Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut avoir bien du jugement pour sentir que nous n’еn аvοns рοint.» Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

4e édition de VAPAJ : La culture au service de la cohésion sociale

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • dimanche 30 juin 2019 à 09h41min
4e édition de VAPAJ : La culture au service de la cohésion sociale

Dans le cadre de la tenue prochaine de la 4e édition de Vacances artistiques Professionnels pour ados et jeunes (VAPAJ) placée sous le thème « Culture, cohésion sociale et lutte contre l’incivisme », Issa Sanou, initiateur de ladite activité, a animé une conférence de presse le samedi 29 juin 2019, au Centre Siraba de Bobo-Dioulasso. Les larmes aux yeux, Issa Sanou a exhorté les autorités à accorder de l’intérêt aux projets des artistes et appelé la population à préserver sa culture.

Du 1er juillet au 4 août 2019 se tiendra, à Bobo-Dioulasso, la 4e édition de Vacances artistiques Professionnels pour ados et jeunes (VAPAJ) placée sous le thème « Culture, cohésion sociale et lutte contre l’incivisme ». L’activité regroupera près de 200 festivaliers. Pour annoncer les couleurs de cette édition, son initiateur Issa Sanou, directeur artistique de la Compagnie Sanou-ka-sanu, a animé une conférence de presse le samedi 29 juin 2019 au Centre Siraba de Bobo-Dioulasso.

Créé en 2016, VAPAJ est une formation professionnelle qui aboutit à la création d’un spectacle. L’événement regroupe tous les artistes selon leurs disciplines, avec pour objectif d’apporter une formation sur le plan artistique et culturel aux jeunes qui incarnent déjà un talent et/ou passionnés des arts et de la culture.

Les jeunes recevront, durant deux semaines (du 20 juillet au 4 août), des formations dans dix disciplines (danse, théâtre, chant, conte, art plastique, administration culturelle, gymnastique…).

Des centres culturels de Bobo-Dioulasso tels que le Centre Siraba, l’espace Ankata, la Maison de la culture, le Musée de la musique et l’Institut français seront exploités. En effet, les jeunes pourront y apprendre des disciplines, sous l’encadrement d’artistes professionnels nationaux et internationaux.

VAPAJ est ouvert à toute personne âgée d’au moins 12 ans et à toutes les nationalités. Les frais d’inscription sont de 25 000 F CFA pour les résidents de Bobo-Dioulasso et de 50 000 F pour les non-résidents.

Cependant, il est à noter que Issa Sanou rencontre d’énormes difficultés car 99% du budget provient de ses propres fonds. Il a affirmé que le ministère en charge de la Culture ne l’a jamais soutenu ni rencontré.

Choqué par le fait que des étrangers viennent de loin pour participer à VAPAJ et que les autorités ne manifestent aucun intérêt pour l’activité, Issa Sanou a coulé des larmes, entraînant une brève pause à la conférence.

Issa Sanou iniitiateur de VAPAJ

« Cela nous interpelle tous, en particulier les autorités, sur l’avenir de ces artistes dont le talent est très apprécié à l’extérieur mais qui, chez eux, sont dévalorisés au point que malgré les initiatives qu’ils développent, cela tombe à la longue dans les oubliettes faute de soutien », a regretté M. Sanou.

Il ajoute que ce plaidoyer ne concerne pas sa seule personne, mais l’ensemble des artistes du Burkina : « Je demande aux autorités d’étudier les dossiers des artistes, de les recevoir et d’échanger avec eux pour connaître leurs projets, même s’ils ne vont pas les soutenir. Par exemple, quand je suis devant la personne et j’explique le projet, on peut se comprendre. Même si elle ne peut pas me soutenir en m’offrant ce que je demande, elle peut proposer d’autres choses comme faciliter l’accès à une salle, la prise en charge de la restauration, du carburant… »

Il a également interpellé la population à plus de cohésion, à ne pas créer de clans ethnicisés et surtout à préserver sa culture qui constitue une véritable force à l’étranger.

Originaire de Bobo-Dioulasso, Issa Sanou a été lauréat du concours chorégraphique Simply The Best. Il a reçu le 1er prix au Salon international de la littérature orale et du livre. Il est aussi comédien et poète.

Haoua Touré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Institut français de Ouagadougou : La saison 2019-2020 lancée
Lutte contre l’extrémisme violent au Burkina : « La culture constitue l’arme la plus redoutable », selon Abdoul Karim Sango
Djo le rapide, humoriste burkinabè : « Je suis entré dans l’humour par la grande porte »
Drama Consult : Quand le cinéma allemand s’invite à Ouagadougou
11e édition de la Harpe de l’excellence : Le groupe Heaven Singers s’adjuge le trophée
Réunion de l’OMT à Saint-Pétersbourg : « Le Burkina Faso est résolument engagé à promouvoir le tourisme interne », Abdoul Karim Sango
LONAB : Un concert géant pour dire merci à la clientèle
« Burkina Soldats » : Nourat chante pour les FDS
Tournage de « Wend Kuuni » : Les souvenirs du premier directeur photo du Burkina Sékou Ouédraogo
Décès de Dj Arafat : Que retenir de cette inhumation sous haute tension ?
BBDA : Les auteurs burkinabè passent à la caisse
Culture : Miss Maya, la voix d’or de la musique burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés