Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme» Winston Churchill

Site de granite de Loango : Tourisme, cohésion sociale et développement au cœur des échanges avec les populations

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • vendredi 18 décembre 2020 à 20h30min
Site de granite de Loango : Tourisme, cohésion sociale et développement au cœur des échanges avec les populations

L’Office national du tourisme du Burkina (ONTB) a initié, le vendredi 18 décembre 2020 à Loango, commune de Ziniaré, un panel sur le tourisme. Il s’est agi de discuter avec les populations sur la question du tourisme, en lien avec la cohésion sociale et le développement durable. Cette activité s’est tenue avec le soutien de Green Concept Burkina.

Les participants ont eu droit à deux communications. La première a porté sur le thème « Tourisme interne et cohésion sociale ». Elle a été développée par Luc Ouédraogo, directeur général du tourisme. Il a souligné que le tourisme a de nombreux avantages. Il permet de créer des emplois, d’améliorer le revenu des populations. Il valorise également les biens et permet de diversifier l’économie. Toutefois, il a noté qu’il peut avoir des effets pervers. Il y a la fuite des capitaux si les sites sont gérés par des étrangers. Il y a aussi des risques environnementaux. Parfois, avec les visiteurs étrangers, il y a l’inflation.

Les populations ont activement participé aux échanges.

Néanmoins, note le conférencier, le tourisme contribue à la cohésion sociale. Cela, à travers le brassage culturel, l’acceptation de la différence de l’autre et l’ouverture d’esprit.
La seconde communication a porté sur le thème « Tourisme durable et développement local ». C’est Alassane Nakandé, chargé de missions à Green Concept Burkina, qui l’a développé. Il a relevé qu’intégrer le tourisme au développement durable ne signifie pas seulement qu’il peut être un instrument utile pour répondre aux besoins des générations présentes ; il s’agit aussi de souligner que le tourisme ne doit pas compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs besoins.

Abdoulaye Lankoandé, président de Green Concept Burkina.

Pour lui, le corollaire de cette volonté est l’identification des dangers potentiels que représente ce secteur d’activité. Selon lui, l’expérience passée a notamment révélé les dérives du tourisme de masse. Toutefois, l’on doit faire en sorte que les fruits récoltés aujourd’hui ne compromettent pas l’avenir des générations futures.

Les populations ont activement participé aux échanges

Après les deux communications, les panelistes ont échangé à bâtons rompus avec les populations. Nelson Congo, directeur général de l’ONTB, s’est dit satisfait. Pour lui, les huit communautés qui entourent le site ont l’obligation de vivre ensemble, sinon il n’y aurait pas de site de Loango. Il a poursuivi en expliquant que le tourisme, de par sa vocation, crée une relation entre les peuples.

« Quand ils vont s’entendre, ils vont enclencher une dynamique économique locale. Il faut également penser aux futures générations lorsque nous posons un acte quelconque. Cela, pour que les générations à venir puissent en bénéficier », a-t-il insisté. Il a souligné que le changement de comportement est prévisible. « Tout le monde va s’entendre pour booster la promotion du site de Loango », a rassuré Nelson Congo.

Nelson Congo, directeur général de l’ONTB.

L’activité s’est tenue avec le soutien de Green Concept Burkina. Son président, Abdoulaye Lankoandé, a expliqué que son organisation se positionne dans le domaine de la protection de l’environnement et le développement durable. Il s’agit donc de travailler à l’éveil des consciences. Il s’est réjoui que les populations se soient appropriés ce secteur qui est rentable. Il retient que le site est rétrocédé à l’Etat depuis 40 ans. Seulement, les populations ne savaient pas qu’elles sont toujours parties prenantes. Ces échanges ont permis de leur faire savoir qu’elles sont toujours dans la gestion du bien commun.

Dimitri OUEDRAOGO
Bonaventure PARE
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Festival Basga de Zorgho et organisateurs d’événement : Une convention pour mieux promouvoir la musique burkinabè
Musique : Toksa, le rappeur dont le flow va s’exporter en France
Poésie : L’enseignant Rassomane Savadogo dénonce l’exploitation minière avec des proses
Humour burkinabè : Il est temps d’arrêter la perversité et la mendicité
Watiti Watoma : L’artiste congolais qui veut conquérir le cœur des mélomanes burkinabè
Conte et éducation des enfants : « Le conte est incontournable pour la structuration de la vie de l’enfant », enseigne Kientéga P. Gérard dit KPG
Prix Goncourt des Lycéens et Prix Orange du Livre en Afrique : Critiques sur le sacre de Djaili Amadou Amal
Festival international de Danse de Ouagadougou (FIDO) : La 9e édition aura lieu du 23 au 30 janvier 2021
Culture du niébé au Burkina : Des chercheurs publient un livre sur sa progression des cinquante dernières années
Littérature : "Toute Chose est belle en son temps" une oeuvre de Ranipoma Bernard Zoungrana
Dans les griffes d’un vrai malade : Une nouvelle de Daniel GUIRE et SANON Anselme
Musique : L’artiste Amidos le mannequin dédicace son nouveau clip « Waguess Burkina »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés