Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès est d’obtenir ce que vous voulez. Le bonheur est de vouloir ce que vous obtenez» Dale Carnegie

Communauté du chemin neuf : Un atelier pour promouvoir le dialogue interreligieux et intercommunautaire au Sahel

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • vendredi 8 novembre 2019 à 19h15min
Communauté du chemin neuf : Un atelier pour promouvoir le dialogue interreligieux et intercommunautaire au Sahel

Du 6 au 7 novembre 2019 s’est tenu, à Dori, un atelier d’information, de formation et de mobilisation pour le dialogue interreligieux et intercommunautaire. La rencontre, qui a connu la participation des différentes confessions religieuses et de l’administration publique du Sahel, a été organisée par la Communauté du chemin neuf.

Le Burkina Faso, en particulier la région du Sahel, vit un contexte sécuritaire très difficile. Consciente que le développement de la région ne peut se faire sans la paix, le dialogue inclusif et le vivre-ensemble, la Communauté du chemin neuf, avec l’appui financier du Consortium Solidar Suisse – Union fraternelle des croyants de Dori (UFC-Dori), a organisé, les 6 et 7 novembre à Dori, un atelier de formation, d’information et de mobilisation des acteurs et bénéficiaires d’initiatives de dialogue interreligieux et intercommunautaire.

La rencontre vise à contribuer à un changement qualitatif durable des rapports intercommunautaires, intra et interreligieux et avec l’Etat, pour une cohésion sociale dans un environnement mieux sécurisé dans la région du Sahel. Elle avait aussi pour ambition de contribuer à l’atteinte de l’objectif spécifique 2 du projet qui est de favoriser et mettre en œuvre le dialogue intra, interreligieux et intercommunautaire entre acteurs de la région du Sahel, les services et administrations ainsi que les communautés de foi.

Pour ce faire, les participants ont d’abord eu droit à un exposé sur la vision de la Communauté du chemin neuf, son historique, sa spiritualité et son charisme ; son approche dans la construction de l’unité (dialogue), ses expériences, ses défis et perspectives. Suite à cet exposé, un panel portant sur le thème « L’islam, le christianisme, l’administration burkinabè et la pratique du dialogue interreligieux et intercommunautaire ainsi que l’historique, l’enjeu, les défis, l’expérience et les perspectives » a été servi aux participants. Trois panelistes ont animé les échanges. Des vidéos sur les rapports entre christianisme et islam ont été diffusées.

Selon Henri Rouamba de la Communauté chemin neuf, ces séances de vidéo et panels sont de nature à permettre aux participants de prendre ensemble conscience des réalités, enjeux et défis du dialogue interreligieux et intercommunautaire comme exigence des foi, de société, de culture de cohésion sociale et humaine, mais aussi de développement holistique. Il note que la communauté chrétienne a pour spiritualité le charisme de travailler pour l’unité. « Au Burkina, nous avons le sentiment qu’à un certain moment, on a dormi sur nos lauriers. Les ancêtres, nos parents avaient une certaine maturité et des structures de base qui leur ont permis de vivre ensemble et de faire la place à l’autre », a-t-il laissé entendre.

Monsieur Rouamba estime que cet héritage s’est détérioré avec le temps parce ce qu’il n’a pas été cultivé. Pour lui, si chaque individu apporte ce qu’il a, l’on peut reconstruire de plus belle ce que nos ancêtres nous ont légué, à savoir l’acceptation de l’autre, le vivre-ensemble et la paix.

Henri Rouamba de la Communauté chemin neuf

Quant à Tidainie Cissé, le représentant du grand imam de Dori, il affirme que la cohésion sociale entre les religions et le dialogue entre les peuples sont écrits dans le saint Coran. Et l’initiative de la Communauté chemin neuf est un appel à plus de cohésion sociale dans la région du Sahel. De son avis, depuis plus de 50 ans, les chrétiens et les musulmans œuvrent pour le vivre-ensemble et l’acceptation de l’autre dans la région.

De son côté, abbé Jules Nikiema, prêtre à la cathédrale de Dori et représentant l’évêque, a rappelé que « la mission de l’église est de faire de la promotion de la paix entre les croyants de différentes confessions religieuses son cheval de batail ». Il souligne que les objectifs de l’atelier entrent en droit ligne du la mission de l’église catholique. Le prêtre a souhaité alors que cet atelier fasse tache d’huile dans la promotion de la paix et du vivre-ensemble.

Les deux jours de travaux ont permis aux participants de partager leurs expériences, les défis et les perspectives de chaque confession religieuse et de l’administration, pour plus de dialogue inclusif et une meilleure cohésion sociale dans la région du Sahel.

Daoula Bagnon
Correspondant Dori

Photo 3 : Henri Rouamba de la Communauté chemin neuf

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation sécuritaire au Sahel : L’appel "pressant" des conférences épiscopales Burkina-Niger, du Mali, de la Côte d’Ivoire et du Ghana
Burkina : La ville de Djibo ravitaillée avec succès en carburant par les FDS
Crise humanitaire au Burkina : La commune de Aribinda lance un SOS
« Kunadia O’ » : 576 et 628, les deux numéros tirés au sort
Amicale des femmes de la BOA : Un dîner-gala pour célébrer la solidarité entre les femmes de la banque
Ecole privée de santé Sainte Julie de Tenkodogo : 187 diplômés prêts à servir dans les centres de santé
Région du Centre-Est : L’excellence à l’école primaire célébrée pour la 13e fois
Bobo-Dioulasso : L’Amicale des femmes de la Bank of Africa vole au secours des personnes démunies
3e édition du forum international francophone de l’évaluation (FIFE) : Le REBUSE plaide pour l’institutionnalisation de l’évaluation au Burkina Faso
Journée mondiale du diabète 2019 : « La lutte concerne chaque famille » (Léonie Lougué, ministre de la Santé)
Diabète au Burkina Faso : Plus d’un million de personnes touchées
Recrutement à la CNSS : « Nous avons foi que la lumière sera faite dans ce dossier et que les responsabilités seront situées », dixit le Réseau national de lutte anti-corruption
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés