LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Science : Une agence spatiale au Burkina, le vœu de Frédéric Ouattara

Publié le lundi 7 janvier 2019 à 00h45min

PARTAGER :                          
Science :   Une agence spatiale au Burkina, le vœu  de Frédéric Ouattara

C’est véritablement le 12 décembre 2018 que nous, comme la plupart des Burkinabè, avons entendu parler de cet homme. Frédéric Ouattara, enseignant chercheur à l’université Norbert Zongo de Koudougou. L’homme hissait haut le drapeau national à mille lieux de là, en remportant le prix Afrique pour l’excellence de la recherche en physique spatiale. Le 4 janvier 2019, il a été reçu au palais de Kossyam par le président du Faso. Avec lui, il y avait aussi Geneviève Zabré, lauréate du premier concours international « Ma thèse en 180 secondes ».

La recherche scientifique nationale excelle au plan international. Malgré les contraintes, les chercheurs Burkinabè récoltent des lauriers et la qualité de leurs travaux est reconnue et saluée par leurs pairs au-delà des frontières. 2018 l’a encore confirmé. En remportant le premier prix international de « ma Thèse en 180 secondes » qui s’est tenue en Lausanne en Suisse le 27 septembre 2018, Géneviève vient confirmer que les jeunes sont sur la même voix d’excellence tracée par les ainés.

La jeune dame travaille sur l’utilisation des plantes locales en vue de réduire les gaz à effet de serre, le méthane notamment émis par les petits ruminants. Des méthodes simples, accessibles, dit-elle pour répondre à l’une des équations les plus difficiles de notre ère. Le changement climatique.

Ouattara Frédéric, enseignant chercheur à l’université Norbert Zongo de Koudougou lui a été distingué par le prix Afrique pour l’excellence de la recherche en physique spatiale aux Etats unis. Son travail a consisté en deux points essentiels, explique le lauréat. Pays agricole avec plus de 80% de la population qui s’adonnent à cette activité, ses recherches permettent aux agriculteurs d’avoir un meilleur suivi de la pluviométrie. Autre point, son travail a concerné l’amélioration de la qualité de la communication via le téléphone portable dans les pays du tiers-monde.

“Il n’y a pas assez de ressources, pas assez d’infrastructures, mais avec le peu qu’ils ont, ils sont capables de reproduire des résultats et des merveilles”, a dit le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et des innovations Alkassoum Maȉga, qui a accompagné les deux lauréats. Le président du Faso Roch Kaboré a naturellement félicité les deux illustres visiteurs pour l’honneur qu’ils font au pays et pour la qualité de leurs travaux. Il lui a été fait le point des difficultés liées à la recherche au Burkina Faso. “ On attend qu’on puisse accroitre les accompagnements pour la recherche scientifique et l’enseignement supérieur”, a plaidé le ministre Alkassoum Maȉga.

Le meilleur physicien spatial de l’Afrique en 2018 a un rêve. En faisant le triste constat que les jeunes n’aiment pas la science, il veut changer la donne. “Il serait intéressant qu’on donne les moyens pour qu’ils (les jeunes) touchent du doigt pour émuler leur curiosité en créant un planétarium pour nous”. En plus, il veut une agence spatiale pour le Burkina Faso. Selon lui, cela va contribuer à “la surveillance spatiale du Burkina Faso en ces moment difficiles que nous traversons”.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 7 janvier 2019 à 07:27, par rakis En réponse à : Science : Une agence spatiale au Burkina, le vœu de Frédéric Ouattara

    Toutes mes félicitations. En réalité, si nos universités, nos centres de recherche et nos écoles professionnelles sont bien soutenus, nous n’aurons rien à envier aux autres. Notre jeunesse aura une bonne formation. De plus, les frais de formation exorbitants déversés au Maroc, en Tunisie, en France, au Canada, aux USA, etc, par "ceux qui peuvent" serviraient à booster l’économie locale et à renforcer les capacités financières, infrastructures, techniques et scientifiques de nos structures d’enseignement, de formation et de recherche. Le gouvernement doit prendre la mesure des choses et chercher à inverser la tendance à l’émigration de nos jeunes cerveaux. Si nous nous y prenons bien, si nous y croyons, nous pouvons faire en sorte que les autres du continent et même des pays nordiques viennent s’inscrire chez nous, pour peu que nous y mettions les moyens assortis d’une bonne gouvernance académique, administrative et financière ! Encore toutes mes félicitations et vivement l’application concrète des résultats obtenus !

  • Le 7 janvier 2019 à 08:25, par caleb En réponse à : Science : Une agence spatiale au Burkina, le vœu de Frédéric Ouattara

    Mon Pr, vous allez trop vite en besogne. Votre prix vous monte à la tête au point que vous parlez déjà de créer une agence spatiale au BF. Attendez de valider vos hypothèses.

    • Le 7 janvier 2019 à 13:22, par Plutonium En réponse à : Science : Une agence spatiale au Burkina, le vœu de Frédéric Ouattara

      Le Professeur Frédéric Ouattara a des arguments fondés pour demander la création d’une agence spatiale au Burkina. Les résultats de ses travaux sont déjà en application dans le domaine de la télécommunication. Ces travaux amélioreront significativement la communication dans le milieu rural ce qui aura un impact positif sur l’agriculture, l’élevage la gestion des barrages, le commerce et surtout la sécurité transfrontalière (Police, Douane, Eaux et forêts, Gendarmerie, Régiments d’Infanterie Commando). Félicitation Prof (par un petit frère de la Fac).
      Plutonium

  • Le 7 janvier 2019 à 08:49, par Sawadogo En réponse à : Science : Une agence spatiale au Burkina, le vœu de Frédéric Ouattara

    Félicitation à ces chercheurs qui font honneur au Burkina Faso et à l’Afrique.
    Puis-je suggérer à monsieur le Président du Faso de décorer systématiquement ces chercheurs quand ils viennent présenter leur trophée. ce serait une manière concrète de reconnaitre leurs mérites et un bon stimulant pour les autres.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Infrastructures : Des journalistes sur la rocade de Koudougou
Burkina : La ville de Djibo ravitaillée
Vaccination de routine : : 14 vaccinations (Dioula)