Actualités :: Pour ou contre la peine de mort : Les Ouagalais partagés

Au terme de l’article 9 du Code pénal, la peine de mort fait partie
des peines afflictives et infamantes en matière criminelle. La
peine s’exécute par fusillade en un lieu désigné par décision du
ministre chargé de la Justice (article 15). Selon l’article 16, il ne
peut être procédé à l’exécution avant qu’il n’ait été statué sur le
recours en grâce selon les dispositions du code de procédure
pénale. Aucune exécution ne peut avoir lieu les jours de fête
légale, ni les dimanches au terme de l’article 18. Pour ou contre
la peine de mort, nous avons promené notre micro à travers
certaines artères de la capitale.

Adim’s Ouédraogo (Chargé d’affaires à la clientèle commerciale
de la BICIA-B) :"D’accord, quand les faits sont avérés"

Je suis à la fois pour et contre la peine de mort. Contre parce
qu’on pourrait profiter de l’occasion pour condamner des
adversaires politiques ou autres. Il y a eu des erreurs
judiciaires dans l’histoire et c’est longtemps après la mort du
condamné que l’on découvre qu’il avait raison. Et en ce moment,
il est trop tard. Voilà pourquoi je suis contre la peine de mort.
Mais je suis tout à fait pour cette peine quand les faits sont
avérés. Qui tue par l’épée doit périr par l’épée.

Dieudonné Sinaré (Société d’équipement électrique du Faso) : "Même le Bon Dieu est pour"

Cela dépend des circonstances. Pour quelqu’un qui a un coeur
dur comme pierre et qui arrive à tuer son prochain, franchement
dit, je ne suis pas contre son exécution. Cette personne l’aura
cherchée. Si elle a ôté la vie à autrui, qu’on lui ôte aussi la vie.
Cela dissuadera tous ceux qui veulent suivre l’exemple des
assassins. Si les meurtriers savent qu’ils ne risquent rien, qu’ils
vont simplement faire dix ans de prison, ce sera grave pour le
pays. Même le Bon Dieu n’est même pas contre la peine de
mort si le crime est crapuleux. Je suis d’accord que la justice
exécute ces gens, même en public. Mais là où je suis contre la
peine de mort, c’est quand on condamne des innocents. Ceux
qui ont eu le courage de tuer, la justice ne doit pas hésiter à les
tuer. Je suis sûr et certain que pour rien au monde j’aurai le
courage d’ ôter la vie à autrui. J’ai de la peine à voir couler le
sang humain, a fortiori tuer un être humain. Celui qui dit qu’il est
contre la peine de mort alors que les faits sont avérés est
hypocrite. C’est parce que son enfant n’a pas été tué.

Bernard Zabsonré (Cheminot à la retraite) :"Qui tue par l’épée doit périr par l’épée"

Je suis pour la peine de mort, vu le climat d’insécurité. Il ne se
passe pas une semaine sans qu’ on ne parle d’assassinats. Il
faut donc appliquer la peine de mort pour dissuader ceux qui
seraient tentés de commettre des crimes. Ceux qui sont contre
la peine de mort, se réfèrent à des principes religieux. Qui tue
par l’épée périra par l’épée. Je crois que c’est la seule façon en
Afrique de dissuader certaines personnes. D ’ailleurs, le Code
pénal a prévu la peine de mort. Il y a des gens qui, sous l’effet de
la drogue, sont prêts à tuer. Lorsque le voleur entre dans un
domicile, une fois qu’il est surpris, c’est avec une arme qu’il
attaque le propriétaire. Il a donc l’intention de tuer ! Qui tue par
l’épée doit périr par l’épée.

Ami Tarnagda (Secrétaire stagiaire) : "Tout sauf la peine de mort"

Je suis contre la peine de mort ? Tant qu’on n’a pas donné la
vie à autrui, on n’a pas le droit de la lui ôter. Même ceux qui ont
tué ne doivent pas être condamnés à mort. Il faut appliquer une
autre sanction que la peine de mort.

Martial Sy Traoré (Ingénieur en élevage) : "Je suis totalement contre"

Tout homme a droit à la vie. Quelle que soit sa faute, on ne doit
pas lui ôter la vie. Exécuter une personne parce qu’elle a
commis un crime crapuleux, c’est ajouter du crime à un autre.
D’ailleurs, cette condamnation ne pourra pas ressusciter le
mort. On peut appliquer la condamnation à perpétuité, des
travaux forcés, mais pas la peine de mort. Je suis totalement
contre.

Yves Capo-Chichi (Economiste) :"Souffrir avant de mourir"

L’auteur d’un crime ne doit pas être condamné à mort. Il doit
être emprisonné jusqu’à ce qu’il meurt. La justice doit le laisser
mourir de ses souffrances. Mais avant la mort, la souffrance
l’amènera à beaucoup réfléchir sur son acte.

Prosper Yaméogo (Ingénieur en agriculture) : "Elle ne règle aucun problème"

Je suis contre la peine de mort parce qu’elle ne règle aucun
problème. Pour moi, c’est une question de principe. Ce principe
étant que nul ne peut donner la vie, et par conséquent que nul
n’a le droit de l’ôter à autrui. Ce n’est pas parce que quelqu’un
s’est autorisé à enlever la vie de d’un autre que, par mesure de
rétorsion, il doit être condamné à mort. D’ailleurs, si la peine de
mort avait des effets dissuasifs, personne n’oserait encore tuer,
aux Etats-Unis comme ailleurs. Il y a d’autres voies à explorer
pour ce genre de situations. Pour moi, la peine ne devrait pas
être une sanction, mais une dette à payer à la société.

Lucienne Nombré (Pompiste) : "Que dire si c’était un accident ?"

Je suis contre la condamnation à mort. On peut sanctionner les
auteurs des crimes, mais pas les tuer. Peut-être qu’après leur
crime, ces personnes ont regretté. Et que dire si c’était un
accident ? On peut les condamner à 10, 15 ans de prison puis
les relâcher.

Alassane Ouasma (Pompiste) : "Un être humain ne doit pas tuer"Si le crime a été sciemment commis, on doit tuer l’auteur. De
toute façon, un être humain ne doit pas tuer. Mais si la mort
survient par accident, la justice doit être clémente.

Rosemonde Zan (Etudiante en gestion à l’Université de
Ouagadougou) :"Donner une seconde chance"

Il faut donner une seconde chance à l’auteur du crime. Une
condamnation à plusieurs années ferme, c’est toujours mieux
que la condamnation à mort. De toute façon, l’exécution d’un
assassin ne peut pas ramener à la vie le disparu.

Propos recueillis par Cheick Beldh’or SIGUE

Le Pays

Burkina : « Le spectre de la famine » plane « en plus (...)
Burkina Faso : Une formation au profit des nouveaux (...)
Burkina/Politique : Requiem pour l’UPR qui n’a pas non (...)
Journées parlementaires UPC : La cohésion sociale au cœur (...)
Burkina/Rentrée gouvernementale : Dans une température de (...)
Burkina/Rentrée gouvernementale : « Trouver des solutions (...)
Partis politiques : Le PS-Burkina se saborde et liquide (...)
Burkina / Politique : L’AJIR, un rêve éphémère, un espoir (...)
« L’AUTRE Burkina/PSR » : Le Burkina un pays en crise, un (...)
Burkina/Politique : Les Forces progressistes en (...)
Burkina : « Le président du Faso n’est pas à la hauteur », (...)
PS-Burkina : Un congrès extraordinaire pour imprimer une (...)
Renforcement de la « Grande Gauche » : la Convergence (...)
Réconciliation nationale au Burkina : Zéphirin Diabré a (...)
Fondation Jean Paul II pour le Sahel : Le Conseil (...)
Lutte contre le terrorisme : Blaise Compaoré préconise (...)
Haute Cour de justice : La juridiction évoque ses (...)
Burkina / Politique : trois nouveaux partis rejoignent (...)
Burkina Faso : Des députés formés sur leur rôle de (...)
CENI /Burkina : Elysé Ouédraogo présente son équipe au (...)
Politique : La Fédération Nord du MPP rend un vibrant (...)

Pages : 0 | ... | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | 189 | ... | 11298



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés