Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Santé : La 10e édition de la semaine nationale de la planification familiale lancée à Barkuitenga (Ziniaré)

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 3 mai 2021 à 18h00min
Santé : La 10e édition de la semaine nationale de la planification familiale lancée à Barkuitenga (Ziniaré)

Le Pr Charlemagne Ouédraogo, ministre de la Santé, a officiellement lancé ce lundi 3 mai 2021, à Barkuitenga dans la commune de Ziniaré, la 10e édition de la semaine nationale de la planification familiale (SNPF). Une semaine durant, des actions de plaidoyer et de mobilisation sociale seront accentuées, en vue de recruter de nouvelles utilisatrices des méthodes contraceptives. Cela devrait faire évoluer le taux de prévalence contraceptive, qui est d’environ 32%. La cérémonie de lancement de la 10e édition de la semaine nationale de la planification familiale avait pour marraine Clémentine Dabiré/Binso, épouse du Premier ministre.

C’est le CSPS de Barkuitenga dans la ville de Naaba Oubri qui a accueilli la cérémonie officielle de lancement de la 10e SNPF. Une semaine durant laquelle, plusieurs actions vont être menées, afin de créer la demande. "Nous allons galvaniser l’ensemble des populations, mettre les troupes en alerte pour que chacun sache que nous devons offrir les méthodes contraceptives dans toutes les formations sanitaires du Burkina Faso sans exception. Nous devons repositionner la place de la planification familiale chaque année et rappeller aux agents de santé et aux populations, qu’il s’agit d’une politique clé, si nous voulons capter le dividende démographique", a affirmé le ministre de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo.

Pr Charlemagne Ouédraogo, ministre de la Santé

Et parce que la planification familiale est un pilier essentiel de lutte contre la mortalité maternelle et d’amélioration de la vie familiale, le ministre de la Santé a invité les différents acteurs communautaires à "promouvoir l’utilisation des méthodes contraceptives, afin d’espacer les naissances pour une meilleure vie familiale et aussi pour la survie non seulement du nouveau-né mais aussi pour une réduction de la mortalité maternelle". Cela, en œuvrant à créer la demande et à casser les tabous qui constituent un frein pour l’accès aux méthodes contraceptives.

Selon le ministre Charlemagne Ouédraogo, la planification familiale a prouvé son efficacité comme stratégie porteuse à même d’améliorer substantiellement la qualité de l’état de santé de la mère et de l’enfant et se présente comme une approche clé à intégrer dans les processus de développement économique et social des Etats. C’est pourquoi grâce à la volonté politique, les services de planification familiale sont offerts gratuitement au Burkina Faso depuis juillet 2020. Cette mesure favorise l’accès de toutes les couches de la population, surtout les plus vulnérables et celles vivant en milieu rural, aux services de planification familiale de qualité.

Dr Alimata Diarra/ Nama, représentante résidente de l’OMS assurant l’intérim de l’UNFPA

La planification familiale comme outil de réduction des décès maternels

A en croire la représentante résidente de l’OMS au Burkina, Dr Alimata Diarra/ Nama, assurant l’intérim de l’UNFPA, l’accès à la planification familiale peut contribuer à réduire les décès maternels de 32% et les décès d’enfants de 10%, en plus de participer à l’autonomisation socio-économique des femmes.

"Au Burkina, 300 femmes sur 100.000 meurent soit du fait de la grossesse soit de l’accouchement ou dans les suites immédiates de l’accouchement. Et un des facteurs de risque, c’est l’absence d’espacement des naissances. La planification familiale permet d’assurer cet espacement et permet à la femme de se régénérer après l’accouchement et d’avoir le temps de bien s’occuper des enfants", a confié Dr Alimata Diarra/ Nama.

Clémentine Dabiré/Binso, marraine de la cérémonie de lancement de la SNPF

C’est en ce sens que l’UNFPA travaille à rendre disponibles les produits contraceptifs.
La marraine de la cérémonie de lancement, Clémentine Dabiré/Binso, n’a pas manqué de soulever la nécessité d’investir dans la planification familiale, car dit-elle, investir dans la planification familiale c’est investir dans un lendemain meilleur.
La cérémonie de lancement de la SNPF a pris fin par la visite des stands d’exposition d’acteurs du domaine de la contraception et des locaux du CSPS de Barkuitenga.

Armelle Ouedraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 4 mai à 09:46, par Marie NIKIEMA Pazinwindé En réponse à : Santé : La 10e édition de la semaine nationale de la planification familiale lancée à Barkuitenga (Ziniaré)

    J’ai participé à une retraite spirituelle catholique. Où notre guide spirituel a fait un petit sondage pour compter toutes les femmes et filles qui ont déjà utilisé les méthodes contraceptives. A la fin de ce sondage, elle nous a expliqué les méfaits des méthodes contraceptives que nous utilisons et il est écrit sur les emballages (abortions) en anglais, ce qui signifie « avortement » en français.
    Elle a exigé à ce que nous nous confessions et que nous demandons toutes, pardon à notre Seigneur Jésus, chose que nous avons fait sans hésiter.
    Aux sorties de cette retraite, que devons nous faire si notre Gouvernement du Burkina Faso continue de nous parler des bienfaits des méthodes contraceptives ?
    Et il reconnait qu’ils sont uniquement à 32% de sensibilisés, ce qui veut dire que toute la population n’adhère pas. Il distribue même ses méthodes contraceptives gratuitement.
    Et puis, notre Gouvernement s’enrichit de façon illicite. Il pense que c’est de cette manière que nous allons sortir de la pauvreté. Quand je pense que la plupart des membres du Gouvernement sont des religieux. J’ai mal.
    Parce que si le Gouvernement distribue gratuitement les méthodes contraceptives, c’est que l’Occident finance le Gouvernement. C’est que « y a l’argent dedans comme le dis un slogan… » Et quand y a l’argent dedans, le Gouvernement du Burkina Faso fonce aveuglement…
    On a vu le cas de la grippe aviaire (là au moins c’était des poulets, après tout c’est des êtres vivants -mais comme dit l’adage, qui vole un œuf, volera un bœuf-, tel a été le cas du coronavirus (on n’a même pas pensé qu’il s’agit ici d’être humain), il en est de même des méthodes contraceptives qu’on attenue en parlant de planification familiale.
    Et si l’Occident finance, c’est qu’il tire un bénéfice qui n’est pas celui d’aider la femme enceinte et son enfant. Non.
    L’avortement fait couler le sang, et les forces du mal ont besoin du sang pour se fortifier…
    Et pire l’avortement empêche un être humain de venir au monde, j’imagine les milliers de bébés innocents qui doivent venir au monde et dont nous empêchons la venue, soi-disant que nous ne sommes pas prêts à les accueillir. Si nous ne sommes pas prêts, abstenons-nous de l’acte sexuel car qui dit acte sexuel dit avènement d’un être humain…
    Nous tuons les bébés, qui doivent venir au monde quand nous utilisons les méthodes contraceptives (je sais qu’exception est faite à certaines méthode mais …).
    Et nous sommes contre les djihadistes qui nous tuent comme des moutons. Nous sommes plus djihadistes que les djihadistes.
    Nous sommes contre les homosexuels, on va même à leur ôter la vie. Alors que nous sommes pires que les homosexuels, eux ils cherchent leur plaisir sexuel, mais ils ne tuent pas les bébés qui sont les conséquences des plaisirs sexuels…
    Attention !!! Je n’encourage pas l’homosexualité. Si l’homosexuel avait compris que le plaisir sexuel existe juste quand il y a fécondation, Il allait s’abstenir de l’homosexualité, et n’utiliser le sexe que pour se reproduire en bon et due forme.
    Nous, nous utilisons des méthodes contraceptives pour tuer le bébé qui doit venir au monde suite à notre acte sexuel…

    D’aucun me dira que la science a démontré que l’être humain, surtout l’homme ne peut pas vivre sans relation sexuel. Et nos religieux qui s’abstiennent et que les forces du mal n’arrête pas de perturber…
    Il faut que nous sachions que la SCIENCE est un des sept dons de l’Esprit Saint. Donc la Science ne peut se développer sans mettre DIEU de l’Esprit Saint en avant. D’aucun dira Science sans conscience n’est que ruine de larmes. Je dirai « SCIENCE SANS LE DIEU DE L’ESPRIT SAINT n’est que ruine de larmes.

    SOLUTIONS :
    Au lieu de faire des publicités pour encourager l’utilisation des méthodes contraceptives, faisons des publicités pour expliquer à notre société que l’acte sexuel a pour simple but de reproduire car on parle de l’organe reproductif male et femelle, on ne parle pas de l’organe de plaisir sexuel, tout comme le Serpent à tromper Adam et Eve, à gouter au fruit défendu, il continue de nous tromper en nous faisant croire qu’il s’agit de l’organe de plaisir.

    J’ai écouté une déplacée (un village pas loin de Diabo-) qui réside actuellement à Fada, elle m’a expliqué que le Gouvernement est venu distribuer gratuitement à la population, les méthodes contraceptives. Son père qui savait lire les a empêcher d’utiliser.
    J’ai rapidement fait la co-relation entre la distribution des méthodes contraceptives et l’infiltration des djihadistes. Quoi qu’il en soit, il faut que nous sachions que l’utilisation des méthodes contraceptives nous affaibli spirituellement, et les djihadistes nous abat en ce moment comme des moutons égarés…

    J’ai déjà suivi une émission sur RFI où l’on enseignait dans une école de la Côte d’Ivoire, à des enfants de 11 ans, l’utilisation des méthodes contraceptives. Ce qui veut dire que l’enfant peut s’adonner à l’acte sexuel, pourvu qu’elle ne tombe pas en grossesse. C’est à cause de cela que les djihadistes sont contre l’école francophone…

    N’oublions pas que la France a aussi ses djihadistes qui sabote la lutte des vrais djihadistes.
    Attention !!! Je ne suis pas pour les djihadistes car il est écrit, « tu ne tueras point, tu ne jugeras point ».
    En tant que chrétienne catholique ma mission est de contribuer à l’évangélisation pour que le bien soit glorifier…

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Eglise évangélique Baptiste de Bobo-Dioulasso : Le torchon brûle entre des fidèles et leur pasteur
Gaoua : L’Agence nationale de biosécurité sensibilise les étudiants sur la biotechnologie
Santé animale : Les vétérinaires se penchent sur la réglementation du secteur
Colonel-major Pierre Tiendrébéogo, premier DG de l’ONI : « Les exigences de la technique ne sont pas toujours en synergie avec les contraintes financières »
Ministère en charge de la Femme : Les organisations syndicales dénoncent au Premier ministre la « dégradation du climat social »
Éducation : Le personnel du Lycée Philippe Zinda Kaboré manifeste ce 10 mai 2021
Religions : Le chrétien face aux sectes et aux sociétés ésotériques
UEMOA : Le président de la commission et ses sept commissaires prennent fonction
Burkina Faso : Des associations formées sur la promotion du don de sang
Affaire de Pazani : Selon le ministre Clément Sawadogo, le propriétaire légal a cédé volontairement son terrain
Affaire "mosquée de Pazani " : L’Union des jeunes avocats dénonce une remise en cause du principe de laïcité de l’Etat
Ziniaré : La campagne de souscription aux parcelles de la cité des forces vives ouverte du 10 au 16 mai 2021
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés