Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Etat de la corruption en 2018 : La douane déclasse la police municipale et prend la tête

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki • lundi 30 septembre 2019 à 23h30min
Etat de la corruption en 2018 : La douane déclasse la police municipale et prend la tête

Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) a présenté son rapport 2018 sur l’état de la corruption au Burkina, ce lundi 30 septembre 2019 à Ouagadougou. La douane et la police municipale occupent respectueusement les première et deuxième places, et l’exemplarité de l’Etat n’est pas perceptible.

Pour l’année 2018, la douane est perçue comme le service où les pratiques de corruption ont été les plus fréquentes. C’est ce que le rapport 2018 sur l’état de la corruption au Burkina Faso indique, d’après l’enquête du Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC).

La police municipale, quant à elle, perd sa place de leader de 2017 et occupe la deuxième place en 2018. Suivent successivement la DGTTM (Direction générale du transport terrestre et maritime), la gendarmerie nationale, la police nationale, l’enseignement secondaire et la justice.

Des exemplaires du rapport ont été remis symboliquement aux partenaires

Comparativement au rapport 2017, la SONAGESS (Société nationale de gestion des stocks de sécurité alimentaire) et le CCVA (Centre de contrôle des véhicules automobiles) ont fait leur apparition dans le classement de 2018.

Les résultats du rapport indiquent que la corruption demeure un phénomène fréquent au Burkina Faso. « Tout comme en 2017, sept enquêtées sur dix estiment que la corruption est fréquente, voire très fréquente, au Burkina Faso », enrichit le document.

L’enquête de la perception de la corruption a porté sur un échantillon de 2 016 personnes âgées d’au moins 18 ans dont 50,1% de femmes et 71,1% de scolarisés. Le sondage s’est déroulé du 8 au 20 novembre 2018 sur la base d’un échantillonnage par quota tiré de la population en adéquation avec le Recensement général de la population et de l’habitation (RGPH 2016) dans les treize régions du Burkina.

Des ordres de mission visés avant la date

Il ressort, des expériences de corruption vécues au quotidien par les citoyens, que 327 personnes, soit 16% des 2 016 enquêtées, ont offert directement au moins une rétribution illégale en 2018 à un agent public en échange d’un service non-soumis au payement.

Ce document du REN-LAC révèle également des témoignages des enquêtés. Comme celui-ci : « Ce sont les ordres de mission qu’on vise au commissariat pour le retour. Lors de nos rencontres au service de l’agriculture de Manga, on cotise une somme pour aller donner aux policiers pour qu’ils visent nos ordres de mission avant le jour-j. On était 44 et chacun a donné 1 000 francs donc en tout 44 000 francs », a confié un salarié de 42 ans à Manga.

Appréciation des actions de lutte anti-corruption

Le rapport note que près de la moitié des enquêtés (49,6) ne sont pas satisfaits de l’action du gouvernement contre la corruption au Burkina, contre seulement 15,7 qui déclarent être satisfaits.

« L’analyse montre que la détermination du président du Faso ainsi que son gouvernement à lutter contre la corruption n’a pas été très perceptible », a indiqué Sagado Nacanabo, le secrétaire exécutif du REN-LAC. C’est pourquoi, le REN-LAC appelle à plus de volonté politique et d’exemplarité au sommet de l’Etat.

Sagado Nacanabo, secrétaire exécutif du REN-LAC

Parlant d’exemplarité de l’exécutif, deux faits majeurs ont été cités à titre illustratif : « la rocambolesque affaire de perte d’argent à la résidence de la ministre de Promotion de la femme et de la Solidarité nationale, Marie Laurence Marshall Ilboudo, et la somptueuse villa de l’ancien ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, Jean Claude Bouda, à l’occasion de la fête du 11-Décembre à Manga ».

Le pouvoir législatif aussi a manqué d’exemplarité. Comme bel exemple, le président de l’Assemblée nationale himself, qui, selon le rapport, s’est particulièrement distingué au cours de l’année 2018 à travers des actions populistes de solidarité et de charité qui suscitent toujours de nombreuses interrogations au sein des institutions engagées contre la corruption. « Le rapport note que Bala Sakandé devrait plutôt peser de tout son poids pour faire voter, en tant que président de l’organe législatif, des lois à même de créer des conditions propices à la lutte contre la pauvreté (Ndlr) ».

Des sanctions disciplinaires systématiques…

Comme à l’accoutumée, le REN-LAC a formulé des recommandations pour une lutte plus efficace. A l’endroit des acteurs étatiques, il est demandé de prendre systématiquement des sanctions disciplinaires à l’encontre des agents publics impliqués dans des cas de corruption. Il faut améliorer le mécanisme de redevabilité dans l’exécution de la commande publique et adopter urgemment des textes sur la protection des lanceurs d’alerte et des dénonciateurs des pratiques de corruption.

Pour les acteurs non-étatiques, le REN-LAC leur recommande de poursuivre la veille citoyenne en matière de lutte contre la corruption et de veiller au traitement diligent des cas de corruption dénoncés pour susciter davantage des dénonciations.

Quant aux services perçus comme les plus corrompus, il faut « instituer urgemment des contrôles réguliers au niveau des activités perçues comme étant celles qui offrent le plus d’opportunités aux pratiques corruptrices ». Le REN-LAC recommande également d’instituer des séances de sensibilisation sur la corruption et ses méfaits.

Le rapport 2018 est un document de 149 pages scindé en deux parties. La première partie porte sur la méthodologie, la deuxième traite des résultats du sondage ainsi que l’analyse des actions de lutte contre la corruption au Burkina Faso et les recommandations.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 1er octobre à 04:26, par Rouleur En réponse à : Etat de la corruption en 2018 : La douane déclasse la police municipale et prend la tête

    Ça fait pitié !Que des institutions qui doivent donner l’exemple mais hélas.. Burkina de "plus rien ne sera comme avant " "lol"

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 06:42, par La barbe En réponse à : Etat de la corruption en 2018 : La douane déclasse la police municipale et prend la tête

    Hum, pauvre Burkina Faso ! Ce sont ceux-là même qui sont sensés protéger les pauvres citoyens et lutter contre ce fléau qui sont les plus corrompus : police, gendarmerie, etc. Et quand un simple citoyen essaie, ne serait ce un seulement, tu les voies bander leurs muscles sur toi.

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 07:37, par Lepop En réponse à : Etat de la corruption en 2018 : La douane déclasse la police municipale et prend la tête

    Felicitations. Mais, la corruption gagnera toujours du terrain tant que les corrupteurs continueront de payer et venir après se plaindre dans les grins de thé, les dêbits de boisson ou ailleurs. Combien parmi eux refusent de payer et portent plainte ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 08:14, par A qui la faute ? En réponse à : Etat de la corruption en 2018 : La douane déclasse la police municipale et prend la tête

    Félicitations aux lauréats. Leurs enfants seront à l’abri de la misère.
    Plus sérieusement cela n’apporte aucune information à aucun burkinabè. La corruption a appuyé sur l’accélérateur car en face il savent qu’il y a l’impunité, l’immunité même. Deux domaines m’intrigent le plus
    - Pour les douaniers : formés pour être un corps para-militaires, ils se convertissent en caissiers, comptables en prenant l’argent liquide. Pour les cas classiques, on ne pouvait pas enregistrer les usagers, leur donner des tickets pour qu’ils aillent payer à leurs centres d’impôts ? Ou mieux informatiser ça ? N’oublions pas non plus que la circulation de l’argent liquide attire les coupeurs de route, affaiblissent l’économie en vidant les banques, ce qui entraine les taux de crédit élevés, la chaine est longue...
    - Pour le président de l’assemblée nationale : c’est la première fois que je vois ça dans un pays. Au lieu de prendre des mesures légales qui orientent l’économie vers le développement il prend les caisses pour faire de l’aumone et de la campagne, soigner son image. Il confond les doua pour aller au paradis avec les devoirs de l’institution nationale. Faites les distributions avec votre salaire si voulez

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 08:45, par Maxi maxi En réponse à : Etat de la corruption en 2018 : La douane déclasse la police municipale et prend la tête

    On était 44 et chacun a donné 1 000 francs donc en tout 44 000 francs », a confié un salarié de 42 ans à Manga.
    Où se trouve le secret professionnel ?(préservation de l’identité de l’agent enquêté)
    On ne peut pas vous aider même un peu. C’est pourquoi la population a peur de vous

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 11:20, par Djamana Tigui En réponse à : Etat de la corruption en 2018 : La douane déclasse la police municipale et prend la tête

    Que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre, athelons nous à lutter contre la grande corruption à échelle de milliards(charbon fi... Lol) et laisser les petits chercher leurs "nassongo" pour nourrir leurs enfants !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 12:14, par Made En réponse à : Etat de la corruption en 2018 : La douane déclasse la police municipale et prend la tête

    Félicitation à la Douane, et bon courage à la police. Vous faite honte à votre corps. Et vous devrez vous cacher de honte, car même un enfant de CE1 sait que les Douaniers et les Financiers de l’Etat sont corrompus jusqu’aux os. Juste une question à ces gens : Quelle éducation donnent-ils à leurs enfants ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 12:16, par K.B En réponse à : Etat de la corruption en 2018 : La douane déclasse la police municipale et prend la tête

    Le probleme doit etre reglè a la source...les salaires de bases dans toutes les structures d’etat sont lamentable. Il nya pas de controle qui supprimera le probleme. Il nya pas non plus de systeme sans faille. Quand les salaires seront respectables et suffiront a vivre de façon decentes, les sensibilisations commenceront a servir.

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 12:40, par Indjaba En réponse à : Etat de la corruption en 2018 : La douane déclasse la police municipale et prend la tête

    Mais la corruption à la douane est psychologiquement acceptée par la population. Les douaniers sont d’ailleurs conscients de cette toletance que la population a vis à vis de la corruption dans leur domaine. Consequences, les douaniers d’aujourd’hui ne se cachent meme plus pour exprimer leur opulence fruit de la corruption. Ils roulent sans gene en grosses cylindree, ils ont x femmes et chacune avec sa villa et sa caisse rare, ils utilisent les derniers cri de portables, ils ont des R+n et d’autres biens immobiliers en pagaille dans les quartiers, ils font les vacances en famille aux USA en Europe, ils ont des chauffeurs personnels en famille, des vigiles, des cuisiniers, ils ont inscrits des proches dans les universités de luxe aux USA, ils sont dans les grands restos et dans les soirées champagne de la capitale, ils ont des fermes et des societés gerées par des prete noms, ils font des baptemes et des mariages pompeux, ils font la loi dans leur village d’origine. Bref toute cette expression de l’opulence est faite par des fonctionnaires dont le salaire mensuel (incluant FC, prime de rendement, prime de saisie de fraude, heure sup etc.) ne depassant guere les 500000CFA. Le comble est que tout se passe sous la barbe de tout le monde qui tolère et qui c’est ’’normal, c’est un douanier’’. On s’en prend à Rama et à Bouda pour zero sinon le delit d’apparence est partout. Maintenant pour les solutions je recommande qu’on simplifie les procedures et les delais d’attente dans les services publics (90% des causes de corruption sont liées au fait que les gens veulent gagner du temps). Autre solution, il faut pieger les agents, les idenfier, les sanctionner jusqu’à la revocation. La corruption rend la vie chère pour les autres citoyins. Le douanier ne discute pas prix de parcelle donc les vendeurs de parcelles font de la surenchere et cela complique la situation pour les autres citoyins qui n’ont pas pas assez de moyens.

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 15:41, par HUG En réponse à : Etat de la corruption en 2018 : La douane déclasse la police municipale et prend la tête

    Voyez vous mon pays est malade. Il est même très malade. Comment des structures qui sont sensées lutter contre la corruption (police, gendarmerie, justice) sont citées dans les structures les plus corrompus. RENLAC, merci pour votre travail mais à un certain moment il faut revoir votre stratégie. Vous dénoncez à chaque fois, mais il n ya rien contre les fautifs.

    Répondre à ce message

  • Le 1er octobre à 18:15, par Indjaba En réponse à : Etat de la corruption en 2018 : La douane déclasse la police municipale et prend la tête

    Il faudra alleger les procedures administratives à tous les niveaux pour permettre aux usagers de l’administration publique de gagner du temps et cela reduira la corruption à plus de 60%. Tu arrives dans un service on te fait attendre des mois, on te fait remplir des formulaires et des demandes que personnes ne lit. On te demande des infos qui existent dejà dans l’ordinateur ou dans la paperasse de celui qui te les demande. Pleins d’exempleS qui enervent souvent. On te demande une copie legalisee de la CNIB QUe tu forunis et ensuite on te fait remplir un formulaire où on te demande ton nom Ta date de naissance et celui de tes parents. Double recolte d’identité qui fait perdre du temps. Consequence l’usager corrompt pour aller vite. Sinon l’usager à quel interet à payer les frais normaux pour legaliser et en donnant 1000f à un parker pour intervenir aupres d’un policier legalisateur ? Idem au niveau de la DGTTM où tu paies les frais normaux et tu paieS un parker qui rentre corrompre un cadre Ventru bac+n qui n’a meme pas honte de parler de deal de 1000f avec un parker au bord de la voie. Pitié !

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 10:26, par M.S. En réponse à : Etat de la corruption en 2018 : La douane déclasse la police municipale et prend la tête

    Ce n’est pas simple ! Par où faut-il commencer ? Et si on regardait les choses autrement ? Plutôt que de continuer à classer les structures en termes de "plus corrompue" (ce qu’on fait depuis longtemps et rien ne semble changer), et si on commençait à classer la population en termes de "catégorie la plus corruptrice ??? » Peut-il exister de corrompus sans corrupteurs ? Lorsque des acteurs se concertent, s’organisent et se cotisent pour aller offrir "une rétribution illégale" à un agent pour "un service irrégulier / illégal / inopportun", à qui revient en plus la faute ? A l’agent ou à ceux qui de façon préméditée ont suscité l’action illégale de l’agent ? La lutte contre un fléau a des chances d’aboutir lorsque les fautifs sont l’exception et ceux qui se comportent bien sont la règle. Lorsque dans une communauté, la très grande majorité préfèrent continuer à être comme avant tout en prêchant le changement chez les autres, le chemin restera long, qui même au meilleurs des mondes possibles. Lorsque, ensemble, sciemment ou inconsciemment, nous faisons la promotion des contre-valeurs, il nous restera encore beaucoup d’études à mener et de rapports à écrire. Vous avez évoqué le secteur de l’éducation ? Disons-en un mot. A cette rentrée des classes, comme à chaque rentrée d’ailleurs depuis des années, des places sont vendues AU PUBLIC, à ciel ouvert, et ça parait normal ! Tellement normal que l’acheteur a fini par croire et intégrer que le vendeur lui rend service .... Comment peut-on venir en aide à des gens qui ont avalé la pilule de leur propre destruction. C’est le printemps des contre-valeurs. Jusqu’à quand ???

    Répondre à ce message

  • Le 3 octobre à 08:57, par ELKABOR En réponse à : Etat de la corruption en 2018 : La douane déclasse la police municipale et prend la tête

    Continuez de gaspiller votre temps, du papier, de la salive et de l’encre...rien ne va changer parce que "en face c’est maïs". Il n’y a rien : le chien aboie la caravane passe ! Dans quel conseil des ministres vous avez entendu qu’on a suspendu quelqu’un pour corruption ?. Et pourtant du temps de Thom Sank on dégageait, on suspendait... qui était fou ? Aujourd’hui on a même voté la loi dite de "délit d’apparence". Si tu as volé, corrompu et on n’a pas pu t’attraper mais au moins quand tu commences à faroter on devait te demander où tu as eu ton argent ? La loi autorise cela, mais c’est qui va oser te demander ? Regardez dans déclaration des biens des ministres vous allez commencer à comprendre pourquoi les uns ne peuvent pas décider de poursuivre les autres ! Donc l’affaire de corruption ce n’est pas l’affaire de texte, ni de loi. C’est la volonté qui manque pour lutter contre ce fléau, c’est tout ! Donc cessez de nous rabattre les oreilles avec vos classements annuels et vos belles cérémonies de célébration de ces classements, après ca on fait quoi ? Tout le monde rentre chez lui et c’est terminé : rendez-vous au prochain rapport de classement et à la prochaine cérémonie de célébration.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Association des investisseurs en trading : Les membres lancent un SOS pour le dégel de leurs comptes
Education financière : United Nations Capital Development Fund forme deux institutions de microfinance
Rencontre nationale Etat/Secteur privé : Un cadre d’échanges en vue d’améliorer le climat des affaires
Semaine africaine de la microfinance : Plus de 700 participants attendus à Ouagadougou
2e Compact du MCC : Les procédures de passation de marché expliquées aux entreprises burkinabè
Secrétariat Permanent pour la Promotion de la Microfinance : le groupe de travail sur la finance digitale tient sa réunion introductive
20e rapport Africa’s Pulse de la Banque mondiale : Le secteur des services a perdu de son élan et la croissance du secteur agricole est restée atone
Accès des femmes à la terre au Burkina : Les enjeux économiques en réflexion
Fermeture des frontières nigérianes : Des importateurs burkinabè affectés par la mesure
DIACFA Automobiles présente ses camions Renault Truck aux clients
Projet d’aménagement et de valorisation de la plaine de la Léraba : La BAD apporte 21 milliards de F CFA
Programme d’appui à la gestion publique et aux statistiques : Des documents pour améliorer la gestion des moyens de l’Etat
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés