Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un gagnant est un rêveur ,qui n’a jamais abandonné.» Nelson Mandela

SIAO 2018 : Jean Roger Zabsonré, l’homme qui a pris part à toutes les éditions

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Cryspin Masneang Laoundiki • vendredi 2 novembre 2018 à 00h25min
SIAO 2018 : Jean Roger Zabsonré, l’homme qui a pris part à toutes les éditions

La 15e édition du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO), qui a lieu du 26 octobre au 4 novembre 2018, marque les 30 ans de cette biennale. Nous avons fait la rencontre d’un artisan qui a répondu présent dès la première édition, et jusqu’aujourd’hui, il est fidèle à ce grand rendez-vous de l’artisanat africain.

Au Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO), certains artisans viennent à titre personnel, pendant que d’autres viennent au nom de leur groupement ou de l’association des artisans d’une région donnée. Jean Roger Zabsonré fait partie de ceux de la dernière catégorie citée. En effet, il est le représentant de la région du Centre-Est, de Tenkodogo plus précisément.

Jean Roger Zabsonré

Au nom de l’Association des artisans de la région du Centre-Est, Jean Roger Zabsonré expose des articles au pavillon Arc-en-ciel. « Comme c’est une association, il y a tous les corps de métiers », nous confie-t-il. Il y a entre autres des pagnes tissés, de la viande séchée, du sésame au moringa, du pain de singe (baobab) et des chaussures en cuir.

Les prix des pagnes varient de 7 500 et 17 500 francs CFA. La viande séchée et le sésame sont à partir de 500 francs, les chaussures sont entre 5 000 à 9 000 francs CFA. Tous ces prix sont pour ceux qui achètent les articles en gros.
En ce qui concerne l’affluence, l’exposant fait savoir que beaucoup de gens leur rendent visite et les articles s’achètent petit à petit.

« Je n’ai pas raté un seul SIAO »

Si certains artisans sont à leur première ou deuxième participation au SIAO, ce n’est pas le cas de Jean Roger Zabsonré. Il nous fait la genèse de sa participation à la vitrine de la promotion de l’artisanat qu’est le SIAO. « Depuis la première édition du SIAO, je participe.
Pour mémoire, le premier SIAO était prévu pour le 30 octobre 1987. Comme il y avait eu l’assassinat de Thomas Sankara le 15 octobre, cela a été reporté pour la période de fin février et début mars 1988. Et j’y étais. Jusqu’à maintenant, je n’ai pas raté un seul SIAO », se souvient-il.

L’homme qui a vu les éditions de cette biennale se succéder n’a pas hésité à partager le changement qu’il a pu constater. Selon lui, il y a une très grande différence entre la présente édition et celles des années antérieures. « Au départ, pour participer au SIAO, c’était gratuit, et on donnait même à manger aux artisans. Cela se passait à la Maison du peuple sous des hangars. Les choses ont évolué ; aujourd’hui, la location du stand coûte 700 000 francs pour les dix jours d’exposition », a-t-il relaté.

Malgré ce changement, il dénonce les conditions dans lesquelles il se trouve : « Je suis dans un stand de 700 000 francs et je sue comme cela, parce qu’il fait chaud. Pourtant, c’est un pavillon climatisé ». C’est pourquoi Jean Roger Zabsonré en appelle au changement. « Je crois qu’il faut améliorer encore les choses », conclu-t-il.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
20 ans de Fitini Show : L’association Deni Dêmê annonce les couleurs
Gaoua : « La Nuit des conteurs », pour renouer avec les traditions ancestrales
Musique : « Béogo », le nouvel album de Dez Altino
Yacouba Napon dit MCZ, réalisateur burkinabè : « Tout coûte cher dans le cinéma »
« Nuit du Yololo » : La 2e édition fait la promotion de la salubrité
Cinéma : « Plus que jamais, Ouagadougou mérite l’appellation de capitale du cinéma africain », dixit Jean-Baptiste Pazouknam Ouédraogo
Slam : Kys dédicace « Elle », son nouvel album
Musique : « Au début, j’ai donné des cours à domicile pour payer le studio pour faire mon enregistrement », révèle Dez Altino
Culture : L’Atelier du rire, le nouveau cadre de l’humour au Burkina
Burkina Faso : Les sites de métallurgie déclarés patrimoine mondial de l’Unesco
Musique traditionnelle : « À notre époque, on ne chantait pas parce qu’on avait une belle voix, mais parce qu’on en avait le pouvoir », dixit Adama Ouédraogo dit Adam Gausse
Cinéma : Dramane Gnessi dénonce l’injustice au Burkina avec « Le film »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés