Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «A chaque fois que tu tombes, ramasse quelque chose » Oswald Avery

Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo, démissionnaire de l’UPC

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • lundi 12 octobre 2020 à 00h44min
Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo, démissionnaire de l’UPC

Sur le plateau de l’émission « Le Grand Déballage » sur Burkina Info, Nathanaël Ouédraogo est revenu sur son divorce avec l’Union pour le progrès et le changement (UPC).

Répondant aux questions du journaliste Ismaël Ouédraogo, Nathanaël Ouédraogo a indiqué n’avoir aucune « haine » contre le président de son ancien parti, Zéphirin Diabré, qu’il a rencontré physiquement pour lui annoncer sa démission. « Pour moi, le moment est bien indiqué parce qu’aujourd’hui nous entrons dans le cadre d’une élection », a-t-il indiqué.

Avant d’annoncer sa démission, le désormais ex-3e adjoint au maire de Ouagadougou confie avoir parlé de son projet à sa famille. Sa lettre de démission a d’ailleurs été saisie par son fils aux environs de 3h du matin.

L’invité confie également qu’une rencontre du Bureau politique national s’est tenue après le dépôt des listes nationales du parti alors qu’elle devait se tenir bien avant pour valider les listes. Pour Nathanaël Ouédraogo, cela va à l’encontre des règles du parti.

Serait-il prêt à travailler avec Zephirin Diabré s’il accédait au pouvoir ? « Non », a répondu Nathanaël Ouédraogo sans ambages.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 12 octobre à 07:01, par Passakziri En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo démissionnaire de l’UPC

    Je conclue donc que c est une histoire de positionnement sur les listes électorales. Si la base en a décidé ainsi, il n appartient pas au bureau politique de raccommoder. C est ça aussi la démocratie. On veut le changement mais pas quand ça nous concerne serait-on tenté de dire.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 07:35, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo démissionnaire de l’UPC

    - Les gars, laissez ZEPH en paix ! Vous refusez la démocratie interne dans le parti alors que vous criez partout à la démocratie. Tant que vous n’êtes pas concernés, on y va, mais quand il s’agit de vous, alors vous trouvez qu’il y a une mauvaise gouvernance dans le parti !

    ZEPH a dit cette fois ‘’Démocratie à la base’’, ce qui veut dire que ce sont les militants de base qui choisissent ceux qui doivent les représenter à l’Assemblée Nationale. Il a donné cette instruction parce qu’on l’accuse très souvent d’imposer des candidats. Maintenant que ce sont les militants de base qui choisissent leurs représentants et que malheureusement les choix des militants ne se sont pas portés sur vous, vous criez, vous démissionnez ! Que voulez-vous finalement ? Démocratie ou dictature ?

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 12 octobre à 11:08, par Kouda En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo démissionnaire de l’UPC

      Kôrô Yamyélé,
      bonjour. Comme l’a si bien dit HORUDIAOM, une application aveugle des textes dans la vie d’un parti n’est pas forcément optimal. La "démocratie à la base" devrait être appliquée à l’UPC sous une forme mixte, c’est à dire qu’il faut prévoir en plus de ces décisions à la base, des mécanismes de décisions discrétionnaires permettant de caser certains cadres importants du parti. Ce n’est pas rien de perdre autant de personnes connus pour un parti politique. Je loue l’UPC car c’est l’un des partis politiques burkinabè où le président du parti n’est pas omniprésent dans l’espace médiatique et le débat public. Plusieurs fois, j’ai vu et entendu intervenir des cadres de l’UPC autres que Zéphirin Diabré pour parler de sujets bien précis. Moussa Zerbo parlait réguilièrement au nom de l’UPC. Nathanae également. Ainsi que bien d’autres, chacun ou chacune dans son domaine de compétence. Cela est louable car opposé à ce qui se passe dans des partis comme l’ADF-RDA, Le Faso Autrement, l’UNIR-PS, le Paren où c’est généralement le fondateur ou président du parti qui seul parle de tout, au nom du parti.
      Il n’est pas encore tard pour l’UPC de se ressaisir. Il ne faut pas seulement appliquer mécaniquement et rigidement le principe de démocratie à la base car l’objectif d’un parti politique c’est la conquête du pouvoir d’Etat. Sous nos cieux, les gens pousseront l’UPC à appliquer ces principes, bien beaux, mais eux-mêmes procèderont autrement pour conquérir le pouvoir et règner. Alors, de la souplesse et beaucoup d’astuces et d’ingénuosité pour maintenir le parti à flot et conserver ses cadres qui constituent la richesse du parti.

      Répondre à ce message

    • Le 12 octobre à 16:03, par koh En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo démissionnaire de l’UPC

      kor yamlélé
      je voudrais savoir si Zephe a fait des primaires pour être candidat à la présidence du Faso. Comme au USA ? tout le monde sait que le créateur du parti est le seul maître et est d’office candidat et plébisciter par un semblant de congrès à moins s’il ne désire pas se présenter.
      Comme c’est son parti il fait ce qu’il veut et c’est comme cela en Afrique.

      Répondre à ce message

      • Le 13 octobre à 12:45, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo démissionnaire de l’UPC

        - koh, je ne suis pas venu du Cabaret, donc je vais te répondre de manière très lucide : Non ZEPH n’a pas fait les primaires pour se présenter aux présidentielles parce qu’il est le candidat naturel de l’UPC. Et en plus que je sache, à l’UPC personne n’a manifesté sa volonté d’accéder à cette fonction sinon ZEPH aurait organisé aussi des primaires ! Ce qui n’est pas le cas de Natanhael chez lui dans son fief où il a trouvé plus fort et plus aimé que lui en face ! Je t’informe que ne suis pas de l’UPC ni d’aucun parti. Je suis là où il y a un semblant de vérité !

        Par Kôrô Yamyélé

        Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 08:45, par Ka En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo démissionnaire de l’UPC

    Souvent les personnes de valeurs a la trempe de N. Ouédraogo sont motivé par un agenda caché pour quitter un parti politique de premier rang comme l’UPC. Si Salif Diallo était encore de ce monde, son Nom sera en première ligne pour cette démission. Et si cet agenda caché se révèle exacte, sa mise en œuvre sera un vrais problème a quelques jours des élections, et qui ne regarde que moi. Mais compte tenu du caractère de cette démission, on ne peut qu’invoquer l’égoïsme du fondateur et responsable d’un parti politique qui ne sait pas qu’il est manipuler par des revanchards qui n’ont aucun objectif concret pour le peuple et l’émergence du pays, que leurs intérêts personnels, surtout lutter pour faire revenir des amis et parents supposés accusés qui ont fuis sans la justice.

    Dire ne pas vouloir a celui qui lui a donné la chance d’être qu’il est aujourd’hui, relève des discours lénifiants des politiciens qui n’engagent que ceux qui les écoutent ! Il devait commencer par dire pourquoi il quitte le parti, et quel est son agenda.

    Pour Ka, N. Ouédraogo au lieu de quitter le parti, il aurait dû prendre la bonne décision, sans doute la plus difficile à prendre, à savoir, ’’’dire la vérité a Zépherin Diabré, qu’en écoutant aveuglement les revanchards camouflés dans l’opposition uniquement que pour avoir le pouvoir et se venger, son parti va droit au mûr.’’’ Bref ! Ce n’est qu’une partie de la vérité de Ka qui rougit les yeux, mais ne les casse pas. Bon vent N. Ouédraogo, ainsi va la vie.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 09:08, par HORUDIAOM En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo démissionnaire de l’UPC

    Je pense à mon humble avis que Zéphirin DIABRE doit revoir son management. Il y a eu quand même beaucoup de démission des cadres de l’UPC et tous ces démissionnaires ne sont pas forcement mauvais. Une démission, je peux comprendre mais plusieurs démissions sur plusieurs années, ça me pose problème concernant le management du président du parti. Et on ne gère pas un parti sur des textes et des lois uniquement, il faut aller au delà. Tous ces cadres tels Rabi Yaméogo, Moussa Zerbo, Adama Sosso, et autres laissés dans la nature en dit long sur la façon de diriger de Mr DIABRE. Il doit y avoir un mécanisme pour copter ces cadres sur la liste nationale et garder la cohésion du parti intact. Bon vent tout de même ! ça ne sera pas facile pour les élections à venir.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 09:45, par Sacksida En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo démissionnaire de l’UPC

    Je suis un des admirateurs de Zephirin Diabre pour son parcours academique et politique ; mais a mon avis, son probleme reside dans le fait qu’il manque d’humanite dans ses rapports avec les gens. Alors, il est certain que si Zephirin avait pu rencontre ces cadres et militants comme Nathaniel Ouedraogo et bien sur tous ceux et celles qui n’ont pas ete retenus et echanger avec eux sur les problemes actuels du Parti et dire bien sur ce qu’il pensait de la situation actuelle ; peut etre qu’on en serait pas la aujourd’hui. En tout etat de cause, Nathaniel s’il est un homme de conviction, sans attendre il doit analyser sa situation presente et choisir d’adherer a un autre Parti bien sur de l’opposition, sinon en allant dans la mouvance du pouvoir la deduction serait vite fait qu’il cherche a tout prix un poste dans le pouvoir actuel. A moins qu’il se decide a abandonner la politique active apres bien sur sa deception..Salut.

    Répondre à ce message

    • Le 12 octobre à 12:31, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo démissionnaire de l’UPC

      Mon cher "Sacksida", ni Zéphirin Diabré, ni vous, ni moi n’avons à dire à ce monsieur ce qu’il doit faire.

      C’est un intellectuel, un cadre, un sénior et il vient de démissionner librement de son pari après y avoir adhéré librement il y a dix (!) ans. C’est à lui de décider ce qu’il veut faire maintenant, arrêter la politique, aller dans un autre parti ou en créer un, choisir la majorité ou l’opposition. Il est LIBRE...

      C’est justement cette façon de vouloir imposer aux autres ce qu’ils doivent penser et faire qui entraine des démissions dans les partis. On ne peut pas se prétendre "démocrate" et vouloir être dictateur pour les autres ?

      Pour en revenir à l’UPC et à l’opposition, rappelez-vous le "péché originel" : Après avoir lutté ensemble dans le CFOP contre la modification de l’article 37, amené l’insurrection populaire et obtenu le départ de Blaise Compaoré et de son CDP, le MPP et l’UPC auraient pu gouverner ensemble dans une sorte d’union nationale et de "transition" le temps de décanter le paysage politique.

      Au lieu de cela, et dès la fin des élections, les "décideurs" de l’UPC ont essayé d’obliger le MPP à la cohabitation en s’associant... au même CDP qu’ils ont combattu des années pour avoir la majorité à l’assemblée. Cela n’a pas abouti et ils ont rejoint l’opposition.
      Cette alliance avec le CDP, qui continue de fait depuis lors, n’est pas du goût de nombreux militants de l’UPC. Pouvez-vous comprendre que des gens qui on adhéré à l’UPC dès sa création parce qu’ils vomissaient le CDP aient du mal aujourd’hui à gober une telle alliance ? Et les déçus sont tellement nombreux qu’on se demande finalement quels sont ceux qui ont fait ce choix ?

      Toutes les autres frustrations qui viennent s’ajouter pour ces militants ne peut à la longue conduire qu’à la démission. Et si un démissionnaire rejoint la majorité, ce n’est que logique, puisqu’ils voulaient le faire avec tout le parti depuis 2015. Au contraire, démissionner de l’UPC et revenir s’aligner derrière le même président de l’UPC au CFOP devrait vous sembler acrobatique ? Pourquoi croyez-vous que certains aient crée leur ONA (Opposition Non Alignée) ?

      Alors la trahison est-elle celle de la direction de l’UPC en 2015 ou celle du démissionnaire qui rejoint la majorité en 2020 ? Question...

      Répondre à ce message

      • Le 13 octobre à 13:04, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo démissionnaire de l’UPC

        ’’.....le MPP et l’UPC auraient pu gouverner ensemble dans une sorte d’union nationale et de "transition" le temps de décanter le paysage politique...’’.

        - Mon ami Sidpawalemde Sebgo, j’espère que ce n’est pas à ton retour de chez ’’Yempoaka’’ que tu as écrit ce post, surtout si tu y passé deux bonnes heures ? Mon cher toi et moi on peut gouverner ensemble dans une cohalition si toi qui a le pouvoir tu m’appelles eu égard à tout ce que nous avons vécu ensemble surtout au dernier moment. Je t’informe de ceci :

        1/ Le MPP n’a jamais appellé ni invite UPC ni lui proposer de gouverner ensemble ! C’est quand on t’invite que tu vas à table ! MPP ne voulait donc pas diriger avec UPC !
        2/- La raison est simple : Avec UPC comme partenaire, le MPP ne peut pas faire comme il veut au Gouvernement parce qu’une éventuelle demission de l’UPC du Gouvernement aura un retentissement incalculable et fera des dommages au MPP !
        3/- C’est pourquoi le MPP avec Salif Diallo le malin qui a vu tout ceci, ont préféré appeller Me Benewindé pour s’allier avec son partillon UNIR-PS. Et s’il advenait que UNIR-PS démissionne pour une raison ou une autre du Gouvernement celà ne fera rien ni au MPP ni au Gouvernement. Le dommage sera marginal. Ce qui n’est pas le cas avec l’UPC !

        Observe que le MPP dirige avec un nombre incalculable de petits partis tous aussi gloutons et gourmands les uns plus que les autres ! C’est la stratégie de l’aggrégation des plus petits nombres. Même si un de ces partillons quitte la cohalition, celà ne fera rien ni au MPP ni à son Gouvernement parce que les autres trouveront que ’’C’est une place de plus’’ pour avancer vers le plat central. Donc ce sera un pet de mouche !

        Conclusion  : Mon ami, c’est une loi physique qui enseigne celà : dans la matière les électrons sont ensemble et sont tous attirés vers le centre du noyau qui est ici le MPP !

        Par Kôrô Yamyélé

        Répondre à ce message

      • Le 13 octobre à 16:04, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo démissionnaire de l’UPC

        Mon cher Kôro Yamyélé, je prends acte de votre point 1.

        Je ne suis pas dans le secret des "éléphants" pour paraphraser "Zeph", mais j’ai déduis cette possibilité des déclarations d’un des premiers démissionnaires de l’UPC depuis reconverti vers la présidence du Faso. Cependant, parlant des "pets de lapin" et des "partillons", je suis obligé de vous contredire.

        Le parlement Burkinabè compte 127 députés, la majorité absolue se chiffre donc à 64 députés. La majorité actuelle, (sauf erreur de ma part, on dirait que j’oublie un parti qui a 1 député ?) se compose comme suit :
        MPP : 55 députés
        UNIR/PS : 5 députés
        NTD : 3 députés
        RDS : 1 député
        PDS/ Metba : 1 député, soit un total de 67 députés.

        Si l’UNIR/PS démissionne, cela fait 5 députés en moins et la majorité se retrouve avec 62 députés donc moins que la majorité. Ce n’est donc pas sans conséquence.
        Mieux, s’ils rejoignent l’opposition aujourd’hui, celle-ci passe de 60 à 65 députés et devient donc la nouvelle majorité ! Zéphirin Diabré devient premier ministre, le CDP le deuxième parti de la majorité et ils peuvent constituer un gouvernement sans le MPP ! Donc, ce "partillon" comme vous dites peut provoquer un vrai séisme !

        Si au lendemain des élections l’UPC avait rejoint l’actuelle majorité avec ses 33 députés, elle aurait été forte de 100 députés et l’opposition aurait été réduite à 27 députés avec le CDP comme chef de file de l’opposition de haut de ses 18 députés. A savoir même si dans ses conditions certains "petits" partis seraient restés dans l’opposition.
        En cas de mésentente et de démission de l’UPC dans cette hypothèse, la majorité serait retombée à 67, donc toujours capable de gouverner et de passer des lois.
        Donc, un séisme en terme d’image mais pas de conséquence irréparables sur le "naam".

        Cordialement...

        N.B. : Même si j’ai oublié un député de la majorité cela ne change rien à l’analyse.

        Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 11:48, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo démissionnaire de l’UPC

    Hum... S’agissant des uns et des autres, je me garderai bien de donner une opinion n’ayant pas assez d’informations pour cela. Cependant, deux choses sont à préciser :

    1°) Tout le monde dit que les listes de candidatures, que ce soit à l’UPC ou ailleurs, sont faites sur la base de primaires "à la base". Ceci n’est pas vrai. Le collège qui se prononce dans les partis est généralement composé des membres des sections provinciales, des sous-sections, des élus et de personnes-ressources comme les membres du bureau politique national ressortissants de la province, etc..
    On ne peut pas vraiment dire que ce sont des "militants de base". L’usage du terme "la base" fait plus référence à une base provinciale qu’à des militants de base.
    Sachant comment ces responsables sont désignés, un biais est forcément possible et ne signifie en rien un manque de popularité ou un "désaveu" des militants de base pour un "candidat à la candidature".
    Cette façon de dénigrer les déçus et plaignants, souvent victimes de manœuvres, est malhonnête et on peut comprendre que les gens finissent par décider de partir.
    En plus, il semble que chaque positionnement sur une liste corresponde à une "contribution" pour la campagne. En clair, mieux vous êtes positionné, plus vous devez payer, ou encore, si vous voulez être mieux positionné, il faut pouvoir payer plus. Dans tous les cas, si tu ne peux pas payer les millions annoncés, tu n’oses même pas être candidat. Qui a dit achat de place ? C’est pas moi...

    2°) L’UPC a obtenu environs 650.000 voix aux dernières législatives, pendant que son président obtenait plus de 900.000 voix à la présidentielle. S’ils veulent rattraper le million de voix du MPP et les 1,6 millions de Roch, ils doivent réunir plus de partisans. Or, on dirait plutôt qu’ils se séparent de ceux qui ont participé à ce résultat au moindre désaccord, prenant au contraire le risque de reculer. C’est une drôle de stratégie pour la conquête du pouvoir ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 15:11, par ancien En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo, démissionnaire de l’UPC

    C’est tout de même méchant de la part de ce Mr. Il y a une ferme volonté de nuire. Tel un joueur de foot qui refuse de jouer tant qu’il n’est pas titulaire. On ne peut plus permettre aux gens de surfer sur les partis sans aucune base réelle. Et puis il faut comprendre une chose, c’est une élection couplée. Si de personnes impopulaires sont mises sur les listes législatives et que ça tourne mal, automatiquement l’élection présidentielle est aussi perdue. Zeph peut vous positionner dans les instances du parti, mais pour les élections, de grâce montrez-vous capables.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 15:38, par Soucieux pour mon pays En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo, démissionnaire de l’UPC

    Cette démission va ouvrir davantage les yeux des Burkinabè. Si quelqu’un demissionne parce qu’il n’a pas été retenu candidat alors que c’est de façon démocratique qu’on l’a battu, les militants de son nouveau parti vont lui donner aussi une belle leçon d’égoïsme. Ils sont déjà quelques uns, et on a les yeux sur eux en 2020, 2021 (municipales), 2025 et à d’autres élections à venir. J’ai suivi Nathanaël OUEDRAOGO au grand déballage de Burkina info et il y avait beaucoup de contradictions/hypocrisies

    1) Il met la religion en avant, alors que sa démission à l’orée des élections ne visent qu’à diminuer les voix de l’UPC. (Il l’a dit vers la fin qu’il y a d’autres d’émissions qui viennent). Il dit qu’il est d’accord avec les propos d’un frondeur de L’UPC qui dit que L’UPC fera pire que le régime actuel.

    2) Il dit qu’il est prêt à faire aller vers ZEPHIRIN si la solution d’un problème le recommande. Vers la fin, il dit que si ZEPHIRIN l’appel pour travailler à ses côtés, il n’acceptera pas

    3) Il dit qu’il y a longtemps qu’il avait envie de démissionner. Alors qu’il voulait se positionner comme 1er titulaire dans le grand Kadiogo (Ouaga la capitale du pays des hommes intègres)

    4)Il dit que ce n’est pas parce qu’il n’est pas retenu qu’il a quitté, alors qu’en tant que SG de la province du Kadiogo, il a tenté d’être tête de liste. Pourquoi et pour quoi faire ?

    5) Il dit que le vote à mains levées ou par alignement est contraire à ses principes de vie, parce que source de division. Et pourtant, cela fait plus d’un an qu’il a un mandat (SG provincial) qu’il a conquis par ce même procédé, et au lieu de renoncer à ce poste et revendiquer un vote à bulletin secret, il garde allègrement le poste et il voulait conquérir un autre poste (1er titulaire aux législatives)

    6) Il dit que les manquements vécus dans le parti sont imputables à eux tous. Et pourtant, il oublie en passant le temps à indexer les autres tout en se VALORISANT. Le journaliste a dû attirer son attention sur son usage exagéré du" Je" et du" Moi"

    En conclusion, je ne comprends pas pourquoi la vieille génération fait cette gymnastique pour confectionner "UNE IDEUSE IMAGE" à présenter à la jeune génération. La presse doit travailler à suivre les traces de ces genres personnes pour sauver le pays. Sinon, les deals politique les plus acrobatiques font reculer la démocratie, même s’il profite aux auteurs. ON ATTEND TOUS LA MOISSON DE CE PRÉSENT DEAL.

    Répondre à ce message

    • Le 13 octobre à 16:35, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo, démissionnaire de l’UPC

      2) Il dit qu’il est prêt à faire aller vers ZEPHIRIN si la solution d’un problème le recommande. Vers la fin, il dit que si ZEPHIRIN l’appel pour travailler à ses côtés, il n’acceptera pas

      "Soucieux pour mon Pays", je suis soucieux pour votre compréhension. de texte...
      Il y a une grande différence entre aller acheter dans la boutique du commerçant Ali parce que c’est la seule qui vend le "riz baongo" que tu veux et aller (encore) travailler dans cette boutique sachant que Ali ne paye pas ses employés et que c’est pour cela que tu l’as quitté !

      Si un parti ne sait pas que untel amène des voix et qu’on doit le positionner pour garder ces voix, alors le parti perdra les voix ! Ce n’est pas à celui qui ne se sent pas reconnu de grouiller pour continuer d’amener des voix au parti pendant qu’on te dit que tu ne vaux rien ! Ou bien ?

      Note de compréhension de texte : 08/20, peut mieux faire...

      Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 16:59, par RAK En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo, démissionnaire de l’UPC

    Je comprends pas les gars de l’UPC. Que voulez-vous qu’une personne de la trempe de N, OUEDRAOGO fasse en pareille circonstance ? Qu’il applaudisse le fait qu’il n’a pas été retenu et se contente de ça ? Non ! c’est trop facile pour quelqu’un qui a des ambitions politiques. Que c’est la base qui décide. Y a, t-il eu des primaires pour designer le candidats à la présidentielle ? Et si la la base pouvait proposer un candidat pour les présidentielle, ZEPH serait t-il d’accord ? Ne demandez pas aux autres d’accepter ce que vous n’êtes pas d’accepter.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 18:44, par Sacksida En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo, démissionnaire de l’UPC

    Du reste, chers internautes je confirme que tant que Zephirin va rester dans son esprit cartesien sans une dose d’humanite, il lui sera dificile bien sur d’acceder a la Magistrature Supreme, parce les humains ne sont pas des robots. Quand on aspire a diriger tout un pays, c’est de l’enthousiasme qu’il faut savoir donner a ces camarades de combats ; ce n’est pas une question d’ages, et il faut explorer des solutions possibles afin de remobiliser l’ensemble de ses troupes y compris ceux et celles qui sont en difficultes dans son Parti. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 00:21, par jeunedame seret En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo, démissionnaire de l’UPC

    Nathael Ouédraogo a ses raisons et ses droits de démissionner. Mais il lui manque l’éthique et la sagesse. Ce qui est sûr, il ne pourra plus briller ailleurs mieux qu’il l’était à l’UPC. C’est un cynisme de vie politique qui fera de lui un virus ailleurs plutôt qu’une référence historique. Échec programmé.

    Répondre à ce message

    • Le 13 octobre à 16:22, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo, démissionnaire de l’UPC

      "Jeune dame secret", Dieu seul connait l’avenir...
      Ce monsieur peut effectivement échouer, mais il peut aussi réussir en politique ou autrement. Il a déjà brillé ailleurs que dans la politique et peut même se retirer du milieu politique s’il le décide. Ne lui souhaitons donc pas de malheur.

      Au contraire, c’est justement faire preuve d’éthique et de sagesse que de se retirer quand les conditions ne vous conviennent plus.

      Si vous forcer rester et vouloir imposer votre vision pendant que vous n’êtes ni le "président directeur général fondateur" du parti, ni en majorité, vous manquez de sagesse. Suicidaire...

      Si vous forcez rester et avaler toutes les couleuvres, humiliations et déceptions, vous manquez d’éthique ou de considération pour vous même, votre valeur et votre apport au parti. Inacceptable...

      Laissez donc M. Ouédraogo vivre sa vie, et l’histoire nous dira s’il y a échec ou succès, et dans quel(s) domaines ?

      Répondre à ce message

  • Le 17 octobre à 00:04, par SOKINGUIESS En réponse à : Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré », Nathanaël Ouédraogo, démissionnaire de l’UPC

    L’UPC de ZEPHIRIN était le vrai parti d’opposition à Blaise COMPAORE que j’admirais parce que premier et vrai parti qui a osé affronter LE MONSTRE et demander le CHANGEMENT. Tout le monde avait peur de blaise et personne n’osait lui dire la vérité. Parce que lui ne s’amusait pas du tout quand quelqu’un ne pensait pas comme lui. D’une manière ou d’une autre tu pouvais disparaître sans crier gare si bien que le griotisme avait gagné tous les esprits autour de lui. Vraiment j’admirais ZEPHIRIN et ses camarades pour ce courage. Malheureusement la politique est ce qu’elle est. C’est l’issue du scrutin de 2015 qui m’a décu. N’ayant pas eu le pouvoir il ne devait pas se ranger du coté du CDP qu’il a contribué à chasser mais s’allier avec celui qui s’était rangé dans son camp. De là je ne le comprenais plus. Si bien que moi n’aimant pas le MPP je me vois un peu obligé de croire en celui qui a gagné les élections. Avec les démissions des uns et des autres comme moi je l’ai fait en premier je crois que le DIRECTOIR DU PARTI doit voir vraiment le plus tot possible son fonctionnement, les armes qu’il faut pour remporter les élections prochaines.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Dori : Le Premier ministre échange avec les forces vives de la région du Sahel
Liberté provisoire de Jean Claude Bouda : "Cela nous intrigue...", Sagado Nacanabo, Secrétaire exécutif du REN-LAC
Burkina : Pascal Zaida et Marcel Tankoano alertent sur les risques d’une crise post-électorale
Justice : Jean Claude Bouda en liberté provisoire, 5 mois après son incarcération à la MACO
Réconciliation nationale : « Pourquoi avoir une haine au point de ne pas pardonner ? », Dr Justine Couldiati/Kielem
Roch Kaboré et la Réconciliation nationale : Le Mouvement pour le retour de Blaise Compaoré y voit un affront, un mépris…
UPC : Le Poé Naaba a démissionné
Assemblée nationale : La 7e Législature rend hommage à trois députés décédés
Burkina Faso : « Il faut une réconciliation au niveau de l’armée. Ce n’est pas l’armée qu’on a connue sous Blaise Compaoré », Me Hermann Yaméogo
« Roch Kaboré a réhabilité Thomas Sankara sur tous les plans, la réconciliation est en marche », Me Bénéwendé Sankara
Législatives 2020 : Le tribunal administratif invalide les listes nationales de certains partis suite à une plainte du Mouvement SENS
Politique : L’Alliance pour la défense de la patrie veut barrer la route aux troisièmes mandats
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés