Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Agriculture : Le Burkina veut booster le développement de la filière gingembre

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 14 avril 2021 à 14h00min
Agriculture : Le Burkina veut booster le développement de la filière gingembre

Le ministère de l’Agriculture, des Aménagements hydro-agricoles et de la Mécanisation, avec à ses côtés les acteurs de la filière gingembre, a tenu ce mercredi 14 avril 2021, un atelier national de validation du plan d’action de développement de la filière gingembre. Ce plan d’action qui couvre la période 2021-2023 a pour objectif d’améliorer durablement la performance de la filière gingembre à travers l’accroissement de la production et la modernisation de la transformation en vue d’un accroissement substantiel des revenus des acteurs. Il a un coût global de 2 654 450 000 FCFA.

Au Burkina Faso, la culture du gingembre s’est développée ces dernières années plus particulièrement dans les régions du Sud-Ouest, des Cascades et des Hauts-Bassins. La demande nationale de cette épice consommée partout dans le monde, est estimée à 50 000 tonnes par an, pendant que la production nationale, très prisée à l’international pour sa qualité, tourne autour de 5 000 tonnes.

Le présidium à la cérémonie d’ouverture de l’atelier de validation du plan d’action

La production du gingembre, au vu de la demande, peut donc constituer une source de richesses, pour peu qu’elle bénéficie d’un accompagnement adéquat. Ce qui fait dire le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, Yassia Kindo, qui s’est fait représenter à la cérémonie d’ouverture, que c’est une filière émergente sur laquelle son département veut fonder de réels espoirs pour relever les défis de l’amélioration des revenus des acteurs directs et de la diversification alimentaire et nutritionnelle.

Le représentant du secrétaire général du ministère de l’Agriculture

Le plan d’action passé en revue par les participants se présente donc comme un référentiel qui va identifier les leviers à actionner pour un développement durable et équitable de la filière. Déjà, le rapport diagnostic réalisé en amont a permis d’identifier certains défis à relever pour une meilleure performance en ce qui concerne la production et la transformation du gingembre.

Il s’agit de l’absence de semences améliorées et de multiplicateurs de ces semences, de la faible maîtrise des itinéraires de production, de l’insuffisance d’infrastructures de conservation adaptées, de la faible maîtrise des techniques et technologies de transformation ainsi que le faible niveau d’organisation des acteurs. Pour une meilleure organisation des acteurs, le plan d’action prévoit la mise en place de trois faîtières nationales ainsi qu’une interprofession. Cette structuration devrait accroître l’accès aux financements des acteurs.

Les participants à l’atelier de validation

Le plan d’action de développement de la filière gingembre, qui couvre la période 2021-2023, s’inscrit dans le cadre de la stratégie de développement des filières agricoles (SDFA). Son élaboration a été confiée à la direction générale de la promotion de l’économie rurale, de concert avec les acteurs impliqués.

Armelle Ouedraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 14 avril à 17:50, par Zato En réponse à : Agriculture : Le Burkina veut booster le développement de la filière gingembre

    Une économie forte et durable se construit d’abord sur la valorisation des productions endogènes et non sur des produits d’importation comme c’est le cas présentement. Cette belle initiative du ministère ne doit pas rester en si bon chemin. D’autres filières attendent également un accompagnement de l’état. j il s’agit entre autres du souchet (cyperus esculentus) et fonio ( digitaria exilis). Des potentialités énormes à forte valeur ajoutée existent dans ce pays . l’état a le devoir d’accompagner toutes ces PME qui valorisent nos produits locaux en vue de leur émergence la vraie. Créons des boutiques made in Burkina comme c’est présentement au Cameroun. Produisons et consommons burkinabè.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Litige à Panzani : Les avocats exigent l’exécution « stricte des décisions de justice rendues contre l’Etat »
Affaire de Pazani : Selon le ministre Clément Sawadogo, le propriétaire légal a cédé volontairement son terrain
Lassané Savadogo, DG de la CNSS, à propos des cotisations sociales : « Nous disposons des prérogatives de la puissance publique pour contraindre l’employeur qui n’est pas en règle »
Sécurité sociale : La CNSS vole au secours des chauffeurs via l’opération de contrôle de la carte d’affiliation
Alerte de sécurité de la Gendarmerie : Boukare SAWADOGO, alias Bouba dit Moega, activement recherché
Agriculture : Le Conseil national de sécurité alimentaire fait son bilan de 15 ans d’existence et s’interroge sur les nouvelles formes de vulnérabilité
Procédures financières et administratives : L’UNICEF renforce les capacités de ses partenaires
« Dans la situation actuelle, le vrai Ramadan, c’est d’aider les autres », dit le chef missionnaire d’Ahmadiyya au Burkina, Mahmood Nasir Saqib
Journée de l’Organisation pour la Sécurité Routière en Afrique de l’Ouest : Le message du ministre des Transports, Vincent Dabilgou
Sécurisation des zones pastorales du Burkina : Le défi majeur du ministère des Ressources animales et halieutiques
Poésie : Masque !
Droits fonciers des pasteurs et agropasteurs : Des acteurs judicaires renforcent leurs capacités en la matière
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés