Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • mardi 22 février 2022 à 22h55min
Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

Le Consortium « Burkina 2050 » a animé une conférence de presse ce mardi 22 février 2022 pour dénoncer les manquements de l’accord-cadre de négociation pour la réhabilitation, la construction et l’exploitation du chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao signé entre le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Groupe Bolloré.

« C’est dans une opacité totale que Bolloré travaille ». Cette déclaration de la coordonnatrice du Consortium « Burkina 2050 », Dr Nestorine Sangaré, résume le message porté au cours de cette rencontre avec les hommes de médias.

C’est un document d’environ 500 pages que Dr Nestorine Sangaré a brandi pour planter le décor. Il s’agit de la Concession signée en 2016 et promulguée le 31 décembre 2018. Aucun engagement ni décision de cette convention n’a été pris en compte par le Groupe Bolloré qui est chargé de la réhabilitation, la construction et l’exploitation du chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao (Burkina Faso-Côte d’Ivoire).

« La Concession révisée est entrée en vigueur le 31 décembre 2018, après l’autorisation de ratification du parlement et la signature du chef de l’État. Bolloré a promis le lancement des travaux à Ouagadougou le 16 avril 2019 et la délégation ivoirienne est venue pour y prendre part. Finalement, ce lancement a été annulé parce que Bolloré a eu vent du démarrage des travaux du chemin de fer Tema-Ouaga », a indiqué Dr Nestorine Sangaré. Le Consortium « Burkina 2050 » affirme que Bolloré a estimé que ce nouveau projet ferroviaire va remettre en cause la rentabilité de son investissement.

*********************************************************************

Lire aussi Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

*********************************************************************

Lors du 9e Sommet du Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire tenu en juillet 2021, un délai a été donné à SITARAIL jusqu’au mois de septembre pour qu’elle démarre les travaux de réhabilitation. Un délai qui n’est toujours pas respecté.

« Au lieu que les États mettent en œuvre les clauses de déchéances prévues dans la Convention, c’est plutôt le journal Le Monde qui publie le 15 octobre 2021 que le groupe Bolloré étudie la vente de ses activités logistiques en Afrique, qui fut la « vache à lait » de l’homme d’affaires, l’aidant à financer ses raids et autres conquêtes (NDLR) ».

Une marche de protestation

Au regard de tous ces épisodes, le Consortium « Burkina 2050 » demande de « mettre fin à cette gestion ». Dr Nestorine Sangaré et ses camarades de lutte estiment que « Bolloré monopolise le transport pour ses propres intérêts d’abord ».

Cette structure qui s’intéresse à la situation des grands investissements de l’Etat dénonce « des manquements graves » qui coûtent cher au Burkina Faso. Elle a annoncé une marche de protestation le jeudi 3 mars 2022 à Ouagadougou. Au cours de cette marche, une lettre sera remise à SITARAIL et à la Banque mondiale, qui a soutenu la privatisation de ce secteur.

Séance tenante, une pétition est mise à la disposition des participants pour « soutenir la lutte ». Cette pétition a été lancée par le passé mais à en croire le Consortium, le parlement a besoin d’une version physique et non celle numérique que des citoyens avaient signée par le passé.

Dettes impayées

En présence des anciens cheminots, le Consortium « Burkina 2050 » a fait la genèse du transport ferroviaire depuis la colonisation jusqu’à nos jours. Dr Nestorine Sangaré a rappelé les différents épisodes qui ont abouti à la signature d’accords-cadres qui devraient permettre au Groupe Bolloré de mettre à exécution le marché. En même temps que cette multinationale traîne les pas pour s’exécuter sur le terrain, ses engagements pris par rapport à ses dettes antérieures ne sont pas respectés.

*********************************************************************

Lire aussi Transport ferroviaire au Burkina : Vers la fin du "hold-up" du groupe Bolloré ?

*********************************************************************

Selon les conférenciers, la SITARAIL (Société internationale de transport africain par rail), filiale de Bolloré n’a toujours pas tenu sa promesse de rembourser 5,7 milliards de FCFA pour le Burkina Faso sur 15 ans avec un différé de 5 ans.

Pour rappel, c’est suite à la privatisation qu’une première convention a été signée avec le groupe français en 1994. Dans celle-ci, Bolloré s’engageait à garder 45% des effectifs du personnel burkinabè qui représentait 812 personnes. La société n’en a finalement gardé que 512, et certains travailleurs deflattés sont morts sans avoir perçu leurs droits, malgré une décision favorable de la justice burkinabè. Bolloré a par la suite procédé à la fermeture des gares secondaires situées dans certaines villes, portant ainsi un coup dur à l’économie qui se développait tout autour. Aucun investissement promis par le groupe n’a été réalisé.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 février 2022 à 21:13, par Le petit tranquilos En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    Et si Blaise et Rock ont des actions à Bolloré vous allez dire quoi maintenant ? C’est à vérifier. Sinon on ne comprend rien.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2022 à 21:51, par zihindo En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    Bravo Mme pour avoir osé poser le problème. Bolloré a exterminé passivement et massivement et les cheminots et les populations des villages qui ont vu leurs gares fermées . Je propose qu’on associe à cette marche les populations victimes de la fermeture de leurs gares. On pourrait parallèlement prévoir un dépôt de plainte contre ce groupe pour non respect de ses engagements et lui faire endosser les conséquences.
    Un cheminot déflaté depuis 1995

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2022 à 22:28, par Vérité Indiscutable En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    Ce n’est qu’une petite partie du grand toilettage que nous attendons d’un vrai gouvernement, qu’il soit de transition ou issu d’une élection démocratique. Notre malheur est et restera ces accords bidons signés avec des partenaires centenaires qui ne donnent rien au pays et qui enrichissent les gouvernants.
    Qui sera le dirigeant digne au Burkina pour que le Burkina gagne toujours ? La question reste posée pour le moment à DAMIBA seul !

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2022 à 00:25, par Razambwende En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    Je penses que dans le discours du Président du Faso, le Colonel DAMIBA est décidé non seulement à restaurer la sécurité dans tout le pays mais aussi à restaurer le système économique, les valeurs sociales, etc par la lutte contre la corruption et aussi par la dépolitisation de l’administration publique. Je penses que le MPSR peut nous amener à réviser certains accords avec certains partenaires afin de les rendre plus avantageux pour le peuple Burkinabè et redéfinir le principe de la coopération et du partenariat sur la base "GAGNANT - GAGNANT". Il suffit alors que nous nous liguons tous derrière le MPSR pour le soutenir. Si le Président DAMIBA et son équipe ont le peuple avec eux comme un seul homme, ils pourront prendre des mesures courageuses pour le bien être de tous.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2022 à 00:45, par Alexio En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    Bollore, c est l incarnation des entreprises maffieuses bretonne en Afrique. Avec la caution de l Elysee en main sous le rgime de Nicolas Sarkosy. A n un mot : LA FRANCAFRIQUE.

    SES SPESIALITES MERCATILES SONT LA CORRUPTION, LES FINANCEMENTS OCCULTES DES ELECTIONS. ASSOIR UNE PANOPLIE DE MONOPOLE INDUSTRIEL ET AGRICOLE. L ARME INVISIBLE EST LE TRAFFIC D INFLUENCE AU COEUR DES CENTRES DE DECISIONS DE L ETAT.

    Cette culture mercantile instaurer en Afrique. Surtout dans les pre-carres de la France concerne les ports, les rails, les champs de l huile palme, les medias(Canal+), ou l homme Bollore a fait sa fortune avec un monopol deloyal, traquant toute concurrence au plus offrant par l influence de l Elysee. Nicolas Sarkosy et Francois ont yous contribuer a consolider le pouvoir monopoliste du sueur Bollore.

    Sous Emmanuel Macron, cette lune de miel est entrain de s effondrer a cause des conflits d interets. Un mandat de depot judiciare contre le groupe Bollore a aussi creer des distances entre l hote de l Elysee Macron qui veut sa reelection.

    Voila pourquoi Bollore eest en alliance avec Eric Zemmour pour contrer le regime actuel.

    C est une bonne nouvelle pour l etat burkinabe et ivoirien de ne pas renouveler ce contrat avec un homme avec pratiques maffieuses comme Vincent Bollore.

    Avec une comptabilite frauduleuse et fictive animee des doubles facturations (duplicata) epaulees par falsifications des chiffres documentaires pour amoindrir les couts d impots.

    Les evasions fiscales sur le benefice des entreprises Bollore ne font jamais l objet d investifations en Afrique.

    Pourquoi ? Bien sur la corruption et l optimisation fiscale.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2022 à 06:14, par Sonni ALIBER En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    Toutes les sociétés française travaillent dans le but d’affaiblir le développement des pays africains noirs,c’est la continuité du système colonial,empêcher par les moyens l’industrialisions des pays africains noirs /voilà la vérité /Tant que les relations entre les pays africains et la France 🇫🇷 n’est pas réviser de fond en comble il n’y aura que la misère et la fuite des populations africaines /

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2022 à 07:30, par BATIONO En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    Ce genre de manifestation, il faut les programmer les weekend. La cause est tellement noble que des travailleurs de province comme nous autres devrions participer . Meme ceux de Ouaga auront des difficultés parce que c’est un jour ouvrables.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2022 à 07:38, par le nomade En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    L’Ethiopie vient d’inaugurer le plus grand barage hydro electrique sur le Nil sans le financement ni la contribution d’une banque internationale ou d’une quelconque compagnie etrangere, entièrement sur fonds propres et la contribution de chaque ethiopiéen. Les USA qui soutiennent l’Egypte opposé à la constrution du barrage, ont bloqué tout financement par la Banque mondiale ou le FMI. Malgré tout cela, les ethiopiens l’ont fait. Alors les africains doivent apprendre des bons exemples des pays africains qui avancent !

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2022 à 07:39, par caca En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    Une noble lutte et combat bien engagé contre l’exploitation abusive de notre patrimoine national unique. Ailleurs le train est développement et pourvoyeur d’emploi. Il suffit de voir en France comment les grandes gare sont devenues des centres commerciaux de création des richesses.
    Le transport des personnes et la logistique demeurent un versant de création d’emploi. Quelque soit le pays et le continent c’est le transport le moins cher. Mais chez c’est un malheur. Depuis plus de cent d’existence aucun école dans la matière existe ni au en Cote d’Ivoire et ni au Burkina.
    Madame Sangaré votre lutte est noble et Dieu vous bénira.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2022 à 08:33, par kwiliga En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    Voilà un juste combat, dont j’ai bien peur qu’il démarre un peu tard.
    Pour rappel, le groupe Bolloré, qui vend l’ensemble de ses entreprises logistique en Afrique, a déjà reçu une offre de 5.7 milliards d’€uro de la part de l’armateur italo-suisse MSC, l’achat devant être finalisé le 21 mars.
    Mis en examen pour corruption d’agent public, influençant ainsi les élections ,dans plusieurs pays africains, notamment au Togo, la filiale de Bolloré Havas, a plaidé coupable (et va donc verser une petite fortune).
    C’est une des raisons principales qui font que Bolloré quitte l’Afrique.
    Du coup, son groupe Vivendi a anticipé une OPA, sur le groupe Lagardère, faisant de lui l’un des plus grands géant des médias dans le monde.
    La France/Afrique, c’est ça, pas besoin de l’armée française.
    Si vous voulez lutter, renseignez-vous.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2022 à 08:46, par Sacksida En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    En verite, le Dossier de Bollore, comme ceux concernant la Caisse Generale de Perequation, Faso Fani, la Banque Internationale du Burkina et bien d’autres font partie des Crimes economiques contre le Peuple Burkinabe, commis par le Regime Neocolonial des Blaise compaore et Rock Marc Christian Kabore dont ils doivent etre traduits devant un Tribunal Special de Repression des Crimes economiques, financiers et sociaux. A l’occation de ces operations dites de Privatisations Criminelles, des grandes corruptions ont ete constatees et notre Peuple Burkinabe qui est integre en a paye des tributs inacceptables. Si nous avions actuellement un Regime Revolutionnaire Consequent, ces crimes economiques, financiers et sociaux contre notre Peuple Burkinabe ne sauraient restes Impunis. C’est seulement clair que la Verite incontournable se trouve a ce niveau. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2022 à 09:32, par Banga En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    La justice française a eu tous les preuves que le groupe et son président a corrompu les présidents africains pour avoir les marchés partout en Afrique les ports et les chemins de fer mais le président Vincent boulore n’a pas été inculper par son pays je serrai à la marche pour rétablir justice au peuple burkinabé

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2022 à 09:44, par DU BON En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    F2 F3 Suis entièrement d’avis avec vous. Il y a du sabotage dans la gestion du chemin de fer. Comme il est un patrimoine publique d’un intérêt majeur un outil intégration et de désenclavement il doit être impérativement rénover.
    Le ou les ministres qui ont eu à gérer le transport doivent des explications.
    Les échecs de nos gouvernants sont innérants a leur volonté de garder secret ou de susciter le flou dans leur activité. L’exploitant les façonne à penser plus à leur interet personnel ( les arguments sont légion ) qui malheureusement est dans la dechéance collective. BC en sait quelque chose.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2022 à 10:37, par zemstaaba En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    Nestorine, c’est maintenant que tu découvres que Bolloré exploite notre chemin de fer ? Tu étais membre très influente du gouvernement de Blaise Compaoré quand la concession a été faite. Personne ne t’a entendu te plaindre à l’époque.
    Bolloré a bâti son empire grâce à la complicité et la corruption des chefs d’Etat comme Blaise Compaoré que tu servais avec un zéle inégalé.
    Ce que tu dis là, les syndicats de travailleurs l’ont chanté pendant longtemps, au moment où tu étais aux affaires et dans les bonnes grâces du régime Compaoré.
    Donc ya rien de neuf au village.
    Je sais que c’est la saison de la danse du ventre devant le nouveau régime, et que chacun cherche à, se faire remarquer en espérant avoir une place au nouveau soleil. Mais n’oubliez pas que les gens n’ont pas la mémoire courte !
    Pardon, laisses ce combat à des gens plus crédibles. Sinon tu vas décrédibiliser une cause juste !

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2022 à 10:59, par Article 37 En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    Encore elle ? Elle semble connaître tous les secteurs d’activités. C’est elle qui a dit qu’a fait l’objet de chasse aux sorcières à l’université, elle a aussi été Ministre sous le Régime COMPAORE avec tous ses égarements. Maintenant, elle peut dénoncer, mais qu’elle rende compte de sa gestion ne serait trop demander aussi non ? Wait and see.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2022 à 12:23, par Diallo En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    Ils n’ont pas à payer les dettes des anciens incapables, c’est trop facile que l’incompétence s’affranchisse sur les investisseurs.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2022 à 13:13, par Un Burkinabê En réponse à : Chemin de fer Abidjan-Kaya-Tambao : Le Consortium « Burkina 2050 » demande l’annulation de la gestion par le Groupe Bolloré

    Non seulement il faut retirer Sitarail à ces négriers mais il faut aussi retirer la Brakina des mains de l’actuel propriétaire français. La Brakina n’a jamais investit un seul fcfa et pire elle a déboulonné l’usine secondaire de la zone industrielle de Gounghin pour l’envoyer hors de nos frontières. Toute cette magouille a été faite sous le pouvoir de Blaise Compaoré aidé par des expert-comptables dont nous tairons les noms. Le MPSR devrait s attaquer à ce vollet de Crimes Economiques avec la même urgence que l’Insécurité. La Bière est devenu une denrhée stratégique pour le Burkina à tel point que la Brakina qui est un patrimoine national ne peut continué à être la propriété d’un français même s’il venait à se naturaliser.
    Il faudra aussi dissoudre la société écran SODIBO qui est l’arnaque du siècle pour spoluer le tissu économique de notre pays. Pour me résumer, le MPSR devrait retirer Sitarail, la Brakina et la Sodibo.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Nayala : Toma dans l’obscurité depuis près de trois semaines
Burkina : Quatre nouveaux officiers des forces armées nationales nommés à des postes de responsabilité
Burkina Faso : Une conférence publique pour discuter des enjeux et défis de l’enregistrement des décès
Amicale des femmes de la Sitarail : Une journée pour faire découvrir le métier de cheminot aux enfants des travailleurs
Administration du travail : Le Burkina accueille la 44e session du Centre régional africain d’administration du travail
High-tech : Abstergo Store à la conquête du marché burkinabè
Ouagadougou : Un dépôt de matériels explosifs et de produits médicaux prohibés découvert au quartier Larlé
Burkina Faso : « En 2020 il y a eu près de 1132 cas de cancer du col de l’utérus avec près de 839 cas de décès liés à cette maladie », Pr Aboubacar Bambara.
Santé et pollution de l’air au Burkina Faso : Des experts se penchent sur un plan d’action
Burkina : Les restes mortuaires de Thomas Sankara seront inhumés au Mémorial Thomas Sankara courant février 2023
Burkina Faso : Des civils non armés auraient été tués par des FDS, selon le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés
Burkina : Le PNUD offre 14 véhicules et trois motos au ministère de la Justice
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés