Actualités :: Sanctions de la CEDEAO contre les coups d’Etat : Des organisations (...)

Youth for Peace and Security Africa (YPS-Africa), une organisation de « consolidation de la paix et de défense des droits humains » dont le siège est au Ghana, en collaboration avec la Coalition des patriotes africains du Burkina Faso (COPA/ BF) et plusieurs autres organisations de la société civile du Burkina ont déposé une plainte devant la cour de justice communautaire la CEDEAO pour contester la légalité des sanctions que l’organisation inflige au Burkina Faso, au Mali, au Niger et à la Guinée. L’information émane d’un communiqué en date de ce 27 décembre 2023. Ci-joint le communiqué.

Youth for Peace and Security Africa (YPS-Africa), une organisation de consolidation de la paix et de défense des droits humains dont le siège est au Ghana, en collaboration avec la Coalition des Patriotes Africains du Burkina Faso (COPA/ BF)et plusieurs autres organisations de la societe civile du Burkina souhaite informer le peuple burkinabé et le monde des aspects juridiques et des mesures prises contre l’autorité de la CEDEAO et sa commission.

Le 6 novembre 2023, YPS-Afrique, CNPSA et Abraham Korbla Klutsey ont poursuivi la CEDEAO, l’Autorité des chefs d’État et de gouvernement, pour avoir, par le biais de sanctions, bloqué l’accès aux frontières terrestres et aériennes, les transports, la nourriture, les médicaments, les soins de santé, l’eau, l’électricité. , l’éducation, les métiers et l’argent à plus de 100 millions de citoyens ouest-africains au Burkina Faso, au Niger, au Mali et en Guinée.

L’affaire a été dirigée et déposée devant la Cour de justice communautaire de la CEDEAO par un avocat nigérian très respecté et militant des droits de l’homme, ancien président de l’Association du Barreau d’Afrique de l’Ouest (WABA), l’avocat Femi Falana, (SAN, FCR Arb) de Falana. et Falana’s Chambers-Abuja au nom de YPS-Afrique, du Réseau de citoyens pour la paix et la sécurité en Afrique (CNPSA) et Abraham Korbla Klutsey et aussi avec cinq autres avocats de renom.

Ces sanctions sévères et d’influence coloniale sont non seulement immorales mais aussi illégales et antidémocratiques car elles ne sont soutenues par aucune loi ou disposition. Nous demandions à la Cour de la CEDEAO de prendre en compte les violations des droits de l’homme, les discussions sur les droits de l’homme de l’Union africaine, le Traité révi-sé de la CEDEAO et ses protocoles, ainsi que les lois internationales, pour déclarer ILLÉGALES les sanctions visant les citoyens.

Les sanctions draconiennes, inhumaines, dures et injustes visant des citoyens ordinaires et innocents ont entraîné la mort de plus de 125 000 personnes deja et lesquels chiffres ne font que salourdir , directement et indirectement, au sein des enfants et des femmes. La vie des gens ne doit jamais être utilisée comme objet de marchandage, de négociation ou de levier. Il est très important de noter qu’en encourageant l’État de droit et la démocratie, les actions de la CEDEAO doivent être soutenues par les lois, la démocratie et le respect de la vie et de la dignité humaine. Elles ne peuvent pas être démocratiques de manière antidémocratique.

Depuis janvier 2022, lorsque des sanctions visant des civils innocents ont été imposées au peuple malien le 9 janvier 2022, YPS-Afrique, dans une pétition datée du 27 janvier 2022, a fait appel aux autorités de la CEDEAO à travers la présidence et la présidence de l’Union africaine pour obtenir des sanctions visant des citoyens innocents. Cela a été suivi de manifestations lors de la réunion extraordinaire de l’autorité de la CEDEAO à Accra le 3 février 2022. Heureuse-ment, le 3 juillet 2022, les sanctions visant les civils au Mali ont été levées par l’autorité de la CEDEAO.

La victoire juridique contre l’autorité de la CEDEAO est une victoire pour la démocratie, la dignité humaine et les droits.

Cela accélérera le développement humain et sécuritaire au Burkina Faso, au Niger, au Mali et en Guinée.

Des actions avec nos partenaires des organisations de la societe civile du BURKINA seront lancees les jours a venir , notamment une serie de conferences de presse , des sit in etc pour obtenir des copies du dossier déposé, vous pouvez contacter yps.a@yahoo.com

Burkina/Projet de loi portant statut de la magistrature (...)
Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le (...)
Gestion du fret : Le CBC reçoit les orientations du Chef (...)
Burkina : Quand les pouvoirs peinent à assurer la (...)
Burkina : Colonel Boukaré Zoungrana désormais ambassadeur (...)
Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la Transition nécessite (...)
Burkina : 500 millions fcfa pour "une communication de (...)
Burkina : Le Parti Panafricain pour le Salut exhorte (...)
Investiture du Président Bassirou Faye : Voici les (...)
Investiture de Bassirou Diomaye Faye : Le Capitaine (...)
Sénégal : Le CDP félicite le nouveau Président Bassirou (...)
Mobilisation générale et de la mise en garde : Le (...)
Santé : Le conseil des ministres dissout la centrale (...)
Acquisition d’armements : Autorisation d’octroi d’une (...)
Journées nationales d’engagement politique : « Si vous (...)
Burkina/Missions d’audits : La primature met fin aux (...)
Centre pénitentiaire agricole de Baporo : Accroître les (...)
Situation sécuritaire : Le Haut-commissariat des Nations (...)
Burkina Faso : Le gouvernement fait le point de ses (...)
Burkina : Le conseil des ministres adopte un (...)
Evaluation des performances des départements ministériels en

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12495



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés