Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut savoir s’instruire dans la gaieté. Le savoir triste est un savoir mort. L’intelligence est joie. »  Voltaire

Transport routier au Burkina : Le Haut Conseil des Transporteurs dénonce des dysfonctionnements dans la gestion du fret

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 12 janvier 2021 à 23h25min
Transport routier au Burkina : Le Haut Conseil des Transporteurs dénonce des dysfonctionnements dans la gestion du fret

Le bureau du Haut Conseil des transporteurs du Burkina Faso était face à la presse, le mardi 12 janvier 2021. Cette rencontre avait pour objectif d’informer l’opinion publique sur les difficultés liées à la mise en application de l’arrêté ministériel du 21 Octobre 2020 portant modalité de gestion et de contrôle de fret en provenance et à destination du Burkina Faso.

Pour permettre une gestion saine et équitable du fret au profil de tous les transporteurs, le gouvernement burkinabè a pris un arrêté ministériel portant modalité de gestion et de contrôle de fret en provenance et à destination du Burkina Faso. Cependant, depuis sa mise en application, soit le 15 décembre 2020, on assiste à l’effet contraire sur le terrain.


Lire aussi Secteur des Transports au Burkina : La gestion du fret désormais entre les mains du gouvernement


C’est du moins ce qui ressort de la rentre entre le Haut Conseil des transporteurs du Burkina-Faso (HCT-BF) et les médias, le mardi 12 janvier 2021. Selon Alassane Barro, secrétaire général national du HCT-BF, l’application de cet arrêté souffre d’une "manipulation" par le Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) et certaines organisations syndicales qui mettent les transporteurs face à d’énormes difficultés.

Alassane Barro, secrétaire général national du HCT-BF.

Il s’agit entre autres du blocage de livraison de bons de chargement ; de l’orientation par le CBC de tout demandeur de bons de chargement vers une structure syndicale en occurrence (FUTURB, OTRAF bis) ; du non-respect de l’article 11 de l’arrêté qui souligne que le bon de chargement est délivré par le CBC sans aucun intermédiaire ; l’application à la hâte sans aucune information des pays concernés du contenu de l’arrêté ; le blocage des camions à la frontière du Togo et du Burkina. Et cela a de graves répercussions sur l’activité des transporteurs ainsi que sur l’économie nationale.


Cliquez ici pour lire aussi Secteur des Transports au Burkina : « L’Etat n’a pas à s’ingérer dans la gestion du fret », dénonce El Hadj Issoufou Maïga


Les membres du HCT-BF et les journalistes présents à la rencontre.

Risques de pénurie de denrées alimentaires et d’une inflation des prix

Le constat est qu’on assiste au blocage du fret à la frontière pendant deux semaines ; la détérioration des marchandises durant le stationnement ; la création de conflit entre les acteurs du transport burkinabè et togolais ; des correspondances malveillantes des autorités du port du TOGO au directeur du CBC et à l’interdiction aux véhicules burkinabè d’accéder aux territoires togolais, etc.

A en croire Alassane Barro, cette situation risque d’entrainer des pénuries de denrées alimentaires pouvant créer une inflation sur les produits de première nécessité et des augmentations de prix. D’où leur appel au ministre de tutelle afin qu’il jette un regard sur les actions du CBC pour une bonne application du décret. « Ce décret connait de sérieux problèmes à répétition depuis sa signature jusqu’à nos jours » a-t-il laissé entendre.


Lire aussi Controverse sur la gestion du fret : Le gouvernement ne reviendra plus sur sa décision, martèle Vincent Dabilgou


El Hadj Adama Ouédraogo Palm Beach, président du HCT-BF.

Une répétition de crises dans le secteur depuis des mois

Le secteur du transport routier a connu ces derniers mois plusieurs mouvements liés à la gestion du fret. C’est après de multiples malversations entre les différents groupes syndicaux que le gouvernement a décidé de reprendre la gestion du fret à la date du 9 octobre 2020, pour la confier au CBC (Conseil burkinabè des chargeurs). Cette décision a fait des gorges chaudes au sein des acteurs qui n’ont pas manqué de pointer la mauvaise gestion du secteur par le ministre Vincent Dabilgou. C’est d’ailleurs dans cette guéguerre que le décret ministériel portant modalité de gestion et de contrôle de fret en provenance et à destination du Burkina Faso a été annoncé le 21 octobre 2020, en vue d’assainir le secteur.

Mais au regard des dénonciations faites par le HCT-BF, beaucoup reste encore à faire pour unifier le secteur. Toutefois la structure compte rencontrer le ministre Dabilgou dans les prochains jours pour en discuter afin que des solutions idoines soient trouvées et permettre aux transporteurs, surtout ceux membres du HCT-BF, de mener convenablement leurs activités.

Judith SANOU

Le Faso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mouvement d’humeur à l’ENSP : « Le fond du problème, c’est les réformes, l’universalisation et l’harmonisation des curricula », selon Dr Emile Paré
Eau potable à Tangaye (Région du Nord) : USAID réhabilite 10 forages pour les habitants
Allaitement maternel exclusif : Une campagne régionale lancée à Fada N’Gourma
Ministère des Ressources animales et halieutiques : Tegwendé Modeste Yerbanga officiellement installé dans ses nouvelles fonctions
Santé : Six chirurgiens orthopédistes-traumatologues, entièrement formés au Burkina Faso, prêts à servir
Sciences de la population : L’ISSP forme une trentaine de personnes sur l’analyse descriptive des données quantitatives
Sécurisation urbaine : Le Contrôleur de Police municipale, Aimé Bado rend hommage aux policiers municipaux du Burkina
Education au Burkina : L’Union nationale des établissements d’enseignement privés laïcs réclame ses dettes à l’Etat
Exclusion sociale pour cause de sorcellerie : La pauvreté, un facteur favorisant
« Sans un climat social apaisé, il ne sera pas possible d’atteindre les résultats escomptés », Emmanuel Ouédraogo, secrétaire général du SAMAB
Réconciliation nationale : « Tout le monde y trouvera son compte », se convainc le journaliste Lookmann Sawadogo
Entrepreneuriat : Le projet Femmes-Jeunes entreprenants et citoyenneté (ProFeJeC) fait le bilan de deux ans de mise en œuvre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés