Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Burkina : « Le capitaine Ibrahim Traoré ne doit pas trahir la confiance placée en lui », interpelle le mouvement “Je refuse”

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mercredi 12 octobre 2022 à 12h50min
Burkina : « Le capitaine Ibrahim Traoré ne doit pas trahir la confiance placée en lui », interpelle le mouvement  “Je refuse”

« Le capitaine Ibrahim Traoré ne doit pas trahir cette petite dose de confiance, cet infime espoir que le peuple a placé en lui ». Voici en substance le mobile de la conférence de presse du mouvement “Je refuse", ce mercredi 12 octobre 2022 à Ouagadougou.

Le mouvement interpelle le président du Faso, Ibrahim Traoré, à se méfier des citoyens porteurs de « la primauté du ventre ». Cela, dans l’objectif de se concentrer exclusivement sur la libération du Burkina Faso. « Il y a beaucoup de choses qu’on entend et qui feraient suite aux tractations au sein de l’armée pour le pouvoir. Mais si elles sont avérées, c’est que notre situation est plus que gravissime », évoque Oscar Séraphin Ky, coordonnateur du mouvement "Je refuse".

Avant d’affirmer que le pouvoir politique n’est pas la chose des militaires. Ce temps est révolu dit-il. Pour lui, le capitaine Ibrahim Traoré doit nécessairement terminer ce pour quoi il est venu. Pour ce faire, le mouvement appelle l’armée à un sursaut collectif général en soutien à Ibrahim Traoré.

« Ce n’est qu’au Burkina Faso qu’on pourrait entendre que des gens s’opposeraient à l’armement de certains corps », a déploré Oscar Séraphin Ky, coordonnateur du mouvement "Je refuse”.

Concernant la convocation des assises nationales dans les prochains jours, le mouvement se pose la question suivante : « Qui sont les forces vives ? Est-ce les mêmes qui ont été convoquées par le précédent pouvoir sans apporter une valeur ajoutée à notre situation ? ».

Cette conférence se tient à l’orée des assises nationales prévue les 14 et 15 octobre prochains. Elle s’inscrit dans une dynamique de veille citoyenne. Ce, en vue de refuser que le destin du peuple burkinabè soit confié à des incapables, indique Oscar Séraphin Ky.

« Les premières déclarations du capitaine et ses éléments sont en grande partie, ce à quoi aspire le peuple burkinabè », a signalé le mouvement

Le mouvement est pour la liberté de coopération

Les gens doivent faire preuve de patriotisme et respecter la volonté du peuple burkinabè, selon lui. À l’entendre, tout commence par le peuple et finit par le peuple : l’alpha et l’oméga, le début et la fin de tout pouvoir politique.

Le mouvement “Je refuse” dit être pour une liberté de coopération et une diversification des partenaires sur tous les plans. Tant que cela s’inscrit dans une vision de partenariat gagnant-gagnant.

Cependant, le mouvement s’oppose à la présence de toute force étrangère sur le sol burkinabè. Il estime que celles déjà installées doivent plier bagages.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
37 ans du décès de Cheikh Anta Diop : « Ses écrits politiques sont plus que jamais d’actualité »
Interview télé du capitaine Ibrahim Traoré du 3 février 2023 : Opération de charme et de clarification
Burkina : La famille de Thomas Sankara désapprouve toujours le lieu de son inhumation
Grande interview du président de la transition : Retour sur les grands points évoqués
Burkina : Le président Ibrahim Traoré assure que les groupes armés sont aux abois
Appel au meurtre du journaliste Newton Ahmed Barry : Mohamed Sinon reconnaît et regrette ses propos
Continent africain : La gouvernance globale stagne depuis 2019, le Burkina classé 18e sur 54 pays
Burkina : « Il est aussi urgent de mettre fin à ce plan de marginalisation ou de stigmatisation de la classe politique » (Me Ambroise Farama)
Vie des partis politiques : La composante « Autres partis politiques » pour des réformes inclusives
Burkina/Justice : « Il y a un problème ; il n’y a que les civils qu’on poursuit » (dialogue politique)
Transition politique au Burkina Faso : Le chronogramme actualisé remis au Premier ministre
Gestion des aires protégées : L’ONG AGN et le ministère de l’environnement formalisent leur collaboration
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés