Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne vous laissez pas éteindre, vous ne savez pas pour qui vous êtes lumière. »  Igor Markvitch

Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’extension de l’IUTS

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 26 février 2020 à 23h30min
Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’extension de l’IUTS

Une semaine après la décision du gouvernement d’étendre l’Impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) aux indemnités et primes des agents du public, plusieurs dizaines d’organisations syndicales ont sonné la mobilisation (assemblée générale) ce mercredi, 26 février à la Bourse du travail de Ouagadougou pour examiner la question et décider d’une conduite à tenir.

La Bourse du travail a débordé de monde en cet après-midi. Assis ou debout, les participants à cette assemblée générale sont répartis avec un seul mot d’ordre clair : maintenir le cap de la lutte jusqu’à satisfaction. C’est-à-dire la suppression de l’IUTS sur les primes et indemnités ; tant pour les agents du public, du privé que du para-public.

Pour cela, l’assemblée générale a décidé que dès demain, jeudi, 27 février 2020, chaque structure syndicale engage à son niveau, une action sectorielle. Puis d’une marche-meeting le 7 mars 2020 sur l’ensemble du territoire national, suivie du 16 au 20 mars d’une grève générale qui sera également marquée par une marche-meeting. Le mardi, 3 mars 2020, une conférence de presse se tiendra pour faire le point des actions menées et annoncer la suite.

Les arguments pour « démonter » les raisons avancées par le gouvernement pour étendre cet impôt n’ont pas fait défaut chez les responsables syndicaux qui se sont succédé au micro. Ceux-ci ont, et entre autres, rappelé que la décision d’application de l’IUTS aux primes et indemnités est simplement politique, car ayant été prise lors d’une session, en septembre 2019, du bureau politique national du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, parti au pouvoir) et qu’en plus, son application est en violation du Code général des impôts.

La mobilisation a été forte à la bourse du travail de Ouagadougou

« Quand ils vont finir avec l’IUTS, ils vont s’attaquer à nos acquis individuels »

A ces travailleurs qui pourraient penser que la coupure en insignifiante, des intervenants avertissent : « Si on se laisse laper, ils vont nous avaler. Ce qu’ils sont en train de faire, c’est du suicide programmé ; quand ils vont finir avec l’IUTS, ils vont s’attaquer à nos acquis individuels. (…). Ils ont tenté de nous diviser, ils n’ont pas pu, donc ils sont en train de vouloir nous mettre dans le même sac pour pouvoir nous taper ».

Pour ces leaders syndicaux, le pouvoir MPP est passé champion dans l’art de la division : division des travailleurs, division de communautés, etc. L’heure est grave et cela, grâce à l’inconséquence du pouvoir MPP, fustigent-ils. Ce que le secrétaire général de la CGT-B, Bassolma Bazié a qualifié de « gouvernance par embuscades, par suicide ». Il souligne que la derrière parution du journal d’investigation, Courrier confidentiel, vient démontrer l’état de délabrement du pays et la nécessité de faire un nettoyage profond.

Bassolma Bazié, secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Burkina (CGT-B)

Contre l’argument de mobilisation des ressources sur lequel se focalise le gouvernement pour étendre l’application de l’IUTS, les syndicats proposent des secteurs ‘’bien porteurs’’. Ils suggèrent entre autres, l’impôt sur les bâtiments (qui échappent à l’imposition parce qu’étant propriétés des dignitaires et mis en location à l’administration publique) et autres célibatériums, les restes à recouvrer (plus de 500 milliards) auprès de grandes entreprises, le secteur minier, etc. « Ils sont actionnaires dans les secteurs des banques, des assurances, des mines », dénonce l’assemblée générale. Plusieurs autres éléments de mauvaise gouvernance ont été énumérés au cours de cette mobilisation.

Une plateforme revendicative dressée par les syndicats

« Je félicite l’ensemble des camarades et des structures qui ont déjà commencé un certain nombre d’actions et j’invite ceux qui n’ont pas encore commencé, de les commencer dès demain matin. Dès demain matin (jeudi, 27 février 2020, ndlr), toutes les structures sont invitées à faire des ‘’frappes stratégiques », a lancé Bassolma Bazié, se réservant d’entrer dans les détails de ce qu’implique l’expression « frappes stratégiques » et invitant les travailleurs à faire confiance à leurs leaders syndicaux dans la stratégie engagée.

Au cours de la rencontre, les organisations syndicales (voir liste au bas de l’article) ont présenté une plateforme revendicative articulée en cinq points :

- l’arrêt des mesures de baisse du pouvoir d’achat et amélioration de celui-ci en rapport avec le coût de la vie : Suppression de IUTS sur les primes et indemnités des travailleurs du privé, du public et du parapublic, le remboursement des coupures opérées sur la base de la loi de finances gestion 2020 ; Relèvement de l’abattement forfaitaire pour frais et charges professionnels à 50% ; Apurement sans délai des retards d’avancement, de reclassement, de titularisation et correction indemnitaire avec incidence financière ;

- l’arrêt des atteintes aux libertés démocratiques et syndicales (respect de la liberté de manifestation sur la voie publique ; respect de la liberté syndicale notamment des conventions 87 et 98 à savoir le droit d’organisation, de grève et levée de toutes les sanctions prises à l’encontre de travailleurs pour raison syndicale ; finalisation de la révision du Code du Travail dans le respect des dispositions des conventions de l’OIT et des avis pertinents du BIT ;
opérationnalisation du check off ; suppression des nouvelles dispositions du code pénal révisé portant atteinte aux droits fondamentaux du peuple (liberté d’expression, droit à l’information, à l’insurrection, ...) ;

Les leaders syndicaux ont invité les travailleurs à maintenir la détermination dans la lutte qui est engagée (photo illustration)

- l’arrêt du pillage des ressources nationales (accompagnement conséquent de la justice pour faire la lumière sur les crimes économiques révélés entre autres par les enquêtes parlementaires, les rapports de l’ASCE/LC, de la Cour des Comptes et du REN-LAC et la sanction de leurs auteurs ; dénonciation de la convention révisée du Rail avec Bolloré en vue de privilégier les intérêts de l’Etat et des populations ; élaboration d’un fichier unique informatisé du foncier pour une saine gestion du foncier ; recouvrement sans délai des sommes dues au trésor public par les contribuables indélicats et les hauts dignitaires ; Relecture du code minier en vue de prendre en compte les intérêts du pays, recouvrement du fonds de développement local et arrêt des exonérations injustes accordées aux sociétés notamment aux sociétés minières) ;

- garantie du droit à la sécurité des populations (accompagnement conséquent de la justice pour l’établissement de la vérité et le jugement des différents cas de crimes de sang notamment les dossiers de l’insurrection populaire, de l’assassinat des responsables de l’ODJ dans le Yagha et l’exécution des mandats d’arrêt émis par la justice ; mise en œuvre effective de l’article 2 de la constitution du 2 juin 1991 disposant que "la protection de la vie, la sûreté et l’intégrité physique sont garantis" ; Prise en charge adéquate des familles des victimes du terrorisme, des déplacés internes et adoption de mesures en vue de leur retour dans leurs localités d’origine) ;

- le respect et la mise en œuvre des différents engagements pris par le gouvernement vis-à-vis des syndicats des travailleurs.

OL
Lefaso.net


Organisations syndicales membres de la plateforme, à la date du 26 février 2020, et ayant pris part à l’assemblée générale :

Le COLLECTIF SYNDICAL CGT-B : > CGT-B (F-SYNTER SYNATRAG SYNTSHA -STPB - SNAID SYNTH SYNTEX SYNTETH SYNTRAGMIH FNBPB SYNAS Coordination/CNSS Coordination/SONABEL - Coordination/FSR-B) SYNATEB - SYNTAS - SYNATEL - SYNAFI - SYNAMICA - SYNASEB - SYNACIT -SYNAPTIC - SYNATIC - SATB - SYNAPAGER - Comités CGT- B/ONEA
L’INTERSYNDICAL DES MAGISTRATS : (SAMAB-SMB-SMB).

LA COORDINATION DES SYNDICATS DU MINEFID :(SATB-SNAID-SYNATRAD SYNTPC-SYNAFI-SYNASDB-COMITE CGT-B/ENAREF).

AUTRES SYNDICATS AUTONOMES : SYNAGSP-APN - SYNACSAB-SYNADES - SYNAFEL SYNDROME - SYNATRACT- SYNTEF SYNAFEL SYNAJEFP - SGB - SYNA - SAMAE- SYNAMUB - SYNAGRH - SYNETI - SYNAGIS - SYNIACCB - SYNAPDH-SYNTRAPOST

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 février à 19:35, par Lepenseur En réponse à : Burkina : Des organisations syndicales annoncent une série de marches-meetings dès le 7 mars 2020

    Vous étés plus aisés que les gens du secteur informel qui paient tout de même de l’impôt sur leurs maigres revenus qui permet de payer vos salaires. Si le gouvernement recule, tous vont refuser de payer l’impôt sur leurs revenus. On verra comment vos salaires seront payés.

    Répondre à ce message

    • Le 27 février à 11:51, par Indjaba En réponse à : Burkina : Des organisations syndicales annoncent une série de marches-meetings dès le 7 mars 2020

      Il ne faut meme plus perdre ton temps. Ils sont impermeables et s’en fichent du partage du gateau. Ils ont les emplois les plus sûrs et les plus garantis et s’en foutent de tous ces jeunes femmes, de tous ces jeunes garçons etc qui triment aux feux et au bord des voies pour vendre qui des lotus, qui des arachides, qui des sachets, qui des yougouyougou. Ne croyez pas que les millions de jeunes qui choment Sont moins burkinabè ou plus betes que leS fonctionnaires. Tout le monde ne peut pas etre fonctionnaire. Si l’Etat veux recruter par exemple 1000 brevetès et qu’il y a un millions de candidats, il y’aura forcement 999000 non admis. Ces derniers pourraient avoir échoué avec des notes 19,50/20 parce que les 1000 admis ont eut 20/20 de moyenne. Aucun pays et aucun citoyin n’est pauvre par hasard. C’est une question de mentalité, de vision et d’action. Moins de greve en Chine, moins de greve en Allemagne, moins de greve aux USA, moins de greve en Russie et ils avancent c’est peut etrr leur secret puisque plus les greves evoluent en France, plus la France recule car impossible d’y faire une reforme.

      Répondre à ce message

    • Le 27 février à 12:49, par AHMED En réponse à : Burkina : Des organisations syndicales annoncent une série de marches-meetings dès le 7 mars 2020

      MONSIEUR, VOUS ETES MAL INFORMES. VOUS NE PAYEZ PAS PLUS QUE LES FONCTIONNAIRES QUI DU RESTE NE REFUSENT PAS DE PAYER L’IMPOTS. ILS REFUSENT QU’ON APPLIQUE L’IMPOT SUR LEURS INDEMNITES. PENDANT QU’UN PETIT FONCTIONNAIRE PAIE AU MOINS 150 000 F PAR AN, CERTAINS COMMERCANTS PAIENT 75000F. INJUSTICE

      Répondre à ce message

      • Le 27 février à 15:34, par Indjaba En réponse à : Burkina : Des organisations syndicales annoncent une série de marches-meetings dès le 7 mars 2020

        Au moins tu es rigolo. Magistrat 400000 francs d’indemnités je dis bien indemnités et il ne paie rien dessus . Ouvrier avec son salaire net de 100000f cest à dire indemnités plus salaire de base doit payer l’IUTS et sur le salaire de base et sur ses indemnités . Tu n’es pas gené quand tu parles de justice ou justesse dans ce cas ? Puisqu’un tel magistrat et un tel ouvrier sont tous Burkinabè et pourquoi cette discrimination devant la loi ? Oui à chaque fois vous retorquez que les fonctionnaires paient déjà l’IUTS mais ils ne le font pas sur tous les aspects du salaire. Il faut tout payer mon compatriote. Ok ?

        Répondre à ce message

  • Le 26 février à 20:27, par Yako En réponse à : Burkina : Des organisations syndicales annoncent une série de marches-meetings dès le 7 mars 2020

    Voici ce que Yako propose : Le président du Faso dans un discours solennel à la TV prend acte de l’impopularité de sa mesure et l’abandon pur et simple de l’IUTS et le remplacer par impôt universel de solidarité avec effet immédiat et valable pour un an.Et de préciser que l’état est en faillite.Dans ce cas, le citoyen peut comprendre le bien bien-fondé de l’argument gouvernemental pour vu qu’il s’explique clairement ( les caisses sont vides.L’état a besoin de gombos de chacun de vous) ça s’appelle solidarité nationale./

    Répondre à ce message

    • Le 27 février à 10:50, par tokouma En réponse à : Burkina : Des organisations syndicales annoncent une série de marches-meetings dès le 7 mars 2020

      Yako sachez que "FORCE RESTE A LA LOI". Et ça TOUS les fonctionnaires même ceux qui n’ont pas eu la chance d’aller à l’école le savent. N’en parlons pas de ceux que l’ETAT a choyé depuis leur naissance jusqu’à maintenant car ce n’est qu’en 1984 seulement qu’on a supprimé l’internat dans les lycées et collèges. et c’est en majorité ces gens là qui ont vécu à l’internat qui ne veulent pas payer l’IUTS.

      QUELS EGOÏSTES !!!!!
      En quoi cette mesure est-elle impopulaire ???
      Voyez comment certains commencent à mélanger les pédales ?
      Qu’est ce que vols - pillages - charbon fin - Ect.... viennent faire ici ?
      Si ces problèmes sont posés à part ; je serait dans les rangs et en bonne place pour lutter et VAINCRE. Mais les équilibrations, je m’en démarque.

      Répondre à ce message

      • Le 27 février à 12:21, par nanoukda En réponse à : Burkina : Des organisations syndicales annoncent une série de marches-meetings dès le 7 mars 2020

        Hum. Burkinabé est descendu avec des raisonnements qui ne montent pas plus haut que la cheville ! Sinon, je te cite "Voyez comment certains commencent à mélanger les pédales ?
        Qu’est ce que vols - pillages - charbon fin - Ect.... viennent faire ici ?" et je te réponds : Ce sont ces vols, pillages et charbon fin qui font que les caisses de l’Etat sont maintenant vides !!! 3 (caisse de l’état)-1(vols)-1(pillage)-1(charbon fin)=0

        Répondre à ce message

        • Le 27 février à 14:41, par huuuuuumm En réponse à : Burkina : Des organisations syndicales annoncent une série de marches-meetings dès le 7 mars 2020

          il a bien dit que si ces problèmes étaient a part , il luttera avec les syndicats. Quelles sont ses amalgames. Charbon et autres n’ont été possible qu’avec la complicité des fonctionnaires. Est-ce qu’un ministre gère une mine directement ou traite t-il les dossier personnellement ? L’évaluation impartiale faite avec la participation du syndicat de la gratuité des soins a montré que la contrainte majeur étaient les vols de médicaments par vous les fonctionnaires. Aucun syndicat n’a condamné cela. Qu’ont fait les magistrats trop payés et indépendants pour lutter contre la corruption. Les fonctionnaires sont responsables de toutes les corruptions par leur action directe, complicité ou laxisme. Laissez le gouvernements travaillé bandes de voleurs. Quel service publique n’est pas corrompu au Faso. Enlevez la poutre de vos yeux de voir la paille dans ceux du gouvernement

          Répondre à ce message

    • Le 27 février à 12:52, par AHMED En réponse à : Burkina : Des organisations syndicales annoncent une série de marches-meetings dès le 7 mars 2020

      BIEN SUR APRES AVOIR TAPE LE MAIRE DE OUAGA, MONSIEUR CHARBON FIN ET BOUDA DE MANGA

      Répondre à ce message

  • Le 27 février à 01:52, par Lol En réponse à : Burkina : Des organisations syndicales annoncent une série de marches-meetings dès le 7 mars 2020

    Les syndicats ont perdu en crédibilité, respectabilité et opportinuité.

    Crédibilité

    Depuis les indépendances à nos jours, ils se sont toujours frotter avec le pouvoir jusqu’à s’y fondre en 66 avec le soulèvement. Par la suite, ils se sont laissés amadouer par les differents régimes, la révolution mais surtout avec le Blaiso. On se souviendra toujours de "on ne change pas pour changer". Avant l’insurrection, ils appelait dans la discretion leurs militants à ne pas participer aux marches labelisées de l’opposition. D’ailleurs, même le tonitruent était sous les radars à l’époque. La raison est simple, bien qu’étant pas d’accord avec la modification de l’article 37, les promesses d’améliorations salariales à partir de 2011 étaient prometteuses. Cependant, face à l’évidence du "terrain", ils ont eu le courage de suivre le "mouvement" à la derniere minute et aussi à résister farouchement au coup d’Etat. Ayant parié sur le candidat à même de réaliser les promesses en sus, ils sont naturellement passés à la caisse après avoir gagné les élections. Les premiers sur la liste étaient ceux qui ont validé la candidature douteuse, ensuite la déferlante !

    Respectabilité

    Aujourd’hui, les augmentations des salaires au publique ont eu plutôt un effet inverse qui est l’augmentations du coût de la vie. En effet, avec ces traivailleurs qui sont les plus solvables au monde, les banques n’ont pas hésiter pas à prendre des gros risques en octroyant des prêts qui seront rembourser difficilement. Puis, ces prêts ont servi à la spéculation fonciere, automobiles, évenementielles (mariages, baptêmes…) bref un mode de vie au dessus de leur revenu. Au même moment, pour gagner les faveurs du pouvoir politique, ces mêmes travailleurs les ont accompagné dans la mauvaise gestion et l’impunité avec au passage un service tout aussi mauvais envers la population. S’il faut le rappeler aucun ministre ou directeur ne se trouve à la caisse d’un guichet publique, ne garde les clés des coffres, ni ne gère les comptes de l’Etat. Aucun membre du gouvernement ne gère les dépenses, ni les contrats, ni les vérifications des depenses de l’Etat. Les politiques ont crée des indeminités indues et des frais de… pour juste corrompre les responsables de l’administration. Si la mauvaise gouvernance est évidente avec le MPP, c’est parce que l’administration publique est parti prenante et celle judiciare ferme les yeux.

    Opportinuité

    Les syndicats doivent être prudent car nous sommes en année électorale, aucun pays étranger, organisation internationale ne va les soutenir. Seuls les parti politique qui veulent le pouvoir pour le pouvoir vont le faire. Effet, un tel mouvement syndical sera toujours un boulet pour n’importe quel gouverment. La fin du film est simple, des personnes étrangères aux parties vont s’impliquer et le conflit sera résolu. Les syndicats seront affaiblis mais cela est préferable face à leurs derives subversives en pleine année électorale.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 03:41, par QUEDIEUNOUSAIDE En réponse à : Burkina : Des organisations syndicales annoncent une série de marches-meetings dès le 7 mars 2020

    Il faut que le gouvernement fasse un sérieux examen de conscience et revienne à de meilleures décisions pour sauver le pays pendant qu’il est encore temps en prenant des décisions courageuses :
    1. Annuler l’IUTS sur les primes et indemnités du secteur public et du privé comme les syndicats
    le demandent. Cet abandon ne va pas détruire le gouvernement ni le pays. Mais le maintien de l’IUTS aura des conséquences très négatives voir désastreuses pour tout le monde. Cet abandon mon président n’est pas signe de faiblesse mais plutôt de la sagesse. Mon président je suis convaincu que vous voulez le meilleur pour tous les burkinabè.
    2. Après avoir annulé l’IUTS comme le demandent les syndicats il vous faire un discours à la
    nation pour dire que le gouvernement s’est trompé et que désormais il se met du coté des intérêts du peuple.
    3. Accepter dialoguer avec les syndicats pour le reste de leurs revendications.
    4. Monsieur le président, pour redorer votre blason il faut combattre la corruption de manière
    exemplaire et le peuple va vous applaudir et sera totalement de votre côté. C’est ce peuple qui vous élu et il faut lui redonner le sourire car aujourd’hui ce peuple a la mine vraiment froissée il le reconnaitre.
    5. Il faut profiter de cette occasion pour diminuer certains avantages au haut lieu dont
    beaucoup de citoyens se plaignent à longueur de journée sur les réseaux sociaux et dans les autres médias. Du coup cet exemple sera suivi par tous les citoyens à la base et essayer de montrer mains blanches dans la gestion des ressources.
    Nous demandons au gouvernement de ne pas faire le forcing parce que la période est mal indiquée pour lui (élection en vue). Il n’y a de honte à faire marche arrière c’est parfois très sage de le faire. On recule parfois pour mieux sauter et on recule aussi pour mieux avancer en toute sécurité. Bonne chance Mon Président.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 07:58, par Le petit tranquilos En réponse à : Burkina : Des organisations syndicales annoncent une série de marches-meetings dès le 7 mars 2020

    Je propose que le syndicat laisse mais qu’il fasse des propositions de projets a réaliser avec ces coupures. Par exemple la construction et équipement d’un hôpital pédiatrique a bobo, a Koudougou, a ouahigouya pour l’année 2020. En 2021 vous faites d’autres propositions, ainsi de suite. Mais il faudrait qu’un comité de pilotage et de suivi soit mis en place. Imposez au gouvernement ce que le peuple veut jusqu’à la construction de retenues d’eau. Cela a l’image de l’EPI de Thomas Sankara en utilisant nos 1000 f pour mettre en place les OST et fournir des ambulances.
    Invitez tous les ministères a sortir tous les projets en souffrance et vous les classer par ordre de priorité de réalisation sans malhonnêteté intellectuelle. Cela nous évitera de trop parler.
    Je vous jure qu’en cinq ou dix ans le Burkina aura un autre visage. Même les voies ferrées mettez les dans vos projets (par exemple Ouaga-kaya-tambao et même Ouaga-ghana). Laissons le bavardage et posons des éléments concrets. Donnez cela comme condition. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 09:10, par douna En réponse à : Burkina : Des organisations syndicales annoncent une série de marches-meetings dès le 7 mars 2020

    grave depuis que je suis fonctionnaire. catégorie C1 sous le régime déchu. salaire 60000 avec une seul indemnité de 15000f. total revenu 60000f après coupure de l’iuts l’impot et la pension.
    prêt moto 450000f. d’où 20000 par mois
    loyer 15000
    Est ce que le fonctionnaire avait un salaire ?
    aujourd’hui on a grandi les charges aussi.
    ainsi, l’équilibre vain, vient nous rappeler ce que nous disait une de nos prof à l’ENAM : on ne devient pas riche quand on choisi fonction publique. vous avez été recrutés pour servir l’état. vous n’avez pas un salaire, mais un traitement.
    Donc du bénévolat. dans ce bénévolat, comment nous demander un autre sacrifice ? suicide !!!! oui suicide demandé.
    Est-ce qu’il a un salaire pour subir des retenues ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 09:14, par TENGA En réponse à : Burkina : Des organisations syndicales annoncent une série de marches-meetings dès le 7 mars 2020

    Ah Bon ?
    A cause d’une coupure de 3000f, 4000f , 5000f je vais passer mon temps à mettre du carburant, aller marcher et faire meeting des journées durant ? mais au finish, quand je fais la balance, je perds !
    En plus, on va me couper à la fin du mois, probablement plus que ça ! peut -etre 3 à 5 fois plus !
    Je conseille à la grande masse de ne pas adhérer à ce mouvement dont certains responsables voulaient ce genre de marches il ya longtemps. Souvenez-vous de la marche avortée de la GCTB et de l’ODJ avec d’autres groupuscules qui avaient été interdites ? je me rappelle que la CSB s’y était retirée à la dernière minute, arguant qu’il y avait maldonne, et elle avait raison !
    Donc, cette situation est comme du pain béni pour les Bassolma et consorts, donc moi je vous ai averti, prenez garde !

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 09:20, par toto En réponse à : Burkina : Des organisations syndicales annoncent une série de marches-meetings dès le 7 mars 2020

    M. Yako, aucun impôt ne passera avec ce regime de viveurs qui se moquent du peuple. Quand on demande au peuple de serrer la ceinture alors que les dirigeants sont dans des dépenses de prestiges, ca ne marchera pas. Le parc automobile de l’état a-t-il besoin de grosses Lexus 4x4 ? J’en ai vu quand le president se déplace sans que je ne sache si ce sont des véhicules ministériels ou présidentiels. Avaient-on besoin de payer des talisman pour les ministres quand cette décision a été tant décriée par le peuple ? Le maire de Ouaga avait il besoin d’entraîner la commune dans un prêt de location de véhicules de plus de 4 milliards sur 5 ans ?
    Il ya une rupture de confiance entre le peuple et ses dirigeants actuels et je suis étonné que le président ne cherche pas à rétablir cette confiance. De sa part, moi j’appelle ça, scier la branche sur laquelle on est assis. La vitesse du rétropédalage sera fulgurante, wait and see.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 09:24, par ragnangue En réponse à : Burkina : Des organisations syndicales annoncent une série de marches-meetings dès le 7 mars 2020

    Non mon cher ami @YAKO, quelles caisses de l’Etat sont vides ? Qui les a vidées ? Vous n’êtes pas dans ce pays ? Avec le pillage à ciel ouvert, la corruption à grande vitesse, les malversations financières et cerise sur le gâteau, on laisse faire : l’IMPUNITE. Gouverner c’est prévoir, dit-on, les vraies causes de l’insurrection de 2014 ne sont ni la modification de l’Article 37 ou encore le référendum, mais bien les maux que j’ai cités plus haut : la malgouvernance ! Si nous les fonctionnaires savons où va notre argent, il n’ y a pas de raison de refuser cette coupure. Pire ces coupures ont été faites de la pire des manières, sans négociations mais imposées de force. On veut nous obliger de serrer la ceinture ; pendant ce temps, des ministres se construisent des bunkers, les maires effectuent des dépenses folles avec l’argent du contribuable et vous voulez que ça continue comme ça ? On est où là ? Apprenez que le burkinabé n’aime pas ça, vous pouvez avoir sa tête en négociant, mais il ne cédera pas un seul cheveu par la force. A bon entendeur salut !

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 11:17, par Lom-Lom En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    Les syndicats savent bien qu’ils perdu toute crédibilité aux yeux d’une partie de l’opinion publique, qu’on le nie ou pas, c’est un fait ! C’est maintenant que l’on va en grève pour demander la suppression de l’IUTS pour le Public et le Privé ? Quelle indignité !! C’est vraiment malhonnête ! S’il y a une formule de grève à vie, allez-y ! En attendant les Burkinabè de "seconde zone" que sont nous autres les non-salariés, les paysans, ouvriers, artisans et autres petits acteurs du secteur informel que agents des Impots oppriment à longueur de journée, on vous observent ! Terrassez vite l’Etat et retrouvez-nous dans la poussière de nos champs et ateliers de rue ! La Patrie ou la Mort, nous vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 11:55, par Volontaire En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    J’ai été au regret de constater que l’exigence du traitement équitable des travailleurs du public ne figure pas dans la plate forme revendicative concoctée pour la circonstance.
    En réalité c’est la source de divisions des travailleurs et les syndicats doivent avoir le courage de poser ce débat sur la table même si va déplaire les mieux nantis.
    Voyez vous que les syndicats qui ont plus donné de la voix sont ceux ayant bénéficié des bonnes grâces du gouvernement (magistrat, personnel de la sécurité et financiers) car ayant été les plus touchés....
    J’insiste donc pour dire que le succès de la mobilisation générale commence par là !

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 12:49, par YAWOTO En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    Je pense que l’équité dans le traitement de cette problématique c’est le changement de l’assiette de l’IUTS tout simplement ; c’est parce que la base de calcul de l’IUTS distingue les indemnités du salaire de base que le problème se pose. IL FAUT TOUT SIMPLEMENT PRENDRE COMME BASE DE CALCUL DE l’IUTS LE SALAIRE BRUT avec un taux unique : par exemple 15% du salaire BRUT. C’est très simple et personne ne peut se plaindre d’être moins bien traitée que les autres, qu’on soit du secteur privé ou de la fonction publique

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 13:47, par NOOMWENDE En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    YAWOTO, vous parlez de salaire de base ou salaire brut ? Si c’est réellement vous parlez de ce dernier, je considère que soit, vous n’êtes pas concerné par cette mesure ou vous ne savez pas le mode de calcul de cet impôt. Que DIEU vient à notre secours.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 13:48, par Leberger En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    Pendant qu’on demande une trêve sociale on crée les conditions pour qu’elle n’ait pas lieu. Paradoxal tout de même.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 13:57, par Leberger En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    C’est à ne rien comprendre.pendant qu’on demande une trêve sociale on crée des situations pour qu’elle n’ait pas lieu. Paradoxal tout de même

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 14:08, par sa En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    BONJOUR A TOUS.
    S’il vous plait je vous demande de nes pas bruler ce pays. Ce âys est dans des difficultés. Meme si un soit disant prend ce pays aujourd d’ui l aura des difficultés. je vous demande vous tous qui voulez la paix de ne pas bruler ce pays. Nos familles sont endeuillées, il y a l’insécurité.
    Je ne suis pour qui que se soit mais je veux la paix.
    Je vous demande en toute sincérité est ce que les fonctionnaires qui nous sommes nous donnons le meilleur de nous meme au service.
    Je donne un exemple, nous medeci, un medecin qui est au public et qui ne fait 4 jpurs maximum au public et le reste de son teps il le passe au Privé ?? Quand dites Vous ?
    Dans les lycées je connais des professeurs qui n’ont que 5 heures de cours par semaine à Ouaga et le reste ils sont dansle Privé ?il gagne le meme salaire au public qu’au privé. Les deux salaires reunis à la fin du mois il se retrouve avec un double salaire.
    A l’enseignement de base, ils sont deux dans chaque classe, les ICP ne partent pas tous les jours à l’école, ils font Un jour sur Deux et le reste ils sont dans le privé.
    Je vous demande surtout ceux là qui veulent le bien de ce pays de revoir les copies, vous avez des DROITES, certes MAIS DES DEVOIRS aussi. QUE BASSOLMA éduqe bien ses militants.
    Vous voulez qu’on construise des routes, des écoles, des barrages et vous ne voulez pas donner un franc, l’occident ne s’est pas developpé de la sorte. Et ce sont ces meme gars à tout moment on critique et quand il s’agit de fournir un effort, on sabote. Les occidentaux ne se sont pas developpés de la sorte. Je vous dit et je vous le dit vous n’avez pas tiré une léçon de se qui s’est passé, il est temps pour nous de nous comprendre. VIVE LE BURKINA FASO.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 14:17, par konoba En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    Mes chers amis, grever seulement, grever comme vous le souhaiter, c est parce que vous avez des emplois certains avec par dessus tout une sécurité de l emploi que vous vous comportez de la sorte.
    Le nombre de jours non travaillés, pas de salaire à la proportionnelle,

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 15:05, par sa En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    J’ai beaucoup peur pour l’avenir de ce pays.
    pas de tolérance, ils sont prets à bruler ce pays.
    De grace on a beaucoup souffert, le peuple souffre.
    Je vous demande de mettre un peu d’eau dans votre vin. L’occident s’est construit sur la base des impots/ C’est vous qui reclamez les meilleures conditions de vie et de travail et on refuse de cotiser.
    Continuez à créeer un désordre .
    Je vois des enseignats qui ne peuvent pas faire 5 heures de cours par joiur, des professeurs de lycées qui ont 5 heures de cours par semaine loin de la moyenne hebdomadaire, MAIS QUI EST PARTI HONNETEMENT VERSER SON SALAIRE. je vous assure que beaucoup de fonctionnaires ne mérite pas le salaire qu’on les verse par moi.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 15:09, par gongoni En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    Faut-il avoir pitié du président RCMK ou le plaindre ? Hélas tout comme BLAISE COMPAORE a été victime des membres zélés de son entourage et des griots aveugles de son parti le CDP ,il y a de très fortes chances, que RMCK aussi soit victime des va -t- en guerre de son MPP ,et des affairistes répugnants ,genre Simon COMPAORE, et le Maire de OUAGADOUGOU et bien d’ autres ministres inconscients ,dont l’incompétence le dispute à l’irresponsabilité .
    Mais ce qui est par contre incompréhensible et difficile à admettre, c’est que le président RMCK ,qui a pourtant vécu en direct toutes les péripéties de la gestion du pouvoir de son prédécesseur ,puisse se laisser entrainer docilement et très naïvement dans les grossières erreurs qui ont entrainé justement la chute honteuse de son prédécesseur confiné aujourd’hui à vivre dans un exil déshonorant dans un pays voisin .
    Alors, comment s’en sortir maintenant face à la déferlante des crises et grèves qui s’annonce ?
    En politique ,il y a des moments ,où il n’ y a pas de sentiments et où il faut oser faire des choix et des décisions hardies ,voire commando quitte à déplaire à son propre camp . C’est pourquoi, personnellement ,je pense que le président du FSAO doit impérativement dissoudre dans un premier temps le gouvernement pour freiner stratégiquement l’élan des syndicats qui seront bien obligés de ralentir leurs divers mouvements en attendant d’avoir des négociations avec la nouvelle équipe gouvernementale.
    Ensuite, pour la formation de ce nouveau gouvernement ,même si le premier ministre Christophe DABIRE peut être maintenu, il faut débarrasser l’équipe gouvernementale de tous ces ministres affairistes notoires ,griots de circonstance ,parasites ,incompétents, n’ayant aucun sens de l’Etat ,ni expérience de la gestion de l’Administration publique à un certain niveau de responsabilité ,avant leur nomination comme ministre .
    Tant que le président RMCK ne sera pas assez fort pour rejeter l’influence nocive de certains chefs coutumiers ,d’hommes d’affaires ,d’occultes marabouts , de Mme et de beaux parents et bien d’autres amis et parents plus ou moins proches de lui qui lui proposent les personnes à nommer aux hautes fonctions de l’Etat ,il sortira de l’histoire de notre pays par la toute petite porte et avec la honte, sinon l’exil comme l’autre .

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 15:16, par moi ossi En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    A travers les réactions de certains internautes, il me semble que beaucoup (les non fonctionnaires) ne savent pas que les fonctionnaires payent déjà l’IUTS et sont même de bons payeurs (coupure à la source). Il faut donner la vraie information aux gens. je sais par exemple que les agents B et A payent déjà en moyenne entre 100 000 et 250 000 f ( voire plus) d’IUTS par an. Pourquoi avec ça un certain Lepenseur va penser que les fonctionnaires ne payent pas l’impôt ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 15:46, par YAWOTO En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    Complément,quand je parle de prendre comme base le salaire brut, il s’agit de supprimer totalement les exonérations sur les indemnités , puisque la base de calcul actuelle qui s’applique sur le brut bien sûr tient compte des exonérations du fait des indemnités. S’il n y a pas une quelconque exonération parce qu’une partie du salaire représente des indemnités, le problème n’est-il pas résolu ? Il s’agit maintenant de trouver le bon taux applicable, WEBMASTER, laisse tomber l’avant dernier message.

    Répondre à ce message

    • Le 3 mars à 13:12, par par iuts En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

      AHA bon, Yawoto, vous voyez déjà que vous êtes en train de lutter contre les petites catégories ? Si les petits, se laissent emballer par les syndicats, c’est sera leur problème. Pourquoi, dire d’appliquer le même taux sur toutes les indemnités ? Est-ce que quelqu’un qui gagne 727.200 F d’indemnités et quelqu’un qui gagne 50.000 F d’indemnités peuvent être traitées de la même manière ?. Si j’ai bien vu sur votre tableau de comparaison des iuts de janvier à février, il y a des gens qui ont indemnités de fonction de 727.000 F + 80.000 d’indemnités de logement pour un total de 807.000 f d’indemnités et vous voulez qu’on appliquent un même taux avec celui qui a 30.000 d’indemnités de fonction+ 40.000 f d’indemnités de logement dont 70.000 f. Ne soyez pas trop égoistes car les petits là aussi, ont besoin de se nourrir et de se vêtir. En tout cas, pour moi, les petits devaient soutenir l’application de l’IUTS. Et je sais qu’ils vont le comprendre, mais tard.

      Répondre à ce message

  • Le 27 février à 16:07, par figo En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    Quand on parle de cause nationale et d’avenir, les petits esprits à l’image de T. doivent se tairent. Il ne s’agit pas ici de tes 2000 ou 3000, mais de l’utilisation probable de l’ensemble des 2000 ou 3000 de tous (à l’image de ce qu’à fait un élu) ; et de prévarication, de népotisme, de pillage de ressources, de non respect des engagements, etc. Après avoir octroyé des milliards aux sociétés minières, aux entreprises sous couvertures etc. on vient pour prendre 2000 F chez toi et tu réfléchis comme cela. Que feront-ils après ? Quand à ceux qui ne réfléchissent pas (à l’image des deux premiers intervenants) qu’ils sachent que si la majorité des fonctionnaires devient entrepreneurs ou commerçants comme ils le suggèrent, c’est eux qui disparaîtront. Du reste, beaucoup de fonctionnaires paient déjà plus d’impôts que ceux payés par le régime pour déblatérer ici.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 17:18, par Nikiéma Tégawendé Zéfirin En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    Pour moi je dirai que nos dirigeants doivent retourner en arrière pour avoir une collaboration plus équitable avec le peuple car la volonté de la majorité fait la volonté generale

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 17:30, par Lom-Lom En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    Bonjour la mise à plat des salaires et autres rémunérations dans la Fonction Publique ! Quelque soit le régime présent ou à venir, cette question restera comme un boulet dans les gorges et les gosiers des syndicats de gourmands qui pensent que toutes les ressources du pays doivent être servies pour eux seuls. Vivement que cette Conférence Nationale sur les salaires arrive vite et on verra si les agents du Public les plus mal payés à égalité de diplôme et de qualification et le peuple des non-salariés, des gens du secteurs informel et autres vont se laisser faire en matière d’utilisation des ressources nationales. Comme on le répète, à force d’être exigeant on finit par mettre dans la rue et porter à la connaissance de peuple, les avantages indus que certaines corporations se sont taillés sur le dos des contribuables (Fonds Commun du MINEFID, autres indemnités de domesticité pour des Magistrats, Faites des grèves à vie si vous voulez !

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 20:49, par Vérité indiscutable En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    Si le peu d’argent qu’on a est mangé par des systèmes vampires, personne ne peut s’opposer aux syndicats. Ils travaillent pour manger ; ils ne font pas de la politique pour exister. Ce n’est pas la politique qui tient le pays debout, c’est bien le travail de ces vaillants travailleurs qui fait que le Burkina est Burkina.
    Même si mon commentaire ne passe pas, c’est pas grave : il faut valoriser le travailleur. Sans ça, aucun président ne peut gouverner un pays.
    NON A CET IMPOT !

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 21:26, par Sacksida En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS

    A vrai dire, les arguments du pour et du contre sont tout fait valables, mais la responsabilite de la crise sociale revient au gouvernement, car si depuis le debut en janvier 2016, il avait ete transparent dans ses rapports avec les syndicats et rechercher dans une concertation plus large des travailleurs publics on en serait pas dans cette situation actuellement. Ils sont commence a distribuer de l’argent de gauche a droite, aux ministres et a certains corps de metiers donnant l’impression qu’il y’a beaucoup d’argent dans les caisses. De surcroit, il a creer des structures et avec des nominations pour caser des amis politiques. J’avais dis a l’epoque que lorsque un margouillat se coud un pantalon, il sait par ou sortir sa queue. En tout etat de cause, dans une situation scabreuse comme celle la, seule une large concertation nationale peut trouver des solutions adequates et salutaires dans une gestion
    transparente et efficace. Que Dieu aide le peuple du Burkina Faso, pour lequel des revolutionnaires et des patriotes ont sacrifies leur vie. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février à 14:30, par pepi2 En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’extension de l’IUTS

    TOKOUMA SI LA FORCE RESTE A LA LOI, LE CDP ALLAIT ETRE TOUJOURS LA ! IL Y’A LA LOI MAIS IL FAUT ECOUTER SON PEUPLE AUSSI ! SINON QUE LE MPP RISQUE LE MEME SORT QUE LE CDP ! D’AILLEURS LE MPP NOUS APPORTE QUOI……… !!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars à 13:30, par par iuts En réponse à : Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’extension de l’IUTS

    Mon souhait est que MPP accepte quitter le pouvoir et laisser la place à d’autres et on se verra ici. Si Blaise n’avait pas quitter, on n’allait s’attaquer à Rock. Il faut même que le gouvernement ait le courage de négocier avec les militaires pour les ceder le pouvoir afin qu’ils puissent ramener l’ordre dans le pays.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fermeture des lieux de réjouissance : « Je refuse de vendre mon corps pour de l’argent », déclare une serveuse
Ouagadougou : Un incendie fait des dégâts matériels dans un immeuble au centre-ville
Situation nationale : le RENLAC milite pour l’annulation ou à la suspension de l’IUTS.
Lutte contre le Covid-19 : l’Association Professionnelle des Sociétés d’Assurances du Burkina (APSAB) assure avec 50 millions de F CFA
In memoria : Tibila Mathurin NOUGTARA
Coronavirus : A Pazaani, les déplacés internes appliquent l’hygiène
Fermeture des marchés et yaars : Le Conseil national de l’économie informelle mobilise 122,25 tonnes de vivres pour soutenir ses militants touchés
Lutte contre le Covid-19 : Orca Deco offre du matériel médical au CHU de Tingandogo
Lutte contre le coronavirus : L’étudiant Issiaka Porgho fait don de 350 masques à ses camarades à Bobo-Dioulasso
Lutte contre le Covid-19 : Le DG de la SNC, Bamassa Ouattara, apporte sa contribution dans les Cascades
Mesures sociales au Burkina Faso : Evitons le copier-coller
Suspension des salaires des agents de l’éducation : Le syndicat de l’éducation de base exhorte les travailleurs à rester solidaires et mobilisés.
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés