Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.» Gandhi

Logiciels libres : L’ABULL affûte les journalistes sur la révolution logicielle

Accueil > Actualités > Multimédia • • vendredi 1er octobre 2004 à 06h22min

Ouagadougou accueillera du 04 au 07 octobre prochain, la première édition de la Rencontre africaine des logiciels libres (RALL). Plusieurs participants des pays africains sont attendus.

C’est pour un meilleur traitement de l’information sur les nouvelles technologies que l’Association burkinabè des utilisateurs des logiciels libres (ABULL) a organisé à l’université de Ouagadougou un séminaire à l’intention des journalistes le 14 septembre dernier. Un séminaire animé par le président de l’ABULL, M. Sylvain Zongo.

On ne finira pas d’apprendre avec la révolution logicielle qui, à l’instar de la révolution industrielle, peut véritablement améliorer les conditions de vie humaine. L’initiative de l’ABULL de former les journalistes à mieux maîtriser les logiciels libres vient du constat, selon M. Sylvain Zongo, "qu’il y avait beaucoup à savoir sur le sujet au niveau des journalistes. Car la question : qu’est-ce qu’un logiciel libre ? était récurrente".

Une formation qui est venue à point nommé parce que la capitale burkinabè accueille les prochains jours une conférence internationale, pour débattre du sujet. Donc il devenait impérieux que les hommes de médias s’imprégnent de l’essence des logiciels libres afin de mieux accompagner le développement du processus.

Le logiciel libre et ses avantages

Commentant le concept du logiciel libre, le formateur M. Sylvain Zongo fait ressortir les points saillants suivants :

- L’expression "logiciel libre" fait référence à la liberté pour les utilisateurs d’exécuter, de copier, de distribuer, d’étudier, de modifier et d’améliorer le logiciel.

Plus précisément, elle fait référence à quatre types de liberté pour l’utilisateur du logiciel.

- La liberté d’exécuter le programme, pour tous les usagers.

- La liberté d’étudier le fonctionnement du programme et de l’adapter à vos besoins.

- Pour ceci, l’accès au code source est une condition de redistribuer des copies donc d’aider votre voisin.

- La liberté d’améliorer le programme et de publier vos améliorations, pour en faire profiter toute la communauté.

- Pour ceci l’accès au code est une condition requise.

On qualifiera ainsi donc un programme de logiciel libre si les utilisateurs ont toutes ces libertés.

Ainsi les avantages liés aux logiciels libres tels que Linux sont variés. Nous avons entre autres : la gratuité, la souplesse sous vos doigts, la fin des casse-tête des licences, la stabilité, les performances, la conformité aux normes, la gestion de divers matériels etc.

Le fait majeur à souligner est que l’internet a pris de l’ampleur grâce à l’utilisation des logiciels libres.

A travers le monde, certains pays se sont déjà illustrés dans l’exploitation des logiciels libres : le Pérou, le Vénézuéla, l’Allemagne, l’Afrique du Sud, l’Inde.

Si l’avènement des logiciels libres est bénéfique au plus grand nombre, ceci est parti en contradiction avec les intérêts de certaines grandes entreprises qui craignent de perdre leurs monopoles de fait.

Pour les Etats, la crainte se situe dans la perte du pouvoir d’ingérence induit par ces monopoles. De ce fait, l’une des solutions envisageables est de transformer les monopoles de fait en monopoles de droit. En rédigeant sur le plan national des lois favorables à la présentation de ces monopoles et en s’appuyant sur des instances internationales complaisantes pour les imposer à tous.

Ainsi outillés des nouvelles connaissances de la révolution logicielle, les hommes de médias exploreront mieux la toile au service de la liberté d’expression.

Le formateur, M. Sylvain Zongo a recommandé aux journalistes l’utilisation du "logiciel libre SPIP (système de publication par internet) qui a été développé par les professionnels de la presse pour répondre à leurs besoins.

Un logiciel qui permet à un journal de pouvoir être rapidement en ligne, sans trop de soucis pour les mises à jour".

Théodore ZOUNGRANA
L’Hebdo

Vos commentaires

  • Le 1er octobre 2004 à 14:02, par ça bouge En réponse à : > Logiciels libres : L’ABULL affûte les journalistes sur la révolution logicielle

    Bonjour,

    je voulais ajouter ici les inconvénients liés aux logiciels libres :

    — Nécessité de formation pour tous les utilisateurs (Les formateurs Linux étant plus chers que ceux de Windows du fait de leur nombre très limité en Afrique) ;

    — Complexité : nécessité d’une meilleure connaissance du système ;

    — Nécessité d´une Veille (beaucoup coûteux avec les prix de support) ; Linux est développé sur un système coopératif d´entraide, de fait son évolution est beaucoup plus rapide que celle des autres systèmes. Les bugs et les failles de sécurité sont détectés et corrigés beaucoup plus rapidement. Cela implique une veille permanente pour maintenir le système à jour (serveurs Web notamment).

    — Maintenance complexe : Mises à jours incessantes et régulières, pas de service après vente (seules les grandes distributions, tels Red Hat ou Mandrake proposent des services de maintenance, mais pas gratuitement !)

    — Linux est intimement lié avec Internet. Si vous n´avez pas de connexion Internet, il vous sera difficile de mettre à jour votre système ou de trouver de l´aide.

    — L´ interface graphique est le point faible des systèmes Linux. Les interfaces les plus avancées (KDE, Gnome) sont loin d´égaler la convivialité de Windows (le copier-coller pose problème par exemple).

    NB : Tous les états qui ont migré vers Linux payent des licences support (Red Hat, Madrake, Suse...). Aucun n’a choisi une solution réellement libre comme Debian. C’est une quetsion de garantie de perennité.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
FESPACO 2021 : La presse nationale en synergie avec les cinéastes
Archives audiovisuelles : L’UEMOA et la Guinée se penchent sur une conservation durable
Journée internationale de la jeune fille à Kombissiri : Des adolescentes s’engagent à une utilisation responsable de l’internet
Paix et sécurité en Afrique : La jeunesse du G5 Sahel à l’école des médias et de l’information
Votre journal "L’Evénement" du 10 octobre 2021 est disponible !
Médias au Burkina : Vingt journalistes formés sur les genres rédactionnels majeurs
Votre journal "Courrier confidentiel" N° 249 est disponible
Burkina : la 9e édition du FILEP se penche sur la résilience des médias face aux crises et mutations qui assaillent le métier du journalisme
Bobo-Dioulasso : L’Association Fiil-Pââ forme des jeunes à une « saine utilisation » des réseaux sociaux
Facebook, Instagram, Messenger, Whatsapp subissaient une panne mondiale ce lundi 4 octobre 2021
Burkina / Editions Le Pays : une soirée de gala pour des noces de perle
Émission ‘’Apéro déjeuner’’ de la Télévision nationale du Burkina : « Si elle n’était pas là ; il fallait la créer », Jacky El Feno Bassono
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés