LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans votre chaussure” Mohamed Ali

Ciné Droit Libre 2012 : « Tout se déroulera comme prévu »

Publié le mercredi 4 juillet 2012 à 23h25min

PARTAGER :                          

Après une conférence de presse organisée le 23 juin dernier pour annoncer la tenue de la 8e édition du festival Ciné Droit Libre, les organisateurs de la manifestation étaient, ce 4 juillet 2012, date de l’ouverture officielle du Festival, face à la presse. Objectif : confirmer que tout se passera comme indiqué dans le programme.

Rien n’empêchera le bon déroulement de la 8e édition du festival Ciné Droit Libre. Foi d’Abdoulaye Diallo, membre du comité d’organisation de l’évènement qui a animé la rencontre avec les hommes de médias. Les projections cinématographiques ont débuté, selon le conférencier, le 2 juillet dernier à Yamtenga, un quartier spontané situé à la périphérie de Ouagadougou. « Nous y avons projeté et débattu avec les résidents de ce quartier du film : La guerre des terres. Ce film qui parle des quartiers non-lotis intéressent en premier chef les habitants de ces lieux », a ajouté M. Diallo. Les détenus de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) ont également eu droit à la projection du film « Boum Boum » du réalisateur burkinabè Souleymane Drabo. C’était le 3 juillet dernier.

D’autres projections sont également prévues à l’Université de Ouagadougou, dans les cités universitaires et à l’Institut français. Il est aussi organisé un café concert qui va réunir, le 5 juillet à l’Institut français, sur le même podium, en plus d’autres artistes, les rappeurs Smockey du Burkina Faso, Amkoullel du Mali et Amrical du Canada. Un concours « 10 mn pour convaincre » sera également organisé à l’Université de Ouagadougou et un forum sur le thème de la 8e édition « Femme, moteur de changement en Afrique » sera animé par d’éminentes personnalités dont le Pr Serge Théophile Balima, directeur de l’Institut panafricain d’étude et de recherche sur les médias, l’information et la communication (IPERMIC), Nestorine Sangaré, ministre de la Promotion de la femme, Barbara Hendricks, marraine du festival Ciné Droit Livre 2012 et bien d’autres personnalités.

En ce qui concerne les invités, « la plupart ont confirmé leur participation ». Le seul point noir demeure, selon les organisateurs, l’incertitude sur la venue d’Henriette Dagri Diabaté, Grande chancelière de l’Ordre national ivoirien. « Elle nous a contactés il y a quelques jours pour s’excuser parce qu’elle ne pourra plus venir pour des raisons professionnelles », a déploré Abdoulaye Diallo qui, cependant, ne baisse pas les bras. « Nous essayons de dégoupiller la situation et on croise les doigts espérant qu’elle se libèrera à la dernière minute afin d’être avec nous », a précisé M. Diallo. La marraine est attendue normalement ce jeudi 5 juillet 2012 dans la capitale burkinabè.

En rappel, la 8e édition du festival Ciné Droit Libre se tient du 2 au 14 juillet 2012 sous le thème : « Femme, moteur de changement en Afrique ». La projection d’une trentaine de films documentaires du Burkina et d’autres pays dédiés aux droits humains est prévue.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 5 juillet 2012 à 17:37, par Tanga En réponse à : Ciné Droit Libre 2012 : « Tout se déroulera comme prévu »

    Bonjour ! Pouvez vous faire une large diffusion du programme ? Où au besoin communiquez le lieu où on peut avoir le programme. Merci.

  • Le 16 juillet 2012 à 10:08, par Babba jo En réponse à : Ciné Droit Libre 2012 : « Tout se déroulera comme prévu »

    Nous souhaitons de tout coeur que Ciné Droit Libre continue cette année,et meme les ans à venir. Car c’est un bon moyen de promouvoir nos films. Le Burkina Faso a longtemps été considéré comme un géant du cinéma africain. Avant de quelque peu le délaisser pour les séries télévisées. Moi je pense qu’on peut faire les deux:films et séries tv . Des vrais films d’action, avec des fusillades, courses-poursuites, bagarres, humour et un peu de sexe, pour mettre en valeur les accortes filles burkinabées, qui sont les plus belles d’Afrique de l’Ouest.On a des réalisateurs ( à faire palir d’envie Spielberg, Martin Scorsese ou James Cameron) capables de faire du cinéma burkinabé vu en Europe , aux USA, et partout dans le monde, devenant ainsi le Hollywood d’Afrique.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique