Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus il y a de candidatures pour une élection présidentielle, moins on préservera l’environnement.» Édith Boukeu Journaliste-fact Checker, Cameroun

Gouvernance vertueuse au Burkina : Le REN-LAC souhaite plus d’engagement des candidats à l’élection présidentielle

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 19 novembre 2020 à 23h37min
Gouvernance vertueuse au Burkina : Le REN-LAC souhaite plus d’engagement des candidats à l’élection présidentielle

Le 22 novembre prochain, les Burkinabè iront aux urnes pour choisir le futur président du Faso et les députés qui constitueront l’Assemblée nationale, pour les 5 prochaines années. Au regard de cette importance, le Réseau national de lutte anti-corruption (REN- LAC) a tenu une conférence de presse à son siège ce jeudi 19 novembre, dans l’optique d’interpeller la classe politique et particulièrement les tenants du pouvoir à s’engager davantage pour une gouvernance vertueuse.

La quête de l’électorat en vue de remporter les élections pour les 5 prochaines années donne l’opportunité aux différents candidats en lice de rivaliser de pratiques peu orthodoxes, tel l’achat de conscience, la distribution de vivres, etc. Pour l’éradication de ces actes, le REN-LAC a tenu à tirer la sonnette d’alarme. En effet, pour le réseau national anti-corruption, tant que règneront la corruption et la mal gouvernance à l’échelle de l’Etat, les élections ne seront jamais porteuses de changement qualitatif dans la vie des populations.

Le secrétaire exécutif du REN-LAC (à droite) et son adjoint

Ce constat est ainsi dressé par le secrétaire exécutif de la structure, Sagado Nacanabo. Ce dernier déplore la persistance de la corruption au Burkina, en témoignent, dira-t-il, « les multiples révélations de la presse d’investigation sur les nombreux détournements de deniers publics et autres malversations dans les différentes sphères de l’administration publiques et au sommet de l’Etat ».

La lutte contre la corruption devrait être une préoccupation des dirigeants. Malheureusement, selon M. Nacambo, les programmes passés au crible des 13 candidats montre « que la lutte anti-corruption ne constitue pas une préoccupation majeure pour les hommes politiques, toutes tendance confondues. En dehors des simples professions de foi, aucune proposition de solutions idoines au manque de transparence à l’accès à l’emploi public, aux crimes économiques, aux lenteurs administratives, aux reformes du secteur minier ».

Les journalistes présents au REN-LAC

Lire aussi Elections couplées 2020 : Acheter l’électorat à tout prix, une tribune du REN-LAC


Fort de ce diagnostic, François Moyenga, le secrétaire exécutif adjoint du réseau a invité les acteurs de la classe politique et singulièrement les 13 candidats à la présidentielle à s’investir pleinement dans la lutte contre le phénomène de la corruption. Il relèvera que « tout postulant à la gestion des affaires publiques devrait faire preuve d’exemplarité par le comportement et l’engagement politique ».

Le REN-LAC toujours dans l’action citoyenne

Pendant que les hommes politiques battent campagne pour se faire élire ou réélire, plusieurs dossiers de corruption et de crimes économiques sont pendants devant les juridictions. Il s’agit des affaires charbon fin, Jean Claude Bouda, Ousmane Guiro, Toécin yaar, etc. dans lesquels le REN-LAC est engagé pour la lumière et la justice.

Les conférenciers du jour ont alors tenu à saluer les acteurs judiciaires qui œuvrent avec dévouement et abnégation pour l’aboutissement des dossiers de crimes économiques comme dans l’affaire des six gendarmes poursuivis pour corruption.

Si au niveau du réseau, on se réjouit du dénouement du procès du recrutement frauduleux de 85 personnes de la CNSS, dira M. Nacanabo, l’heure doit rester à la vigilance et à l’action citoyenne dans l’organisation des différents concours, afin de dénoncer les différentes irrégularités et fraudes.

Car précisera-t-il, de nombreux ministères et institutions publiques procèdent de plus en plus à des recrutements sans passer par la voie des concours. Pire toujours selon le secrétaire exécutif national du REN-LAC, certains recrutements se font de manière clandestine, notamment au ministère de la Fonction publique, au ministère de la Culture et au ministère des Mines et des carrières. Toutefois, le secrétaire exécutif du REN-LAC a invité les autorités à donner plus de moyens notamment à ceux du pôle ECOFI, pour leur permettre d’être efficaces.

Éphrem Zio
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Démographie, paix et sécurité : L’UNFPA au chevet des Etats du Sahel
Protection des enfants en situation d’urgence : SOS Villages d’Enfants et ses partenaires réfléchissent à une synergie d’actions
Festivités du 11 décembre à Banfora : Me Pacéré Frédéric Titinga plaide pour le maintien
Suspension des conférences pédagogiques : Le Synateb dénonce un mépris à l’égard des organisations syndicales
Individu tué vers le camp militaire Gal Baba Sy : Le parquet militaire explique
Ouagadougou : « Nous pouvons confirmer la mort d’un citoyen américain », un porte-parole du département d’État américain
Syndicalisme au Burkina : La F-SYNTER rend hommage aux devanciers
Zonta club de Ouagadougou : Une nuit consacrée à la passation de charge et d’accueil de nouveaux membres
Lutte contre le mariage d’enfants au Burkina : Des organisations de la société civile plaident pour la légalisation de l’âge à 18 ans
Participation citoyenne et redevabilité politique : Le Projet JERP accompagne des associations et mouvements de jeunes
Entrepreneuriat agricole : Des acteurs outillés sur le Code d’investissement agro-sylvo-pastoral, halieutique et faunique
Réduction des inégalités et élections : Les femmes juristes plaident pour le droit à la santé à Koudougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés