Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Semaine de la critique du cinéma de Ouagadougou (SECRICO) : 17 films analysés lors de cette 6e édition

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • dimanche 18 septembre 2022 à 19h45min
Semaine de la critique du cinéma de Ouagadougou (SECRICO) : 17 films analysés  lors de cette  6e édition

L’Association des critiques de cinéma du Burkina Faso (ASCRIC-B) a organisé du 6 au 12 septembre 2022 à Ouagadougou, la 6e édition de la Semaine de la critique du cinéma de Ouagadougou (SECRICO). Durant une semaine, les participants (es) ont pris part à des ateliers de production.

Dix-sept films ont été projetés pour l’occasion. La SECRICO s’inscrit dans le cadre de la commémoration de la journée africaine du cinéma qui a lieu chaque 12 octobre. Elle a été instituée par l’Union africaine et la Fédération panafricaine des cinéastes (FEPACI). Les participants (es) sont issus de divers horizons. Il s’agit de professionnels du 7e art, de journalistes, de cinéphiles, d’étudiants, etc.

Il y a eu 72 participants pour cette 6e édition

Après chaque projection cinématographique, Ils/elles ont décrypté les différentes séquences afin de mettre en lumière les points positifs et les failles. Ces œuvres ont également été décortiquées par les différents communicateurs et communicatrices. Les participants (es) ont aussi échangé avec quelques réalisateurs sur la qualité des films. Il faut préciser que l’essentiel des œuvres réalisées sont celles d’auteurs (es) burkinabè.

Abraham Bayili a suggéré aux médias de créer des desks cinéma pour mieux promouvoir cette branche de la culture

Selon le président de l’ASCRIC-B, Abraham Bayili, la critique cinématographique en Afrique et plus particulièrement au Burkina Faso est méconnue. C’est pourquoi, il était donc nécessaire de renforcer les capacités des membres de l’association et également d’ouvrir ses portes à de nouveaux adhérents. « On a voulu montrer au public la critique cinématographique. Qui est un critique de cinéma ? Et quel est son apport pour la promotion et le développement du cinéma au Burkina et en Afrique ? » a-t-il justifié.

‘’Massoud’’ d’Emmanuel Rotoubam Mbaïdé a été apprécié par de nombreuses critiques

Abraham Bayili a expliqué que des journalistes ont été invités pour deux raisons essentielles. « La critique de cinéma se pratique généralement dans les médias. Deuxièmement, nous avons associé les médias parce qu’on a besoin de créer des desks cinéma au sein des rédactions. C’est une manière de les initier pour qu’ils puissent les animer », a-t-il renchéri. Il a souligné que les débats étaient instructifs.

Une opportunité pour les réalisateurs

Le film qui a clôturé cette 6e édition a été ‘’ Massoud’’ du réalisateur Emmanuel Rotoubam Mbaïdé. Ce long métrage met en exergue, entre autres, les causes de la radicalisation, le terrorisme et l’injustice. Son réalisateur a échangé avec les participants (es) sur ce projet. Il a félicité le comité d’organisation pour cette initiative. « C’est une belle idée parce qu’avoir une semaine nationale de la critique de cinéma offre la possibilité de revisiter le répertoire cinématographique. Cela permet aux cinéastes de se remettre en question par rapport aux œuvres. Cela nous permet de nous confronter à certaines questions et critiques venant du public. C’est bien de savoir que nous sommes regardés par des professionnelles qui ont un regard critique sur nos œuvres » a-t-il affirmé.

Imelda Bationo, participante

Imelda Bationo est étudiante en communication. Elle est passionnée du 7e art. Cette participante a applaudi cette activité qui a réuni plusieurs acteurs du monde du cinéma. Elle a apprécié la qualité des thématiques abordées dans les films.

La seconde étape de la SECRICO sera la proclamation du grand prix de la critique le 12 octobre 2022. La troisième et dernière phase est la publication d’articles issus des ateliers de formation. L’ASCRIC-B est une association ouverte à tous les férus du 7e art.

SB
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Saccage des instituts français : « On peut changer les choses sans faire appel à la violence », rappelle Patrick Kabré
Ciné Neerwaya : Le Fespaco lui doit sa survie
Consommation des produits locaux au Burkina : Le ministre du commerce visite le restaurant « Mam Sank »
Prix Prosper Kompaoré au Burkina : Cinq Burkinabè et un Béninois lauréats
Artisanat : L’art africain à la rencontre du public de New York
Semaine nationale de la culture (SNC 2022) : Le comité national d’organisation de la 20e édition officiellement installé
Rencontre littéraire à Ouagadougou : « La culture peut sauver une nation en crise », croit Roukiata Ouédraogo
Radio Kawral de Dori : Une compétition de slam et de culture générale pour occuper sainement les jeunes vacanciers
Semaine de la critique du cinéma de Ouagadougou (SECRICO) : 17 films analysés lors de cette 6e édition
Musique : Pour ses 30 ans de carrière, Ella Nikiema prévoit un grand concert
Musique : La 5e édition des Rencontres musicales africaines (REMA) en préparation
Marché international du cinéma et de l’audiovisuel africains 2023 : Les inscriptions sont ouvertes, elles se font entièrement en ligne
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés