Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans la vie exactement autant d’occasions spéciales que nous choisissons d’en célébrer.» Robert Brault

Sit-in du SYNATIC : Forte mobilisation en attendant la grève du 7 septembre

Accueil > Actualités > Multimédia • • jeudi 1er septembre 2016 à 23h52min
Sit-in du SYNATIC : Forte mobilisation en attendant la grève du 7 septembre

Le Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC), a ténu un sit-in ce jeudi, 1er septembre 2016, devant le ministère de la Communication et des relations avec le parlement. Par cet acte, les professionnels des médias publics invitent le gouvernement à satisfaire leur plate-forme revendicative.

Pas de reportages, ni d’émissions ce jour de 8 h à 14 h. C’étaient les consignes données par le SYNATIC à ses membres et sympathisants. En rangs serrés devant leur ministère de tutelle pour se faire entendre par la hiérarchie, les manifestants étaient mobilisés pour l’occasion. Pancartes en mains, ils scandaient tous en chœurs, « les salaires de misère à la RTB, au SIG (Service d’information au gouvernement), à Sidwaya, à l’AIB (Agence d’information du Burkina), dans les DCPM (Direction de la communication et de la presse ministérielle),.., trop c’est trop », « non à la censure », « les conditions précaires de travail, trop c’est trop ».

Les travailleurs présents ont invité ceux qui hésitent toujours à rejoindre la lutte car, disent-ils, il n’est pas encore tard. Ils ont donné des cartons jaunes aux responsables « zélés » et à ceux qui « sabotent » la lutte. Les premiers responsables du syndicat ont salué « cette forte mobilisation ». Ils se réjouissent du fait qu’à Ouagadougou comme dans les régions, ce mouvement soit suivi par les professionnels des médias publics, selon les syndicalistes.

Guézouma Sanogo, président de l’Association des journalistes du Burkina (AJB), présent sur les lieux, a affirmé que sa structure soutient cette cause et s’oppose à l’immixtion du gouvernement dans le traitement de l’information. Pour lui, quand un ministre dit publiquement qu’il faut que les médias publics accompagnent le gouvernement, alors que ce n’est écrit nulle part dans les statuts, comment l’interpréter. « Le 17 juin, le jour des prix Galian, sur le même plateau, il a eu à dire que ce n’est pas normal qu’un journaliste rentre dans l’avion présidentiel et vienne donner un autre son de cloche que ce que le Président a donné », rappelle le président de l’AJB. Pour lui, « ce sont des propos graves que nous devons dénoncer et nous mobiliser pour demander l’indépendance des médias publics ».

Le Secrétaire général du SYNATIC, Siriki Dramé, a remercié les « confrères et consœurs » de la presse privée et publique pour cette grande mobilisation. « L’objectif de ce sit-in est déjà atteint avec la réussite de cette grande mobilisation pour réclamer une fois de plus l’amélioration des conditions de vie et de travail », confie-t-il. Pour lui, il faut une meilleure rémunération à celle actuellement, « qui est en-deçà de ce qui peut permettre à un homme et à une femme de média d’être à l’abri de la corruption, de la tentation ».

Un autre point inscrit dans la plate-forme revendicative tient à cœur le syndicaliste. Il s’agit de la reconstitution de carrière des agents, dont certains dossiers sont mis en route, mais non encore finalisés. Il invite le gouvernement à l’application des textes, adoptés sous la transition ; surtout en ce qui concerne le passage des médias du statut d’Etablissement public de l’Etat (EPE) à Société d’Etat. Il rappelle qu’en son temps, c’est-à-dire en 2015, un délai de douze mois avait été donné pour l’application effective de cette mesure. Ce délai expire le 4 septembre 2016. Et si rien n’est fait, avertit-il, la grève prévue pour le 7 septembre 2016 aura bel et bien lieu. Siriki Dramé invite les membres et sympathisants à rester mobilisés pour la réussite de la lutte.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 2 septembre 2016 à 02:03, par Nina Poukame En réponse à : Des millions de Burkinabè vivent en Côte d’Ivoire : Et alors ?

    Messieurs du SYNATIC, vous vous chatouillez pour rire. Les images montrent que la mobilization n’etait pas forte comme vous voulez nous faire croire. Sur une des photos l’on voit une foule clairsemee et sur une autre, des pancartes avec leurs porteurs sans personne d’autre derriere. Et puis sans vos reportages et autres productions interessent peu de monde. Les Burkinabe ecoutent plus les radio FM et regardent les tele privees et peuvent bien se passer de ce que vous racontez a la RTB. Qui, a part les services publics achete et/ou lit Sidwaya ?

    Vous accusez votre ministre de ne pas accepter que vous teniez des discours contraires a la position officielle du gouvernement. Allez creer vos organs de presse prives et racontez y tout ce que vous voulez mais pas dans la presse d’Etat. Meme dans les organs de presse prives les journalistes ne peuvent pas ecrire, dire et presenter raconteur tout ce qu’ils veulent sans etre appeles a l’ordre par le redacteur en chef ou le directeur de publication. Avez-vous deja lu dans l’observateur Paalga des articles qui portent la contradiction au fondateur du journal ? Avez-vous vu un article dans le journal "L’Opinion" disant que le CDP a eu tord de soutenir la revision de l’article 37 de notre constitution ou que Francois Compaore jouait au "Petit President", que la FEDAP/BC concurrencait le CDP, etc.?

    Dites, quel montant proposez-vous pour la rémunération « qui peut permettre à un homme et à une femme de média d’être à l’abri de la corruption, de la tentation » ? Peut-etre faudra-t-il que cette remuneration soit bien meilleure a celles des ministres et des DG des societes d’Etat sous le regime de Blaise Compaore, puisque ces remunerations n’ont pas empeche les dessous de tables, les surfacturations et autres formes de corruptions et de malversations de la part de ces responsables ! Un corrompu a la petite remuneration sera encore plus corrompu lorsqu’il accedera a une meilleure remuneration. Quel etait le montant de la remuneration des responsables de la FIFA qui ont ete reconnus coupables de corruption ?

    Vous menacez d’entamer une greve si le passage des médias du statut d’Etablissement public de l’Etat (EPE) à Société d’Etat n.est pas effectif dans les delais prescrits par la loi ou si ce passage est remis en cause. Vous pouvez meme demissionne en masse si cette revendication n’est pas satisfaite. Dites-vous qu’apres une analyse de la situation la loi dont vous parlez peut etre abrogee ou relue pour donner un tout autre statut aux medias publics.

    Répondre à ce message

  • Le 2 septembre 2016 à 08:59, par Marou En réponse à : Sit-in du SYNATIC : Forte mobilisation en attendant la grève du 7 septembre

    Vraiment drôle ce mouvement à part les questions d’avancement et de concours pro le reste vous vous leurrer tout simplement. C’est d’ailleurs la transition qui a créé tous ces problèmes avec cette mesure populaire et donc hasardeuse.
    je n’ai même pas senti une seule seconde qu’il y a eu sit-in.
    vous parlez de corruption dans le milieu journalistique à quoi ça peut ressembler ? je ne vois vraiment pas.si corruption il y a dans votre métier ça sera rapidement su puisque vos écrits et vos images peuvent être vérifiés. à la limite vous pouvez verser dans la diffamation pour éventuelle corruption et là encore vous serrez rapidement démasquer.
    je ne nie pas votre importance tout comme celle des autres fonctionnaires mais sacher raison gardée. les salaires de misère nous sommes tous victimes dans ce pays mais en même temps soyons réalistes.

    Répondre à ce message

  • Le 2 septembre 2016 à 16:02, par Le Défenseur de la J. En réponse à : Sit-in du SYNATIC : Forte mobilisation en attendant la grève du 7 septembre

    Que d’aigris dans ce forum !! La mobilisation est belle et bien forte quand on connait l’effectif du Ministère de la Communication. Aussi, les médias publics sont bel et bien suivis et assurent leurs rôles à la hauteur de leurs moyens. Certes dans l’observateur Paalga les articles ne portent pas la contradiction au fondateur du journal car c’est son journal à lui mais les médias publics n’appartiennent pas au gouvernement mais à tout le peuple !!! Et apprenez à quitter Ouagadougou, vous aurez toujours vos radios FM avec vous !!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
4e édition de la Semaine d’information et d’orientation (SIO) : L’ISCOM, l’école supérieure qui forme des professionnels du numérique, était au rendez-vous
L’ARCEP lance une enquête nationale de satisfaction des clients par rapport aux services de communications électroniques et postaux
Diocèse de Ouahigouya : La CIL outille des membres du clergé sur les données personnelles
Régulation des médias audiovisuels : Le CSC signe une convention avec la Haute autorité de la communication audiovisuelle du Maroc pour l’acquisition d’un système de monitoring
Modification de la loi sur le code pénal : Les associations professionnelles des médias suspendent leur campagne de sensibilisation
Fibre optique dans les Hauts-Bassins et les Cascades : La ministre Hadja Ouattara s’assure du bon déroulement des travaux
Astuce TIC : Pourquoi il ne faut pas publier des photos de votre enfant sur le net
Médias en ligne : Dr Cyriaque Paré reconduit à la tête de l’association
Médias en ligne du Burkina Faso : Une charte adoptée pour balayer la maison
Gouvernance démocratique : Des journalistes à l’école du sondage
Médias et lutte contre le terrorisme : Faut-il interviewer un terroriste ?
Soutenances à l’ISTIC : La communication digitale du MINEFID passée à la loupe d’un impétrant
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés