Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «D’abord se prouver à soi-même qu’on est bien, aller au bout de ses forces, mais sans les dilapider ; ne jamais rêver.» Andrée Maillet

Education inclusive : Les élèves de l’école Colsama de Bobo se mobilisent

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • jeudi 14 mars 2019 à 11h30min
Education inclusive : Les élèves de l’école Colsama de Bobo se mobilisent

Pour la 4ème fois depuis 2016, à l’initiative de l’Organisation Dupont pour le développement social (ODDS), les élèves des école primaires de Bobo-Dioulasso ont tiré la sonnette d’alarme pour une éducation inclusive. Cette année, c’est l’école primaire de Colsama qui a abrité cette activité, le mercredi 13 mars, sous le patronage du gouverneur des Hauts-Bassins Antoine Atiou, et le parrainage de Tahirou Traoré Coordonnateur national de la coalition nationale pour l’Education pour tous au Burkina Faso. C’était en présence du maire de l’arrondissement 7 de la commune de Bobo-Dioulasso, Herman Sirima.

La campagne « Tirer la sonnette d’alarme pour l’éducation inclusive » est une initiative qui se veut mondiale, et à laquelle l’Organisation Dupont pour le développement social (ODDS) et ses partenaires adhèrent, au regard des réalités rencontrées sur le terrain concernant la problématique de la scolarisation des enfants et jeunes en situation de handicap.

Cette campagne a pour objectif de contribuer à attirer davantage l’attention des décideurs, des partenaires techniques et financiers et des acteurs du monde éducatif pour plus d’investissement dans l’éducation inclusive en faveur des enfants et jeunes en situation de handicap au Burkina Faso.

Herman Sirima maire de l’arrondissement 7 de Bobo

C’est dans le cadre de cette activité que les élèves des blocs Colsama (plus de 4000 élèves), les enseignants, les autorités politiques, les partenaires techniques de l’ODDS et d’autres acteurs du monde éducatif, ont tiré le mercredi 13 mars 2019, la sonnette d’alarme en faveur de l’éducation inclusive. L’activité a consisté en une interpellation des autorités et des acteurs de l’éducation au Burkina Faso par les élèves, pour la prise en compte des personnes en situation de handicap dans les différentes formations scolaires. Aussi, les élèves concernés par l’activité ont-ils plaidé pour des mesures adéquates et rapides aux fins de favoriser l’accès des enfants en situation de handicap à l’école publique.

Pour se faire entendre par les différents acteurs qui sont interpellés, ces élèves ont leur méthode : faire beaucoup de bruit en utilisant tous les moyens à leur portée, comme des cloches, sifflets, tam-tams, djembés, sirènes, vuvuzelas, boites vides, etc. Le cocktail de tintamarre dure seulement une minute et est entrecoupé de lecture de messages. Pour mémoire, l’activité n’est pas propre au Burkina Faso seulement. En effet, elle a lieu chaque année presque dans le monde entier, à la même période, c’est-à-dire dans la dernière semaine du mois de mars.

Mme Kobandé une maman d’enfant Handicapé scolarisé

Au Burkina Faso, l’ODDS a adhéré à l’activité en 2016, avec l’ambition qu’à moyen ou long terme, toutes les écoles du Burkina Faso observeront chaque année, à la même période (autour du 20 mars), la minute de sonnette d’alarme, jusqu’à ce que les écoles publiques deviennent accessibles aux enfants en situation de handicap.
Ainsi en 2016, les élèves étaient environ 900 au Lycée Ouezzin Coulibaly ; en 2017 environ 1000 aux écoles Colma C ; en 2018, plus de 22 000 de 39 établissements scolaires à travers toutes les treize régions du Burkina Faso dont 1500 élèves dans la région des Hauts-Bassins à tirer la sonnette et environ 264 540 à travers 1584 écoles dans 24 pays dans le monde.

Sœur Natalie Dembelé Coordinatrice du Programme Handicap et Développement Inclusif de l’ODDS

Selon la Coordinatrice du Programme handicap et développement inclusif de l’ODDS, Sœur Natalie Dembelé, « le bilan des 3 campagnes antérieures est positif car les chefs de circonscription, les encadreurs pédagogiques et les enseignants sont de plus en plus sensibles et réceptifs à l’éducation inclusive ».

Ils sont encore nombreux, les enfants en situation de handicap au Burkina Faso qui ne connaissent toujours pas le chemin de l’école. Selon les données du recensement général de la population et de l’habitat de 2006 au Burkina, 73,4% des enfants en situation de handicap scolarisables (7-12 ans), ne sont pas scolarisés.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Haoua Touré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Authentification des diplômes au Burkina : Les présidents d’institutions et les ministres invités à se soumettre à l’exercice
Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings
Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT fête ses dix ans
Chaînes de valeur maïs et niébé : 10, 725 milliards FCFA de recettes réalisées d’ici 2022 au Burkina
La Poste Burkina Faso : 35 nouveaux agents pour relever les défis
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT échange avec les maires
Education : Le Réseau Education de qualité par le bi-plurilinguisme fait son bilan après un an d’existence
Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018
Décès de 11 gardés à vue : "Ce sont des choses inacceptables qui ne peuvent pas rester dans l’impunité", déclare le président du Faso
Pr Domba Jean-Marc Palm, président du Haut Conseil du Dialogue social : « Même au niveau du gouvernement, les gens n’ont pas une bonne compréhension de la trêve sociale, ni du dialogue social »
Association La Graine : Odile Diabré au chevet des déplacés et des sinistrés du Kourwéogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés