Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «S’il y a un problème, il y a une solution. S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème» Bob Marley

Les bras de tous les Burkinabé sont égaux au CIOSPB : La transparence et l’équité au centre de la gestion des bourses

Accueil > Petites annonces > Offres de bourses du CIOSPB • LEFASO.NET • jeudi 11 février 2021 à 18h21min
Les bras de tous les Burkinabé sont égaux au CIOSPB : La transparence et l’équité au centre de la gestion des bourses

L’attribution des bourses suscite des débats passionnés. L’observation sur le terrain révèle qu’en la matière, les Burkinabé classent la population en trois principales catégories. Il y a d’un côté, les personnes qu’on estime qu’elles ont les bras longs, tellement longs – arrivant à leurs dos- qu’elles peuvent tout arracher y compris les meilleures bourses d’études au profit de leurs enfants et protégé×e×s. De l’autre côté, il y a celles qu’on estime les avoir courts, beaucoup trop courts pour bénéficier d’une quelconque bourse.

Ces dernières personnes seraient victimes de discriminations, et les bourses de leurs enfants seraient détournées au profit des enfants de l’élite. Entre ces deux catégories de personnes, se trouveraient celles chanceuses à qui, la providence sourit permettant aussi à leurs enfants de fréquenter, au même titre que ceux de l’élite, les grandes écoles et meilleures universités internationales.

D’emblée, il faut dire que rien n’est plus comme avant. En effet, le ministère en charge de l’enseignement supérieur sous le leadership du Professeur Alkassoum Maiga a entériné la recommandation de l’Autorité Supérieure de Contrôle d’État et de lutte contre la Corruption (ASCE-LC) de supprimer la bourse spéciale. En rappel, la bourse spéciale avait été instituée par décret n°93-275/PRES/PM/MESSRS du 02 septembre 1993.

Laissée à l’entière discrétion du premier responsable du ministère en charge de l’enseignement supérieur, son volume a été limité à 02% du contingent de bourses jusqu’en 2002 où il est passé à 08%. Le gouvernement, pour plus de transparence et d’équité dans l’accès aux bourses d’études, a supprimé cette disposition par l’adoption du DECRET N°2017-1246/PRES/PM/MESRSI/MINEFID/MFPTPS/MJFIP/MAECBE du 28 décembre 2017 portant définition des divers régimes d’aides, de bourses d’études et de stages et fixation de leurs modalités de contingentement en décembre.

Le capital social et relationnel n’intervient plus dans l’attribution des bourses. Toutes les bourses sont attribuées par la Commission Nationale des Bourses d’Études et de Stage (CNBES) composée de membres statutaires avec voix délibératives et de membres observateurs avec voix consultatives. Présidée par le ministre en charge de l’enseignement supérieur, la CNBES est constituée de représentant×e×s de plusieurs ministères, d’institutions d’enseignement supérieur tant publiques que privées ainsi que de représentant×e×s élu×e×s des étudiant×e×s. Les décisions de la commission sont prises, le plus souvent, de manière unanime, et parfois, à la majorité des voix délibératives.

Le contingent de bourses est actuellement de 2300 bourses dont 300 bourses exclusivement réservées aux filles. Outre ces bourses gérées à travers le CIOSPB, environ 2000 bourses d’inscription dans des institutions privées d’enseignement supérieur, gérées par la direction générale de l’enseignement supérieure (DGESUP), à travers la plateforme Campus Faso, sont également disponibles. Toutefois, les deux types de bourses ne sont pas cumulables.

Pour assurer la transparence, l’équité et promouvoir le mérite, le CIOSPB fait un travail important en amont des sessions de la CNBES.
D’abord, toutes les offres de bourses disponibles sont portées à la connaissance du public burkinabè à travers des communiqués largement diffusés (affichage au CIOSPB, diffusion sur le site web et la page Facebook du CIOSPB, et le journal Le Faso.net) qui indiquent le nombre de bourses à octroyer, les domaines et filières de formations concernés, etc.

Ensuite, pour permettre à la CNBES d’évaluer les dossiers de façon objective pour retenir les candidat×e×s les plus méritant×e×s, le CIOSPB procède à un travail de classement des candidat×e×s selon plusieurs critères. Pour l’attribution des bourses aux nouveaux bacheliers et nouvelles bachelières par exemple, les candidat×e×s sont classé×e×s par ordre de mérite par séries de BAC et en prenant en compte les revenus des parents.

Les candidat×e×s compétissent donc à l’intérieur de leurs séries de BAC car ayant subi les mêmes épreuves. Pour les cycles master et doctorat (début de cycle et intermédiaire) et le niveau intermédiaire du cycle licence, les candidat×e×s sont classé×e×s selon le statut de leurs universités ou Instituts d’origines (public, privé, Afrique, hors Afrique, etc.).

Les étudiant×e×s du public ne compétissent pas par exemple avec ceux et celles du privé. La répartition des quotas par université, par filière… se fait en fonction du nombre de bourses disponibles et du nombre de dossiers de candidature reçus. La CNBES est également regardante sur les filières de formation, mettant l’accent et accordant la priorité à celles non disponibles ou peu développés au Burkina Faso.

Enfin, après délibération, les résultats sont diffusés par voie d’affichage au CIOSPB et depuis quelque temps en ligne, sur le site web du centre (www.ciospb.gov.bf). Ils mentionnent le nom, les prénoms, les moyennes des candidat×e×s retenu.×e×s, la catégorie dans laquelle, ils/elles ont été classé×e×s pour la compétition, etc. Tout×e× candidat×e× non satisfait×e× des résultats peut déposer une demande de réclamation ou de réexamen au plus tard deux semaines après la publication des résultats qui sera examinée par la CNBES.

Pour finir, je tiens à vous rassurer que quelle que soit votre situation, vous trouverez toujours une oreille attentive au CIOSPB, et c’est ensemble que nous transformerons les défis en opportunités.
La transparence et l’équité demeurent notre credo !
Bonne lecture !

Dre Lydia ROUAMBA
Les Echos du CIOSPB", N0 01 Octobre-Novembre 2020

Vos commentaires

  • Le 12 février à 08:30, par kiemad En réponse à : Les bras de tous les Burkinabé sont égaux au CIOSPB : La transparence et l’équité au centre de la gestion des bourses

    Madame si au BAC par exemple toutes les matières sont prises en compte pour classer les candidats pour ensuite attribuer les bourses au plus méritants et selon les priorités par votre structure, au niveau du secondaire ce n’est pas le cas au BEPC ou au BEP. Je pense que les mesures même du ministère de l’Education créent des inégalités au sein des candidats.
    Le critère TOTAL SECONDE ou TOTAL BEP comporte des LACUNES qu’il faut chercher à corriger pour mettre les élèves sur le même pied d’égalité. Au BEPC les élèves composent dans plusieurs matières qui sont :
    - Dictée (…/20)
    - Langue (…/40)
    - Expression (…/40)
    - Anglais Ecrit (…/20)
    - Anglais Oral (…/40)
    - Histoire-Géographie (…/60)
    - Maths (…/100)
    - SVT (…/60)
    - PC (…/80)
    - EPS (…/20)
    Le nombre total de points s’élève à 480 pour les aptes et 460 pour les inaptes.
    Pour être admis au BEPC les candidats aptes et inaptes doivent avoir au minimum respectivement 240/480 et 230/460 points.
    Le problème réside dans l’Admission au concours d’entrée en Seconde et de celui de 1ère Année BEP des lycées et collèges car pour ces deux concours les physiques chimies, l’EPS et l’Anglais Oral sont retirés de la liste ci-dessus. Ce qui fait que le meilleur au BEPC n’est pas forcément le meilleur au concours d’entrée en Seconde ou la 1ère Année BEP. Pourtant les PC font coefficient 4. En ce qui concerne l’EPS tout le monde connait l’importance du sport pour la santé. Quant à l’Anglais Oral un élève devant son interlocuteur anglophone échangeant avec lui ne va pas lui répondre en écrivant sur une feuille.
    Pour mieux éclairer notre pensée nous allons nous focaliser sur deux cas pour des élèves remplissant les critères d’âge pour l’entrée en Seconde.
    - 1er cas
    C’est le cas de deux élèves qui ont tous eu 350 points au BEPC
    Voici l’ensemble des notes du premier que j’appelle X
    Dictée : 17 /20
    Langue : 31/40
    Expression : 32/40
    Anglais : 18/20
    Anglais Oral : 32
    Histoire-Géographie : 42/6O
    Maths : 80/100
    Pc : 48/80
    SV T : 38/6O
    EPS : 12/20
    TOTAL : 350 points
    Les notes de Y qui a aussi eu 350 points sont les suivantes :
    Dictée : 15/20
    Langue : 28/40
    Expression : 27/40
    Anglais Ecrit : 11/20
    Anglais Oral : 25/40
    Histoire-Géographie : 33/60
    SVT : 40/6O
    Maths : 85/100
    PC : 75/8O
    EPS : 11 /20
    TOTAL : 350 points
    Tous les deux sont admis au BEPC puis qu’ils ont dépassé les 240 points exigés pour l’admission.
    Le problème qui se pose maintenant réside au niveau du concours d’Entrée en Seconde.
    Si on retire l’Anglais Oral, les PC et l’EPS le nombre de points obtenus comme total seconde pour ces deux élèves X et Y sont :
    Total seconde de X : 258
    Total seconde de Y : 239
    Nous remarquons donc que pour un même nombre de points obtenus au BEPC, si on devait classer ces deux élèves admis au BEPC en tenant compte du TOTAL SECONDE alors X prend la tête. Si dans cet exemple on limitait l’entrée en Seconde à partir de 245 points alors Y serait éliminée.
    - Deuxième cas
    C’est le cas le plus flagrant où X a eu un total BEPC inférieur à celui de Y et demeure mieux classé que lui au niveau de l’entrée en seconde.
    Notes de X
    Dictée 18
    Langue : 35
    Expression : 35
    Histoire-Géographie : 55
    Anglais écrit : 17
    Anglais Oral : 32
    Maths 85
    SVT : 48
    PC : 40
    EPS : 17
    TOTAL BEPC DE X : 382/480
    Notes de Y
    Dictée : 17/20
    Langue : 32/40
    Expression : 28/40
    Histoire-Géographie : 48/60
    Anglais écrit : 15/20
    Anglais Oral : 30/40
    Maths : 95 /100
    PC : 8O/80
    SVT : 45/60
    EPS : 15/20
    TOTAL BEPC DE Y : 405 / 480
    Dans cette situation précise les résultats en seconde pour X et Y sont les suivants :
    TOTAL SECONDE DE X : 293
    TOTAL SECONDE DE Y : 280
    On remarque que Y dans ce deuxième cas qui a eu 4O5/480 points se retrouve avec 280 points comme total seconde et X qui a obtenu 382/480 points se retrouve avec 293 points et devance Y. S’il y a une bourse à partir de 290 points pour la seconde alors c’est le meilleur qui est défavorisé c’est-à-dire Y qui a 405 points au BEPC qui rate la bourse.
    Ces critères qui consistent à écarter certaines matières des concours de la seconde et de la 1ère Année BEP comme PC, Anglais Oral, EPS ne mettent pas les candidats sur le même pied d’égalité et favorisent certains au détriment d’autres face à ces deux concours et à la bourse.
    Dans les deux cas si X et Y se retrouvent en 2nde C par exemple ils y rencontrent les PC qui font coefficient 5 comme les mathématiques. L’Etat aurait récompensé le moins bon.
    Si ces critères ne sont pas appliqués au CEPE pour l’entrée en 6ème et le BAC pour les orientations à l’université pourquoi alors le faire au niveau du BEPC. Sur quelles bases les cadres du ministère de l’éducation ont retiré l’EPS, les PC et l’Anglais du concours d’entrée en seconde comme de la 1ère Année BEP. Il faut donc recorriger rapidement le système pour le bonheur de nos enfants en considérant comme critère de points le total obtenu au BEPC UNIQUEMENT. On pourra ensuite classer les Candidats admis au BEPC PAR ORDRE DE MERITE pour récupérer ceux de la Seconde ou de la 1ère Année BEP en considérant bien sûr le critère d’âge.

    Répondre à ce message

    • Le 12 février à 10:13, par André-Eugène ILBOUDO En réponse à : Les bras de tous les Burkinabé sont égaux au CIOSPB : La transparence et l’équité au centre de la gestion des bourses

      Monsieur Kiemad. Garde à vous ! Je serre les fesses devant vous pour une telle démonstration. Je suis admiratif devant la simplicité de la démonstration qui certainement emportera l’adhésion des "hommes et femmes de bonne volonté". Le Burkina se construira dans les démonstrations simples mais pertinentes mais pas dans le hurlement des loups. Les deux ministres de l’EN et des ES ont chacun ses mérites. Un ministre qui supprime un texte qui lui donne des avantages, il faut le faire. Et c’est le même qui corrige un mensonge vieux de plusieurs décennies concernant le bac appelé traîtreusement 1er diplôme de l’Université. Si nous savons apprécier les gestes, même les plus petits, mais positifs de nos responsables, ils seront encouragés pour aller loin dans les réformes, même quand cela est difficile. Mais encore faut-il que nos explications soient claires et courtoises. Merci M. Kiemad.

      Répondre à ce message

  • Le 12 février à 09:08, par Rapou En réponse à : Les bras de tous les Burkinabé sont égaux au CIOSPB : La transparence et l’équité au centre de la gestion des bourses

    Hum....
    c’est quoi cette ecriture inclusive illisible ?
    Plus royaliste que le roi ! Ca n’ a pas eu du succes en France.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
CIOSPB : Appel à candidature pour le programme d’octroi de cent (100) bourses du PAES
Forum des métiers et universités au Burkina : Les élèves de Saaba et de Nagréogo à l’école du CIOSPB et de l’entrepreneuriat
Prolongation jusqu’au 04 mars 2021 des dépôts de dossiers pour la bourse chinoise au CIOSPB
Les bras de tous les Burkinabé sont égaux au CIOSPB : La transparence et l’équité au centre de la gestion des bourses
Vœux du nouvel An 2021 de la Directrice Générale du Centre national de l’Orientation Scolaire et Professionnelle, et des Bourses (CIOSPB), Dre Lydia ROUAMBA
Le terrorisme au Burkina Faso : que faire face à l’ennemi ?
5ème Semaine de l’information et de l’Orientation : « Nos prévisions ont été justes », déclare Dr Lydia Rouamba, directrice générale du CIOSPB
CIOSPB : Une équipe rencontrera les candidats à la bourse intermédiaire des universités Nazi Boni et Norbert Zongo
CIOSPB : Une équipe rencontrera les candidats à la bourse intermédiaire des universités Nazi Boni et Norbert Zongo
CIOSPB : 268 bourses intermédiaires au titre de l’année académique 2019-2020
CIOSPB : Nouvelle composition du dossier de renouvellement de bourses pour les cycles intermédiaires
CIOSPB : Une nouvelle date pour les bachelier·e·s de la session de 2019 boursiers pour compléter leurs dossiers
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés