Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Ce que tu ignores vaut parfois mieux que ce que tu sais» Proverbe africain ; Les proverbes et expressions africaines (1998)

COVID-19 : Quel (s) modèle (s) de relance pour le secteur des Arts et de la culture au Burkina Faso ?

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • samedi 25 avril 2020 à 22h30min
COVID-19 : Quel (s) modèle (s) de relance pour le secteur des Arts et de la culture au Burkina Faso ?

A travers cette tribune, Dr Pingdewindé Issiaka Tiendrébéogo, Enseignant-chercheur à l’Université Joseph Ki-Zerbo, Ouagadougou, analyse l’impact de la maladie à coronavirus sur le domaine des Arts et la culture et propose des pistes pour sa relance.

Pendant que tous les chercheurs et tradi-thérapeutes du monde entier s’activent pour trouver un remède à la pandémie du coronavirus, le monde de la culture pense à une relance de son secteur. Le milieu des Arts et de la culture constitue un des maillons essentiels de la chaîne le plus touché au Burkina Faso et en Afrique, depuis le déclenchement de la maladie à coronavirus. Plusieurs activités programmées ont été tout simplement annulées.

Des concerts de danses et de musique en passant par les spectacles de théâtre, les organisateurs de tous ces évènements sont confrontés à ces durs exercices qui, le plus souvent, n’étaient pas préparés à cela. Tous les fondements qui prédestinaient à l’organisation de nos spectacles sont aujourd’hui ébranlés par l’interdiction de rassemblement de plus cinquante personnes.

L’annonce par le Chef de l’Etat du soutien du secteur de la culture à hauteur d’un milliard cent vingt-cinq millions et repris par le ministre des Arts et de la culture est venue comme du pain béni pour les acteurs culturels, même si les conditions du partage de cette manne restent un casse-tête chinois, à en croire les acteurs de part et d’autre.

Cette somme qu’on peut louer à juste titre reste pour le moment insuffisante pour apurer les engagements des acteurs culturels qui sont pour la plupart confinés chez eux, en attendant une hypothétique fin de cette pandémie afin de reprendre de plus belle leurs activités.

L’Allemagne a débloqué 50 milliards d’Euros pour soutenir les artistes et la culture face à la crise. Comparaison n’est pas raison. Mais, nos gouvernants devraient s’en inspirer plus en copiant les bons exemples. La raison qui nous est servie, quand on évoque le sujet du terrorisme, c’est que c’est un phénomène mondial que même les pays hypersoniques n’arrivent pas à vaincre cette hydre.

Cependant, quand un pays accompli une prouesse, comme mettre en place un programme d’aide aux artistes sous formes de subventions, de prêts ou de financement, on feigne souvent de ne pas voir, a fortiori copier cet exemple. Monika Grutters, ministre allemande de la culture et des médias affirme que : « les artistes sont non seulement indispensables, mais aussi vitaux, surtout maintenant ».

Les dirigeants de nos Etats africains devront comprendre à travers cette assertion que nos Etats ne vont véritablement amorcer leur développement économique et social, si le secteur des Arts et de la culture continueront à rester à la traîne avec des budgets oscillants à moins de 1% des budgets nationaux. C’est un secret de polichinelle de dire que la culture constitue l’un des parents pauvres de nos pays qui n’ont pas encore forcément amorcé la route des Etats-nations.

Ce qu’il est important de souligner et mettre à l’actif des acteurs œuvrant dans le secteur de la culture, c’est la résilience dont ils ont fait montre en se tournant très promptement vers le numérique afin de pouvoir toucher le maximum de personnes dans la sensibilisation sur les gestes barrières afin d’amincir le nombre de contamination au Covid-19.

Ces artistes à travers les technologies de l’information et de la communication (TIC) se sont invités ingénieusement dans nos salons et nos foyers, sur nos smartphones, nos radios et nos télévisions. Nous en voulons pour exemple, la célébration de la journée internationale de théâtre, le 27 mars 2020 où la Fédération Nationale du Théâtre au Burkina Faso (FENATHEB), à travers ses treize coordinations régionales, ont inondé la toile d’informations et de sensibilisation sur la maladie à Covid-19.

C’était une manière très spéciale de marquer d’une pierre blanche cette journée internationale dédiée aux hommes de théâtre. En plus de la sensibilisation, certains ont posé des actes de solidarité vis-à-vis des citoyens démunis.

Aujourd’hui, il est impérieux de revoir nos modèles de diffusion des spectacles ; puisque les espoirs d’un retour à une situation normale de diffusion s’éloignent de plus en plus. La situation financière des potentiels spectateurs et amoureux des Arts et de la culture s’amenuise par ricochet, car la situation économique n’est guère reluisante avec une chute du taux de croissance jusqu’à 2% au Burkina Faso et pour la plupart des pays africains, si les pays continuent à observer cette régression dans le traitement de la pandémie. C’est pourquoi, les chefs d’États africains se sont coalisés pour demander l’annulation pure et simple de la dette.

Cet article loin d’être un tocsin culturel, il invite tous les acteurs culturels à la réflexion sur l’après Covid-19. La culture et les Arts ont encore de beaux jours, pour peu que nous lui accordions la place qui est la sienne.

Cette crise sanitaire a eu le mérite de mettre à nu les insuffisances structurelles et conjoncturelles de notre système culturel. C’est le lieu de re-penser notre politique culturelle, en mettant l’accent sur les collaborations mutuelles et internationales, la recherche scientifique et universitaire, et enfin le numérique comme catalyseur de diffusion des activités culturelles.

Dr Pingdewindé Issiaka TIENDRÉBÉOGO

Enseignant-chercheur à l’Université Joseph KI-ZERBO, Ouagadougou, Burkina Faso,
Directeur de l’Association Culturelle Sylvie CHALAYE
Coordonnateur de la Fédération Nationale de Théâtre au Burkina Faso (FENATHEB Région du Centre) pingdewinde@yahoo.fr

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Rencontres musicales africaines : Concilier musique, digital et économies locales
Recette du week-end : Le « Gnon »
Diversité des expressions culturelles : Le Burkina restitue son 3e rapport périodique quadriennal
Promotion des biens et services culturels : Le ministère de la Culture veut pousser les acteurs à l’excellence hors du Burkina
Recette du week-end : Le Benga ou le haricot
« Ma parcelle ou la mort » : Le tout dernier long métrage du réalisateur Sidnaba Zida
Musique : La consécration pour l’artiste Ode avec son premier album ‘’Tilgré’’
Sotigui Awards : La 5e édition se penche sur la contribution des femmes cinéastes à la culture de la paix
Musique : « Laafi » ou la paix, le 3e album du groupe Wendaabo
D. Mireille Baguian, promotrice d’Ellieme Glow : « Le maquillage doit servir à ajouter une touche et non à transformer en une autre personne »
Recette du week-end : Le dèguè
Cinéma : Alizeta Guiré, l’espoir du septième art burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés