Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a des temps où l’on ne peut plus soulever un brin d’herbе sаns еn fаirе sοrtir un sеrреnt.» Marceline Desbordes-Valmore

Petit commerce de vacances : Une activité exercée avec dévouement

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Laurence Tianhoun (stagiaire) • vendredi 7 septembre 2018 à 18h30min
Petit commerce de vacances : Une activité exercée avec dévouement

Pour certains, les vacances riment le plus souvent avec repos, pendant que d’autres y trouvent une aubaine pour exercer le commerce. Pour subvenir à leurs besoins et épauler les parents dans les préparatifs de la rentrée scolaire, certains élèves exercent de petits métiers dans divers domaines.

Beaucoup d’élèves, de tous âges, s’adonnent à de petits métiers pendant les vacances. Au bord des voies, dans les marchés, les maquis et restaurants, ils exercent toutes sortes d’activités commerciales, pour aider leurs parents à payer les frais de scolarité, les fournitures scolaires et bien d’autres choses. À la demande des parents ou de leur propre volonté, ces élèves qui font le commerce pendant les vacances, ont pour objectif de soutenir leurs parents dans les préparatifs de la rentrée. Par jour, ces enfants arrivent à engranger des bénéfices.

« Je gagne 8 000 à 10 000 francs CFA le jour où je tourne beaucoup.

Mais le jour où je ne tourne pas, je gagne 4 500 F. Avec cet argent, mes parents pourront me payer les fournitures scolaires et des habits pour la rentrée scolaire », a dit Mumbarack Salif Ouédraogo, élève en classe de 2de C et vendeur de cola durant les vacances.

La plupart d’entre eux exercent ces activités de vacances depuis plusieurs années ; pour d’autres par contre, c’est la première fois. Fatimata Kobendé, en classe de 3e et vendeuse d’aubergines sauvages, a affirmé que « ça fait bientôt cinq ans que je fais le commerce pendant les vacances. Avec le peu que je gagne, mes parents me paient des habits pour la rentrée ».

Certains se promènent dans plusieurs quartiers de la ville de Ouagadougou pour vendre leurs produits. Tandis que d’autres préfèrent ne pas trop s’éloigner et restent dans leurs quartiers. C’est le cas de Mumbarack Salif Ouédraogo, domicilié à Bassinko, qui nous a fait savoir qu’il gare son vélo à Tampouy avant de tourner à pied dans les quartiers tels que Tanghin et Dapoya.

Encourent-ils des risques ?

La plupart de ces « élèves-commerçants » que nous avons rencontrés dit n’avoir pas été victimes d’accidents. Toutefois, à les entendre, ils sont confrontés à d’autres types de difficultés. « Un jour, un monsieur a arraché mon argent et s’est enfuit avec », a confié Abdouraman Ouédraogo, élève en classe de CM1 et vendeur d’insecticides.

Autres difficultés, ce sont les bagarres. « La semaine passée, une femme a voulu me frapper parce que j’ai réclamé l’argent qu’elle me devait », déclare Yasmine Sankara, vendeuse de pagnes et d’autres articles de femmes. Aussi, ils sont nombreux à nous confier qu’ils font objet d’injures de tout genre.

Malgré toutes ces difficultés citées, ces enfants restent unanimes que l’école est très importante. Pour cela, ils invitent leurs camarades à s’occuper pendant les vacances, et à reprendre les cours à la rentrée.

Laurence Tianhoun (Stagiaire)
LeFaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Insécurité au Burkina : « Ne nous trompons pas d’adversaire », invite la fédération des associations islamiques
Réduction des inégalités au Burkina : L’ONG Oxfam en appelle à des engagements des gouvernants
Accès à l’eau potable : La commune de Béré bénéficie de 28 forages en une année
Déplacés internes de Pazaani : Miss Burkina offre un repas et des vivres
Maladie du coronavirus : « Aucun cas n’a été notifié au Burkina », selon le ministère de la Santé
Projet RESIANE : Une table ronde pour partager les approches réussies
Bobo-Dioulasso : La Douane détruit 5 tonnes de cannabis et 3,8 tonnes de produits médicamenteux prohibés
Région de l’Est : L’amélioration du climat des affaires au cœur des préoccupations
2e CASEM de l’année 2019 du ministère de la Santé : Le bilan des activités 2019 et les priorités 2020 à l’ordre du jour
Beauté : L’épilation à base d’aloé Véra, une astuce efficace
Racket sur l’axe Niamey-Ouagadougou : L’argent d’abord, la sécurité on verra !
Burkina : « 2020 commence comme s’est achevée 2019 », regrette le syndicat des éducateurs de base
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés