Actualités :: Dr Arouna Louré, de retour du front : « Nous pouvons gagner cette guerre plus (...)

Réquisitionné au mois de septembre 2023 pour aller servir dans un premier temps à Koumbri, dans la région du Nord, où 53 personnes – 17 militaires et 36 Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) – venaient d’être tuées le lundi 4 septembre, Dr Arouna Louré a regagné son domicile à Ouagadougou le lundi 11 décembre 2023. Le médecin anesthésiste-réanimateur très critique envers la transition du capitaine Ibrahim Traoré et dont la réquisition a fait couler beaucoup d’encre et de salive retrouve donc "la liberté". Et le moins que l’on puisse dire, ces trois moins passés au "front", loin des siens et de ses patients, ne semblent avoir entamé en rien ses convictions, en témoigne ce texte qu’il vient de publier sur sa page Facebook ce mercredi 13 décembre 2023.

« Alors que l’État possède, par définition, le monopole de la force, compter sur la coercition est la marque d’un leadership médiocre ; les bons leaders donnent à leurs peuples l’envie de marcher à leurs côtés », Henry Kissinger, Leadership : six études de stratégie mondiale.

Je viens, à travers les mots qui suivent, exprimer toute ma gratitude à toutes les personnes qui ont soutenu ma petite famille et moi-même durant cette épreuve de vie, sous la bannière d’une "réquisition".

Merci à ma tendre mère, à ma douce épouse, à mes charmantes filles, à mes aimables sœurs et frères et à tous mes proches pour avoir pu supporter mon absence et toutes les inquiétudes y afférentes ;

Merci à ma très grande famille, à mes amis, à mes collègues et amis, à mes aînés et à mes doyens pour votre sollicitude à mon égard, mais surtout pour le fait que vous n’ayez jamais cessé d’être au plus près de ma petite famille et de lui apporter tout le soutien multiforme, et cela, au-delà de mes espérances.
Merci à toutes les personnes qui, à un certain moment ou à un autre, ont formulé une prière à mon intention, merci pour vos nombreux messages de soutien et je m’excuse de n’avoir pas pu répondre à tous.

Merci à mes compagnons d’infortune pour le soutien mutuel.
Merci aux militaires, sur les différents sites où je suis passé, qui ont bien voulu faciliter mon séjour par des actions ou par des mots. Un merci spécial à ceux de Koumbri et à ceux de Ouahigouya pour leur bienveillance au quotidien.
Merci à toutes les organisations, aux acteurs des médias audiovisuels, mais surtout des médias sociaux et à toutes les personnalités individuelles qui, au nom de L’ÉTAT DE DROIT et de nos libertés individuelles et collectives chèrement acquises, ont osé dénoncer cette réquisition arbitraire et liberticide de façon courageuse et responsable. Car comme le disait Albert Einstein : « ce ne sont pas ceux qui font le mal qui rendent le mal insupportable, mais ceux qui regardent et laissent faire ».

Lire aussi : Assemblée législative de transition : Dr Arouna Louré, « le révolté »

En ce qui me concerne, cette épreuve de vie vient participer activement à la formation de l’homme que je suis, afin de le bonifier. Elle renforce ma conviction selon laquelle le socle pour bâtir une nation de paix et de prospérité pérenne reste et demeure L’ÉTAT DE DROIT, le vrai. Car toute conception pour bâtir une nation de paix et de prospérité sans l’état de droit, la justice et l’équité sociales n’est qu’une chimère et vouée à l’échec, comme nous l’enseigne notre propre histoire nationale, celle de l’Afrique mais aussi celle du monde.

En effet, tous les grands leaders, allant de Abraham Lincoln à Nelson Mandela en passant par Mahamat Gandhi, ou Konrad Adenauer et j’en passe, qui ont pu marquer positivement et de façon pérenne leur pays, aimaient sincèrement leurs concitoyens avec une foi inébranlable à la justice, à l’équité et à l’état de droit. Mais par-dessus tout, ils ont prôné, et ils se sont battus pour l’unité de leur peuple afin d’avoir comme fer de lance L’UNITÉ NATIONALE.

Comme le dit Nelson Mandela dans un long chemin vers la liberté : « le courage ce n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de la vaincre. » Durant les moments difficiles et d’inquiétudes, essentiellement à Kaya, j’aimais à me rappeler les mots du poème Invictus de William Ernest Henley qui dit :

« Dans les ténèbres qui m’enserrent,
Noires comme un puits où l’on se noie,
Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient,
Pour mon âme invincible et fière,
Dans de cruelles circonstances,
Je n’ai ni gémi ni pleuré,
Meurtri par cette existence,
Je suis debout bien que blessé,
En ce lieu de colère et de pleurs,
Se profile l’ombre de la mort,
Et je ne sais ce que me réserve le sort,
Mais je suis et je resterai sans peur,
Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme. »

Ce poème reflète la détermination qui doit nous animer lorsque nous sommes convaincus d’un idéal ; un idéal plus grand que soi. Car « perdre la vie est peu de chose et j’aurai ce courage quand il le faudra. Mais voir se dissiper le sens de cette vie, disparaître notre raison d’existence, voilà ce qui est insupportable. On ne peut vivre sans raison », pour ainsi emprunter les mots d’Albert Camus dans Caligula.

Par ailleurs, ce périple m’a donné le temps nécessaire pour approfondir mes connaissances sur les guerres de contre-insurrection. Cela vient conforter ma position que l’option du tout militaire reste et demeure la moins bonne des options. Il faut oser le penser, nous avons choisi l’option qui semble la plus conquérante et la plus destructrice des deux grandes théories de la contre-insurrection : celle défendue par le Colonel Roger Trinquier dans Nouvelle guerre, dont les résultats n’ont jamais été prouvés quelque part ; au lieu de la théorie de David Galula développée dans Contre-insurrection, théorie et pratique, qui soutient que l’option militaire dans cette forme de guerre ne soit que de 20%. Cette dernière théorie, reprise par le Général américain David Petraeus surnommé le « général de la dernière chance » à cause des succès qu’il a engrangés dans les zones où il était le Commandant en Irak, sans oublier le succès de cette théorie en Mauritanie, est et demeure la meilleure option, surtout pour un pays aux ressources financières limitées comme le nôtre. Ainsi, nous pouvons gagner cette guerre plus rapidement, moins chère et avec moins de pertes en vies humaines, sans oublier des perspectives meilleures en termes de cohésion sociale, de gestion de la crise humanitaire, de gestion du million d’enfants déscolarisé, de la reconstruction de notre économie nationale... si nous reconsidérerons notre stratégie globale.

À noter également que la grosse problématique de la guerre est que nos richesses ne soient orientées que vers l’extérieur pour l’achat, de plus en plus coûteux, de matériels militaires dont les résultats, quoique appréciables sur le plan tactique (nombre de terroristes tués ou de bases détruites), laissent à désirer sur le plan stratégique (la libération et la sécurisation de notre territoire national, la réduction des pertes en vie humaine, le retour des personnes déplacées internes dans leur localité), sans oublier l’absence d’investissements structurants et la paupérisation de nos populations.

Certes, il faut faire la guerre, mais pendant que certains ont réservé le tiers de leur budget à l’éducation afin de propulser leur nation, nous, nous réservons le tiers de notre budget à la défense et à la sécurité, le deuxième tiers à rembourser nos dettes et le troisième tiers aux préoccupations essentiellement salariales. Ainsi, à défaut d’une reconsidération de notre stratégie globale, la réalité sociale, mais surtout sociétale, la réalité économique et la réalité politique risquent de nous rattraper et nous allons devoir le payer chèrement.

Cette évidence doit s’imposer à nous lorsque nous constatons les échecs des forces occidentales, très puissantes, dans les conflits nécessitant une approche stratégique complexe dépassant l’usage de la force brute. Parlant de la lutte antiterroriste en Israël, Jacques Baud disait : « de fait, Israël est le seul pays du monde à n’avoir pas su juguler la menace terroriste en plus de 60 ans. Des centaines de terroristes ont été tués, des milliers de maisons détruites, mais les groupes armés se sont multipliés et se sont radicalisés au fil des ans... Travaillant dans un véritable carcan idéologique, les autorités et les services de renseignement n’ont pas créé les outils nécessaires à la lutte contre le terrorisme au niveau stratégique. La lutte est donc menée avec une certaine efficacité au niveau tactique, mais tend à générer davantage de terrorisme. »

Et pourtant, sous le leadership de El Sadate, avec la participation sincère de Golda Meir et de ses successeurs, lorsque les voies de la vérité et de la paix ont été empruntées, l’Égypte et l’Israël ont su faire la paix, contrairement au reste de la politique antiterroriste israélienne. La bonne stratégie demeure donc la clé. En effet « ceux qui sont habiles dans l’exécution de la stratégie font ployer la stratégie des autres sans conflit ; ils sapent les défenses des autres sans les attaquer ; ils absorbent leurs structures sans opérations de longue durée », disait Sun Tzu. Puis il renchérit en disant : « la tactique sans stratégie n’est que du bruit avant la défaite. »

Pour revenir chez nous au Burkina Faso, concernant la gouvernance actuelle, quand j’observe les discours initiaux du président de la transition et les mots qu’il a prononcés lors de sa prestation de serment, aux faits que nous vivons aujourd’hui, j’ai l’impression de me retrouver dans "la ferme des animaux" de George Orwell. Cependant, malgré toutes les ingéniosités qu’ils ont eu à développer, aucun régime au monde n’a pu perdurer dans un pareil modèle de gouvernance. Car, « quand je désespère, je me souviens qu’à travers toute l’histoire, les chemins de la vérité et de l’amour ont toujours triomphé. Il y a eu des tyrans et des meurtriers, et parfois ils ont semblé invincibles, mais à la fin, ils sont toujours tombés.

Pensez toujours à cela », disait Mahamat Gandhi dans Autobiographie ou mes expériences de vérité. Une assertion qui se laisse aisément confirmer par la lecture de Parachutage de Norbert Zongo qui avait saisi l’essence même des régimes militaires. En ce jour, 25ième anniversaire de l’ignoble assassinat de feu Norbert Zongo, le seul hommage que nous pouvons lui rendre, le seul réconfort que nous pouvons apporter à sa famille, c’est de ne jamais courber l’échine face l’injustice et l’arbitraire.

Aujourd’hui et comme cela l’a toujours été, j’ai une forte pensée pour nos forces de défense et de sécurité ainsi que pour nos Volontaires pour la défense de la patrie qui sont au front pour la défense de la nation : plus nombreux, mieux équipés et mieux traités aujourd’hui qu’à une certaine époque où nous bravons les interdictions pour battre le pavé et exiger de meilleures conditions à leur égard. J’ai écouté certains d’entre vous me parler avec une grande émotion du fait que des frères d’armes, des amis, sont partis et ne sont jamais revenus. Je n’ose avoir la prétention de savoir ce que vous endurez, mais j’imagine la peine et la crainte qui sont les vôtres au quotidien. Quand je vois les calvaires que vous endurez dans l’exercice de vos fonctions, loin de vos familles pendant des mois, et que des gouvernants se donnent à la gabegie, au népotisme, aux détournements et aux enrichissements illicites, cela me révolte davantage et me convainc que la lutte pour la bonne gouvernance doit être mon front à moi, un combat sans relâche, afin de rompre le cercle vicieux dans lequel nous sommes depuis des lustres.

J’ai également une pensée envers toutes les familles qui ont payé au plus fort de leur être la perte d’un être cher : parti défendre la patrie, mais jamais revenu.
J’ai une pensée révérencielle à l’égard de tous nos soldats tombés au front (Inata, Gaskindé, Déou, Oursi, Koumbri, Djibo …) pour la défense de la nation en portant fièrement la tenue militaire.

J’ai une pensée pieuse pour toutes les populations civiles, notamment ceux de Yirgou, de Solhan, de Nouna, de Karma, de Zaongo..., trahies par l’état, car n’ayant pas pu les protéger.

J’ai une pensée de solidarité envers toutes les personnes qui sont actuellement victimes de l’arbitraire et de l’injustice, notamment ceux qui sont victimes de réquisition arbitraire et liberticide ou d’enlèvement.

Puisse Allah le Tout-puissant nous accorder une intelligence et une sagesse collectives afin de bouter hors de notre pays ce fléau qu’est le terrorisme. Car au-delà de nos divergences d’opinions et d’idéologies, nous avons le devoir de laisser à nos enfants et à nos petits-enfants un Faso bien meilleur que nous ne l’avons trouvé. Pour paraphraser Antoine de Saint Exupéry, nous n’héritons pas le Burkina Faso de nos parents : nous l’empruntons à nos enfants. Nous devons donc tout faire pour leur rendre dans un état encore vivable. Et je suis intimement convaincu que nous pouvons y arriver si tant est que nous cultivons l’amour de la patrie et de l’autre, dans une conviction bâtie sur le socle de la quête perpétuelle de l’EXCELLENCE et de l’INTÉGRITÉ. Ainsi, nous pourrions répondre à la question « à quand l’Afrique ? » et arrêter d’être les « damnés de la terre ».

Enfin, loin de moi l’idée que j’écris pour défier qui que ce soit. J’écris pour avoir la conscience tranquille envers les générations futures et jouer ma partition dans l’édification de mon pays que j’aime tant. Émile Zola, sur l’affaire Dreyfus, terminait son pamphlet intitulé J’accuse en ces mots : « je n’ai qu’une passion, celle de la lumière, au nom de l’humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Ma protestation enflammée n’est que le cri de mon âme. »
Anitché

Dr Arouna Louré

Burkina/Projet de loi portant statut de la magistrature (...)
Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le (...)
Gestion du fret : Le CBC reçoit les orientations du Chef (...)
Burkina : Quand les pouvoirs peinent à assurer la (...)
Burkina : Colonel Boukaré Zoungrana désormais ambassadeur (...)
Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la Transition nécessite (...)
Burkina : 500 millions fcfa pour "une communication de (...)
Burkina : Le Parti Panafricain pour le Salut exhorte (...)
Investiture du Président Bassirou Faye : Voici les (...)
Investiture de Bassirou Diomaye Faye : Le Capitaine (...)
Sénégal : Le CDP félicite le nouveau Président Bassirou (...)
Mobilisation générale et de la mise en garde : Le (...)
Santé : Le conseil des ministres dissout la centrale (...)
Acquisition d’armements : Autorisation d’octroi d’une (...)
Journées nationales d’engagement politique : « Si vous (...)
Burkina/Missions d’audits : La primature met fin aux (...)
Centre pénitentiaire agricole de Baporo : Accroître les (...)
Situation sécuritaire : Le Haut-commissariat des Nations (...)
Burkina Faso : Le gouvernement fait le point de ses (...)
Burkina : Le conseil des ministres adopte un (...)
Evaluation des performances des départements ministériels en

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12495



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés