Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’acclamation a fait tous les maux de tous les peuples. Le citoyen se trouve porté au-delà dе sοn рrοрrе jugеmеnt, lе рοuvοir ассlаmé sе сrοit аimé еt infаilliblе ; tοutе libеrté еst perdue.» Émile Chartier dit Alain

Festival de film Consom’acteurs : Des films et des débats pour « réveiller » les consommateurs

Accueil > Actualités > Culture • • mardi 28 avril 2015 à 23h47min
Festival de film Consom’acteurs : Des films et des débats pour « réveiller » les consommateurs

L’Association burkinabè des journalistes et communicateurs agricoles organise du 1er au 3 mai à Ouagadougou, la première édition du festival de films sur l’alimentation et l’agriculture, Consom’acteurs.A travers ce festival, l’association veut engager le débat sur des thématiques liées à la production et à la consommation des produits alimentaires locaux, dans un contexte d’ouverture tout azimut des marchés. Projections, débats,panels et dégustations de mets locaux seront au menu du festival. C’est au cours d’un point de presse ce 28 avril que l’information a été donnée.

« Le festival de films Consom’acteurs est une opportunité de mettre sur la table les enjeux alimentaires et agricoles accessibles à tous, et de stimuler la réflexion pour que chaque citoyen puisse se construire sa propre opinion de façon éclairée ».
L’association burkinabè des journalistes et communicateurs agricoles organise ainsi le festival pour faire du couple alimentation-agriculture, un sujet de société. Selon le président de l’association, Inoussa Maiga, Consom’acteurs, est un concept qui invite le consommateur à ne pas être un consommateur passif des produits. « Tout acte de consommation doit être considéré comme un vote. Il faut donc faire un vote utile, c’est à dire consommer utile ».
Consommer utile peut s’entendre, consommer local, contribuant ainsi au développement de l’agriculture, donc du pays ; cette activité occupant plus de 80% de la population burkinabè. « L’évolution de la production alimentaire nationale implique fortement l’engagement des consommateurs par une prise de conscience indispensable et l’adoption de modes de consommation favorables à la production locale », précise l’association.
Le festival de films Consom’acteurs veut donc en filigrane « aiguiser » l’appétit des consommateurs pour les produits locaux.

4 films, 4 panels, des dégustations de mets locaux

Au menu donc de ce premier festival qui se tiendra du 1er au 3 mai à l’autorité du Liptako gourma à Ouagadougou, il y aura des films en projection, suivis de débats. Des panels dans la journée, des projections de films suivies de débats la soirée. « Sans terre, c’est la faim », c’est le film inaugural du festival qui sera suivi d’un débat. « Paysans d’ici et d’ailleurs, blues sans frontière » sera le support pour discuter autour de la question de (re)valorisation du métier d’agriculture au Burkina Faso. Après le film « les semences prennent le maquis », les cinéphiles débattront sur la problématique de la préservation des semences locales, combat légitime ou refus du progrès ?

« Nourrir à tous prix », c’est le dernier film qui sera vu à ce festival, et ce sera l’occasion de savoir au cours d’un débat si la faim et la malnutrition ne sont pas un business rentable. En plus des projections suivis de débats, au menu du festival de film Consom’acteurs, il y a des panels. 4 au total sont prévus, dont la problématiques du financement de l’agriculture au Burkina Faso ; les programmes d’investissement agricoles et leur la manière dont ils peuvent influencer la nutrition au Burkina.

Première édition du festival, Inoussa Maiga et ses collaborateurs entendent tenir cette rencontre annuellement, même si pour l’instant les partenaires ne se bousculent pas au portillon de l’association. Mais, convaincus de la justesse et de la pertinence des sujets abordés, les membres de l’association invitent tous les consommateurs à se mobiliser pour l’évènement. Les panels ainsi que les projections débats sont ouverts aux plus avertis des questions d’agriculture et d’alimentation, mais aussi au grand public.
L’Association burkinabè des journalistes et communicateurs agricoles a été créée en mai 2013. Elle se donne entre autres pour mission de contribuer à une connaissance approfondie des situations et des enjeux fondamentaux de l’alimentation et de l’agriculture au Burkina Faso.

Tiga Cheick Sawadogo
Photos :Lawasselea Bonaventure Paré

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés