Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Appui à la presse francophone : La Commission Crépeau siège à Ouaga

Accueil > Actualités > Multimédia • • mercredi 15 décembre 2004 à 07h02min

Les travaux de la 14e session de la Commission de la sélection du Fonds d’appui à la presse (FAP) de l’Agence intergouvernementale de la Francophonie (AIF) ont débuté hier 14 décembre 2004 à l’hôtel Silmandé à Ouagadougou.

C’est à Ouagadougou que seront désignés les journaux bénéficiaires, au titre de l’année 2005, du Fonds d’appui à la presse de l’AIF. Les travaux de la Commission dureront 72 heures. C’est à la Direction générale des éditions Sidwaya qu’a été confiée l’organisation des travaux de cette Commission à Ouagadougou.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par le secrétaire général du ministère de l’Information, qui représentait son ministre. On notait également la présence de nombreux directeurs de médias burkinabè.

Le Fonds est destinée à soutenir la consolidation des entreprises de presse dans une perspective de développement à long terme. La Commission est composée de neuf professionnels des médias, « reconnus pour leur connaissance de la presse du Sud et représentatifs de la diversité géographique des pays francophones ».

Dans son allocution, Hamado Ouangraoua, le secrétaire général du ministère de l’Information, s’est félicité du choix de Sidwaya comme partenaire local de la présente session. « C’est un choix qui honore les éditions Sidwaya, le ministère de l’Information et le Burkina tout entier ». Pour lui, la pertinence de ce Fonds servant à « renforcer la culture de la solidarité dans l’espace francophone n’est plus à démontrer ».

Jean-Claude Crépeau, le directeur du Cinéma et des Médias de l’AIF, a rappelé que ce Fonds a été mis en place en 1998 « pour accompagner le développement économique des supports de presse écrite, les journaux des pays francophones du Sud ».

M. Crépeau a rappelé que c’est la deuxième fois qu’une session du Fonds se tient en Afrique. La première fois, c’était à Madagascar. Le choix du Burkina, comme celui de Madagascar, se justifie par le fait que ce sont des pays qui ont déjà « bénéficié d’un certain nombre d’actions que la Francophonie a mises en place pour le développement de la presse, mais aussi ce sont des pays qui présentent une situation particulière en matière de presse ».

Le Fonds est ouvert à 33 pays du Sud

Dans le cas spécifique du Burkina, 8 entreprises de presse ont bénéficié au total de 10 financements de la Francophonie, au titre du FAP. « Ce qui est intéressant ici, a précisé Jean-Claude Crépeau, c’est de voir en quoi ces aides ont eu un caractère structurant à la fois pour l’amélioration de la qualité générale des titres de presse et aussi l’amélioration de la santé économique de ces médias ».

En plus des travaux de délibération sur les nouveaux projets, la Commission visitera des entreprises de presse, dont L’Observateur, qui ont déjà bénéficié des financements du Fonds.

Le Fonds est ouvert à 33 pays membres de la Francophonie. Un des ses caractères structurants est qu’il ne finance jamais la totalité d’un projet. Les entreprises de presse qui demandent son appui doivent être capables de financer 30% du projet qu’elles soumettent au Fonds.

Entre autres conditions d’éligibilité, le journal doit :
avoir une parution régulière ;
présenter des comptes d’exploitation qui montrent qu’il s’agit d’un projet viable ;
déposer un véritable projet à caractère industriel et prouver qu’il est capable de le mener et que cela va contribuer à son développement.

Précisons qu’à la présente session de la Commission de sélection du FAP, aucun projet burkinabè n’a été soumis à examen.

Ce matin, les membres de la Commission rendront une visite à L’Observateur paalga, qui a déjà bénéficié d’un appui du Fonds, notamment pour l’informatisation complète de son service de rédaction. Nous y reviendrons.

San Evariste Barro
L’Observateur Paalga

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Un projet de connectivité urbaine pour améliorer l’accès à internet
Koudougou : Des Hommes de médias outillés sur la planification familiale, le mariage d’enfants et les violences basées sur le genre
Banque de l’union du Burkina Faso : Une nouvelle agence ouvre ses portes à Dédougou
Votre journal "Courrier confidentiel" N° 247 est en Kiosque !
Médias : Jean-Emmanuel Ouédraogo désormais aux commandes de la RTB télé
Burkina : « Il faut que les journalistes continuent de travailler avec le sens élevé de la responsabilité » (Pr Serge Théophile Balima)
Union catholique africaine de la presse (UCAP) : Le Burkinabè Alexandre Rouamba préside le premier bureau exécutif
Coopération numérique : Le Burkina fait des recommandations à l’UEMOA et à la CEDEAO
Burkina Faso : Huawei lance une compétition pour détecter de nouveaux talents en technologie
Magazine Économies Africaines : L’édition spéciale « BURKINA FASO » 2021 est dans les kiosques
Burkina Faso : Bientôt un nouveau cadre réglementaire et trois multiplex pour la TNT
Journal « Le Pays » : 30 ans déjà !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés