Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «A chaque fois que tu tombes, ramasse quelque chose » Oswald Avery

Formation technique et professionnelle : Les acteurs échangent pour l’adapter aux besoins économiques du Burkina

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • vendredi 16 octobre 2020 à 18h14min
Formation technique et professionnelle : Les acteurs échangent pour l’adapter aux besoins économiques du Burkina

Dans le cadre de l’adaptation de la formation professionnelle aux besoins économiques du pays, une rencontre de concertation entre les acteurs de l’éducation, notamment de l’Enseignement et la Formation technique et professionnels (EFTP) et les responsables d’entreprises a eu lieu le vendredi, 16 octobre 2020. Ils ont échangé sur les mesures à prendre pour permettre la prise en compte des évolutions technologiques dans la formation des élèves de l’EFTP.

Permettre aux jeunes diplômés d’être directement employables après leurs formations est l’un des défis du système éducatif Burkinabè. Pour trouver une solution à cette équation, les responsables d’Etablissement EFTP ont échangé avec les responsables d’entreprise autour du thème « Etablissement d’EFTP/Entreprise, quelle formation Technique et professionnelle adaptée aux besoins de l’Economie ».

Cette rencontre a été initiée du 16 au 17 octobre 2020 par la Direction générale de l’Enseignement et la Formation technique et professionnels en vue de renforcer les relations de partenariat entre l’école et l’entreprise. Toute chose qui, selon la Directrice générale, Mme Solange Compaoré /Traoré permettra le développement du capital humain à travers d’une part, l’accroissement de l’offre et l’amélioration de la qualité de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la formation en adéquation avec les besoins de l’économie ; et d’autre part la promotion de l’emploi décent et la protection sociale pour tous, en particulier les jeunes et les femmes.

Solange Compaoré /Traoré, Directrice générale de l’Enseignement et la Formation techniques et professionnels/ MENAPLN

Une formation adaptée aux besoins de l’économie

« Il s’agit de former des gens qui vont être utiles pour l’économie du pays, pour les entreprises du pays. Donc on doit pouvoir former des techniciens qui sont adaptés à l’évolution du monde » a indiqué le Pr Kalifa Traoré, Secrétaire général du ministère de l’éducation nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales (MENAPLN), qui n’a pas manqué de souligner la nécessité d’une telle concertation au regard de l’importance que doit jouer les entreprises dans la formation des curricula ainsi que dans la formation des élèves. D’où la nécessité d’institutionnaliser ces genres de rencontres.

Pr Kalifa Traoré, Secrétaire général du ministère de l’éducation nationale, de l’Alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN)

Ici il n’est pas question de délaisser l’enseignement général au profit de l’enseignement technique, a fait bien comprendre le Pr Kalifa Traoré. Il s’agit plutôt d’une réorientation pour que des gens puissent créer des entreprises, et être utiles dans le privé. « Tout le monde ne peut pas être fonctionnaires » a-t-il affirmé.

A cet effet, durant 24 heures les participants ont échangé autour des problématiques de l’orientation des élèves dans l’EFTP, des opportunités offertes par la formation par alternance, de la valorisation de l’offre de formation en EFTP. Il sera aussi question de poser les jalons pour la création d’un cadre permanent de concertation entre les établissements d’EFTP et les entreprises.

Judith SANOU
Le Faso.net

Vos commentaires

  • Le 17 octobre à 12:38, par DARAMOUNI En réponse à : Formation technique et professionnelle : Les acteurs échangent pour l’adapter aux besoins économiques du Burkina

    "Ici il n’est pas question de délaisser l’enseignement général au profit de l’enseignement technique, a fait bien comprendre le Pr Kalifa Traoré. Il s’agit plutôt d’une réorientation pour que des gens puissent créer des entreprises, et être utiles dans le privé. « Tout le monde ne peut pas être fonctionnaires » a-t-il affirmé." Ah ! Le Faso et ses dirigeants. comme si l’enseignement général ne pouvait pas produire des entrepreneurs ? Tout semble être devenu confus pour nos dirigeant et on oublie les autres attributs de l’enseignement. La transmission de savoir et de savoir être en vu d’être à même de prendre son destin en mains. Si tout le monde ne peut pas être fonctionnaire, en réorientant l’enseignement technique donc tout les sortants seront entrepreneurs alors ? Quelle absurdité ? Quoi qu’il en soit réorienter autant que vous voulez, tant que l’environnement économique et industriel reste le même, Il n’y aura rien de plus que ce que nous constatons. Un système d’EFPT qui n’innove pas, une reproduction à l’infini des mêmes séries de formation sans diversification ni adaptation. Un ETAT sans orientation quand à la recherche de plus valus sur ses productions, ou allons nous avec ça ? Réfléchissez d’avantage et ne vous cantonnez à la consommation de budget pour justifier des programmes de dépense.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mouloud 2020 : « Le problème aujourd’hui, c’est que chacun poursuit son droit et oublie son devoir », observe Mahmood Nasir Saqib
Burkina : « Nous sommes véritablement pessimistes quant à l’issue du dossier Yirgou », confesse Me Ambroise Farama
Santé : 115 autres ambulances pour les communes du Burkina Faso
Boucle du Mouhoun : Le projet PATRIP prône la cohésion sociale dans les zones transfrontalières du Mali et du Burkina
Kaya : SOS Villages d’enfants présente ses réalisations en faveur du bien-être des enfants déplacés internes
Deuxième édition du concours « journalisme amateur » : L’heure de la moisson a sonné
Action humanitaire : L’ONG HELP joue sa partition dans l’amélioration des moyens d’existence des populations du Nord
Hôpital d’instruction des armées : Bientôt, le premier coup de bistouri
Décès de Bila Charles Kaboré : La NAFA salue le combat d’un grand serviteur de l’État
Education au Burkina : Le deuxième Conseil de cabinet élargi étudie les pistes pour une année scolaire dans la sérénité
Région du Sahel : Des talibés et jeunes en situation de rue formés à un métier
Semaine nationale de la convergence : La contribution des femmes dans la lutte contre les changements climatiques au cœur des échanges
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés