Actualités :: Suivi citoyen des politiques publiques : Le projet FASOVEIL lance le (...)

Le projet "Faciliter la redevabilité et la veille citoyenne avec la société civile" (FASOVEIL), entend renforcer les capacités de suivi citoyen des politiques publiques nationales par les organisations de la société civile. Pour ce faire, sept organisations partenaires de mise en œuvre, conduisent des actions de suivi citoyen et de plaidoyer. Afin de réunir les résultats des suivis sectoriels conduits par ces organisations, un rapport alternatif sera élaboré chaque année. Le lancement du processus d’élaboration du rapport pilote comptant pour l’année 2023, a été lancé ce 14 décembre 2023 à Ouagadougou.

Le rapport alternatif se veut une contribution citoyenne de la société civile, aux efforts de développement engagés à travers le référentiel national de développement, et plus particulièrement le plan d’action pour la stabilisation et le développement. Il se présente comme un instrument d’analyse et de suivi des actions des politiques publiques de développement et un outil de dialogue entre Etat et société civile. Son élaboration vise à contribuer à la mise en œuvre efficace des politiques de développement à travers l’appréciation citoyenne des services, des institutions, des budgets, des décisions publiques, etc.

A en croire Armand Joseph Kaboré, coordonnateur du projet FASOVEIL, le rapport alternatif est un outil d’observation, de suivi et d’appréciation des politiques publiques nationales, dans le but d’accompagner les décideurs publics dans la prise de décision, et aussi pour influencer la qualité d’élaboration et de mise en œuvre de ces politiques. Il ajoute que le processus de son élaboration sera ouvert, transparent, inclusif et participatif.

Le projet FASOVEIL intervient sur sept thématiques que sont la lutte contre la corruption, les réformes politiques nationales, la gouvernance locale, la gouvernance des ressources minières, la sécurité alimentaire, la gouvernance du secteur de la sécurité et la cohésion sociale et la réconciliation nationale. Ce sont les données en lien avec le suivi de la mise en œuvre des politiques publiques portant sur ces thématiques, qui seront collectées dans le rapport alternatif.

Armand Joseph Kaboré, coordonnateur du projet FASOVEIL

"Nous avons plusieurs données que nous allons collecter au niveau sectoriel, en lien avec les secteurs sur lesquels nous travaillons et qui sont au nombre de sept. Nous allons aussi travailler avec les organisations faîtières qui sont au niveau national et collecter des données au niveau local. Ce rapport devrait faire la jonction entre ce qui est décidé au niveau central et le vécu de ces politiques au niveau local par les communautés", explique Armand Joseph Kaboré, abordant le processus d’élaboration du rapport.

Le rapport alternatif devrait aboutir à des recommandations pour une amélioration des politiques publiques. "Ces recommandations vont être portées par les organisations de la société civile, pour faire du plaidoyer, de l’influence et de la négociation. Cela afin que ce qui a été constaté et relayé par la société civile, puisse contribuer effectivement à améliorer la qualité de la gouvernance, le développement d’une manière générale et le vivre ensemble", précise Armand Joseph Kaboré.

Jean Pierre Salembéré, chargé de programmes gouvernance et démocratie au niveau de la coopération suisse

Le projet FASOVEIL est mis en œuvre par le Laboratoire citoyennetés et la Fondation Hirondelle, avec l’appui financier de la coopération suisse et de l’Union européenne, en collaboration avec 7 organisations et 36 médias partenaires. Pour Jean Pierre Salembéré, chargé de programmes gouvernance et démocratie au niveau de la coopération suisse, l’élaboration d’un rapport alternatif est une belle initiative, qui va permettre une prise en compte des expériences antérieures, afin que la société civile soit capable de s’organiser et fédérer ses efforts. "Il y a beaucoup d’études qui sont faites de part et d’autre. Mais le défi majeur c’est de mieux agréger ces différentes études, ces connaissances que nous avons et qui partent des préoccupations de la base pour relever le regard de la société civile sur la mise en œuvre des politiques publiques au Burkina", a-t-il ajouté.

Une première ébauche du rapport alternatif est attendue pour mars 2024 et la version finale devrait être disponible au mois d’avril.

Armelle Ouédraogo
Lefaso.net

Burkina/Projet de loi portant statut de la magistrature (...)
Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le (...)
Gestion du fret : Le CBC reçoit les orientations du Chef (...)
Burkina : Quand les pouvoirs peinent à assurer la (...)
Burkina : Colonel Boukaré Zoungrana désormais ambassadeur (...)
Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la Transition nécessite (...)
Burkina : 500 millions fcfa pour "une communication de (...)
Burkina : Le Parti Panafricain pour le Salut exhorte (...)
Investiture du Président Bassirou Faye : Voici les (...)
Investiture de Bassirou Diomaye Faye : Le Capitaine (...)
Sénégal : Le CDP félicite le nouveau Président Bassirou (...)
Mobilisation générale et de la mise en garde : Le (...)
Santé : Le conseil des ministres dissout la centrale (...)
Acquisition d’armements : Autorisation d’octroi d’une (...)
Journées nationales d’engagement politique : « Si vous (...)
Burkina/Missions d’audits : La primature met fin aux (...)
Centre pénitentiaire agricole de Baporo : Accroître les (...)
Situation sécuritaire : Le Haut-commissariat des Nations (...)
Burkina Faso : Le gouvernement fait le point de ses (...)
Burkina : Le conseil des ministres adopte un (...)
Evaluation des performances des départements ministériels en

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12495



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés