LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Logements sociaux : Fin de calvaire pour Issiah Tabsoba

Publié le mardi 11 août 2020 à 23h50min

PARTAGER :                          
Logements sociaux : Fin de calvaire pour Issiah Tabsoba

Une si longue attente. Le cri de désespoir de Issiah Tabsoba, empêtré durant plusieurs mois dans un « bourbier » entre le centre de gestion des cités et la société immobilière Wend-Panga, a finalement été entendu. L’infortuné qui nous avait confié, en avril 2020, sa galère pour entrer en possession des clés de sa villa, a finalement eu gain de cause depuis le 17 juillet 2020.

Issiah Tabsoba en avait assez d’être balancé comme une balle de ping pong entre le CEGECI et la société immobilière Wend-Panga. Sa traversée du désert contée dans nos colonnes avait ému plus d’un. Après avoir soldé la somme de 6 500 000 F CFA pour l’acquisition d’une villa de type F2 type 1 social, dans la cité de Bassinko, Issiah Tabsoba était entré en possession de son attestation de réception des clés, le 23 septembre 2019.

Mais jusqu’au jour où il nous exprimait son amertume, en avril 2020, l’intéressé n’était toujours pas entré en possession de ses clés. Sept mois s’étaient écoulés. Issiah Tabsoba espérait que son cri de cœur dans le journal aurait suscité une réaction immédiate du CEGECI et/ou de la société Wend Panga. Mais que nenni.

« Le CEGECI ne m’a jamais contacté depuis la parution de l’article. J’ai dû relancer le directeur commercial plus de deux mois après la parution de l’article. Après avoir marqué son étonnement que je n’aie pas encore reçu les clés, il a promis me rappeler. Chose qu’il n’a pas fait », se rappelle Issiah Tabsoba.


Lire aussi : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga


Las d’attendre, il se rend au centre pour rencontrer le directeur commercial qui, séance tenante, a tenté vainement de joindre la société Wend Panga au téléphone. « Il m’a demandé de me rendre sur le terrain pour voir si les travaux étaient faits. Ce que j’ai fait quelques jours plus tard », indique M. Tabsoba

« J’ai finalement reçu les clés le 17 juillet après avoir pris attache avec un des représentants de la société Wend Panga présent sur le site. Je reste convaincu que votre publication a beaucoup contribué au dénouement de la situation », se convainc Issiah Tabsoba partagé, aujourd’hui entre le soulagement et la déception.

« Soulagement parce qu’enfin j’ai pu intégrer un logement pour lequel j’ai dû fournir moult efforts et consentir d’énormes sacrifices. Soulagement également parce que maintenant je peux respirer un peu financièrement. Déception pour le mépris dont ces deux structures ont fait montre face aux souffrances d’un citoyen lambda en quête d’un toit familial. Déception pour avoir subi tant de préjudices sans qu’aucune réparation ne soit faite, encore moins qu’un sentiment de regret ne soit manifesté ».

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 11 août 2020 à 23:50, par zaki En réponse à : Logements sociaux : Fin de calvaire pour Issiah Tabsoba

    seule la ccorruption explique les souffrances de Mr. Tapsoba pour acquerir sa villa deja payee ! ou allons-nous !?

  • Le 12 août 2020 à 02:23, par zaki En réponse à : Logements sociaux : Fin de calvaire pour Issiah Tabsoba

    Mr. Tapsoba, estez ces societes, intermediaires ou individus en justice. que cette belle villa vous revienne gratuitement a la fin ! ces coups-bas doivent s’arreter la, ici et maintenant !

    mon point de vue est que "pourquoi Mr. Tapsoba a-t-il tant souffert pour rentrer dans ses droits ?"

  • Le 12 août 2020 à 08:44, par arsène bamogo En réponse à : Logements sociaux : Fin de calvaire pour Issiah Tabsoba

    Ouf ! Ainsi est devenu le Faso ! On gruge, on maltraite, on abuse et l’on réabuse et il n’y a rien. M. Tapsoba, prenez attache avec un conseil. Peut-être qu’il y a quelque chose qui pourrait être fait dans cet abus. Courage et la vie continue !!!

  • Le 12 août 2020 à 09:09, par Oeil En réponse à : Logements sociaux : Fin de calvaire pour Issiah Tabsoba

    Bonne nouvelle pour lui.
    Mais est-ce que il y a une route pour accéder à ces maisons ?
    Jusqu’à présent toutes ces sociétés immobilières font la sourde oreille et ne font rien d’initiatives sociales pour sauver cette petite voie principale d’accès. Les habitants se débrouillent par moment avec les moyens de bord, mais hélas, ce sont encore leurs gros camions qui viennent gâter à nouveau cette voie.
    Aller jeter des logements dont la voie principale d’accès n’est pas praticable, c’est toujours dans ce Faso ?
    Ministère des Infrastructures, sauvez ces habitants de ces cités SVP.

  • Le 12 août 2020 à 09:24, par sidbénéré En réponse à : Logements sociaux : Fin de calvaire pour Issiah Tabsoba

    Félicitations à lefaso.net pour avoir publié les difficultés de Monsieur Tapsoba.Bravo à lui également pour sa combativité.Malgré qu’il a eu sa maison ,il peut toujours approcher un avocat pour demander réparation du préjudice subit .Seul la lutte paie dans le nouveau Burkina.Il faut aussi que l’Etat bitume l’entrée de la grande cité de Bassinko parceque c’est décevant de voir une cité qu’on dit futuriste sans accès.

  • Le 12 août 2020 à 09:37, par Desi camille En réponse à : Logements sociaux : Fin de calvaire pour Issiah Tabsoba

    Rires, je continue de rire. J’avais dit en son temps que ce dossier était du travail pour le procureur (JUSTICE) qui se plaisait à menacer les FDS à la suite des corrections infligées aux pourfendeurs du couvre-feu. Il me semble que l’auto-saisine n’existe pas dans notre système judiciaire. Sinon comment un citoyen peut subir un si atroce préjudice sans que la justice ne réagisse ? Ainsi, on sera étonné un jour que quelqu’un décide de se rendre justice lui-même.
    Ça rejoint les gros dossiers de détournement des milliers de parcelles et d’enrichissement illicites qui dorment dans les tiroirs de la justice depuis si longtemps. Que fait le PF pour rendre sa gouvernance et mon mandat meilleurs que ceux de Blaise ? Bien sûr on va me dire que les pouvoirs sont séparés. C’est juste une ineptie de croire à cela. Nos pays ne sont pas encore à ce stade de démocratie et de développement. Paul KAGAME nous l’a démontré avec brio. Malheureusement, au Faso, rien n’a changé.

    • Le 13 août 2020 à 08:31, par Minnayi En réponse à : Logements sociaux : Fin de calvaire pour Issiah Tabsoba

      M. Desi Camille ignore les notions élémentaires du droit mais pense être aussi donner de conseils ou recommandations et critique même le Procureur du Faso. Il faut juste savoir que le Procureur du Faso ne peut se saisir d’office qu’en matière pénale, et même là, c’est pour les crimes et certains délits. L’affaire de M. TABSOBA, telle que relatée, n’a rien de pénal à ma connaissance. Bonne journée.

  • Le 12 août 2020 à 23:28, par OUEDRAOGO N HENRI En réponse à : Logements sociaux : Fin de calvaire pour Issiah Tabsoba

    Comme vous êtes militaire le parcourt de combattant doit continuer car vous n’avez pas encore le titre d’occupation qui sécurise comme le permis urbain d’habiter ou le titre foncier et vous restez redevable des droits de mutation conformément aux textes en vigueur dont la structure ne vous en parle pas.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
BEPC session 2024 au Nayala : 412 admis au premier tour