Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Autonomisation des jeunes et des femmes : Des bénéficiaires du PAE/JF en formation à Bobo-Dioulasso

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • lundi 18 mars 2019 à 17h47min
Autonomisation des jeunes et des femmes : Des bénéficiaires du PAE/JF en formation à Bobo-Dioulasso

Les bénéficiaires des financements du Programme d’autonomisation économique des jeunes et des femmes (PAE/JF) de la région des Hauts-Bassins sont en formation les 18 et 19 mars 2019 à Bobo-Dioulasso. Les présentes sessions qui se tiennent sous le thème « Éducation financière et gestion des entreprises », visent ainsi à doter les apprenants de connaissances, de compétences et d’aptitudes à même de leur permettre de gérer avec efficacité leurs unités économiques. La cérémonie de lancement des travaux a eu lieu ce lundi 18 mars 2019 à la maison de la culture Monseigneur Anselme Titiama Sanou, sous la présidence du gouverneur de la région, Antoine Atiou.

Les sessions de formation du Programme d’autonomisation économique des jeunes et des femmes (PAE/JF) au profit des bénéficiaires de ses financements, rentrent en droite ligne de l’une des missions qui a été assignée audit programme, à savoir l’accompagnement des promoteurs. Le programme ne se contente pas d’octroyer des crédits aux promoteurs, il se doit aussi de veiller à la bonne utilisation de ces ressources financières et au succès des entreprises créées.

Ces sessions de formation visent ainsi à doter les apprenants de connaissances, de compétences et d’aptitudes à même de leur permettre de gérer avec efficacité leurs unités économiques. Selon le coordinateur du programme, Dr Soumaïla Bitibaly, ce renforcement de capacité participe également de la concrétisation de l’une des orientations de l’axe 2 du Plan national de développement économique et social (PNDES), qui est le renforcement du capital humain.

Ces sessions de formation sont dispensées par des formateurs issus du ministère en charge de la Jeunesse, de celui en charge de la Femme ainsi que des quatre fonds nationaux de financement notamment le Fonds d’appui au secteur informel (FASI), le Fonds d’appui aux initiatives des jeunes (FAIJ), le Fonds d’appui aux activités rémunératrices des femmes (FAARF) et le Fonds d’appui à la promotion de l’emploi (FAPE).

Au cours des travaux, quatre modules seront développés au profit des apprenants. Le premier module qui est l’éducation financière, va permettre d’inculquer aux bénéficiaires, les bonnes pratiques de gestion de leurs revenus, dépenses, épargnes et autres emprunts. Le deuxième, l’esprit d’entreprise, va inciter les bénéficiaires à davantage prendre conscience des enjeux de l’entreprenariat et y faire face.

Quant au troisième qui porte sur la comptabilité simplifiée, il permettra aux promoteurs de tenir leur comptabilité et le quatrième module portera sur la gestion des entreprises classiques et des coopératives. « Ces formations qui débutent aujourd’hui concernent l’ensemble des bénéficiaires des 45 provinces du pays. Leur tenue au niveau provincial, contrairement à l’année 2017 où elles se sont tenues en région, vise à les rendre accessibles à tous les bénéficiaires. C’est la deuxième du genre depuis la mise en place du programme en 2007 », a expliqué le coordonnateur du programme, Dr Bitibaly.

Dr Soumaila Bitibaly, coordonnateur du PAE_JF

Pour cette édition, a-t-il ajouté, « le programme va permettre le financement de 11 049 microprojets à travers les 4 fonds partenaires que sont le FASI, le FAIJ, le FAARF et le FAPE. Plus de 60% de ces microprojets sont portés par des femmes. En ce qui concerne la région des Hauts-Bassins, ce sont 1 310 microprojets de promoteurs qui ont été retenus pour un montant global de 673 530 000 FCFA pour une enveloppe globale de 5 100 000 000 FCFA pour l’ensemble des régions. Plus de 990 promoteurs ont été retenus dans la province du Houet ».

Toutefois, le coordinateur du programme a précisé que ces formations ne sont qu’une étape dans le processus d’accompagnement des promoteurs, car l’unité de coordination et ses partenaires mènent également sur le terrain, des actions d’appui conseils, afin d’assurer une rentabilité maximale aux investissements des jeunes et femmes.

Par ailleurs, il a souligné que si les promoteurs ne sont pas encore rentrés en possession de leurs financements, cela est du à certaines précautions prises dans le cadre du décaissement des fonds. « Il y a des formalités à remplir. Il s’agit entre autres de l’identification du promoteur et du site de son projet, de la fourniture de certains documents administratifs, etc. », a noté le coordinateur.

Cependant, il rassure les promoteurs que des dispositions sont prises en collaboration avec les structures partenaires, pour une célérité dans le traitement des différents dossiers. Il les invite également à hâter le pas pour l’accomplissement des formalités. Il fonde l’espoir que ces formations permettront aux promoteurs de renforcer leurs capacités de gestion des crédits qui leur seront accordés et d’assurer leur remboursement afin que d’autres promoteurs puissent en bénéficier.

Alexandre Palenfo, bénéficiaire

Alexandre Palenfo, un des promoteurs, apprécie l’initiative de cette formation. Selon lui, ces sessions leur permettront de croire en eux pour pouvoir persévérer dans ce qu’ils veulent faire. Aussi, après la formation, ils sauront comment gérer efficacement leur micro entreprise. Il a précisé qu’à son niveau, les procédures d’octroi des financements sont avancées. Avant d’ajouter que l’acquisition de ce financement lui permettra de mettre en place son projet, pour pouvoir employer d’autres jeunes et avoir une liberté financière.

Pour rappel, le PAE/JF est une initiative qui a pour objectif principal de contribuer à la réduction du chômage et du sous-emploi des jeunes et des femmes au Burkina Faso. Sur trois ans, il doit financer 30 000 micro-projets des jeunes et des femmes, créer et consolider 90 000 emplois directs et plus de 100 000 emplois indirects. Ses seuils de concours vont de 100 000 à 1 500 000 FCFA.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Tirs au Camp Guillaume Ouédraogo : Retour au calme et à la sérénité, selon le gouvernement
Infrastructures du 11-Décembre 2017 à Gaoua : Les travaux de finition et de correction toujours attendus
Dori : Les syndicats préparent les manifestations à venir
Projet « Femmes-jeunes entreprenants et citoyenneté » : 50 entrepreneurs développent leur esprit d’équipe et leur leadership
Région du Nord : Le FPDCT fait le bilan de ses interventions
Les fermetures d’écoles en Afrique de l’Ouest et centrale ont triplé depuis 2017 alors que l’éducation est prise pour cible dans toute la région
Commune de Guibaré : Les élèves et étudiants à l’unisson pour le développement
S.O.S pour le petit Abdoul Fatao : L’intervention chirurgicale s’est bien passée
Fermeture des établissements non en règle : Les promoteurs demandent la clémence du ministre de l’Education nationale
ISSP : Le monde scientifique rend hommage au Pr Banza Baya
Attaque de Koutougou : L’UNAPOL appelle les FDS à une « synergie d’action »
Bobo-Dioulasso : Des OSC sensibilisées sur leur rôle en matière de promotion et de défense des droits humains
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés