2023 le siao, kunde africalia et autres, sinon la perte est immense et faites nous le point des contributions de soutien au mpsr1

  • Le 23 octobre 2022 à 16:22, par Manuel En réponse à : Burkina : Le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambela compte réduire les salaires des ministres une fois installé

    Bonjour
    Merci pour vos propos dignes d’intérêt.
    La composition de votre gouvernement nous situera exactement où vous voulez aller.
    Franchement, svp laissez les membres du précédent gouvernement très très loin de vous.
    Ils ont échoué avec Damiba, je ne souhaite pas qu’ils aillent en exil ou qu’ils soient embastillés, mais de grâce, mettez les de côté.
    Bon courage, le peuple burkinabè soutiendra tous ceux qui se battront pour sa survie.
    Honte aux renégats et autres criminels !

  • Le 23 octobre 2022 à 16:22, par HUG En réponse à : Burkina : Le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambela compte réduire les salaires des ministres une fois installé

    Longue vie à vous.Vous êtes un homme de parole. HUG a foi que vous allez réussir. Quant au nombre de ministère il faut refusionner le ministère de la solidarité nationale et de l’action humanitaire et le ministère du genre et de la.famille en un seul ministère du genre, de la solidarité nationale, de la famille et de l action humanitaire comme il l a été depuis 2016. La scission de ce ministère sous damiba vise a octroyer des postes aux gens.Cette scission n est pas encore effective depuis mars 2022 et il budgétivore.Aussi le ministère des affaires religieux et celui de la réconciliation peuvent disparaitre ou fusionner. Le ministère de l éducation nationale et le’ministere des enseignements post primaire.. peuvent fusionner. Vive les idéaux de Thomas Sankara. Que DIEU le tout puissant vous guide et vous accompagne tout au long de votre gouvernance.

  • Le 23 octobre 2022 à 16:47, par Nabiiga En réponse à : Burkina : Le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambela compte réduire les salaires des ministres une fois installé

    CHAPI !!! BON PAS DANS LA BONNE DIRECTION : RÉDUIRE LE TRAIN DE VIE DE LA NATION. POINT

    Possibilité de réduire les salaires de ministres tu nous laisses entendre. C’est exactement ce qu’on attend de toi. Faites l’État gagner de l’argent et non pas causer des manques à gagner à l’État. Fini la fanfaronnade à la Damina et son oncle le ‘mentocrate’

    DAMIBA, QUEL DÉSASTRE :

    Non seulement Damiba est allé aux États-Unis dans l’avion présidential alors qu’il aurait dû sauter dans un vol régulier d’Air France en classe économique, il y est allé avec 70 personnes dans l’avion présidentiel. Les 70 personnes ayant fait ce déplacement avait droit à un per diem et des frais de mission payé par un pays en plein guerre, et qui peine à équiper ses troupes aux fronts.
    Le lendemain de son retour avec son bataillon d’amis, de copains et copines, le voilà aux fronts en train de monter le moral des troupes. Ah bon ? La guerre est-elle gagnée avec de parole ou avec d’équipement ? Entretemps, jetons un coup d’œil sur les dépenses de son déplacement aux États. Sommes-nous, en tant que pays en abjecte pauvreté, capables de supporter de tel gaspillage ?

    La Paix n’est gratuite : Contribution de tous :

    Finie la parole vide de vouloir la paix tout restant écarté de la lutte !!! Comme j’ai proposé dans un posting précédent, que tout employé de l’État et du secteur privé, perde soit, entre 5 à 10.000 cfa soit, entre 10.000 à 20.000 cfa par mois selon le régime salarial et en contrepartie, une semaine ouvrable de 4 jours comme récompense ; une journée d’ailleurs qu’ils passeraient dans les potagers afin de combler le vide financier engendré par cette coupure. La somme ne sera pas détourné mais investi dans l’acquisition de matériel de guerre. C’est comme cela qu’on lutte contre le terrorisme, en y participant activement et non pas devant des micros.

    LES GENS DE MON VILLAGE NE SONT PAS DE CHEZ MOI AU VILLAGE :

    Être ministre ne veut pas dire changer le niveau de vie de soi. Être ministre est, avant tout, appelé à se sacrifier pour l’État en agonie. Par exemple, l’on est comptable dans une boîte ; l’on se lève le matin pour réjoindre le lieu du travail de soi-même sur la moto de soi. L’on est nommé ministre, et du coup, l’on ne sais plus conduire, l’on doit avoir une voiture, avec un chauffeur, du carburant, un garde corps etc. Bref, on n’est plus capable de rien soulever avec le petit doigt ; l’État doit tout faire puisqu’on est au service de l’État, mais en même temps on se reserve le droit de parler du patriotisme, de demander que la guerre finisse et j’en passe. Ce n’est point parce que cette pratique est permise dans d’autres pays qu’elle doit être l’actualité chez nous car les gens de mon village ne sont pas du chez moi. Chacun rentre chez lui pour s’occuper de ses pésanteurs à sa manière. Monsieur le PM, nous n’attendons que des ministres normaux et non pas de Princes et Princesses de l’État qui peuvent dépenser les derniers publics sans compter. Qu’il continuent à mener la même vie comme avant donc :
    a-pas de salaires de ministre
    b-pas de voiture de service
    c-aucun indemnité inutile
    d-pas de garde corps (la fonction de ministre ne doit pas lui valoir des assaillants)

    SORTIR TOUT DOSSIER DE DÉTOURNEMENT ET VITE :

    En agonie financière en plein guerre, on comprend aisément combien l’État est à court d’argent. Toute personne ayant été épinglée par le passé, qu’elle soit à la MACA, à la MACO ou encore chez nous en attendant que son procès passe, serait prié de bien vouloir se présenter au trésor national pour y verser la totalité du montant détourné et rentrer chez lui. On ne cheche pas de problèmes, on cherche de quoi équiper nos troupes. Toute charge qui pèse contre lui, en contrepartie, sera abandonnée. C’est une situation gagnant-gagnant. Le temps presse partout.

    LA RETRAITE DES MILITAIRES INCARCÉRÉS :

    Il faut vite mettre tous les militaires incarcérés à la MACO ou encore en caval, à la retraite et on n’en parle plus.

    A suivre

  • Le 23 octobre 2022 à 17:25, par Banga En réponse à : Burkina : Le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambela compte réduire les salaires des ministres une fois installé

    Faut pas oublier beaucoup de généraux bureaucrates soit à la retraite où au front pourquoi avoir des généraux inutiles où le Pays est occuper par les terrorists.

  • Le 23 octobre 2022 à 17:26, par @@GOG En réponse à : Burkina : Le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambela compte réduire les salaires des ministres une fois installé

    Me , je vous félicite déjà pour votre projet de société dont les grandes lignes ont été portées à la connaissance du peuple tout entier.Je vous supplie de ne pas aller hors de cette bonne ligne tracée .
    S’agissant de la baisse des salaires du Président et des ministres que vous envisagée, vous avez le soutien du peuple.Ce n’est pas une jalousie,loin de là ;nous sommes en pleine guerre ;il vous faut les moyens.
    Dans notre fonction publique,des salaires injustes ,malhonnêtement acquis par des agents avec la complicité de leur syndicat et leur ministre d’alors, doivent étre revus à la baisse également ; pour question d’éthique et de justice.C’est l’occasion d’harmoniser les salaires .
    Comment comprendre que dans cette même fonction publique, à catégorie égale,des agents d’un ministre aient plus de salaire que les agents d’autres ministères ?
    Comprenez ici que cette injustice salariale a frustré et continue de démotiver plus de travailleurs dans la fonction publique.
    La lourdeur administrative dont parle le Président de la République trouve sa cause dans le traitement illégal et inégal des salaires.Il n’est pas normal qu’à catégorie égale,certains agents soient mieux traités que d’autres.Ce pillage ou détournement organisé devrait prendre fin sous votre règne,au bénéfice de la stratégie de lutte contre le terrorisme.
    Que Dieu vous bénisse !

  • Le 23 octobre 2022 à 18:21, par Sheikhy En réponse à : Burkina : Le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem de Tambela compte réduire les salaires des ministres une fois installé

    Ses propos sont corrects, mais lui demanderais à faire que sa.parole se fasse rare et parcimonieus quand il prendra fonction. Dans ce pays, tout est suivi à la loupe et celles les actions convainquent maintenant. Pas les discours

  • Le 23 octobre 2022 à 20:17, par RV En réponse à : Burkina : Le Premier ministre Me Apollinaire Kyelem compte réduire les salaires des ministres une fois installé

    Parlez peu et essayer d’agir pour la Paix. Vos différentes contradictions font le tour des réseaux sociaux. En plus de réduire les salaires du PF et des ministres, supprimer les milliards de fonds spéciaux de la Présidence, du premier ministère et de l’assemblée législative. Là se trouve le courage. On attend !

  • Le 23 octobre 2022 à 20:39, par Alpha2025 En réponse à : Burkina : Le nouveau Premier ministre compte réduire les salaires des ministres

    Si j’ai bien compris, Le patriote "Le Vrai" entend se substituer au gouvernement pour certaines questions. Vous auriez dû faire votre coup d’état et gérer votre chose comme vous l’entendez !

  • Le 24 octobre 2022 à 00:06, par Dire la Vérité En réponse à : Burkina : Le nouveau Premier ministre compte réduire les salaires des ministres

    Nous pensons qu’une fois nommé Mr Kyelem devrait se taire et adopter une posture d’homme d’état plutôt que de continuer à être un débateur public. Il n’a pas compris qu’il y a une très grande différence entre avoir une posture d’homme d’état et être un débateur public comme il l’a toujours été et c’est dommage.
    Et nommé un débateur public comme Premier Ministre nous ne nous attendons pas à grand-chose. Un débateur public restera un débateur public et la carrure d’homme d’état à rechercher en d’autres personnes que des débateurs publics (qui peuvent contribuer au développement du pas en restant débateur public).
    Le poste de PM n’est pas le poste qu’il lui faut et le temps nous le prouvera.

  • Le 24 octobre 2022 à 14:27, par Passakziri En réponse à : Burkina : Le nouveau Premier ministre compte réduire les salaires des ministres

    C’est la moindre des choses après la catastrophe du régime Damiba avec des ministres allergiques aux critiques. Je m’attendais à ce qu’au moins un rejette cette gabegie et en tire toutes les conséquences , mais hélas, Me Kéré, Bilgo et B. Bazié m’ont profondément décu parce que je leur accordais ce minimum de droiture qui devrait les conduire à refuser de suivre quand la tête se met à prendre un mauvais chemin. Helas , Helas ! Comme le président Kaboré qui n’a pas su se demarquer de son ami Dircab accusé de corruption, Damiba n’a pas résisté au pactole. Chacun a eu alors son erreur mortelle ayant contribué à detruire la confiance entre gouvernés et gouvernants. Que ceux qui arrivent s’en inspirent pour éviter de reproduire les mêmes erreurs.

    Passakziri

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique