Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut avoir bien du jugement pour sentir que nous n’еn аvοns рοint.» Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

Institut africain de santé publique : Des professionnels outillés en santé sexuelle et reproductive et en suivi-évaluation des programmes

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Tambi Serge Pacôme Zongo (Stagiaire) • dimanche 26 novembre 2017 à 00h29min
Institut africain de santé publique : Des professionnels outillés en santé sexuelle et reproductive et en suivi-évaluation des programmes

Après trois semaines de formation en suivi-évaluation et deux semaines en santé sexuelle et reproductive, les participants, venus de nombreux pays de la sous-région et du Burkina Faso sont repartis munis du diplôme universitaire de l’institut africain de santé publique. La remise des diplômes est intervenue, ce samedi 25 novembre 2017, dans les locaux dudit institut à Ouagadougou.

Ces formations ont concerné des responsables humanitaires d’organisations non-gouvernementales(ONG), des médecins, des attachés de santé, des sages-femmes et des infirmiers venant de plusieurs pays de la sous-région. Selon le directeur adjoint de l’institut, Seni Kouanda, elles (formations) sont nées du constat de renforcer les capacités des professionnels de santé en suivi-évaluation des programmes et en matière de santé sexuelle et reproductive.

Ainsi, trois semaines durant, les 32 participants en suivi-évaluation des programmes de santé ont été outillés sur les questions de suivi où il s’est agi de montrer les différents dispositifs de mise en place d’un suivi efficace et régulier afin de permettre de mieux suivre les indicateurs d’un programme de santé. Parler de suivi sans aborder l’évaluation serait incomplet, voire insuffisant. C’est ainsi que passant en revue la notion d’évaluation, il a été mis en exergue la théorie du changement et les méthodes évaluatives des résultats d’un programme de santé.

Pr Charlemagne Ouédraogo remettant un diplôme de participation à Rosalie Ouédraogo

Pour le Professeur Charlemagne Ouédraogo, coordonnateur du diplôme universitaire en santé sexuelle et reproductive à l’institut africain de santé publique(IASP), cette deuxième session de formation en santé sexuelle et reproductive a regroupé 17 participants et pris en compte divers volets à savoir la planification familiale, la cancérologie, les soins obstétricaux et néonataux d’urgences. Egalement, une thématique en rapport avec les violences sexuelles basées sur le genre a fait l’objet d’un enseignement au cours de ces deux semaines de formations.

Directeur adjoint de l’institut africain de santé publique(IASP), Dr Seni Kouanda, juge satisfaisant la participation à la formation et annonce des innovations pour les sessions prochaines

Au vu des résultats au terme de ces semaines de formation, c’est un bilan positif que dresse le directeur adjoint de l’institut. Il se dit aussi satisfait de la participation et espère voir les retombées de ces formations sur le terrain.

Emmanuel Onana et Abou Dao, respectivement représentant des étudiants en suivi-évaluation des programmes de santé et en santé sexuelle et reproductive, ont pris la parole pour remercier les enseignants pour la qualité de l’enseignement et réaffirmer leur disponibilité. Tout en promettant des innovations pour les sessions prochaines, Dr Seni Kouanda a procédé à la clôture de la session de formation de 2017 par la remise des diplômes de participation.

Participants en suivi-évaluation

Pour rappel, le programme de formation est à sa 2e session et il bénéficie de l’appui de l’organisation mondiale de la santé(OMS), division santé de la reproduction. Pour cette session, les participants sont venus de plusieurs pays tels que le Mali, Togo, Gabon, Cameroun, Guinée, Bénin, et Burkina-Faso.

Tambi Serge Pacôme Zongo (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fonction publique : Les administrateurs civils en grève de 96 heures à partir du 24 septembre 2019
Situation humanitaire dans le Centre-Nord : Le Cadre de concertation régional à la recherche de mesures urgentes
Recensement général 2019 au Burkina : L’INSD instruit des journalistes sur les modalités d’organisation
Forum national des jeunes : La contribution de la jeunesse burkinabè dans la lutte contre le terrorisme au cœur des échanges
Boussé : L’ambassadeur Athanase Boudo offre des vivres aux déplacés internes
Concours directs 2019 : 27 639 candidats composent dans la région du Sud-Ouest
Entreprenariat féminin : UNCDF renforce les capacités de 100 femmes à Ouagadougou
Concours directs 2019 : 1 247 751 candidatures pour 5 892 postes
Prostitution et MST au temps colonial : « Il fallait règlementer la prostitution pour qu’elle se passe dans des conditions qui puissent préserver un peu la morale », Dr Yacouba Banhoro
Crise foncière dans les arrondissements 3, 8 et 9 de Ouagadougou : Le cri du cœur d’une organisation de défense des acquis de l’insurrection populaire
Santé maternelle et infantile : Le ministère de la Santé veut tirer profit des résultats de la recherche
Fête du 11-Décembre 2020 : Les activités officiellement lancées à Banfora
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés