Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il n’y a pas de loi historique inéluctаblе.» Henri Bergson

Après l’attaque terroriste, le gouvernement rassure le corps diplomatique

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • • mercredi 20 janvier 2016 à 18h04min
Après l’attaque terroriste, le gouvernement rassure le corps diplomatique

Sur instruction du président Faso et du premier ministre, cinq ministres du gouvernement ont rencontré le corps diplomatique le 19 janvier 2016. Les ministres ont fait le point de la situation qui prévaut au Burkina après les attaques terroristes, les mesures sécuritaires prises par le pays, et rassuré les diplomates que le Burkina restera un pays « fréquentable ».

Le gouvernement rassure, « le Burkina est fréquentable » ; ce après les attaques terroristes qui ont frappé la capitale en plein cœur. Des mesures sécuritaires ont été prises pour parer à toute éventualité. Dans les villes, à l’entrée des villes, les hôtels, les restaurants, les endroits sensibles, les contrôles sont plus approfondis et les forces de défense et de sécurité patrouillent le long de nos frontières avec le Mali.
En plus, l’agence nationale de renseignements, le comité national de défense et de sécurité vont être vite opérationnalisés pour faire face à la situation.
C’est la substance de ce que les ministres sont venus dire aux diplomates dans la matinée du 19 janvier.

Front Uni contre les terroristes

« Il s’agissait de donner des informations dans les détails pour renforcer la conviction de tous ceux qui nous ont fait l’amitié de vivre avec nous au Burkina, que les questions sécuritaires sont prises en charge au niveau du gouvernement pour faire en sorte que Ouagadougou et l’ensemble du territoire restent des endroits où on peut venir vivre, travailler », a dit Simon Compaoré au sortir de la rencontre.

Avec les diplomates, les ministres ont également donné les chiffres officiels des victimes de l’attaque (Ndlr. 30), des blessés. Aussi, il a été question de discuter avec le corps diplomatique, comment, « une fois les enquêtes terminées, les procédures judiciaires terminées, les recherches et identifications terminées, et après l’autorisation du procureur du Faso, procéder à l’enlèvement des corps », a poursuivi le ministre de l’Administration territoriale et de la sécurité intérieure, pour qui les interlocuteurs, « ont loué la réactivité du gouvernement burkinabè, des Forces de défense et de sécurité, ce qui « a permis de limiter les dégâts ».

Pour Alpha Barry, ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’extérieur, le Burkina Faso ne risque pas d’être un pays ‘’infréquentable’’, bien au contraire. Il en veut pour preuve ce ministre italien qui a maintenu sa visite au Burkina, et ces partenaires économiques marocains qui se sont annoncés dans le pays.

Les partenaires du Burkina Faso ont donc au cours de la rencontre, marqué leur détermination à continuer à travailler avec le Burkina, sur les chantiers traditionnels, mais aussi maintenant contre le terrorisme.

La délégation gouvernementale était composée des ministres de l’Administration territoriale et de la sécurité intérieure, Simon Compaoré ; des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’extérieur, Alpha Barry ; de la justice, des droits humains et de la promotion civique, Garde des Sceaux, Bessolé René Bagoro ; de la santé Smaïla Ouédraogo, des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière , Souleymane Soulama ; de la communication et des relations avec le parlement , Rémis Fulgance Dandjinou, et de la ministre déléguée auprès du ministre des affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur, chargée de la coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur, Solange Agneketom, .

Tiga Cheick Sawadogo (tigacheick@hotmail.fr)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 20 janvier 2016 à 20:37, par Nabiiga En réponse à : Après l’attaque terroriste, le gouvernement rassure le corps diplomatique

    Un bon pas dans la bonne direction. Félicitations au PF et à son équipe. Puisqu’il s’agit d’un rapportage diplomatique sur la scène nationale, il y a lieu pour moi de revenir sur le mécanisme proposé par Dramane Ouatara pour régler la question de mandat d’arrêt émis par notre vaillant gouvernement à l’encontre de l’individu Guillaume Soro de nationalité ivoirienne et non pas le PAN de la CI.

    Avec tout le respect que je dois à Dramane Ouatara en tant que grand frère, je dois dire qu’il étonne plus d’un de sa proposition de vouloir régler ce problème par la voie diplomatique. Dans la vie, il y a des familles complètement différentes, (sans aucun lien biologique dois-je insister), qui, de par la simple amitié qui les lie, finissent par en devenir une seule famille. Les deux familles font tout ensemble ; des mariages, en passant par les baptêmes et funérailles à l’accompagnement à des différentes sorties etc. Tout enfant ou toute personne des deux familles qui, par indélicatesse ou par toute autre forme d’irrévérence pose un acte qui risque de nuire cette relation de longue date, est sanctionnée sévèrement. De même, dans une famille, toute personne qui pose un acte qui menace la quiétude de la famille, est sanctionnée par le père. Sur ces deux points, on se comprend bien

    Dramane Ouatara décrit les relations ombicales qui lient nos deux pays en termes superlatifs. À l’en croire, il n’y a pas vraiment de différence entre les deux pays en dehors des frontières fictives qui nous séparent. C’est d’ailleurs, de ce sont même ces relations fraternelles inséparables qui l’ont permis à étudier chez nous, y a obtenu une bourse pour étudier à l’étranger, pour ensuite devenir qui il est aujourd’hui. D’emblée, il a raison de voir nos deux pays comme des pays inséparables liés par un destin commun, un peuple commun, et surtout une culture commune outre mesure. Donc, n’eut été les frontières fictives, il n’y aurait pas deux pays différents, donc nous sommes une famille.

    Là où Dramane a failli est son échec cuisant de continuer de voir nos deux pays comme la famille que nous sommes et sans vergogne, cherche à imposer une solution étrangère à la manière qu’une famille règle un contentieux en son sein, s’il s’agit surtout d’un enfant récalcitrant et qui brille en abus de pouvoir.

    Soro Guillaume est un enfant de la famille, qui a mal agi, qui a posé un acte reprochable et ignoble qui n’est pas allé de son propre gré voir les aînés pour qu’ils viennent intercéder de sa part auprès les autres aînés comme le veut notre coutume commune. Dramane Ouatara, en tant que chef de la famille, au lieu de prendre ses responsabilités, il se porte défenseur de cet enfant terrible qui sème la zizanie entre les deux familles

    Que devrait-il faire en tant que chef ? Dès l’éclatement de cette affaire, il devait sanctionner sévèrement Soro en l’ôtant de son perchoir pour le mettre en résidence surveillé en attendant consulter les autres aînés du sort qu’on réservera à ce dernier, et dès l’instant où le Burkina a émis le mandat d’arrêt contre ce dernier, Ouatara devait le livrer comme un colis aux autorités burkinabè afin qu’il y soit corrigé pour son forfait et ce, au nom de cette relation ombicale qui nous lie et grâce à laquelle il a pu avoir une bourse d’étude aux États-Unis.

    La relation qui lie le BF à la CI, Dramane le sait, il ne peut pas la banaliser, la minimiser ou encore la sacrifier au nom de cette enfant que tout le monde a vomi. Ah bon, Dramane souhaite régler ce contentieux non pas par la voie que nous connaissons tous culturellement, mais plutôt et surtout par la voie diplomatique. Comment peut-on régler un problème juridique par la voie diplomatique. Dans l’enquête du coup de force, le Burkina, effectivement, a perquisitionné le domicile privé de Soro ici même à Ouaga. Si à la fin il a été blanchi, cela aurait pu bien être une incidence diplomatique qui aurait mérité une solution diplomatique.

    Ici monsieur Dramane Ouatara, Guillaume Soro et non pas votre PAN a commis un délit commun à Ouaga et le Burkina souhaite l’entendre sur cette affaire afin de l’inculper ou le disculper. Il n’y a pas un seul endroit dans toutes les écoutes téléphoniques enregistrées par nos services de renseignement ou le nom de CI a été évoqué comme commanditaire de la basse besogne discutée au téléphone. Il agissait en son propre nom, Guillaume Soro. C’est encore Guillaume Soro qui quémandait, pour ne pas dire supplier, qu’on lui donne la chance d’éliminer physiquement quelqu’un au Burkina ou encore vanter de l’élimination physique de ses ennemis en CI. Voyez-vous Dramane, c’est un véritable gandaw qui croit fermement en ses capacités de silencer ses ennemis par l’argent, d’abattre en sang froid ses ennemis, ou encore, s’user de ses pouvoirs pour forcer les missions diplomatiques à agir selon ce qu’il souhaite.

    Voyez-vous monsieur Ouatara pourquoi les gens s’étonnent de votre solution diplomatique. Il ne faut même commencer car c’est mort-né.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Terrorisme au Burkina Faso : Il faut à tout prix éviter le repli identitaire !
Pama (Est du Burkina) : La population bat le pavé pour dénoncer les exactions des terroristes et des FDS
Burkina : 30 civils et 5 gendarmes tués dans une double attaque
Kompienbiga (Est du Burkina) : Plusieurs personnes tuées au marché de bétail
Attaque terroriste dans le Loroum (Nord du Burkina) : 15 morts et des blessés
Evènements de Tanwalbougou : Le CISAG recommande des enquêtes « minutieuses et indépendantes »
Liptako-Gourma : Barkhane annonce avoir neutralisé plusieurs terroristes
Toeni : 10 terroristes neutralisés
Mort de 12 Civils à l’Est du Burkina Faso : Le CISC exige une rigueur dans l’enquête
Affaire de Tanwalbougou : Les 12 victimes n’ont pas été exécutées, révèle le procureur
Terrorisme : Les postes de police et de gendarmerie de Faramana attaqués
Province du Soum : 13 terroristes neutralisés, de l’armement saisi
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés