Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si un buffle rouge t’a attaqué, quand tu verras une termitière rouge, tu prendras la fuite. » Citation africaine

Présidentielle de 2020 : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la Génération Zeph 2020

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • jeudi 23 juillet 2020 à 22h30min
Présidentielle de 2020 : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la Génération Zeph 2020

Ce jeudi 23 juillet 2020 à Ouagadougou, la « Génération Zeph 2020 » était face à la presse pour affirmer son soutien à la candidature de Zéphirin Diabré à l’élection présidentielle de novembre prochain. Pour les conférenciers du jour, le recours du peuple actuellement, c’est Zéphirin Diabré. L’homme a montré à plusieurs reprises aux yeux des Burkinabè, sa fidélité au peuple et à ses idéaux. Les électeurs ont donc été invités à « tester l’option Zeph, le 22 novembre 2020 ».

Soutenir « l’homme de la situation » au Burkina Faso pour aller au pardon, à la réconciliation et à la paix, afin de former à nouveau une nation unie. Telle est l’ambition affichée par la « Génération Zeph 2020 » à cette sortie médiatique. Selon ces militants, le choix de soutenir le candidat Zéphirin Diabré à cette élection se justifie par le fait qu’il est « l’homme de la situation, capable de relever le Burkina Faso ».

Des membres du mouvement génération Zeph 2020

Tour à tour, les membres de la « Génération Zep 2020 » ont étalé les qualités de leur champion. « Zéphirin Diabré n’a pas d’ennemis et son passé est propre. Mieux, il sait manager les hommes, de par sa nature et les hautes fonctions qu’il a occupées au Burkina Faso et à l’international », clament les conférenciers.

Des journalistes

En effet, pour la Génération Zeph 2020, pour aller au pardon, à la réconciliation nationale et à la paix, il faut un homme capable de réunir tous les Burkinabè. Et le seul candidat qui réunit toutes ces qualités est l’actuel chef de file de l’opposition burkinabè. La coalition estime qu’en seulement cinq ans, l’Etat burkinabè a perdu le contrôle de la moitié de son territoire. Et si les Burkinabè commettent l’erreur d’accorder encore cinq ans au pouvoir actuel, tout le pays basculera dans les mains des ennemis.

Au regard de la situation du pays, « les Burkinabè doivent tester l’option Zeph, le 22 novembre 2020 », a invité le coordinateur du mouvement Génération Zeph 2020, Abdoul Goudousse Ouédraogo.

Le coordinateur du mouvement génération Zeph 2020, Abdoul Goudousse Ouédraogo

Ce face-à-face avec les journalistes fut aussi l’occasion pour les partisans de Zéphirin Diabré, de dresser un bilan chaotique de la gouvernance du régime actuel. « La gestion du MPP a causé plus de 4 000 morts, 4 000 écoles fermées, un million de déplacées internes, des infrastructures bâclées et une chute libre de l’économie », brandissent les conférenciers. En plus de ce bilan, la « Génération Zeph 2020 » a l’impression que le MPP traine une certaine malédiction, car depuis son arrivée au pouvoir, les scandales se succèdent. D’où le recours à l’option Zeph, « une option de compétence, de leadership… ».

Des responsables de partis accompagnant la génération Zeph 2020

Pour traduire ce soutien sans faille à leur champion, lors de la rencontre avec la presse, les membres de la coalition ont remis un trophée au représentant de Zéphirin Diabré, à transmettre à leur candidat. Profitant de cette aubaine, la Génération Zeph 2020 a invité les Burkinabè à participer massivement au congrès d’investiture de son champion, le samedi 25 juillet 2020 au Palais des sports de Ouaga 2000.

La Génération Zeph 2020 regroupe sept partis politiques et 90 associations.

O.I.
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 juillet à 14:40, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina Faso : La génération Zeph en ordre de bataille pour soutenir Zéphirin Diabré

    - Génération Zeph 2020, face à la presse ne soyez pas timides !! Soyez dynamiques mais pas extravagants non plus.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet à 15:39, par Ka En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina Faso : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la génération Zeph 2020

    Que c’est beau et touchant mes enfants ! Ce que j’aimerai en vous c’est de soutenir les actions concrètes de l’UPC, les bonnes actions qui puissent éradiquer le terrorisme, et arriver a émerger le pays pour le bonheur du peuple, et non soutenir un individu comme nous l’avons vu avec Salia Sanou et la fille de son mentor sans aucun programme qui va pour le pays ni de son peuple.

    Quelles sont les armes de votre mentor pour combattre nos propres frères déguisés en terroristes pour déstabiliser le pays pour un Islam radical, une arme qui est plus que ce que font les tenants du pouvoir actuel ? Commencez par convaincre le peuple Burkinabé par ça, avant de crier que vous pouviez faire mieux. Si des enfants du MPP sortaient avec les mêmes arguments je leur dirai la même chose. Quant au CDP c’est leurs habitudes, avec par exemple les ABC et autres.

    Je suis pour le changement, mais avec des personnes qui mettent sur la table des propositions et des solutions de ce que ce régime n’a pas osé. Soutenir un parti politique comme l’UPC, c’est de soutenir ses actions concrètes qui vont pour l’émergence du pays, et non soutenir un individu. Sans vous cacher je soutiens une seule action du MPP qui est de liquider tous les dossiers des crimes impunis qui divisent le peuple, et non son représentant qui est Roch Kaboré. Car cette action est faite avec une équipe autour du représentant, et je désire que cette action se termine avec la même équipe, car l’UPC, ni le CDP, ne le feront pas par principe. La preuve est que vous crier au pardon, a la réconciliation, sans parler de la justice, comme une certaine personne avec les larmes de crocodile a l’stade du 4 Août demandant pardon sans la justice que le peuple a dit non.

    Si le Burkina est embourbé dans son développement, c’est a cause des personnes comme vous qui mettent la lourde tâche sur un seule individu, et simplement le regardé faire. Malgré tout, mes enfants, bonne chance et sans rancune : Car, souvent la vérité de Ka perce les cœurs, mais ne tue pas.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet à 15:45, par Adakalan En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina Faso : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la génération Zeph 2020

    Essayons zeph. Mieux vaut quelqu’un qui va tâtonner 5ans que celui qui le fera pendant 10 ans. A vous de choisir

    Répondre à ce message

    • Le 24 juillet à 13:42, par Camarade Fousséni En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina Faso : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la génération Zeph 2020

      BIOGRAPHIE DE ZEPHIRIN DIABRE (actualisée)

      Zéphirin Diabré est né le 26 août 1959 à Ouagadougou. Il est originaire du village de Foungou, dans le département de Gomboussougou, province du Zoundwéogo.
      Ancien élève de l’École supérieure de commerce de Bordeaux (BEM, Promotion Claude Cheysson, 1982) et de la Faculté d’économie et de gestion de Bordeaux, il obtient un doctorat en sciences de gestion en 1987.
      L’engagement politique de Zéphirin Diabré a débuté sur les bancs de l’université de Bordeaux. Il est le principal animateur du Mouvement anti-apartheid, qui se signale par une campagne vigoureuse pour le boycott des produits sud-africains, et pour la libération de Nelson Mandela.
      De retour au pays en 1987, Zéphirin Diabré commence sa carrière comme Professeur Assistant de Gestion à l’Université de Ouagadougou. Il intègre ensuite le secteur privé comme Directeur Adjoint des Brasseries du Burkina, de 1989 à 1992.
      En 1992, il est élu Député. Dans la foulée, il occupe successivement les fonctions de Ministre du Commerce, de l’Industrie et des Mines (1992-1994), Ministre de l’Economie et des Finances (1994-1996) et Président du Conseil Economique et Social (1996-1997).
      En 1997, Diabré est réélu député, mais, en raison de divergences avec le parti au pouvoir auquel il appartenait, il démissionne de ses fonctions de Président du Conseil Economique et quitte le Burkina Faso pour mener une carrière internationale. Il rejoint la prestigieuse université américaine de Harvard comme chercheur dans l’équipe du célèbre économiste Jeffrey Sachs, au sein du Harvard Institute for International Development (HIID°.
      En Janvier 1999, Kofi Annan, alors Secrétaire général des Nations unies, le nomme directeur général adjoint du Programme des Nations unies pour le développement(PNUD).
      En février 2006, Zéphirin Diabré quitte les Nations Unies et rejoint le groupe AREVA, pour y occuper les fonctions de Chairman, Afrique et Moyen-Orient et Conseiller pour les affaires internationales auprès de la présidente, Anne Lauvergeon. Il préside aussi un groupe de réflexion sur les matières premières au sein du Medef. Zéphirin DIABRE a quitté le groupe AREVA au mois d’octobre 2011 pour s’installer comme consultant international dans le domaine du financement minier.
      Zéphirin Diabré a organisé un forum sur l’alternance au Burkina Faso à Ouagadougou du 1er au 3 mai 2009. Puis, le 1er mars 2010, il a créé avec d’autres camarades l’Union pour le progrès et le changement(UPC), un parti politique d’opposition qui milite pour l’alternance démocratique et le vrai changement au Burkina Faso. Aux élections couplées législatives et municipales de Décembre 2012, son parti, qui n’avait pas encore deux ans, a créé la surprise en arrachant la deuxième place dans l’arène politique du Burkina, avec 19 députés, 19 maires et plus de 1600 conseillers municipaux.
      Grâce à ces résultats, Zéphirin DIABRE a pris les rênes de l’opposition politique burkinabè. Le premier chantier auquel il s’est consacré fut la crédibilisation et l’unification de cette opposition divisée qui n’avait pas la confiance de l’opinion publique.
      Le nouveau chef de file de l’opposition s’est attaqué au projet de sénat du Président Blaise Compaoré, qui visait, selon les opposants, à modifier les clauses limitatives du nombre des mandats présidentiels. Le 21 mai, le 29 juin et le 28 juillet 2013, l’opposition sous sa direction a organisé des marches et des meetings d’envergure dans plusieurs villes du pays.
      Le 02 Novembre 2013, à la rentrée politique de l’opposition, Zéphirin DIABRE a solennellement appelé les pontes du régime Compaoré à démissionner du CDP (au pouvoir à l’époque) et à rejoindre « la lutte du peuple ». Ce fut chose faite en janvier 2014, avec la scission du parti majoritaire et la création du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP).
      Renforcées par ce soutien, le 18 janvier 2014, l’opposition et des organisations de la société civile ont organisé une autre marche-meeting, cette fois-ci contre le sénat et la modification de l’article 37 (limitant à deux le nombre de mandats présidentiels).
      Quelques temps après, Compaoré a abandonné l’idée de l’instauration d’un sénat, mais l’opposition le soupçonnait toujours de vouloir modifier la constitution par les voies parlementaire ou référendaire. C’est ainsi que courant 2014, le Chef de file de l’opposition a appelé à des marches et des meetings à Ouagadougou, et dans plusieurs autres villes telles que Bobo-Dioulasso, Koudougou, Ouahigouya et Dori.
      Le 28 octobre 2014, soit deux jours avant le vote du projet de loi portant révision de l’article querellé, l’opposition a invité l’ensemble des Burkinabè à une journée de protestation partout au Burkina, sous forme d’ultime avertissement. En cette journée historique où un million de citoyens ont envahi les rues de la capitale burkinabè, Zéphirin Diabré a lancé un mot d’ordre de désobéissance civile qui sera immédiatement et très largement suivi. Haranguant les militants de l’Opposition à la place de la Nation, Zéphirin Diabré a prononcé cette phrase qui a frappé tous les esprits : « Maintenant, ça passe ou ça casse ! »
      Le 30 octobre 2015, les Burkinabè ont organisé des manifestations géantes dans toutes les localités du pays à l’appel de l’opposition et de plusieurs organisations de la société civile, pour protester contre la modification de l’article 37 qui devrait s’opérer à l’hémicycle. L’insurrection a entrainé l’incendie de lieux symboliques tels que l’assemblée nationale, et des morts d’hommes. Face aux pertes en vies humaines et à la montée fulgurante de la tension sociale, Zéphirin Diabré a appelé publiquement à la démission pure et simple du Président Blaise Compaoré.
      Après la fuite de Compaoré et la prise du pouvoir par les militaires, Diabré a participé à l’élaboration d’une charte de la transition (qu’il a signée au nom de l’ex-opposition) et à la mise en place des institutions de la transition.
      Le 28 juin 2015, Zéphirin Diabré a été investi candidat à l’élection présidentielle du 11 octobre 2015, par son parti politique d’obédience sociale-libérale.

      Répondre à ce message

      • Le 24 juillet à 17:41, par Indjaba En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina Faso : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la génération Zeph 2020

        J’ai lu le C V mais je n’ai vu nul part qu’il a une expérience dans la gestion d’un pouvoir. A un certain niveau il n’y a rien de plus facile que d’ obtenir des diplômes en Occident. Directeur du PNUD, directeur d’Areva, enseignants à Harvard sont des postes où tu viens trouver des procédures, une seule dynamique, peu d’interférences, un calme des acteurs etc. C’est bien différent du poste de président où tu as tous les courants souvent opposés. Interférences de l’international, intrigue de l’opposition à l’interne, intérêts des différents groupes intérieurs et extérieurs etc. Commerçant, syndicat, étudiants, religieux, ONG, agriculteurs, activistes, armée, police, ONU, CEDEAO, etc etc. Tu dois gérer tout cela en même temps. Dans le CV de Zeph, il n’a pas encore fait ça.

        Répondre à ce message

  • Le 23 juillet à 19:17, par Vérité En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina Faso : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la génération Zeph 2020

    Hé les politiciens. Hier ( les deux a savoir Rock et Zephirin) avaient promis que l’un soutiendra l’autre en cas de deuxième tour. Après le coups KO, zeph a préféré un mariage avec le parti politique CDP qu’il combatté. Une chose est sur. La population n’est pas idiote

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet à 19:59, par Papou En réponse à : Présidentielle 2020 au Burkina Faso : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la génération Zeph 2020

    Generation zeph 2020. Hmmmm !!! Quelle sérénité sur vos visages !!!! Ça se voit déjà que vous même vous n’y croyez pas. Rassurez vous, nous non plus.
    Au suivant de ces messieurs...

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet à 21:50, par jeunedame seret En réponse à : Présidentielle de 2020 : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la Génération Zeph 2020

    Ce qui est sûr, il faut changer de natte de nuit. Et ZEPH est quand même une belle différence. Et nous devons arrêter notre entêtement pour prendre le courage de changer de plat. Que l’UPC se démontre davantage dans son programme sur les dossiers clés de justice, sécurité et santé. Avec sérieux, rigueur, et ardeur. Et nous embarquons avec lui.

    Répondre à ce message

    • Le 23 juillet à 23:05, par Ka En réponse à : Présidentielle de 2020 : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la Génération Zeph 2020

      Oui Jeunedame seret , ’’’C’est l’ignorance, et non la connaissance, qui dresse les hommes les uns contre les autres :’’’’ Si l’UPC se démarque de ce ceux qui ne veulent pas que les assassins ne payent pas leurs actes, et promet au peuple Burkinabé que les supposés accusés qui se la coulent à Paris ou au bord de la Lagune Ebrié doivent répondre a la justice de leur pays, l’UPC avec des cadres comme Somé autour de leur représentant, aura une bonne équipe pour un gain de cause dans les urnes qui restent le seul juge. Oui Jeunedame seret, quelquefois la vérité rougi les yeux, mais ne les casse pas, et tu fais partis des internautes de bonne foi qui ne joue pas a l’autruche, Tu as raison, car, la première cause qui mine le développement d’un pays, c’est sa JUSTICE ! La première cause qui crée des crises sociales dans un pays, c’est sa JUSTICE.

      Répondre à ce message

  • Le 24 juillet à 07:21, par ib En réponse à : Présidentielle de 2020 : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la Génération Zeph 2020

    Je pense sincèrement chers partisans de Zeph que votre slogan est mal formulé. Le miracle est quelque chose qui se produit après un événement et non avant. On parlera de "Zeph, miracle burkinabé" après qu’il ait été élu à Kosyam et surtout après qu’il soit celui qui va vaincre le terrorisme, réconcilier tous les burkinabé et amener le développement du pays à un étage supérieur. là on parlera de miracle Zeph. Bon courage à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet à 11:54, par Kinkester En réponse à : Présidentielle de 2020 : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la Génération Zeph 2020

    Ka. J’avoue que tu commences à nous gonfler sérieusement maintenant. Je ne sais pas si tu as un problème personnel avec Zeph mais tes écrits sur l’UPC pue la haine. Ça fait près de 5 ans que ton Roch le mou qui dort pendant que le pays est entrain de prendre feu est au pouvoir. Où en est t-on avec le dossier Sankara et ses compagnons ? Nulle part. Toi que je prenais plaisir à lire. Tu es devenu une vraie caricature. Tu détestes tellement l’opposition que tu as perdu l’impartialité qui te caractérisait quand tu en parles. Que tu sois MPP c’est ton droit le plus absolu. Mais que tu dénigres l’opposition avec une mauvaise foi comme j’en ai vue peu et des propos incohérents, ça en devient ridicule. Tu es de plus en plus décevant. L’UPC a fait plusieurs sorties où il était question de propositions par rapport à la question sécuritaire. Tu veux quoi de plus. Ils n’ont pas le pouvoir d’état. Je suis d’autant plus écoeuré par tes écrits devenus insipides que je t’admirais pour ton impartialité et ton honnêteté. Maintenant il ne nous reste plus que le Kôrô Yamyélé. Il est resté égal à lui-même même si on n’est pas toujours d’accord. Ressaisis toi Ka. Tu commences à saouler pas mal de gens

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet à 13:40, par Camarade Dipama En réponse à : Présidentielle de 2020 : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la Génération Zeph 2020

    BON A SAVOIR :

    Zéphirin Diabré a organisé un forum sur l’alternance au Burkina Faso à Ouagadougou du 1er au 3 mai 2009. Puis, le 1er mars 2010, il a créé avec d’autres camarades l’Union pour le progrès et le changement (UPC), un parti politique d’opposition qui milite pour l’alternance démocratique et le vrai changement au Burkina Faso. Aux élections couplées législatives et municipales de Décembre 2012, son parti, qui n’avait pas encore deux ans, a créé la surprise en arrachant la deuxième place dans l’arène politique du Burkina, avec 19 députés, 19 maires et plus de 1600 conseillers municipaux.

    Grâce à ces résultats, Zéphirin DIABRE a pris les rênes de l’opposition politique burkinabè. Le premier chantier auquel il s’est consacré fut la crédibilisation et l’unification de cette opposition divisée qui n’avait pas la confiance de l’opinion publique.
    Le nouveau chef de file de l’opposition s’est attaqué au projet de sénat du Président Blaise Compaoré, qui visait, selon les opposants, à modifier les clauses limitatives du nombre des mandats présidentiels.

    👉🏻 Le 21 mai, le 29 juin et le 28 juillet 2013, l’opposition sous sa direction a organisé des marches et des meetings d’envergure dans plusieurs villes du pays.

    👉🏻 Le 02 Novembre 2013, à la rentrée politique de l’opposition, Zéphirin DIABRE a solennellement appelé les pontes du régime Compaoré à démissionner du CDP (au pouvoir à l’époque) et à rejoindre « la lutte du peuple ». Ce fut chose faite en janvier 2014, avec la scission du parti majoritaire et la création du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP).

    👉🏻 Renforcées par ce soutien, le 18 janvier 2014, l’opposition et des organisations de la société civile ont organisé une autre marche-meeting, cette fois-ci contre le sénat et la modification de l’article 37 (limitant à deux le nombre de mandats présidentiels).
    Quelques temps après, Compaoré a abandonné l’idée de l’instauration d’un sénat, mais l’opposition le soupçonnait toujours de vouloir modifier la constitution par les voies parlementaire ou référendaire. C’est ainsi que courant 2014, le Chef de file de l’opposition a appelé à des marches et des meetings à Ouagadougou, et dans plusieurs autres villes telles que Bobo-Dioulasso, Koudougou, Ouahigouya et Dori.

    👉🏻 Le 28 octobre 2014, soit deux jours avant le vote du projet de loi portant révision de l’article querellé, l’opposition a invité l’ensemble des Burkinabè à une journée de protestation partout au Burkina, sous forme d’ultime avertissement. En cette journée historique où un million de citoyens ont envahi les rues de la capitale burkinabè, Zéphirin Diabré a lancé un mot d’ordre de désobéissance civile qui sera immédiatement et très largement suivi. Haranguant les militants de l’Opposition à la place de la Nation, Zéphirin Diabré a prononcé cette phrase qui a frappé tous les esprits : « Maintenant, ça passe ou ça casse ! »

    👉🏻 Le 30 octobre 2014, les Burkinabè ont organisé des manifestations géantes dans toutes les localités du pays à l’appel de l’opposition et de plusieurs organisations de la société civile, pour protester contre la modification de l’article 37 qui devrait s’opérer à l’hémicycle. L’insurrection a entrainé l’incendie de lieux symboliques tels que l’assemblée nationale, et des morts d’hommes. Face aux pertes en vies humaines et à la montée fulgurante de la tension sociale, Zéphirin Diabré a appelé publiquement à la démission pure et simple du Président Blaise Compaoré.
    Après la fuite de Compaoré et la prise du pouvoir par les militaires, Diabré a participé à l’élaboration d’une charte de la transition (qu’il a signée au nom de l’ex-opposition) et à la mise en place des institutions de la transition.

    👉🏻Le 28 juin 2015, Zéphirin Diabré a été investi candidat à l’élection présidentielle du 11 octobre 2015, par son parti politique d’obédience sociale-libérale.

    A l’issue des élections présidentielle et législative couplées tenues le 29 novembre 2015, il obtient 29,65% du suffrage exprimé et son parti 33 députés ; ce qui fait de Zephirin DIABRÉ le Chef de file de l’opposition politique burkinabè (CFOP /BF) et de son parti la deuxième force politique du pays.

    (Likez et partagez massivement svp pour que nul n’ignore).

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet à 16:26, par Ka En réponse à : Présidentielle de 2020 : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la Génération Zeph 2020

    Quel est le problème Internaute Ka2 -Kinkester ? Si mes critiques te saoule, tu n’es pas obligé de les lire : Je n’ai pas la colère d’un avocat qui insulte ses lectrices et ses lecteurs, au contraire je sais que chaque matin sans une critique de Ka, tu ne sais plus quoi faire : Ne compte pas sur moi pour t’insulter, je sais trop de toi. Alors, sache qu’il existe encore la sagesse Africaine qui dit : ’’’’Qu’en opposant la violence a la violence, la haine à la haine on applique une vieille philosophie qui ne donne pas des bons résultats.’’’ Sans rancune et continu de me lire, surtout insulter.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet à 21:32, par Ka En réponse à : Présidentielle de 2020 : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la Génération Zeph 2020

    Internaute Kinkester : Tu tires sur moi t sans un réel motif, sinon ta furie et haine envers une vérité qui te tourmente. En analysant tes attaques contre moi depuis ton arrivé sur le forum, tu sembles avoir été envoyé sur cette plateforme d’échanges juste pour lancer ta propagande. Tu es complètement devenu hystérique et incon-trôlable, c’est pathétique à la fin. Calme toi, sinon tu vas te faire un AVC d’un et de deux, ce n’est pas avec une telle arrogance de ta part et l’agressivité qui va avec, que tu vas m’empêcher de remuer les crimes de tes mentor pour que la justice soit dite ! Ou de dire l’incompétence des hommes dits politiciens aux petits qui luttent simplement pour le pouvoir et non pour le peuple. Ce n’est pas en guettant mes critiques fondées chaque jour pour m’attaquer gra-tuitement, qui va résoudre le problème qui te fait perdre la tête ! Sans tête, tu vas faire comment. Continu de me lire.

    Répondre à ce message

    • Le 25 juillet à 09:40, par Damis En réponse à : Présidentielle de 2020 : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la Génération Zeph 2020

      Merci encore mon cher Ka pour ces vérités crachées qui font très très mal.
      J’ai répondu à votre dernier poste sur l’interview du Dr Désiré Boniface Somé, et voici l’essentiel de mon poste : "Mon très cher Ka. Bien sûr que je vous lis de temps en temps, car vos vos interventions sont toujours pleines de discernements, de sagesse, de vérités imbattables ; pas comme celles de Kôrô Yamyellé.
      En fait, je suis devenu un rare dans les foras car souvent certaines interventions ressemblent un peu à de la figuration, alors que le débat se veut constructif, ce que m’enlève souvent l’envie de rentrer dans le débat. Bien vrai que le débat se veut l’acceptation des autres, mais quand tu prend le cas de Kôrô Yamyellé, c’est très dommage. Tu as souvent envie de dire que la politique l’a rendu malade, de sorte qu’il lui le minimum de ce discernement que vous avez. Du coup, tu te demande, avec son âge que j’imagine (au moins 60 ans), quel est l’intérêt de faire un débat presque inutile ?!!
      En vérité, très cher Ka, le mal est très profond et je pense que nous devrons dépasser le débat du forum et former un vrai groupe de concertation afin de réfléchir sérieusement sur le devenir de notre très chère patrie. Sinon, à l’heure-là, la situation que nous vivons est assimilable à un lieu où une tempête dévastatrice s’apprête à détruire, mais au lieu que tous ceux qui sont concernés réfléchissent à trouver une solution, chacun se case dans son coin attendant tranquillement la tempête.
      Ce qui m’interpelle le plus, c’est le fait que certains acteurs politiques actuels de notre pays ne cachent même leur volonté de collaborer avec toutes forces obscures pour faire revenir les forces du mal dans ce pays de Thomas Sankara.
      C’est ce qui me fait plus mal en réalité, ce qui m’enlève mon envie de participer activement au débat. Mais rassurez-vous, je vous lis régulièrement."
      En tout cas c’est toujours avec plaisir que les internautes honnêtes citoyens vous lisent. Vos vérités touchent tout le monde, surtout ceux qui veulent continuer de masturber notre "burkindlm".

      Répondre à ce message

  • Le 25 juillet à 12:43, par Ka En réponse à : Présidentielle de 2020 : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la Génération Zeph 2020

    Mon jeune Damis : Merci pour ton autocritique pleine de sagesse et de la réalité que vit le Burkina. Quand a la fillette qui me suive comme une mouche depuis qu’elle est arrivé sur le forum, je joue le jeu pour enrichir le forum : Si cette personne est vraiment contre Ka, elle sait ou me trouver. Ses mentors connaissent ma maison. Cette personne peut les demandé et venir pour qu’on discute face à face.

    Je devais quitter le forum pour mieux m’occuper de mes petits-enfants et ma chère moitié, sans oublier mon potager : Mais je suis là uniquement pour mettre en garde les rêveurs qui veulent la continuité, en oubliant le passé. Ces rêveurs très minimes par rapport à notre société primaire, et qui bombent les poitrines devant les claviers pour rien, sauront en Novembre prochain que 90% des rêves ne se réalisent pas.

    Je souscris entièrement ce que tu as écrit mon jeune Damis : Et je suis d’accord avec ta façon de voir la situation socio politique de notre pays, surtout comment revenir à notre vivre ensemble datant. Ce qui est certain mon jeune Damis, après le 22 Novembre prochain les rêveurs sauront que le peuple Burkinabé renferme une grande intelligence. Car revenir avec une gouvernance a François Compaoré et sa belle-mère ne se reproduira pas avant 27 ans. Le peuple Burkinabé veut comme candidat ni de jeune loup aux dents longues à peine sorti du berceau, ni un enfant gâté qui ne cherche que le pouvoir. Le peuple veut des gars compétents, intelligents, dynamiques, ouverts, avec du charisme, dotés d’une envergure internationale et d’une intégrité absolue, capables de s’entourer de gens de la même veine et de déléguer les tâches dans un véritable esprit d’équipe, sans arrière-pensée ethnique, tribaliste, régionaliste ou politicienne (en particulier pas un individu tordu qui va promettre du rattrapage de vengeance. On veut un président qui fera régler tous les dossiers des crimes impunis pour une réconciliation nationale et durable. Merci mon jeune Damis de me lire.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juillet à 23:45, par Damis En réponse à : Présidentielle de 2020 : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la Génération Zeph 2020

    Mon cher Ka, je vous lirai, absolument. Mais franchement, je veux au moins un indice pour vous rencontrer. Mais c’est très difficile, surtout dans le souci de rester dans la confidentialité ; mais bon...

    Répondre à ce message

    • Le 26 juillet à 11:48, par Ka En réponse à : Présidentielle de 2020 : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la Génération Zeph 2020

      Merci mon jeune Damis : Continu de me lire. Après l’insurrection de 2014, beaucoup d’internautes de bonne foi sont devenu mes fidèles amis sur le Facebook, comme on se retrouve très souvent devant un thé et une bonne pâtisserie au centre de Ouaga pour parler des critiques qui vont pour l’avancer de notre pays. Continu de me lire, tu sauras ou me trouver un jour si tu es dans la capitale. Que Dieu tout puissant te protège avec ta famille. Surtout il faut t’enrôler pour aller voter afin de sauver notre pays de ceux qui veulent seulement le pouvoir et la continuité du système de 27 ans avec des crimes gratuits.

      Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 08:46, par Damis En réponse à : Présidentielle de 2020 : « Zéphirin Diabré, le miracle burkinabè », selon la Génération Zeph 2020

    Mon très cher Ka, merci pour la bénédiction car resté protégé relève aussi d’un autre combat, surtout avec l’égoïsme et la jalousie de certains burkinabé (qui rient avec toi hypocritement) envers ceux qui veulent rester dignes.
    Quant à l’enrôlement, c’est chose déjà faite sinon participer au débat sans avoir effectué cet acte relève simplement de l’hypocrisie ou de l’ignorance.
    A tout moment.
    Par Damis, éduqué selon les principes d’intégrité de son digne père, rappelé à Dieu depuis une dizaine d’année (paix à son âme).

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Présidentielle de 2020 au Burkina : L’opposition dénonce une « campagne ouverte » du candidat Roch Kaboré, en « violation de la loi »
Présidentielle de 2020 au Burkina : Le Faso autrement investit son candidat ce samedi 15 août
Code électoral du Burkina : L’UNDD exhorte les députés à "rester dignes" en évitant d’accorder leurs votes à des modifications périlleuses
Burkina : Un nouveau site pour la construction de l’hôpital de référence de Bobo-Dioulasso
Présidentielle de 2020 au Burkina : Cérémonie de mise en circulation des documents électoraux le lundi 17 août 2020
Législatives du 22 novembre 2020 : Les formulaires de déclaration de candidature disponibles à partir du lundi 17 août 2020
Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « large majorité » pour la modification du Code électoral
Burkina Faso : La CENI s’entoure de toutes les précautions pour des élections apaisées
Affaire Jean-Claude Bouda : L’ex ministre de la Défense reste en prison
Cadre sectoriel « gouvernance administrative et locale » : Des taux d’exécutions de 38, 60% et de 29,87% à mi-parcours en 2020
Vie politique : L’UPC outille une quinzaine de journalistes sur les contours de l’idéologie sociale-libérale
Périple à l’intérieur du Burkina : Le Premier ministre en visite dans la région des Hauts-Bassins
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés