Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans votre chaussure.» Mohamed Ali

Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • vendredi 9 octobre 2020 à 13h11min
Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

Le consortium « Burkina 2050 », par la voie de Dr Nestorine Sangaré, a pris langue avec la presse, le jeudi 8 octobre 2020 à Ouagadougou. Objectif, alerter sur la situation du chemin de fer du Burkina Faso, suite à sa privatisation et à la concession de sa gestion à Sitarail, filiale du groupe français Bolloré. Le consortium veut également saisir l’occasion qu’offrent les élections présidentielle et législatives de novembre 2020, pour amener les candidats à s’engager pour l’amélioration de la gestion future du patrimoine ferroviaire burkinabè.

Pour le consortium « Burkina 2050 », la gestion du chemin de fer dans notre pays, assurée par Sitarail depuis maintenant 25 ans, est « un véritable échec commercial, financier, technologique, social et politique ». Le constat sur le terrain fait en effet ressortir une dégradation continue des équipements tels que les rails et les wagons.

Il faut rappeler que c’est suite à la privatisation qu’une première convention a été signée avec le groupe français en 1994. Dans celle-ci, Bolloré s’engageait à garder 45% des effectifs du personnel burkinabè qui représentait 812 personnes. La société n’en a finalement gardé que 512, et certains travailleurs deflattés sont morts sans percevoir leurs droits, malgré une décision favorable de la justice burkinabè. Bolloré a par la suite procédé à la fermeture des gares secondaires situées dans certaines villes, portant ainsi un coup dur à l’économie qui se développait tout autour. Aucun investissement promis par le groupe n’a été réalisé.

Aussi, de 2003 à 2006, le groupe français n’a pas payé à l’Etat burkinabè le pourcentage de 2% hors taxe pour l’exploitation des rails. Face à la détérioration du chemin de fer, les Etats engagés dans la convention que sont la Côte d’ivoire et le Burkina Faso, ont dû emprunter des fonds à la Banque mondiale et à l’Agence française pour le développement pour rehabiliter le chemin de fer. Bolloré devait donc exploiter le chemin de fer et procéder au remboursement des fonds empruntés, mais il n’en a rien été. Le groupe a accumulé une dette d’environ 5 milliards de F CFA envers l’Etat burkinabè.

Aucun résultat financier

De 15 ans au départ, la durée de la convention initiale est passée à 20 ans puis à 35 ans, malgré tous les manquements constatés de la part du groupe Bolloré. Elle a été remplacée par une convention révisée avec une durée additionnelle de 18 ans, promulguée par le président du Faso le 31 décembre 2018. Ce qui équivaut à la cession de l’exploitation du réseau ferroviaire à Sitarail pour une durée de 53 ans, « sans aucun résultat financier concret ni par le passé, ni pour le futur », selon le consortium Burkina 2050. Le groupe a même annulé la réhabilitation du chemin de fer quand il a appris le projet de construction d’un chemin de fer entre le Burkina Faso et le Ghana pour le transport du manganèse de Tambao, prétextant que cela posera un problème de rentabilisation à son exploitation.

Parce que le chemin de fer est un instrument incontournable du développement national, le consortium propose tout simplement une suspension de la concession signée avec Bolloré. Le Burkina Faso pourrait par la suite lancer un appel d’offres international pour recruter une entreprise qualifiée pour gérer le chemin de fer. Ou encore revenir à la gestion nationale assurée par l’Etat. Pour cela, il lui faudrait former des ressources humaines de qualité pour réussir la gestion du chemin de fer.

Il convient de noter que le consortium Burkina 2050 s’intéresse à la situation des grands investissements de l’Etat. Dans le cadre de sa campagne « Sauvons nos rails », il projette de lancer une pétition en ligne pour la suspension de la concession révisée et l’organisation de conférences régionales.

Armelle Ouédraogo
Alicia Ouédraogo (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 octobre à 13:53, par kap En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Je signerais cette pétition le premier . Quelle hémorragie financière ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 14:19, par Gajuland En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Je salue le consortium Burkina 2050 pour cette lumière apportée sur la gestion des chemins de fer au Burkina par le groupe Bolloré. A la lecture de l’article, j’invite le consortium à redoubler efforts en ce qui concerne la résiliation du contrat avec l’actuel prestataire. Je reste convaincu que tous les Burkinabé épris d’équité et de sens de développement des économies locales soutiendront vos initiatives.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 14:35, par Guigui En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    L’Afrique, quelle tristesse pour certains dirigeants. Comment peut-on se bomber la poitrine pour parler jour et nuit de développement sans pour autant prendre en compte les chemins de fer qui représente le noyau ou disons la priorité.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 14:54, par Nestor HEMA En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    C’est vraiment triste pour nos pays. Rock Marc Christian KABORÉ fais pardon et montre nous que tu es différent de Blaise Compaoré. C’est sur de tels dossiers que l’on connaît les dirigeants patriotes.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 15:01, par wendlassida En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    VOICI UNE DAME SAGE A NE PAS COMPARER A D AUTRES
    LE BF A BESOIN D UNE PAREILLE FEMME

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 15:54, par kti En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Nestorine Sangaré présidente !! Une femme courageuse et intelligente qui a le profil pour assumer pleinement ce rôle

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 15:57, par Le réaliste En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Très belle et réaliste analyse. Cependant, vous étiez au Gouvernement tout comme l’actuel Président Rock etc..., et parmi les membres influents du régime déchu ayant permis à Bolloré de se foutre de notre pays de la sorte.
    Ce que ce groupe mafieux de Bolloré fait actuellement a commencé depuis votre long règne pour s’empirer après la débâcle de la famille COMPAORE et alliées dont vous êtes partie intégrante.
    Cependant, tout en étant aussi comptable de cette situation regrettable à l’image de beaucoup d’autres hautes autorités actuelles, vos propositions et suggestions à même de nous sortir de ce bourbier seront les bienvenues, et contribueront à vous hisser à nouveau.
    Bon courage dans vos nouvelles fonctions

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 16:15, par Osons En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Vous avez le soutien de tous les Burkinabè soucieux d’un développement harmonieux et inclusif. Des villages comme Siby, Batondo pour ne citer que ceux-là sont entrain de mourir à cause des politiques hasardeuses, irréalistes et irrationnelles des nos dirigeants. Vivement que l’action du Consortium Burkina 2050 fasse tâche d’huile et que tous les Burkinabè se lèvent comme un seul homme pour faire cesser cette gabegie.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 16:25, par Obliviateur ! En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    C’est une oeuvre des traîtres nègres qui croyaient de pouvoir rectifier notre révolution, conduite par l’homme charismatique tant envié par son éloquence, je cite ce grand’homme intègre, plein d’élans patriotiques toujours sans pareil Thomas Sankara ! N’est-ce pas des mains que ce même rail fut prolongé jusqu’à Kaya ?
    Il faut effectuer un recul et rompre avec tous ces accords signés par des nègres soûlards, paresseux, malades et ignorants contre les peuples africains. Autrement, il y’ a de quoi ne pas être optimiste pour l’Afrique, qui risque de nouveau être partagé entre les pôles géopolitiques du monde actuel. Il nous faut une confrontation sérieuse entre les nègres qui gouvernent les pays et les africains pour libérer le continent des esclavagistes, maintenant déguisés en partenaires néocolonialistes, qui n’ont rien d’autre comme agenda que l’extermination des Noirs et l’appropriation des terres africaines pour des nouvelles colonies blanches. Le danger est là et il est réel ! Hommage à toutes celles et à tous ceux qui combattent jour et nuit pour une Afrique meilleure pour les Africains !

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 16:26, par Abdoulaye akandji En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    A ce que je sache le burkina Faso n apartient pas à bolloré et l intérêt des burkinabé en 1er. Pourquoi satom ne bloc pas le chemin métro Paris-Bruxelles. Pourquoi tourné autour du pond chassons cette entreprise com la fait le Benin. Voyez vous même le bilan depuis l indépendance rien et rien et surcroît des impôts impayés. Tout c que j sait la France doit revoir son agenda sinon elle passera par la fenêtre face à une opinion et non un dirigeant.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 17:18, par Jonassan En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Quand on se rappelle que de chemin de fer a éré vendu sous Blaise Compaoré malgré la résistance des cheminots de l’époque qui ont été pour la plupart chassés avec des miettes et dont les survivants végètent aujourd’hui aux pieds du HCRUN (du moins ceux qui ont osé s’opposer à la liquidation de leur outil de travail) on peut se poser légitiment des questions quant à la volonté unanime de défendre la patrie et les citoyens.
    Le chemin de fer a cessé d’être la propriété du Burkina ce n’est pas aujourd’hui, consultez les archives.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 17:38, par Le petit tranquilos En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Que fait le ministre Dabilgou pour nous donner des éclaircissements sur ce fameux dossier bolleré ? Si vous pensez que le silence pourra vous être utile, vous avez tiré par terre.
    Toutes mes félicitations à Mme Sangaré pour ce engagement patriotique.
    Cette affaire n’est pas une affaire de parti politique, mais pour nous tous.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 18:02, par Sacksida En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    En outre, meme si l’on admet que la Privatisation de la Societe Nationale des Chemins de Fer du Burkina Faso et bien d’autres ont ete une grave erreur, 25 ans apres cette concession dont les resultats sont plus que catastrophiques ; l’Etat ne devrait pas en 2018 la renouveler. Mais, tout depend de la sincerite de la gouvernance actuelle de l’Etat. En rappel l’intrepide journaliste Norberd Zongo dans une enquete avait denonce et deconseille la privatisation des activites strategiques nationales ; l’histoire lui donne raison. Le President du Faso Rock Marc Christian Kabore pouvait-il poser son veto et surtout exiger en 2018 des conditions serieuses avant de bien sur renouveler cette convention ? L’on reste dubitatif car il fallait faire la difference entre son amitie avec Bollore Vincent et la necessite bien sur de preservation des interets nationaux. Une complaisance a eu lieu a ce niveau ou en tout un manque de poigne et de verite. Quand l’on compare les 5 milliards due par Bolore et la salle de cinema olympia qu’il a "offert" au Burkina Faso, on ne peut s’empecher de dire qu’ils nous prend pour des idiots ? Certains se demandent si notre PF n’est pas devenu un des vassaux de la Francafrique ? Sur qu’un Thomas Sankara n’aurait pas accepte cela. Bien entendu, Faudrait que la societe civile Burkina 2050 et d’autres continuent une vaste sensibilisation du peuple Burkinabe afin d’engager une vraie lutte pour recouvrer nos milliards, et tout au moins exiger un respect scrupuleux du cahier de charges ; a defaut de pouvoir faire resilier bien sur cette convention leonine c’est a dire au detriment des interets du Burkina Faso. Courage. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 18:10, par Millogo Jean François En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Je soutiens cette initiative . Je suis prêt à signer cette pétition .

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre à 18:31, par Maria de Ziniaré En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

     Je me demande si les Burkinabè aiment vraiment leur pays. Le President Nana AKUFO du Ghana la deuxième économie de la CDEAO derrière le Nigeria et devant la Côte d’Ivoire, essaie de nous ouvrir les yeux pour avoir une saine appréciation de la realpolitik au niveau de la CDEAO. Les ports Ghanéens sont à vol d’oiseau les plus proches de Ouaga comparés à Abidjan, Cotonou et Lomé et il Il nous a proposé de réaliser le chemin de fer Ouaga Tema mais du fait de la barrière de la langue héritée de la colonisation nos yeux ne sont rivés que vers le pays de Nana Boigny en oubliant que celui de N’Krumah a autant sinon plus d’opportunités à nous offrir.

    Il importe pour notre pays de prioriser le projet de chemin de fer Ouaga Tema et pourquoi pas le prolonger éventuellement vers Tambao et couper court au projet obsolète de BOLLORE ( Abidjan Tambao avec un écartement de rail de 0,9 m) qui est devenue un serpent de mer qui ne prend pas en compte les intérêts présents et futurs du Burkina. Le chemin de fer Ouaga-Tema économiquement va faire ombrage à Ouaga-Abidjan et l’axe routier Ouaga-Lomé dufait de ses coûts plus bas pour le désenclavement du pays ( dans la hiérarchie des coûts de transport les rails coûtent moins cher que la route). Vivement que le nouveau PF issue des élections s’engage à operationnaliser ce projet et nous sortir des anciens paradigmes coloniaux francophones

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre à 10:00, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Bien ! Mon honorable Webmaster, je vais être clément, mais tous ceux-ci ne sont que du verbiage même si ça ne regarde que moi : Car, chacun veut fuir sa responsabilité. Surtout avec cette sortie, on voit qu’en politique il n’y a ni morale, ni éthique, ni vertu, ni devoir de reconnaissance. Nestorine Sangaré-Compaoré, Roch Kaboré et autres, étaient dans le même bain du régime Compaoré quand cette histoire s’est produite, surtout que la même Nestorine était la ministre et femme puissante l’ancien régime. Et si elle voulait à l’époque interdire Bolloré de ne pas mettre le pied en Afrique, elle en avait le pouvoir, il suffit de fouiller et revoir les photos de les mêmes qui critiquent avec Sarko à l’Elysée.

    Comme je ne cesse de le dire, dans une compétition où chacun veut tirer la couverture à soi par tous les moyens, quelle est la place de la fermeté pour activer ce qu’on crie quand on revient au pouvoir ? Ne serait pas un simple miroir aux alouettes comme l’a été la première fois dont tout le monde le sait, que ça s’est soldé par des fuites à midi avant le repas ?

    Sans parti pris, remontons l’histoire récente de notre pays et représentons-nous ce pays sous Blaise Compaoré, François Compaoré, et consorts : Qu’aurions-nous vécu sous ces vendeurs d’illusions, dans un cas ou un autre. C’était les vrais alliés de la France et le groupe Bolloré, surtout personne ne sortait pour dire quoi que ça soit, d’ailleurs en 60 ans d’indépendance, a part Thomas Sankara face au président Mitterrand président de la république Française, qui lui a dit ce qu’il pense du rôle de la France dans le continent, personne n’a jamais dit quoi que ça soit à la France. Bolloré c’est la France.

    Alors que celles ou ceux qui sortes de nos jours pour se faire voir, arrêtent : Quand la France ne fait rien, c’est sa faute. Quand la France agit, c’est sa faute aussi. Il faut cesser d’imputer à des facteurs externes les causes de ses propres insuffisances et manquements. S’il y a des personnes qui jouent un double jeu, ce sont nos politiciens qui arrivent avec les sourires à l’Elysées, et ne disent au locataire de ce lieu d’interdire Bolloré de nous exploiter.

    Avec nos politiciens aux petits pieds, c’est toujours la même chose : Quand il s’agit de faire des déclarations ou critiquer son adversaire, notamment devant les médias, tout le monde est là et y va de sa petite phrase choc. Mais quand il est question de mettre les moyens, il n’y a plus personne. En définitive, on en vient à se demander s’il ne s’agit pas des coquilles vides créées uniquement pour avoir le pouvoir et piller encore les ressources du pays en donnant tous les marchés à Bolloré ?

    Conclusion : En 60 ans d’indépendance qu’a fait le continent pour se relever comme la Chine l’a montré au monde que quand on veut, on arrive ? Que Chacun Trouve autre chose pour revenir au pouvoir. Exemple demandez pardon au peuple Burkinabé sans les larmes de crocodile comme à l’stade du 4 Août. Sans rancune, car souvent la vérité de Ka rougit les yeux, mais ne les casse pas.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre à 16:39, par caca En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Vieux Ka
    Soit clément et indulgent avec la bonne dame. Il évident qu’elle était au cœur du pouvoir dans un temps record de notre pays. Pourtant le combat qu’elle mène ne fait pas d’elle un oiseau de mauvais augure. Il se peut que part le passé elle s’est trompé et n’avait pas comprise l’exploitation cachée du groupe Bolloré. Rock Christian mangeait à la même table avec François Compaoré et son frère. Ils ont dirigé ce pays et son mea culpa lui vaut la présidence du Faso aujourd’hui. Accordons le même bénéfice de doute à notre sœur Nestorine Sangaré dans son éveil de conscience. Quand on sait que le train est le moins cher et source de création d’emploi et que le nôtre est désolation, je ne peux que féliciter la volonté d’une compatriote à lutter contre l’escroquerie d’une bande organisé depuis Paris. Si le contrat d’exploitation de sitarail est injuste, ayons le courage de trouver une bonne solution. Aujourd’hui, la SCNF transforme ses gares en centres commerciaux sources de création d’emploi. Bref, une fois de plus, laisse ton combat politique et voit dans l’écrit une contribution citoyenne à l’éveil de conscience.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre à 19:32, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Caca : je ne tire jamais ma vérité sur des corbillards : Et Madame Sangaré le sait. Je l’ai soutenu sur ce forum pour un projet. Et quand on opte de lutter pour une bonne cause, on accuse personne, surtout qu’on peut sortir de la presse une photo de l’accusatrice au côté de Sarko a l’Elysées, sans qu’elle a eu le courage à l’époque de parler de Bolloré et sa mauvaise gestion des choses dans le continent.

    Et tout le monde sait qu’à l’époque les miettes étaient la seule raison du silence de tout en chacun. Si elle allait tout droit sur le sujet sans revenir au passé avec des accusations, c’est le peuple Burkinabé et même le gouvernement actuel qui sera dernière elle. Quand on n’a participé a une erreur, on s’assume et chercher à trouver une solution au lieu d’accuser les autres. Il y a plusieurs formules pour réparer l’erreur au lieu des accusations, sachant qu’on n’a participé à commettre cette erreur. Alors caca, Nestorine Sangaré-Compaoré, Roch Kaboré, Blaise Compaoré, François Compaoré, et toute la clique de l’époque sont comptables de ce qui est arrivé. Si une personne parmi celles ou ceux dont j’ai cité, sorte aujourd’hui pour accuser les autres sans chercher a trouver une solution commune, s’appelle manipulation et ‘’’malhonnête.’’’ Merci de me lire.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 09:47, par caca En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Vieux Ka
    Bon dimanche, que Dieu soit le bouclier de notre Foi !
    Personnellement, je pense que depuis l’indépendance, nos dirigeants successifs ont péchés par ignorance les clés du développement de notre pays. Au Burkina, la gestion du patrimoine ferroviaire est encore mieux que notre cousin ivoirien. Le problème numéro un revient certainement au gouvernant qui devait définir clairement la politique du transport. Le deuxième est la faute des cadres qui ont à tour de rôle profiter de leur outil de travail sans laisser un avenir pour la jeune génération.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 15:30, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Caca : Comme je le dis souvent, je ne m’aventure pas dans des sujets que je ne connais pas. Et le problème de la RAN devenu un problème de chemin de fer Burkinabé gérer par Sitarail, a toujours été évoqué pour que les choses soient améliorées. Car, le monde des rails évolue, surtout que ça soit à Yamoussoukro ou a ailleurs avec les réunions de traité d’amitié entre le Burkina et la Cote d’Ivoire, j’ai vu des propositions à ce sujet sur la table : Simplement, il faut que nous décideurs aient le courage d’aller jusqu’au bout, c’est-à-dire, dire les quatre vérités sur ce qui ne va pas, comme en France ou en Suisse et a ailleurs, les états confient les sociétés d’états des chemins de fer a des privés comme Bolloré, et qui marche très bien avec des contrôles rigoureux par les ministères de transports qui profitent donner des innovations. Venir en tant qu’une ancienne ministre qui a vu naître ce projet sans dire quoi que ça soit, et aujourd’hui au lieu d’être une porteuse d’innovation, on accuse les autres, est intolérable pour moi, et toutes ou tous, celles ou ceux qui sont pour l’amélioration des projets et leur vie.

    Condamner lourdement ceux qui ont eu l’idée qui me semble bonne comme ça se passe a ailleurs est une erreur de la part de madame Nestorine Sangaré-Compaoré. Sortir pour ce consortium ‘’’Burkina 2050’’’ que je soutiens, ne doit pas être une occasion d’accuser des autres, mais donner un encouragement pour aller de l’avant. Encore une fois, une sortie pour le consortium ‘’’Burkina 2050’’’ ne doit pas être une base de débat politique pour accuser qui que ça soit, que de donner des idées d’innovation. Caca voilà ma philosophie de voir ce qui peut faire avancer le pays que nous aimons. Oui Dieu n’a jamais abandonné le Burkina, ce sont nous avec nos égoïsmes qui abandonnent Dieu sans le savoir. Et en parlant de Dieu, Nestorine Sangaré qui a opté de se donner totalement à Dieu avec ses chansons pour Dieu que j’ai aimé écouter, le connait bien. Alors, que Dieu tout puissant nous protège avec le pays que nous aimons toutes et tous.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 03:27, par EBENEZER En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Docteur SANGARÉ,je valide.
    Je comprends pourquoi les ambassadeurs français viennent insulter nos politiciens et ces derniers restent bouche bé.
    Nos politiciens me deçoivent.
    Comment peut-on ’’vendre’’ son pays rien que pour ses propres intérêts ?
    D’ici quelques semaines ils vont venir chanter à qui veut les entendre qu’ils ont des programmes de développement pour notre pays.
    Afrique mon Afrique !
    Quand est-ce nos politiciens vont-ils arrêter de signer les documents sans lire ou choisir de rechercher leurs intérêts en bradant les biens de notre pays ?
    Dans tout ça quand on critique la France on te taxe d’antifrançais.
    Qu’il pleuve ou qu’il neige cette france lachera le morceau bien que ses complices ne soient pas seulement des politiciens car même dans la société civile on en trouve.
    Mes larmes coulent pour mon pays.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 06:49, par Adakalan En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Ceux qui sont contre la Dame parce-qu’elle revient sur une situation triste, je pense que chaque être humain peut s’amender à tout moment. Le probligé qu’elle soulève est tellement actuel qu’il faut prendre ça au serieuX. Roch était avec blaise mais aujourd’hui, il est président de ce pays. Regarder plutôt la pertinence des problèmes posés qu’autre chose.
    Notre salut viendra du fait que nous regardons les choses en face. On nous pille, vous être là à vous en prendre à la personne de la bonne dame.
    Nous sommes les propres artisans de nos malheur

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 15:30, par Dedegueba SANON En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Moi, je n’ai pas toujours été " tendre" avec la dame. Mais ce n’est pas pour autant que je ne vais pas louer son courage à dénoncer ce pillage organisé de nos maigres ressources par un flibustier français. J’ai autrefois assisté à une soutenance de mémoire à Abidjan, d’un étudiant burkinabè en droit où justement il était question de la gestion de la RAN. Le jeune étudiant avait eu peur de dire les quatres vérités, sans doute intimidé par son jury ivoirien. Mal lui en avait pris il s’est fait sermonné pour son manque de courage. Pour dire que mêmes les ivoiriens reconnaissent qu’ils nous pillaient.
    Pour revenir sur le passé politique de Nestorine, je dirais que si nous avons pu composer avec les RSS pourquoi avec elle, nous nous braquions, si elle défend les intérêts du pays ? Comme si elle ne pouvait pas avoir une fibre patriotique ? Nous en voulions beaucoup plus à l’entourage toxique de Blaise qu’à lui même, tous les Compaore n’étaient pas des pestiférés.
    Du reste la situation du pays a très peu changé en matière de gestion, vu que ce sont toujours les mêmes.
    Ne nous laissons pas dominer par la haine ou la rancœur. Elle prend beaucoup de risques en s’attaquant ouvertement à l’empire Bollore, ces gens là sont féroces. Protégeons la plutôt, mieux vaut tard que jamais. Nous n’allons tout de même pas aligner des générations de politiciens nuls,cupides et poltrons sur plusieurs siècles ? Il nous en faut quelques courageux pour oser dire trop c’est trop.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 08:00, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    - SVP évitons de spéculer dans du verbiage creu et dans la désignation de qui est respoonsable ou pas. Le fait est là et la question majeure est maintenant : Comment faire pour nous en sortir de ce labyrinthe et réhabiltier cet outil économique qui est le nôtre ?

    Conclusion  : Soyons constructifs. Cette dame a eu l’avantage de poser le problème. Maintenant au lieu de nous attarder sur des détails, donnons-nous les mains pour solutionner le problème. Donc signons d’abord la pétitions avant de verser dans la spéculation.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 15:45, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Merci mon ami Kôrô Yamyélé avec ta critique limpide. L’action de madame Nestorine Sangaré-Compaoré est louable, et si c’était au moment de la révolution, elle fera partie des femmes comme Joséphine Ouédraogo notre fifi nationale, ou Fatou Diendéré la femme libre de la révolution, Bernadette Palé, Rita Sawwadogo une femme symbole.

    Malheureusement nous sommes en 2020 ou la corruption à ciel ouvert est la clé de tout mettre à l’eau. Oui faisons tout pour mettre Bolloré hors circuit.

    Mais avant tout, qui sera l’heureux élu a sa place et qui ne fera pas le pire ? Depuis plus de 30 ans après la révolution, ou en est notre société de transport en commun gérer par l’état, ou pour aller de la place des Nations Unis a Goughin, il faut attendre 1heure pour qu’un bus arrive ? Plus pire est notre Air Volta devenu Air Burkina qui est passé des mains en mains dont les voyageurs privilégiés étaient les mêmes cravatés avec des passeports diplomatiques qui ont rendu cette Compagnie fantôme.

    Mon ami Kôrô Yamyélé, chaque régime de notre pays adopte le même système. Je me demande pourquoi des intellectuels comme mon petit frère Sayouba Traoré a Paris, les révolutionnaires comme Tamini qui n’ont pas les mêmes idées que celui du MPP, eux qui ont connus les TIAO ambassadeur et premier ministre qui a pris dans son ail Nestorine, n’écrivent pas la réalité étant au cœur de la république Française et ses magouilles ?

    Durant le règne de Blaise Compaoré, il y a eu des alertes au sujet de la gestion du SITARAIL, personne n’a levé le doigt car les miettes tombaient de gauche à droite. Et nous y voilà avec ceux mêmes qui ne faisaient rien dans le gouvernement TIAO pour que Bolléré quitte notre pays, qui sortent pour dire de retirer le contrat avec Bolléré, mais ne dit pas qui est mieux que ce dernier.

    Parlons-en : voilà l’argent du PNDES, ou l’or qu’on parle tant dans les caisses de l’état ! Qui a pensé au rail, ou le transport en commun dans nos villes ? Surtout une bataille de rail ou le peuple a mis sa main pour le réaliser durant la révolution, et personne ne pense à l’améliorer avec l’argent qui tombe comme des mangues, et diminuer la souffrance du peuple primaire dans des taxis pourris et des cars à tombeau ouvert ? Une pétition d’accord, mais proposer la personne capable de faire mieux que Bolloré, est encore mieux. Si le pouvoir était au peuple, madame Nestorine Sangaré-Compaoré sera premier ministre et donnera notre chemin de fer au peuple qui fera mieux que Bolloré.

    Mais voilà, si notre pays reste embourbée dans son sous-développement, c’est que nos décideurs ne sont pas capables de se mobiliser autour de grand objectifs et de faire passer l’intérêt général avant les intérêts personnels : Et Bolloré l’a compris que dans le continent, il en résulte un pillage systématique par les dirigeants prédateurs et les multinationales gloutonnes, sans parler des "hommes d’affaires", mercenaires et aventuriers, et personne n’a la conscience pour faire quoi que ça soit comme lui.

    Si vraiment nous avons des preuves que Bolloré ne fait pas son travail, nous pouvons l’accusé, et s’il insiste, on peut le mettre en prison. Mais nous ne pouvons pas mettre un président comme Blaise Compaoré en prison, ou un entrepreneur fils à papa, ou Eddie en prison, même s’ils ne font pas bien le travail, ils ont des bras longs pour éviter la MACO.

    Alors mon ami Kôrô Yamyélé, voilà ma philosophie de voir le problème. Et comment voulez-vous que le gros de la clientèle de la CPI ne soit pas les Chefs d’État africains ? Et prompts à dire que la CPI est une machine judiciaire dressée exclusivement contre l’Afrique. C’est comme SORO et son père adoptif ont déjà des cellules préparé dans ce lieu, et leurs supporters vont encore crier l’injustice, pourtant qui est de la justice. Tant que les "élus" pourront piller les caisses, biens et ressources de l’Etat en toute impunité, les Bolloré seront les rois en Afrique, et la CPI sera le paradis de nos chefs d’états.

    Conclusion : Ce sont nos petits politiciens aux petits pieds qui s’opposent aux peuples avec des idées de corruptions bien préparées. Déjà nous voyons les élections à venir des prétendants au fauteuil présidentiel avec des idées calamiteuses de revanches, et non des objectifs qui vont à l’émergence du pays. Comment voulez-vous que les Bolloré ne frottent pas les mains ? Heureux de te lire mon ami Kôrô Yamyélé.

    Répondre à ce message

    • Le 14 octobre à 09:03, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

      - Mon ami KA, Hugh tu as dit la vérité ! J’ai lu à quelque part ce mation ce qui suit et que j’ai noté :

      ’’Le secrétariat permanent du Plan national de développement économique et social (PNDES), référentiel de développement du Burkina Faso, a établi un bilan de la mise en œuvre de ce Plan de 2016 à 2019. Sur une prévision de 15 395,4 milliards de F CFA, l’Etat burkinabè a mobilisé dans le cadre de ses actions de développement 9 953,3 milliards de F CFA, soit 64,7% de taux de mobilisation. Cet effort dans la mobilisation des ressources cache une certaine réalité. En effet, sur les 9 953,3 milliards de F CFA, les ressources propres représentent 5 939,7 milliards contre 4 013,6 milliards de ressources extérieures. Et de posez une question : Une nation peut-elle mieux se développer si le financement pour son économie dépend des autres à plus de 40% ?’’

      Ce que tu dis est donc bel et bien confirmé mon ami. Salutations et toi et à notre ’’Chérie’’ et aussi à mes ’’Petits rivaux’’.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 11:06, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Mon ami Kôrô yamyélé : Tu comprends pourquoi martèle Vincent Dabilgou en disant qu’il n’est pas question de confier la gestion de ce fret aux transporteurs ?

    La leçon est bien comprise par quelques-uns de nos décideurs. Retirer le contrat de Bolloré et le confier à un entrepreneur comme Eddie c’est la fin de notre chemin de fer. Et vouloir signer une pétition sans connaitre qui fera mieux, n’est que de la propagande à deux balles. Que se passera-t-il si l’état Burkinabé ou un entrepreneur escrocs mette la clé de notre chemin de fer sous la porte ? On ne saura jamais qui a fait quoi, qui doit quoi à qui, seront des questions inutiles. Qui a menti à qui au commencement semble être le fondement de la vérité qui fait s’écrouler le château de carte et les convictions qui furent à la base de tout. Et où sera Madame Nestorine Sangaré –Compaoré ? Dans la nature comme d’autres qui se la coulent au Togo. Pour l’instant, on sait ou trouver les collaborateurs de Bolloré a Ouagadougou. A l’approche des élections, chacun veut des galons virtuels, et je dis que ces politiciens aux petits pieds nous prennent pour des imbéciles. Mamie et mes petits enfants vont bien et te saluent également mon ami Kôrô Yamyélé. Et un de mes petits-enfants veut apprendre le cantonné (Chinois) comme son grand-père, et je rigole.

    Répondre à ce message

    • Le 15 octobre à 01:57, par Caca En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

      Vieux Ka arrêtez d’infantiliser des burkinabe. Je suis sûr que certains peuvent gérer le chemin de fer dans notre pays. Je pense qu’au Bénin il y a un beninois concurrent de Bollore ou le contrat a été résilié. Et la personne était au coeur du projet ferroviaire de la sous région. Le groupe Bollore personne ne peut ignorer sa force de naissance dans le système d’exploitation de nos économies mais les jeunes cadres montent également en puissance avec un savoir faire et les mêmes moyens. Je suis sûr qu’il y a des burkinabe qui pourront gérer notre développement. Dans le rapport du PNDES il y a quelque chose à féliciter pour notre pays si ces données fournies sont fiables. La ressource interne mobilisée pendant les 4 ans dépasse les 50% que les apports externes. Ce régime quoiqu’on peut lui critiquer dans ces domaines a pu maintenu la cadence du développement durable en renforcant le dynamisme de projet de l’ancien régime. Je crois comprendre qu’aucun projet n’a été abandonné. Le Burkina actuel est encore plus envié par d’autres pays africains. Il y a eu la création des richesses par des burkinabe. Donc le rêve burkinabe est permis aujourd’hui.

      Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 11:54, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer

    Jeune caca : Je pense que tu es parti très longtemps de ton pays. C’est comme tu parles de l’armée Burkinabé que tu ne connais pas, seulement que le Burkina de 1990 à 2005 fait partie des premiers acheteurs d’armes militaire du monde. Ou sont ces armes ? Vendu par Blaise Compaoré pour s’enrichir en laissant une armée Burkinabé de Gueux. Je n’en disconviens pas qu’il y ait des entreprises aux Burkina qui peuvent prendre ce contrat, mais manque des moyens et des personnes qualifié en matière des rails. Si je dis que tu es parti très longtemps de ton pays, c’est que tous les jours il y a des propositions, mais les décideurs se montrent prudents pour ne pas tomber sur des personnes comme Eddie avec ses contentieux avec ses contrats qu’on connait. Et comme il a un bras long on sait comment ça se termine. Jeune caca, pourquoi martèle le ministre Vincent Dabilgou en disant qu’il n’est pas question de confier la gestion du fret aux transporteurs ? C’est le manque de confiance à nos entrepreneurs qui ne prennent pas leurs rôles au sérieux. Regardons le tronçon entre la place des nations Unis et après l’hôpital CHUY ? Combien de temps cette entreprise Burkinabé traîne dessus sans finir ses travaux ? Plus de 80% de nos entreprises ne font pas des efforts pour qu’on puisse avoir confiance en eux et les confier des contrats importants. Ils sont forts dans les grandes magouilles, mais quand il s’agit d’être sérieux on ne trouve plus personne.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Banques : Le Burkinabè Simon Tiemtoré finalise l’acquisition des filiales burkinabè et guinéenne de BNP Paribas, selon Jeune Afrique 
Mois du consommer local : Un label « Made in Burkina » pour magnifier les produits locaux
Coris Bank International SA (CBI SA) couronnée par la Société Financière Internationale (SFI) et par African Banker Awards
Burkina Faso : Le Président de la BOAD fait Grand officier de l’ordre de l’Etalon
Recettes fiscales : Le Burkina a perdu plus de 214 milliards Fcfa en 2019
Transformation de l’économie du Centre Sud : l’Institut supérieur des technologies initie un forum à l’occasion de son 20e anniversaire
Burkina Faso : Le consortium « Burkina 2050 » attire l’attention sur la gestion « chaotique » du chemin de fer
Economie informelle : Le Conseil national enfin représenté dans toutes les régions du Burkina
Digitalisation des services financiers : La Confédération des institutions financières déploie le logiciel SAB-AT au Burkina
Commercialisation du riz du Burkina : Une table ronde pour trouver des solutions aux contraintes
Accès aux services financiers : Le PAIF-PME ne veut laisser personne en marge du système financier
Confédération des institutions financières : Une retraite pour peaufiner de nouvelles stratégies
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés