Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’EST plus facile d’enseigner que d’éduquer, parce que pour enseigner il suffit de savoir, alors que pour eduquer vous devez l’être» A.Hurtado

Jacques Chirac : « Il était l’ héritier d’un système mis en place à l’époque de la présidence du général De Gaulle », Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET | Par Edouard K. Samboé • jeudi 26 septembre 2019 à 15h11min
Jacques Chirac : « Il était l’ héritier d’un système  mis en place à l’époque de la présidence du général De Gaulle », Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina

Haï par certains et adulé par d’autres, l’ex-président Jacques Chirac a demeuré jusqu’à sa mort, l’un des hommes politiques les plus controversés de la Ve république française, de par ses prises de positions, lorsqu’il s’est agi de la politique française de l’Afrique. L’ancien président français, gaulliste de son état et considéré comme un tenant de la Françafrique , a tiré sa révérence, ce jeudi, 26 septembre 2019, à l’âge de 86 ans. Les opinions fusent et les émotions s’expriment à l’annonce de sa mort. Joint au téléphone, l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Luc Hallade, répond aux questions de Lefaso.net.

Lefaso.net : Pourquoi Chirac était-il considéré comme « le plus africain des présidents français » ?

Luc Hallade : Ecoutez, j’ai un peu du mal à répondre à cette question, mais le président Chirac a toujours manifesté un attachement particulier à la relation entre la France et l’Afrique ; ce n’était pas un attachement typique, lié aux questions de développement ; c’est un attachement plus profond que cela.

C’est un homme qui, au-delà de sa stature politique, savait avoir son carnet secret en quelque sorte ; c’est un homme qui s’intéressait à la culture, c’est lui qui a été à l’origine du musée Quai Branly, musée des arts premiers. Il était attaché aux aspects culturels et humains.

Il a été toujours proche des gens. C ’est pourquoi il a une image assez extraordinaire auprès de la population française, bien qu’il ait quitté ses fonctions depuis maintenant longtemps. C’est quelqu’un qui savait écouter et être proche des gens, être direct et ne pas se laisser fermer par le protocole. C’est quelqu’un qui a voulu parler aux gens, et c’est pourquoi il a eu cette aura, cette réputation et cette affection vis-à-vis des populations africaines.

Quel a été le rôle de Chirac dans la politique africaine de la France mise en place par De Gaulle ?

L’histoire des relations entre la France et l’Afrique en général et les pays africains d’une manière assez particulière, ou d’éventuelles colonies françaises, telle qu’elle est, le président Chirac a été héritier d’un système qui a été mis en place à l’époque de la présidence du général De Gaulle. Il était lui-même gaulliste, donc le système a perduré en ce sens qu’il reposait sur un lien personnel, particulier et proche entre les dirigeants français et leurs homologues en Afrique.

C’est un système qui est maintenant révolu, qui a disparu et qui est historique, en ce sens qu’il ne répond plus à notre époque : les temps ont changé, les gens ont changé et les responsables ont changé. C’est une question de génération, il était d’une génération où les choses étaient différentes.

Aujourd’hui, les relations ont une autre connotation. Mais, encore une fois, c’est quelqu’un qui voulait avoir beaucoup de relations humaines, directes, personnelles avec beaucoup de ses interlocuteurs. A voir le nombre des réactions à l’international, c’est quand même quelqu’un qui était respecté, qui avait beaucoup d’amis .

Propos recueillis par Edouard K. Samboé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 27 septembre à 01:21, par Mechtilde Guirma En réponse à : Jacques Chirac : « Il était l’ héritier d’un système mis en place à l’époque de la présidence du général De Gaulle », Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina

    J’ai toujours appréhendé le jour où les presses nous annonceraient une telle nouvelle, le décès de ce grand Homme d’État de la France et du monde. Je me disais qu’aurais-je moi à dire du Président Chirac, moi qui ne suis rien, rien devant cette « Grandeur » à laquelle j’ai pourtant voué secrètement un amour fraternel et de la vénération. Et pourtant il faut que je parle pour révéler au monde entier, son message qu’il semblait m’avoir confié pour la postérité, pour les Nations. Cependant qui peut donc mieux que le Magistrat suprême de la France, saisir, pour l’histoire, la personnalité énigmatique de ce Grand Président ? En effet le Président Macron a tout dit : « Son idée de la Nation », dans « son unité, sa cohésion sa diversité, sa complexité et contre l’extrême et la haine ». « Son idée d’une France qui regarde son histoire et assume son rôle de conscience universelle » ! Si dans son témoignage personnel, le Président Macron a décrit son aîné et père comme celui « pétris de notre terre et amoureux de sa culture », il n’a pas manqué de souligner au passage et en substance son caractère universel qui reste, nous le savon maintenant, son jardin secret. En effet l’idée du monde du Président Chirac et dont le Président Macron trace les lignes saillantes est celle d’une Europe forte réconciliée avec l’Allemagne, une Europe protectrice, une Europe d’Hommes et de Femmes non de marché, une Europe attentive et affectueuse, une Europe de dialogue interculturel », quelque soit les cultures du monde, les convictions..

    Dans son discours (qu’il m’a envoyé à ma simple demande personnelle) à la Nation à l’hôtel de ville le 7 mai 1995 au soir de son élection à la magistrature suprême, tout en parlant aux français, j’ai eu l’impression que le Président Chirac lançait un défi démocratique aux dirigeants du monde notamment à ceux africains : « Comme vous je veux un État vigoureux, impartial exigeant pour lui-même et soucieux de la bonne utilisation des deniers publics, un État qui n’isole pas ceux qui gouvernent du peuple qui les a choisis ». Puis se situant bien comme dans une perspective futuriste (celui du 21ème siècle par exemple) il déclara concernant l’emploi (et pourquoi pas aussi la démocratie ?) : « Les remèdes classiques ont fait long feu. Il faut une nouvelle approche, de nouvelles méthodes […] toutes les initiatives seront soutenue, toutes les énergies seront mobilisées, toutes les réussites seront encouragées ». Il ajouta : « il en sera de même pour la lutte contre l’exclusion ». Comme il l’a dit dans son discours, le président Chirac espérait qu’après avoir fait reculer les maux qui minent la France, elle redeviendra elle-même : « Terre de liberté », « de fraternité » « d’égalité des chances », « terre de solidarité ». Puis après avoir salué ses parents ses compatriotes et les invité à l’unité et à la tolérance il avait ajouté (comme un clin d’œil au monde et plus particulièrement à l’Afrique à travers mon poème : Dieu sauve la France, publié dans le quotidien « Le Pays » N° 852 du 06 mars 1995) :

    « Soyons aussi inventifs, audacieux et conquérants. Alors la France redeviendra un phare pour les peuples » (dans mon poème 4ème strophes les deux vers : Jadis ce phare de l’humanité, la France de l’histoire des droits de l’homme).

    Dans la simplicité et la grandeur de l’homme que décrit le Président Macron, sa proximité et sa dignité, ses drames intimes, dans sa pudeur silencieuse et les blessures dont un homme se guérit difficilement, j’y ai vu en effet un Jacques Chirac qui n’a pas été compris dans son invitation des dirigeants africains, à plus « d’inventivité d’audace et de conquête » comme gage de leur maturité à rentrer dans l’histoire par la porte de la démocratie. Comme dit le proverbe moagha, l’évidence ne requiert pas les services d’un devin, elle est parlante d’elle-même (nif sê né pa baga n’yét wê). Nos démocraties ne sont-elles pas les preuves patentes de cette immaturité ?

    Président Chirac Je vous salue et je vous dis simplement merci. En effet de Ouagadougou dans l’avion d’Air-France en route pour Ottawa, ensuite de l’aéroport Charles de Gaule, dans le train sur la route vers mon hôtel de transit à Paris (en janvier 2002), puis le lendemain à côté de l’hôtesse qui vint et s’assit de façon discrète à mes côtés dans l’attente du car pour l’aéroport (qu’elle n’emprunta pourtant pas et me fit un signe d’au revoir en s’engouffrant vers là d’où elle venait), ensuite le militaire canadien (tout aussi discret) qui assura mon itinéraire depuis Paris et les formalités (toujours discrètes) à Dorval j’ai vu de mes propres yeux, la France de votre mandat présidentiel à mes côtés pour ma sécurité et sa protection et surtout son affection pour moi et sa bienveillance à mon égard et à travers moi, de tout le continent africain.

    Peuple Français, en guise de mes condoléances, je fais mienne la déclaration suivante : « Je porte en moi désormais cette part de l’histoire qui l’accompagne consciente de ma dette à son égard et forte de ce qu’il m’a légué pour mon pays, pour l’Afrique et pour le monde ».

    Président Chirac requiescat in pace.

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre à 07:08, par sidbala En réponse à : Jacques Chirac : « Il était l’ héritier d’un système mis en place à l’époque de la présidence du général De Gaulle », Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina

    Façonné dans les entrailles de la classe politique française, l’homme a marqué sa personnalité pendant tout le temps qu’il a gouverné ce pays.

    Ainsi les hommes passent les faits restent, en tout Jacques était un un GRAND HOMME.
    Paix a son âme.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 14:59, par Ka En réponse à : Jacques Chirac : « Il était l’ héritier d’un système mis en place à l’époque de la présidence du général De Gaulle », Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina

    Chirac l’Africain et l’homme à foule, mérite tous les honneurs de son rang. L’homme dont j’ai eu l’honneur de discuter avec a Mulhouse dans les années 1977, me rappelle une jolie phrase qui, à force d’être accommodée à toutes les sauces, a fini par perdre une partie de sa saveur. Pis, devenue dicton sans cesse ressassé, elle s’impose désormais avec la virulence d’une réalité démontrée. « En Afrique, un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle », disait l’écrivain malien Amadou Hampâté Bâ. Et voilà que, par la magie Chirac ne cessait de courtisé un continent qui le ressemble comme une goutte d’eau nommé ’’Afrique’’ et était devenu un de ses vieillards. Son excellence le Bulldozers de la politique, j’espère qu’au Royaume des cieux, il y a des pommes et des pommiers. Que Dieu te reçois et protège ta famille.

    Répondre à ce message

  • Le 30 septembre à 05:23, par TOUDASOMDE En réponse à : Jacques Chirac : « Il était l’ héritier d’un système mis en place à l’époque de la présidence du général De Gaulle », Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina

    Tristement,
    Un événement qui vient remuer le couteau dans la ^plaie de notre Ex-beau Blaise, devenu Ivoirien par la force des choses. Lui qui était le "Bon Petit" du Président CHIRAC, qui l’a utiliser pendant plusieurs années pour les basses besognes en Afrique, notamment en Afrique de l’Ouest. La France et le Monde entier rendent hommage à Jacques CHIRAC, pendant que toi, t’es PERSONA NON GRATA , dans ton propre pays et dans l’impossibilité d’aller rendre un dernier hommage à ton VIEUX PÈRE.......Les anges de Thomas SANKARA, Jean Baptiste LENGANI, Henri ZONGO, Watamou LAMIEN, Oumarou Clément, Norbert ZONGO, DABO Boukari.......attendent de te recevoir........Pauvre de toi.
    Lecon : Réfléchir avant, pour ne pas avoir à penser après.
    Wend na bassid bass néré.

    Répondre à ce message

  • Le 30 septembre à 06:55, par Digbeu En réponse à : Jacques Chirac : « Il était l’ héritier d’un système mis en place à l’époque de la présidence du général De Gaulle », Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina

    Aiii...vraiment. Nul n est assez vieux ou mauvais pour mourir...la vie est sacree. Ceci dit, c est etonnant qu on blanchisse un ex president Français comme ses autres homologues ex Presidents qui ont empeché que l Afrique dite Française aille de l avant en employant Tous les moyens. Ils n ont pas hesité a employer leur Armee quand cela etait necessaire pour tuer ls Africains. Ls successifs gouvernements Français decident qui mange et qui ne mange pas en Afrique a Travers ce fameux systeme du Cfa. quand Luc Hallade dit que le systeme Françafrique est revolú, c est une insulte pour les Africains.

    Répondre à ce message

    • Le 1er octobre à 07:14, par Kiriki En réponse à : Jacques Chirac : « Il était l’ héritier d’un système mis en place à l’époque de la présidence du général De Gaulle », Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina

      Mr DIGBEU. PAR PITIE faites un effort pour changer de discours. Je suis révoltée comme vous c’est sûr. Mais ce que je veux vous demander pour vos jeunes frères africains qui n’ont rien dans la tête, quibsobt en perte de repère mr Digbeu. Je vais vous demander de vous révolter mais dans le bon sens. Arrêtez enfin un jour de jaindre. On dit qu’un Homme est mort. On ne parle pas du développement du Continent. Réveillez vous. On ne veut plus de jeunesse lance pierre monsieur Digbeu. On veut une jeunesse consciente, soucieuse, qui réfléchit chaque minute chaque heure chaque jour. Oui moi c’est de cette jeunesse africaine que nous devons rêver. On a rien à faire de gémissements. Œuvrez M Digbeu. Œuvrons m Digbeu. Changeons le contenu de notée discours m Digbeu. C’est déjà ça mr Digbeu

      Répondre à ce message

  • Le 30 septembre à 07:01, par Digbeu En réponse à : Jacques Chirac : « Il était l’ héritier d’un système mis en place à l’époque de la présidence du général De Gaulle », Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina

    Chirac etait t il un grand homme ? mon oeil ! Un Françafricain, un assasin comme ts les autres Presidents Français pour qui les vies Africaines ne valaient riennnnn.

    Répondre à ce message

  • Le 30 septembre à 10:00, par Syla En réponse à : Jacques Chirac : « Il était l’ héritier d’un système mis en place à l’époque de la présidence du général De Gaulle », Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina

    Paix a son âme ! toute mort est une tristesse. On ne vit pas assez ds cette vie pour la quitter. Ceci dit, l Africain est le seul peuple au monde qui souffre du síndrome de Stokholme qui consiste a simphatiser avec son bourreau. Chirac est decedé, paix a son ame. c est au peuple Français de chanter ses louanges et non au peuple Africain dont il meprisait atravers la Françafrique, neocolonialisme, crimes en Afrique etc etc...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Prix Nobel de la paix : Le premier ministre éthiopien lauréat 2019
Côte d’Ivoire : Plus de 1000 agents fictifs expurgés de la Fonction publique
Conférence internationale sur le constitutionnalisme pour la consolidation de la démocratie en Afrique : Les participants plaident pour le respect de limitation des mandats présidentiels
Attaque de Boulikessi et Mondoro : Le bilan s’alourdit pour l’armée malienne
Mali : Au moins 25 soldats tués et 15 terroristes abattus lors d’intenses combats à Boulkessi et Mondoro
Jacques Chirac : « Il était l’ héritier d’un système mis en place à l’époque de la présidence du général De Gaulle », Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina
Relations France-Afrique sous Chirac : « Une politique de dominés à dominants et ça a toujours été ainsi », Moussa Zerbo, député de l’UPC
France : L’ancien président Jacques Chirac est décédé ce jeudi 26 septembre 2019
Ghana : Une tentative de coup d’Etat déjouée
Violences en Afrique du Sud : Le réseau « AFRIKKI » exige des mesures immédiates pour stopper la vague de xénophobie
Tunisie : Décès de l’ex-président en exil Zine El Abidine Ben Ali
Attaques du 11 septembre 2001 aux USA : 18 ans après, le terrorisme est toujours d’actualité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés