Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut apprendre à rester serein au milieu de l’activité et à être vibrant de vie au repos.» Gandhi

Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 22 avril 2020 à 12h10min
Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

Issiah Tapsoba ne sait plus à quel saint se vouer. Avec le programme « 40 000 logements sociaux », il voyait l’espoir de disposer enfin d’un toit. Ce fonctionnaire s’est donc endetté, et a payé la totalité de la somme requise auprès du centre de gestion des cités (CEGECI). Mieux, depuis le 23 septembre 2019, il est entré en possession de son attestation de réception des clés. Mais sa villa n’est toujours pas livrée. Tout coince depuis sept mois. Le CEGECI et l’entreprise Wend Panga se rejettent la responsablité.

Des correspondances de détresse, il en a adressé au centre de gestion des cités (CEGECI) et à la société immobilière Wend Panga. De multiples appels téléphoniques. Mais rien n’y fit. Le temps passe, mais Issiah Tapsoba attend toujours vainement sa villa.

En effet, dans le cadre du programme des « 40 000 logements sociaux », il a été attributaire de la villa T24 sise à la cité de Bassinko, de type F2 type 1 social, bâtie sur la parcelle N°06 Lot 22 Section 2016 (CV) d’une superficie de 204 m2. Le 23 septembre 2019, il recoit une attestation de réception des clés de sa villa. C’est le précieux sésame quand le client a fini de respecter ses engagements en soldant. 6 500 000 F CFA, c’est ce que Issiah Tapsoba a dû verser.

« Comme vous le savez, la formule des logements sociaux n’est plus la location-vente sur le long terme. Généralement, on donne un délai de six mois. Il faut contracter un prêt avec la banque et dès que vous prenez le prêt, la banque commence à vous couper effectivement (…). Une fois que le client solde, nous lui remettons l’attestation définitive. En plus, nous faisons l’attestation de remise des clés en trois exemplaires. Nous gardons un, nous mettons le client en contact avec le partenaire privé à qui il remet le deuxième exemplaire et lui-même garde le troisième », explique Halidou Lougué, directeur commercial du CEGECI.

Halidou Lougué, directeur commercial de CEGECI

Mais depuis, c’est un véritable chemin de croix pour le client. Las d’attendre trois mois après l’acquittement des frais de cession, il adresse une correspondance à l’entreprise Wend Panga, suite à des démarches auprès de la CEGECI. « En considérant ainsi mon droit à jouir de la propriété après avoir tenu mes obligations et au régard des préjudices que le non-respect de vos engagements me cause, je voudrais vous inviter à une plus grande diligence afin que je puisse effectivement rentrer en possession des clés au plus tard le 15 janvier 2020 », lit-on dans la missive en date du 2 janvier 2020, envoyée au directeur général de la socité immobilière Wend Panga, avec ampliation au directeur général du CEGECI. Pas de réponse. Il décide de faire la même démarche, mais en inversant les rôles.

Le 14 février 2020, sa correspondance est adressée au directeur général de CEGECI, avec ampliation cette fois le directeur général de Wend Panga. « Après avoir contacté plusieurs fois vos deux structures sans qu’aucune reponse rassurante ne me soit fournie, et en considérant ainsi mon droit de jouir de la propriété et des préjudices que le non-respect de vos engagements me cause, je me tourne, en ultime recours et pour une dernière fois, vers vous en espérant trouver satisfaction à ma préoccupation », écrit-il.

Silence radio encore cette fois. Mais, pour la deuxième fois, en mars, il est reçu par les collabrateurs du directeur général du CEGECI, sans véritablement de solutions.
C’est finalement au téléphone qu’on lui confiera que « le logement n’est pas encore finalisé » et qu’il devrait « encore patienter ».

« Nous n’avons pas donné autorisation au CEGECI pour vendre nos logements MDNAC »

Issiah Tapsoba est à bout de souffle. « Cela fait sept mois que j’ai reçu l’attestation de remise des clés sans pouvoir accéder au logement pour lequel j’ai procédé au paiement intégral avec des structures immobilières qui ne remplissent pas leur part de contrat », constate amèrement le client déçu. Des préjudices, ils sont à la pelle. Du temps et de l’énergie perdus. Et surtout un manque à gagner sur le plan financier. « Cela fait également sept mois que je suis obligé de verser 130 000 F CFA à titre de loyer (75 000 pour le prêt contracté en vue d’acquérir le logement dit social + 30 000 pour le loyer qui abrite ma famille à Ouaga + 25 000 pour mon loyer en province où je suis en service) », résume-t-il.

Au Centre de gestion des cités, on dit comprendre le client. « Tapsoba Issiah c’est effectivement un client qui a fait l’effort de solder le logement », reconnaît Halidou Lougué, directeur commercial. La faute de tout ce retard, nous confie le directeur commercial, c’est l’entreprise immobilière Wend Panga.

« Le promoteur traîne les pieds. Nous l’avons interpellé plusieurs fois pour dire que nous ne sommes pas à l’aise avec les clients. Je crois qu’il a quelques difficultés financières à pouvoir honorer les sanitaires et les portes isoplanes qui manquent. Ils doivent être trois ou quatre clients dans l’attente de leurs clés. Cela ne devrait malheureusement pas impacter le client qui est dans son bon droit. Comme c’est nous qui sommes en partenariat avec le promoteur, c’est nous qui prenons attache avec lui pour suggérer de diligenter les travaux parce que le client a soldé et il est dans son bon droit de réclamer ses clés », ajoute Halidou Lougué.

A l’entreprise Wend Panga par contre, on s’en lave les mains. Hamadou Ouédraogo responsable du service juridique de la société immobilière ne tourne pas. « Nous n’avons pas donné autorisation au CEGECI pour vendre nos logements MDNAC. Il faut leur demander de vous produire un protocole de convention qui dit de vendre ces logements. Nous construisons nos logements et nous les vendons, et quand c’est fait, c’est nous qui remettons les clés. Si le CEGECI avait l’autorisation pour vendre nos logements, on se serait acquitté de nos obligations », nous a-t-il martelé.

Nous n’avons pas donné autorisation au CEGECI pour vendre nos logements... , clame-t-on du côté de l’entreprise Wend Panga

Il précise que la villa vendue à Issiah Tapsoba avait été construite dans le cadre d’un protocole entre le ministère de la défense nationale et des anciens combattants (MDNAC) et d’autres institutions comme la défunte banque de l’habitat, le ministère chargé de l’urbanisme...

En clair, le CEGECI n’est pas partie au protocole pour les villas MDNAC de Bassinko. Pourquoi vendre des logements pour lesquels nous n’avons pas de convention, se demande alors le responsable du service juridique de Wend Panga. Pour lui, le CEGECI est une société commerciale de promotion immobilière comme Wend Panga. Et au cas où il serait intéressé à vendre les villas d’une autre société, il devrait y avoir une convention au préalable.

Mais Wend Panga aurait-elle des difficultés financières, ce qui l’empêcherait d’honorer ses engagements avec les clients. La réponse est sans appel. « Nous n’avons pas de difficultés financières. La vente de la chose d’autrui est nulle », assène Hamadou Ouédraogo.

Un bourbier étranger au client

Du côté de CEGECI, l’on estime que les logements sociaux sont d’office vendus par son entremise. Et c’est la convention mère de construction de ces logements qui le dit. Elle est tripartite : Le ministère de l’urbanisme, la banque de l’habitat et l’entreprise Wend Panga. La sélection des bénéficiaires se fait par le ministère de l’habitat et les noms des bénéficiaires sont transmis à la banque de l’habitat pour la mise en place des crédits acquéreur.

La banque de l’habitat a changé de statut (devenue une banque privée). En plus, c’est maintenant le CEGECI qui s’occupe de la gestion des bénéficiaires sélectionnés pour les logements sociaux. Ce changement a nécessité des signatures complémentaires avec une dizaine de promoteurs immobiliers. Mais le hic, c’est qu’avec Wend Panga, effectivement rien n’est encore signé.

« Il y avait un problème parce qu’on ne maitrisait pas le nombre exact des logements non attribués. C’était des logements attribués à l’armée. On nous avait transmis une première liste de 102 logements, mais on s’est rendus compte que certains étaient attribués. On a demandé à Wend Panga de nous clarifier la situation exacte pour qu’on signe la convention sur cette base. Si on signe 102 logements alors que ce n’est pas le cas, c’est comme si nous leur devons l’argent de 102 logement alors qu’en réalité ce n’est pas vrai. Cette clarification ne s’est pas faite, donc actuellement, nous avons même leur argent qu’on ne peut encore payer, puisque le protocole n’est pas signé », explique pour sa part Halidou Lougué, le directeur commercial de CEGECI qui ajoute par ailleurs que c’est l’entreprise qui traine les pieds pour la signature de la convention supplémentaire.

Le précieux sésame qui devrait ouvrir les portes de sa villa...


Et Issiah Tapsoba dans tout ça ?

Le CEGECI dit être dans l’embarras. C’est lui qui, en tant que structure de commercialisation de logements, scelle les partenariats avec les sociétés immobilières privées. C’est donc lui qui endosse toutes les responsabilités et doit être l’interlocuteur avec le client. Foi du directeur commercial, une solution est envisagée.

« C’est nous qui encaissons l’argent des clients. Au lieu de remettre tout l’argent au promoteur, nous allons faire une évaluation de tout ce qui manque dans les logements et nous allons les poser, quitte à déduire cela dans son payement », prévoit-il. De commun accord avec Wend Panga, cette éventualité est envisagée pour mettre fin au calvaire de Issiah Tapsoba.

Mais quand ? « Je ne peux vous donner une date exacte. Nous prenons au sérieux cette situation (…) Dans les meilleurs délais », rassure Halidou Lougué, directeur commercial du CEGECI. La société Wend Panga soutient ne même pas connaitre le client. S’il y a un problème c’est auprès de CEGECI qu’elle l’invite à se plaindre. Issiah Tapsoba lui il attend toujours. Mais sa banque non. Elle continue de couper son salaire. Mais point de villa. Affaire à suivre…

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 avril à 23:06, par SouscripteurSatmo2010 En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba entre le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Courage Monsieur TAPSOBA, c’est vraiment triste la situation que vous vivez en ce moment. Sachez qu’il y’a des milliers de personnes au Burkina qui sont dans le même cas que vous, notamment ceux qui de bonne foi on souscrit aux parcelles de SATMO.
    Depuis 2010, il sont dans l’attente et subissent les conséquences d’une guerre politique qui leur a été imposée.
    En croyant à l’état ils ont souscrit sans s’imaginer un jour qu’en Afrique l’Etat c’est pas la continuité , mais en réalité la force de ceux qui ont le pouvoir.
    Le conseil que j’ai à vous donner, c’est de prier pourque nos dirigeants soient inspirés du pardon et du saint esprit.
    Courage !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 06:53, par Sorbonne En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba entre le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    C’est pas toujours simple avec certaines sociétés immobilières. Mais là où je suis surpris c’est lorsque M. LOUGUE dit que comme solution le CEGECI envisage de faire les finitions pour M. TAPSOBA quit à déduire cela après dans les finances entre lui et WEND PANGA et lorsque le journaliste lui demande QUAND il dit qu’il ne sait pas. De grâce les sanitaires d’une maison de type F2 pour une grande entreprise comme CEGECI ça coûte combien ? Ayez pitié pour le #pauvre # salarié qui souffre énormément ! Moi je propose à TAPSOBA de saisir la justice parce qu’il doit être dédommagé pour les préjudices subies.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 07:34, par Fernando LeChe En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba entre le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Bonjour décourageant et dégoûtant la mésaventure du sieur Tabsoba. La sous-traitance à outrance voilà ce à quoi on expose le destinataire final de la chose. L’Etat dans sa toute puissance doit assainir le milieu du bail au burkina.Quand à Mr Tapsoba prenez votre mal en patience il y’aura une issue favorable. Combien de burkinabè vive ce calvaire ??

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 08:07, par saam En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba entre le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    En tout cas débrouillez-vous pour lui remettre sa villa.
    Votre jeu de ping-pong avec wend-panga on s’en fout.
    Il a payé, point barre, assumez, il a besoin de sa villa pour alléger ses souffrances !
    Y’en a qui s’amusent trop avec la vie des gens quoi ! Vous n’imaginez pas comment certains triment avec leur maigres ressources pour garder la tête hors de l’eau. Et vous, en bon père de famille, sensé soulager vos compatriotes, vous les enfoncez seulement ! Frustration, déception, découragement, c’est notre quotidien chez nous au pays, pas ailleurs !! C’est quoi ça ???

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 08:10, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba entre le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    - Bonjour Issiah Tapsoba, je te propose d’aller voir un avocat et de réquérir ses compétence, puis à deux, vous vous faites accompagner par un huissier et un serrurier. Le serrurier casse la porte de votre villa et vous changez de serrure. Le huissier fait le constat et avec l’avocat ils font le PV d’occupation de votre villa par vous-mêmes. Et terminés les débats inutiles ! Il faut montrer aux sociétés bidonnes et fantôches de ce pays que nous connaissons nos droits et qu’elles arrêtent de se foutre des citoyens.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 08:14, par Gueswendbala En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba entre le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    La situation n’est vraiment pas facile. Il faut implorer la main de Dieu dans cette situation. Avec charges ci citees, il n’est pas evident de pouvoir de tenir pendant deja plus de 6 mois.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 08:17, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba entre le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    - Issiah, ce n’est pas tout ! On t’a remis tes clés avec une attestation depuis le 23.09.2019. OK, avec une copie de cette attestation et ton PV d’occupation certifié par l’avocat et l’huissier, tu déposes une plainte en justice devant le Procureur du Faso contre les deux sociétés à savoir le CEGECI et l’entreprise Wend Panga. Tu exiges une indemnisation pour le préjudice que tu as subit et tu exiges qu’elles te remboursent solidairement les frais de loyer que tu as payés depuis la remise de tes clés. Ces entreprises ont l’argent et il ne faut pas avoir pitié d’elles.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 08:56, par A KASMA En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba entre le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    QUE DIS L’ORGANISATEUR DE CE DESORDRE. IL DOIVENT SE PRONONCER ET SONNER LA FIN DE CETTE PAGAILLE. VRAIMENT QUOI.

    Répondre à ce message

    • Le 22 avril à 15:00, par Timbila En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba entre le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

      Cher À Kasma. L’organisateur ne peut se prononcer parce qu’ elle a refuser d’assainir le milieu et de protéger les citoyens qui qui se privent de bières et de poulets pour avoir un logement et sortir du calvaire. Je propose comme l’a dit LE KORO YAMYELE, il faut porter plainte et réclamer une réparation du préjudice subi. CELA CONDUIRA À COUP SUR A METTRE DE L’ORDRE DANS CE MILIEU OU TOUS LES FAUTYPES DU BURKINA SE SONT AVENTURÉS POUR ARNAQUER LA POPULATION AVEC MA COMPLICITÉ DE L’ÉTAT qui est censé nous protéger de ces rapaces. Je ne parle pas de ceux qui respectent leurs engagements. Merci

      Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 09:26, par Sougri noma En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Monsieur Tapsoba, je vous conseil de saisir la justice afin que droit vous soit rendu et aussi que les entreprises concernées vous rembourse vos frais de loyer et de déplacement pour la poursuite de votre dossier. Courage

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 09:41, par Made En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    La justice au Burkina etant à la tête du client, Tapsoba a de l’argent et il a où dormir, moi à sa place je sais ce que je vais faire.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 10:32, par Abdou En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Voyez vous comment on fait souffrir des honnêtes citoyens dans ce pays ? On dirait que j’avais été clairvoyant avec CEGECI.
    Moi on m’avait appelé il y’a 4ans pour venir souscrire (après être positionné en liste d’attente). Arrivé, après avoir écouté leurs conditions, j’ai automatiquement refusé en leur disant d’appeler autres personnes sur liste d’attente. C’etait suicidaire.
    Je comprends pourquoi beaucoup recourent aux non loti. Là tu es tranquilos sans problème avec quelqu’un !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 10:39, par Inousa BANDA En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Que j’ai pitié de Mr TAPSOBA. A la recherche de logement social , il risque de devenir un cas social et ce n’est pas du tout sérieux aussi bien pour l’entreprise que Le CEGECI. Vivement qu’une solution urgente sois trouvée afin de soulager les souffrances du sieur TAPSOBA qui ploie en ce moment sous le coût des loyers à payer et des crédits à rembourser à sa banque. Je ne doute pas qu’avec les responsables de CEGECI et le Directeur commercial en tette, une issue favorable à ce engrenage soit trouvée.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 10:42, par gongoni En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Tout ça, parce qu’au Burkina Faso ,l’autorité de l’Etat n’existe pratiquement plus, que l’Etat est très faible, au point que des individus ou des opérateurs dits économiques se foutent pas mal de la puissance publique . On fait souffrir atrocement un pauvre fonctionnaire qui se sacrifie pour offrir un minimum de logement décent et une vie digne à sa famille . Et voilà que par la faute de parfaits irresponsables ,il vit l’enfer sur terre . Et tout cela va se passer sans que personne de WEND-PANGA ou du CEGECI ne soit sanctionnée. Le problème est que, si Mr TAPSOBA saisit la voie judiciaire ,s’en est parti pour des méandres avec les multiples procédures judiciaires . Si Mr TAPSOBA saisit la justice ,il est à craindre que les autres parties disent " puisque le dossier est en justice, il faudra attendre la décision finale de la justice " . Comme nous l’enseigne la sagesse dans certaines circonstances " un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès ".
    Je propose donc à Mr TAPSOBA de saisir le Ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme soit par correspondance remise par voie d’huissier ,soit en lui demandant une audience pour lui exposer directement son problème . Je pense que par là, il y aura une solution rapide au problème, quitte à ce qu’on lui propose un logement de même type et même valeur ,ou même un logement de type F3 pour compenser le préjudice subi sur un autre site de logements sociaux .
    Du courage à vous Mr TAPSOBA

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 11:03, par TANGA En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    C’est simple, quelqu’un doit payer les dommages et plus des intérêts. Pourquoi le sieur ne va t il pas en justice ? Si la justice ne fonctionne pas, alors il faut multiplier les dénonciations, faire des affiches qu’il mettra partout. Ces promoteurs comprendrons leur mal quand ils ne verrons plus personne.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 11:09, par fifi En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Des larmes aux yeux seulement. Moi je suis à la cité wend panga de Bassinko. Quel calvaire nus n’ avons pas vécu, quand nous avions nos clé en 2015. Des maisons sans clôtures, sans carreaux , sans plafond. Et le comble, le technicien de wend panga, en son temps nous a prévenu, celui qui a les moyens n’ a qu’a reprendre l électrification de sa maison avant d y rentrer. Car dit-il les fils et matériels utilisés par wend panga peuvent prendre feu à tout moment.
    Donc depuis lors, les locataires, chacun grouille en fonction de ses moyens pour mettre plafond, pour mettre carreaux et surtout pour reprendre tout le circuit électrique. En reprenant le circuit électrique, chez moi dès que le l’électricien tape un peu seulement net, on dirait que la maison va s’effondrer. . cela donne une idée de mauvaise qualité du travail

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 11:16, par BACH En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Hééé !!!! Pauvre de nous citoyens qui croyons aveuglement à nos autorités un internaute là déjà si bien dit : "En croyant à l’état ils ont souscrit sans s’imaginer un jour qu’en Afrique l’Etat c’est pas la continuité, mais en réalité la force de ceux qui ont le pouvoir." Hé las. Je pense KORO YEMYELE a parfaitement raison, mais ce que j’ai a ajouté, que tous ceux qui sont dans cette situation se réunissent pour faire un front commun afin d’envoyer ces genres de sociétés en justice. ils doivent payer pour tous les préjudices causées. c’est l’occasion pour le citoyen burkinabè de se faire entendre et de dire merde au sociétés immobilières qui ne sont pas du tout sérieuse dans leur agissement. Courage M. TAPSOBA la fin de la recréation c’est pour bientôt

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 11:42, par figo En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Pauvre M. TAPSOBA qui est pour le moment la victime visible. Comme le conseille le Koro, c’est préférable qu’il contacte un bon avocat afin que les responsables de ses difficultés ne puissent pas jouir impunément de leurs turpitudes. Je profite relever qu’il y a de gros problèmes qui nous attendent et c’est ce qui arrive quand on confie la terre à des ... Demandez-vous comment les ressortissants de ces zones vont vivre dans quelques années quand ils n’auront plus de terre pour cultiver. En attendant, les promoteurs s’enrichissent avec la complicité de l’Administration.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 11:52, par s En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Si je comprend bien, Monsieur Tapsoba a attesté avoir reçu les clés sans avoir reçu les clés.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 12:23, par RAK En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Cette histoire de souscription aux logements sociaux ne ma jamais intéressè. les gens créent leurs boites pour se faire de l’argent sur le dos des pauvres travailleurs. Tu prends ton prêt tu paies ta parcelle et tu commences à construire.

    Répondre à ce message

    • Le 29 avril à 12:54, par jan jan En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

      @RAK, faut dire que c’est devenu comme ça, sinon, à l’origine s’était pour permettre aux salaires moyens d’acquérir un logement décent. C’est sous l’air de Alizeta Gando que c’est devenu compliqué et sa continue en plus mal jusqu’à aujourd’hui. Sinon de nombreux travailleurs burkinabè ont pu avoir des logements décents grâce à la SOCOGIB, le CEGECI et le Fond de l’Habitat. Moi j’ai bénéficié du dernier lot de maisons que la SOCOGIB en tant que service purement étatique a construit avant qu’elle ne soit cédée à Alizet Gando, je remercie le Seigneur pour ça et j’ai eu 15 ans pour solder mon débit.

      Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 12:44, par Omar Dao En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    M. TAPSOBA doit aller en Justice, le juge peut prendre un référé pour demander qu’on lui remette sa villa le plus rapidement possible. S’il n’a pas les moyens d’aller en Justice, qu’il saisisse le Médiateur du Faso qui peut plaider plus efficacement sa cause.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 12:55, par Natah En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Ils disent que 4 clients sont dans ce cas ?
    On dépasse 4 clients.
    Je n’ai toujours pas compris si mr Tapsoba et moi avons affaire à cegeci ou à wendpanga. On a payé cegeci, que cegeci trouve une solution.
    C’est beau de mettre la pression sur les clients pour solder leur engagement.... On va voir si c’est beau que le client leur mette la pression pour honorer leur engagement.... On devrait créer un groupe, prendre un avocat et espérer que dame justice nous fasse justice..

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 12:58, par Amadoum En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Comment et pourquo’s investir dans un tel pays ? Rien est. pris au serieux !

    Répondre à ce message

    • Le 22 avril à 18:53, par Mamadou Coulibali En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

      Merci, Amadoum. Je reside hors du pays et je voulais aussi avoir ma petite maison au pays car le bayiri est toujours mieux. Je m’ appretais a chercher un logement a travers les multiples societies qui pullulent ocmme des ephemeres. Comment on va faire maintenant ? Quand tu confies ta parcelle pour qu’ un frere ou ami surveille, c’ est souvent l’ arnaque. On veut aussi passer passer par des societies immobilieres, c’ est un gros probleme. Finalement, le burkina n’ est pas un bon coin pour investir. Faire ds affaires, c’ est comme si c’ etait tout faire pour doubler et voler l’ autre.

      Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 12:58, par Témoins En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Tiens tiens. Je me rappelle de cette cérémonie macabre de remise des clefs. Étaient présents le ministre de l’habitat, le ministre des infrastructures, le ministre de l’énergie. On y a fait venir les femmes avec des TER short estampillés MPP. Quand j’ai vu ça j’ai compris que ce pays va en vadrouille. La cité de Bassinko ressemble à un cimetière ou chaque autorité vient faire son djandjoba sur des cadavres bénéficiant du soutien d’association en manque de visibilité et animées par des individus affamés qui organisent chaque année des soi disant journée en invitant des membres du gouvernement. Ces individus sont de ceux là qui encouragent la mal gouvernance et laisse Bassinko dans situation de zone de non aménagée.
    Mon frère Tapsoba. C’est le ministère de l’habitat. Regarde ce qui se passe là bas. Un SG qui organise un maracana et qui fait une pub sans précédente comme si lui il est le premier à en organiser.
    Regarde le ministre lui même. Depuis son arrivée, qu’est ce qu’il a résolu comme problème ? Moi même j’avais sa carte de visite. Je l’ai jetée. Je ne serai pas complice de cette démarche assassine. Malheureusement, tu verras des jeunes à Bassinko qui ont vendu leur âme à ce monsieur. Même pour péter, il lui demande son autorisation. C’est la vie. Mais ils oublient que la justice divine existe.
    Bon courage. Saisis les tribunaux. Je sais de quoi je parle. Les mêmes vendus viendront faire des commentaires insensés ici et iront boire leur thé dans les logements cegeci de Bassinko. Hélas ! Dieu veille il n’a pas encore dit son dernier mot.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 13:08, par Rango En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    moi je donne un titre à cet écrit :
    Bonané le peuple ne veut plus de toi,
    Rock, on ne veut plus de Bonané
    cher #MUH, on en a marre de ta politique.

    depuis que Bonané est là, qu’est-ce qu"il a fait de bien ? regardez partout, regardez-vous. mais il pense qu’après la politique il va aller s’asseoir tranquillos à Toma.
    wait and see.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 13:10, par connaisseur En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    est-ce que tu connais Bonané ? regarde son ministère ! regarde Bassinko ! une cité qui devait etre la vitrine du gouvernement mais regarde aujourd’hui.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 13:14, par anti-covid19 En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Habitant de Bassinko, reveillez-vous !
    je me souviens de ce jour de remise des clés. j’avais été invité. arrivé, j’ai vu les vieilles femmes avec les habits MPP. j’ai fait demi tour. ma foi en Dieu ne me permet pas de venir soutenir une telle forfaiture. par contre, j’ai des voisins qui se réclament amis de Bonané. il vient leur faire des foutaises et après il disparaît.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 13:18, par BACH En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Hééé !!!! Pauvre de nous citoyens qui croyons aveuglement à nos autorités un internaute là déjà si bien dit : "En croyant à l’état ils ont souscrit sans s’imaginer un jour qu’en Afrique l’Etat c’est pas la continuité, mais en réalité la force de ceux qui ont le pouvoir." Hé las. Je pense KORO YEMYELE a parfaitement raison, mais ce que j’ai a ajouté, que tous ceux qui sont dans cette situation se réunissent pour faire un front commun afin d’envoyer ces genres de sociétés en justice. ils doivent payer pour tous les préjudices causées. c’est l’occasion pour le citoyen burkinabè de se faire entendre et de dire merde au sociétés immobilières qui ne sont pas du tout sérieuse dans leur agissement. Courage M. TAPSOBA la fin de la recréation c’est pour bientôt

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 15:26, par Jusiticer forcé En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Si je dis que M. TAPSOBA a eu plus de chance parce qu’il est en possession des clés de sa villa F2 certains vont croire que je me moque de lui ! Et poutant ! Imaginez que moi j’ai souscrit auprès du CEGECI pour une villa F4 économique de 16 000 000 F CFA dans le cadre du projet de "40 000 logements". Entretemps, je devais payer 30% dudit montant, soit 4 800 000 F CFA avant le tirage au sort qui a eu lieu en juin ou août 2018. Après cela, une attestation provisoire m’a été délivrée et surprise ! Je devais au même titre que mes cosouscripteurs payer le reste des 70% en 06 mois. Je vous assure en 06 mois alors que cette condition n’était pas spécifiée dans les conditions de souscription. Chacun de nous s’attendait à un délai minimum de 03 ans et maximum de 05 ans. Mais comme M. TAPSOBA, et dans l’espoir d’avoir un toit, chacun a dû multiplier les crédits à la banque pour pouvoir solder. Le CEGECI a eu le culot de donner un dernier délai qui s’est expiré le 21 novembre 2019. Moi particulièrement j’ai pu solder avant cette date mais je vous assure que la villa n’est même pas tôlée jusqu’aujourd’hui. En tout cas dans le lot où se trouve la mienne, aucune n’est couverte d’un toit a fortiori n’en parlons pas des travaux de finition commencés ! Les démarches auprès de CEGECI ont été multiples et ce qui est énervant la situation est gérée à ce niveau avec une certaine légèreté déconcertante. La société immobilière qui a construit serait GELPAZ qui a ramassé ses matériels sur le site depuis environ 02 ans. Voilà comment une grande société d’Etat (CEGECI) se comporte. Les autres et moi nous avons fini de solder. Nous avons nos attestations définitives mais point de villas achevées. Chacun continue de payer des loyers mensuels de l’ordre de 100 000 à 120 000 F CFA et cela n’émeut personne au CEGECI. GELPAZ qui a eu le marché ou quoi encore s’est évaporée dans la nature laissant les souscripteurs à eux-mêmes.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 15:55, par le chocco En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Cette situation n’est même pas difficile à trancher. le fautif et celui qui est en tords c’est CEGECI. Mr tapsoba doit être dédommage en sonnants et trébuchants et vite. Mr Tapsoba n’est pas sensé être en connaissance de la société wend panga. Il est en contrat avec la CEGECI et il revient à cette dernière de s’exécuter illico presto ou de trouver les voies et moyens de répondre aux préoccupations de son client pour avoir manqué à ses obligations contractuelles. ce n’est pas wend panga qui a pris son argent mais CEGECI. Le préjudice lié au retard de livraison des ouvrages qui supporte ? CEGECI doit lui attribuer une maison prête dans les parages en attendant de le satisfaire ou alors prendre en charge son loyer en attendant de le satisfaire. Lier cette affaire a wend panga c’est déplacer le problème ou en tous cas l’escamoter.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 17:01, par Un Burkinabê En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Je propose que Mr Tapsoba aille au village et tue son poulet en disant au Bon Dieu de "corriger" le fautif entre eux 3 (il nomme son nom, nomme les noms des 1er responsables de la Cegeci et Wend Panga). En une semaine le verdict sera rendu. A défaut il va voir les koglowéogo et en 24h il aura les clés de sa villa car c’est tout simplement du "vol" ou "arnaque" dans son cas.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 17:20, par SORY issiaka En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Courage a monsieur TAPSOBA mais je pense que si le dossier arrive dans les tribunaux il aura une réponse claire pour tous.

    Répondre à ce message

    • Le 23 avril à 01:04, par Desire Camille En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

      Les tribunaux oui. Mais ca va prendre combien de temps ? Tapsoba a fini de payer, il doit avoir sa villa tout de suite et maintenant. On est ou la ? Avec ca si le bidas fait usage de son arme, on trouve qu’il exagere. Mr LOUGUE (CEGECI) est autant fautif que WEND PENGA. D’ailleurs le nom de l’entreprise veut tout dire. Prends un avocat, demande des dommages pour le prejudice subi. Nous allons te soutenir par les reseaux sociaux. Tchurrrr

      Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 17:31, par henrioued@yahoo.fr En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Au burkina dès qu’on parle de terrain le burkinabè s’engage sans chercher à connaître les textes législatifs , règlementaires. Pour les 40 000 logements plus de 200 000 inscrits d’où 180 000 ont payé pour rien. .Mr tapsoba parle de convention sans avoir une copie. Comment engagez -vous sans contrat opposable au promoteur ? Vous n’êtes pas au bout de vos peines. L’attestation de remise des clés ne vous fait pas propriétaire de la parcelle (permis urbain d’habiter ou titre foncier). Vous restez redevable des droits de mutation conformément aux textes en vigueur qui peut vous coûter un an de loyer.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 19:18, par PlusJamaisCa En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Après tout ce qu’on a suivi sur les differents dossier SATMO, SOCOGIB je n’encourage personne à risquer auprès d’un promoteur immobilier. Si les choses ne changent pas , il ne serait pas étonnant qu’on dise un jour que les acquéreurs de Abdoul service ont également été victime d’une anarque.
    Il suffit simplement qu’une majorite prenne un texte à l’assemblée un jour pour ordonner le retrait des parcelles d’une période à l’autre. Et cette manière de gouverner ne rassure pas le citoyen

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 20:46, par Joel En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    je pensais avoir été le seul à être dupé par cette société cegeci. En 2014, j’ai signé un contrat d’achat d’une villa de type shella à 23 millions payable en une année. Somme que j’ai entièrement payé à la société avant l’échéance de la date. Ma villa me devrait être rendue en 2015 selon le contract de vente. Je n’ai reçu les clees qu’en 2019 et de surcroît, une maison a l état de délabrement totale.

    Répondre à ce message

    • Le 23 avril à 09:24, par cube En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

      Vous voyez mes chers compatriotes, voilà pourquoi il faut se garder d’envier ses personnes qui tournent en ville avec des de grosses voitures soit disant entrepreneurs ou promoteurs immobiliers, etc. très peu sont corrects ; ce sont des arnaqueurs, des truands, des voleurs tout simplement. Ils prennent ton argent que tu as acquis au prix de mille et un efforts pour te livrer une maison en carton. Et puis tout le monde est pourri sur toute la chaine. En définitive les logements dits sociaux coutent plus chers que l’acquisition ordinaire qui consiste à payer son terrain et bâtir sa maison.
      Moi personnellement je ne vais jamais souscrire pour un logement, à la limite souscrire pour un terrain et bâtir ma maison que je vais suivre moi-même.

      Répondre à ce message

  • Le 23 avril à 01:08, par Desire Camille En réponse à : Logements sociaux : Issiah Tapsoba dans le bourbier de CEGECI et de l’entreprise Wend Panga

    Y a t-il un PROCUREUR dans ce pays ??? Voila travail clair et concret.
    Belle occaz pour relever la tete de la Justice heuu, je veux dire de l’INJUSTICE

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Le président Roch Kaboré a perdu son père
Agriculture : Des réformes opérées pour booster les affaires dans le domaine agricole
Ecole nationale des douanes : Une promotion toute fraiche de 90 membres, prête à servir
Personnes vivant avec un handicap : Le cadre de réflexion a débouché sur des recommandations pour une meilleure inclusion de cette cible
Lotissement des collectivités territoriales : 42 communes rurales reçoivent leurs attestations
Lutte contre les cancers gynéco-mammaires : L’hôpital Saint-Camille de Ouagadougou outille son personnel
Boucle du Mouhoun : Toma se mobilise pour une culture de la sécurité routière
Société pour le Développement du Sud-Ouest (SODESO) : La deuxième AG ordinaire et extraordinaire se tiendra le 07 novembre 2020
Semaine scolaire de l’éducation à la citoyenneté : Une série d’activités pour promouvoir le civisme chez les élèves du Sahel
Région du Sahel : Une Journée des communautés pour promouvoir l’inter culturalité et lutter contre la stigmatisation
Ouagadougou : Une image attribuée à la Vierge Marie attire des foules
Santé sexuelle et reproductive : Le 3005, un allié pour avoir des informations en tout lieu
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés