Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le monde a beau changer, le chat ne pondra jamais. » Proverbe Africain

Effondrement d’un bâtiment universitaire à Koudougou : Le tribunal administratif rejette la décision de l’ARCOP

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • jeudi 19 mai 2022 à 23h05min
Effondrement d’un bâtiment universitaire à Koudougou : Le tribunal administratif rejette la décision de l’ARCOP

Sur le chantier de l’Unité de formation et de recherches en sciences et technologies et de la cité universitaire logée au sein de l’université Norbert Zongo de Koudougou (UNZK), un drame s’est produit le mardi 31 août 2021. Un bâtiment en construction s’effondre et quatre personnes y perdent la vie. La désolation et les condamnations sont au rendez-vous. Retour sur un feuilleton passé inaperçu après la décision l’Organe de règlement des différends (ORD) qui a sanctionné une partie et laissé une autre.

Ils étaient trois étudiants de l’Institut universitaire de technologies et un ouvrier de nationalité étrangère qui sont restés sous les décombres d’un des bâtiments du chantier en construction du « Projet cité » à l’université Norbert Zongo de Koudougou. Ce drame est venu remettre à l’ordre du jour les problèmes liés à l’exécution des marchés publics au Burkina Faso.

Dans la foulée, une cellule de crise a été mise en place pour déterminer les causes de cet incident. Dès le lendemain, le parquet de Koudougou a annoncé que six personnes ont été interpellées et placées en garde-à-vue au commissariat central de police de la ville de Koudougou pour les besoins de la procédure.

Sur cette affaire, les principaux acteurs sont : SATA Afrique (maître d’œuvre) ; le groupe d’entreprises SUZY Construction et BIN SAMMA ; Bureau VERITAS Burkina Faso SAU (contrôle technique pour la solidité et la stabilité) ; Laboratoire national des bâtiments et travaux publics (contrôle qualité des matériaux) et le ministère en charge de l’enseignement supérieur (maître d’ouvrage). Un marathon judiciaire s’ouvre.

L’ARCOP sanctionne…

L’Organe de règlement des différends (ORD) s’est réuni en séance disciplinaire le vendredi 25 mars 2022 aux fins d’entendre les acteurs impliqués dans l’exécution et le suivi-contrôle des travaux, conformément aux recommandations de la mission d’enquête diligentée par l’ARCOP (Autorité de régulation de la commande publique).

A l’issue de cette séance, l’ORD, après avoir délibéré conformément à la règlementation, a décidé de l’exclusion de SATA AFRIQUE Sarl et son gérant (Souleymane Zerbo) pour une période de cinq ans de toutes les procédures de la commande publique, pour non-respect des obligations contractuelles dans le cadre de l’actualisation des études architecturales, techniques et suivi contrôle des travaux de construction et d’équipement d’une Unité de formation et de recherches en Science et technique (UFR/ST) et d’une cité universitaire à l’université Norbert Zongo de Koudougou.

Également, de l’exclusion pour une période de cinq ans de toutes les procédures de la commande publique, du groupement SUZI CONSTRUCTION/BIN SAMMAR et leurs représentant légaux (Daniel R. Zeideh et Samir Mosaad Alotaibi) pour non-respect des obligations contractuelles dans le cadre des travaux de construction et d’équipement d’une Unité de formation et de recherches en sciences et technique (UFR/ST).

Au regard des explications fournies par le LNPTP et le bureau VERITAS, l’ORD a estimé qu’il n’y a pas lieu de retenir à ce stade qu’ils ont entravé l’exercice normal de la mission d’enquête. Et que les agents de l’unité de gestion du projet des cités universitaires ne sont pas à ce stade disciplinairement responsables des faits de complicité de demande de paiements de SATA AFRIQUE qui leur sont reprochés, sous réserve de la mise en œuvre des recommandations formulées dans le rapport d’enquête et adressées à leur ministère de tutelle.

*********************************************************************

Lire aussi Effondrement d’un bâtiment universitaire à Koudougou : Le RENLAC interpelle l’Etat sur l’inefficacité des mécanismes actuels de régulation de la commande publique

*********************************************************************

Une « injustice » dénoncée par SATA Afrique

Alors que certaine opinion voit (enfin) une justice à travers cette décision de l’ARCOP, l’entreprise SATA Afrique, quant à elle, estime que l’autorité a « outrepassé le droit ». Tout en présentant ses condoléances aux parents des victimes, le gérant de SATA Afrique, Souleymane Zerbo, a indiqué que « pour leur mémoire, ils ont droit à la vérité ». En balayant du revers de la main la décision de l’ARCOP, il a pointé du doigt des « contre-vérités » dans le rapport.

Dans une note de transmission de documents demandés par l’ARCOP le 9 novembre 2021 dont Lefaso.net a obtenu copie, SATA Afrique a fait quelques mises au point sur certains aspects du procès-verbal de la cellule d’investigation. Pour Souleymane Zerbo et ses collaborateurs, « l’écroulement subit de l’édifice ne peut s’expliquer autrement que par un défaut de structure qui ne relève pas des missions de SATA Afrique, mais plutôt de la responsabilité du groupement et du bureau de contrôle technique Veritas ».

A SATA Afrique, le personnel pense que l’ARCOP a déjà tranché sur leur cas depuis le 8 octobre 2021, date du rapport de la commission de l’enquête. Cette thèse s’est solidifiée le 25 mars 2022 où, à peine la décision de l’ARCOP est prise, les réseaux sociaux en ont fait écho, à entendre Souleymane Zerbo.
« L’ARCOP a auditionné SATA Afrique pour la première fois le 5 novembre 2021 alors que ce sont les conclusions de leur rapport du 8 octobre 2021 qui ont servi à nous condamner », nous confie M. Zerbo.

Le silence

Selon l’article 50 du Code de l’urbanisme et de la construction (loi n°017-2006 du 18 mai 2006), « le contrôleur technique a pour mission de contribuer à la prévention des différents aléas techniques, susceptibles de se présenter pendant la réalisation des ouvrages ». Avec cet article, nous avons décidé d’aller mieux comprendre le rôle qu’a joué le Laboratoire national des bâtiments et travaux publics (LNBTP) dans cette affaire.

Une fois sur place, le personnel a préféré jouer la carte de la prudence. « C’est un dossier pendant. Même si on n’était pas impliqué, il n’est pas bon d’en parler », nous répond gentiment un cadre de ce service trouvé dans son bureau.
L’ARCOP, qui a accepté notre questionnaire, a fini par nous envoyer balader. Une série de promesses de réponses sans concrétisation au moment où nous tracions ces lignes. Idem pour le groupe d’entreprises SUZY Construction/BIN SAMMA.

Décision finale

SATA Afrique est restée droite dans ses bottes, car elle estime avoir des preuves en béton, malgré la sanction de l’ARCOP. Le dossier étant pendant au Tribunal administratif de Ouagadougou, Souleymane Zerbo n’a pas voulu trop se prononcer. Toutefois, il attend que la justice soit dite dans cette affaire.
Le lundi 16 mai 2022, le président du Tribunal administratif de Ouagadougou a ordonné la suspension de la décision rendue le 25 mars 2022 par l’ORD et condamne « l’ARCOP à payer au recourant la somme de 500 000 FCFA au titre des frais exposés et non compris dans les dépens ».

Me Maliki Derra, conseil de SATA Afrique, dit à son client, qu’il va « s’employer activement à présent à obtenir au fond l’annulation pure et simple de la décision de l’ORD en question ».

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 mai à 20:52, par Sacksida En réponse à : Effondrement d’un bâtiment universitaire à Koudougou : Le tribunal administratif rejette la décision de l’ARCOP

    Alors comme le disait le Journaliste d’investigation le Burkina Faso des affaires publiques s’occupe des affaires publiques du Burkina Faso. Comment dans un crime Economique grave et double d’un crime de Sang ou il y’a eu des morts innocents d’hommes, personne n’est responsable et chaque partie impliquee crie a l’injustice et veut reclamer ses droits. Ca saurait ete sous la Revolution Democratique et Populaire un Tribunal Populaire Revolutionnaire situetait avec diligences et dans la Transparence Vertueuse les actes de chaque partie de ce Dossier Criminel et des condamnations justes et les coupables sous mandats de Depots a la MACO, sans compter la suspension des activites de certains pendant au moins 10 ans. Mais malheureusement, dans un Etat Bourgeois et Neocolonial, nous assistons a un jeu execrable de passe- passe entre des acteurs ou la corruption endemique et les influences politique et politicienne risques une seconde fois de tuer les victimes de ce Drame de Koudougou et des concussions aberrantes au detriment des Citoyens Burkinabe et de l’Etat Burkinabe ; ce qui est tres Dommage. Que Dieu Sublime aide notre Peuple Burkinabe qui est integre. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 07:15, par Alpha2025 En réponse à : Effondrement d’un bâtiment universitaire à Koudougou : Le tribunal administratif rejette la décision de l’ARCOP

    Dans cette affaire, il faut situer les responsabilités. SATA donne des raisons pour se dédouaner. Mais qui était le pilote global de l’opération ? Qui avait la charge de siffler la fin de la récréation au vu des graves manquements qui ont dû se manifester avant l’effondrement de l’édifice ? Si ce n’est pas SATA, ils ont raison de crier à l’injustice. Maintenant, ils peuvent estimer que leur peine est trop sévère, mais ils ne peuvent pas se dédouaner.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Les prix des loyers tels que prévus par la Loi
Ouagadougou : Une crise foncière divise les habitants de Yagma
Problèmes fonciers à Yagma : « Toute activité de vente et de construction de parcelle est suspendue jusqu’à nouvel ordre », Oumar Ouédraogo
Lutte contre l’insécurité dans la sous-région : « Djibrill Bassolé partage ses vues et distille ses conseils au nouvel homme fort du Burkina »
Boucle du Mouhoun : L’insécurité et la cherté des intrants pèsent sur le début de la campagne agricole
Santé : Un projet pour améliorer l’analyse et l’utilisation des données sur le VIH, la tuberculose et le paludisme
Burkina : Déclaration relative à la gouvernance financière et administrative de la présidence de l’université Nazi Boni
Ordination presbytérale à Tenkodogo : Les abbés Raoul Béogo et Jean Paul Bangré reçoivent l’ordre sacré du sacerdoce
Centre-est : Une journée régionale d’orientation scolaire et professionnelle pour orienter les nouveaux bacheliers
Prix Martin Ennals 2022 : le lauréat burkinabè, fait chevalier de l’Ordre de l’Etalon
MODHEM+ : Un bilan d’étape jugé satisfaisant
Archidiocèse de Ouagadougou : 23 prêtres appelés à annoncer l’Evangile dans l’adversité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés