Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’homme sans patience, c’est une lampe sаns huilе. » Alfred de Musset

Modification de l’article 37 : “Arrêtez de lancer vos ballons d’essai”

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 17 février 2010 à 01h45min

Le groupe parlementaire “Alternance, démocratie et justice” (ADJ) a tenu ses premières journées les 16 et 17 février 2010 au Centre des archives nationales. Les députés dudit groupe ont, à cette occasion, planché sur un thème d’actualité, à savoir les pantalonnades que subissent les lois fondamentales, à travers la communication suivante : “Les révisions constitutionnelles : enjeux et dangers”.

Dans son mot d’ouverture de ces journées, le président du , Meng-Néré Fidèle Kientéga, a précisé que le choix de ce thème vise un seul but : parvenir à des “conclusions utiles pour le peuple burkinabè parce que nous aurons pris tout le courage de disséquer publiquement un sujet d’actualité brûlante dont certains essayistes en herbe nous abreuvent quasi quotidiennement de leurs thèses brumeuses”. Pour lui, le CDP et le pouvoir lancent des “ballons d’essai dans un plan déjà préétabli et commandité par qui l’on sait”.

Pour dire que le principe de la modification est acquise, il reste la méthode. Prenant l’exemple de pays asiatiques qui, hier seulement, étaient sous-développés mais sont aujourd’hui des dragons, Fidèle Kientéga estime à ces pays africains seraient bien inspirés d’emboîter le pas à ces pays émergents au lieu “de ramer à contre-courant, au risque de “rater une fois de plus le coche”. Il fustigera de même la dévolution du pouvoir qui est en passe de devenir en Afrique monarchique ou dynastique, chose qui fait le lit de crises sociales et politiques graves.

Venant au sujet majeur de ces journées, Fidèle Kientéga condamnera le pouvoir de Blaise Compaoré qui s’apprête encore à charcuter notre Constitution. “Le groupe parlementaire ADJ faisant corps avec le peuple burkinabè ne saurait admettre cette énième reculade par rapport aux acquis démocratiques arrachés de haute lutte”.

Pour le groupe ADJ, toute révision de la mère des lois devrait aller dans le sens “du renforcement de la démocratie et non au gré des intérêts d’un homme, fût-il médiateur émérite au point de laisser son pays aller à vau-l’eau”. Le groupe ADJ invite les démocrates et le peuple burkinabè à se coaliser avec lui pour barrer la route à cette “dérive monarchique et absolutiste qui dépasse les intérêts partisans” et qui peut mettre en péril la cohésion et la paix sociales. Soulignons que le thème central a été développé par le professeur Augustin Loada, directeur exécutif du Centre pour la gouvernance démocratique (CGD).

Zowenmanogo Dieudonné Zoungrana

L’Observateur Paalga

Vos commentaires

  • Le 17 février 2010 à 10:33, par Dona En réponse à : Modification de l’article 37 : “Arrêtez de lancer vos ballons d’essai”

    C’est l’opposition qui au-devant de ce débat. Le pouvoir n’en fait même pas un débat politique. Il se prépare à la reconquête du pouvoir.

    L’opposition doit plutôt à se mobiliser pour les échéances électorale, au lieu de se pérenniser dans un débat sans adversaire.

    Répondre à ce message

    • Le 17 février 2010 à 20:19, par FasoPeace En réponse à : Modification de l’article 37 : “Arrêtez de lancer vos ballons d’essai”

      Non, il ne s’agit pas d’un débat sans adversaire. Les adversaires se reconnaissent. Il s’agit de dire clairement à ceux là qui nourrissent l’espoir de modifier notre loi mère, que nous sommes maintenant prêts à mourrir pour elle. Il faut le dire maintenant afin qu’ils arrêtent leur provocation et leur mépris du peuple. Pour éviter une dérive, ça vaut la peine d’être avant-gardiste. Nous devons même organiser des marches "constitution sacrée" pour marteler les esprits et prévenir les avanturiers.

      Répondre à ce message

  • Le 17 février 2010 à 12:21, par article37 En réponse à : Modification de l’article 37 : “Arrêtez de lancer vos ballons d’essai”

    Cet article sera l’article de la peur, l’article de l’instabilité des institutions démocratiques. Au fait dès sa rédaction, les gens avaient déjà inventé le complot en travailler à ne disposer que de contre pouvoir faible, mais aussi et et surtout une concentration du pouvoir par le Président du Faso. Nous appellerons cela l’otage des institutions, le pire, c’est en cas de successions. Ceux qui étaient chargés de jouer leur rôle de contre pouvoir seront défaillant et nous risquons la pagaille et le retour des assoiffés de pouvoir.

    Cette modification, il ne faut donc pas la faire maintenant. C’est à la nouvelle génération qui prendra le relai d’en prendre les initiatives.

    Répondre à ce message

    • Le 17 février 2010 à 22:40, par BADO En réponse à : Modification de l’article 37 : “Arrêtez de lancer vos ballons d’essai”

      VOUS SAVEZ QUOI, L’ARTICLE 37 NE SERA PAS MODIFIER ! FESONS DE LA POLITIQUE FICTION.

      EN FAIT CE QUE JE VEUX DIRE, C’EST QU’ON AURA LA PIRE DES CRISES QUE CE PAYS EST JAMAIS CONNU, SI ON TOUCHAIT L’ARTICLE 37.

      ET JE CROIS QUE PERSONNE NE VEUX VOIR, NI VIVRE CELA.

      SOYONS NAIF, !

      PRIER POUR LE PAYS.

      Répondre à ce message

      • Le 20 février 2010 à 23:28, par pretty En réponse à : Modification de l’article 37 : “Arrêtez de lancer vos ballons d’essai”

        Tes déclarations sont émouvantes et réelles ! mais nous gagnerons tous autant que nous sommes contre cette révision, que tu nous exposent les moyens qui pour toi nous épargneront de la crise que tu predis et qui serait imminente ! j’ose espérer qu’il n’est pas question d "être naïf" comme tu le dis ! tu conviendras avec moi que la situation est plus grave et la lutte doit être plus ardue ! n’est-ce pas ?

        Répondre à ce message

    • Le 18 février 2010 à 11:00 En réponse à : Modification de l’article 37 : “Arrêtez de lancer vos ballons d’essai”

      nous gagnerons tous à ce que le peuple burkina ait une bonne culture politique et democratique. c’est la seule condition pour operer des choix responsable et judicieux. aujourd’hui la constitution est connue seulement des intellos qui represente un pourcentage assez insignifiant de la population burkina. Je me demande souvent si nous nous trompons pas de combat ?

      Répondre à ce message

  • Le 17 février 2010 à 21:07 En réponse à : Modification de l’article 37 : “Arrêtez de lancer vos ballons d’essai”

    arretons de dire que c’est une affaire entre l’opposition et les tenants du pouvoir comme si le burkina apparteneait à des individus. Le peuple c’est qui ? la democratie c’est quoi ? si nous nous desengageons a faire croire que la gouvernance d’un pays est l’affaire des seuls politiciens et politicards de toutes especes, apres on va se plaindre
    C’est nous qui qui formons le burkina et ils sont la parce que nous avons voulu les y laisser...
    SOME

    Répondre à ce message

    • Le 17 février 2010 à 23:06 En réponse à : Modification de l’article 37 : “Arrêtez de lancer vos ballons d’essai”

      je suis d’acord avec la modification de l’article 37 a condition que le prochain stipule que : le candidat a la presidentielle doit avoir 80 ans. Ainsi personne ne peut plus au pouvoir plus de 20 ans, vu l’esperance de vie au faso. Qu’en pensez vous ?

      Répondre à ce message

      • Le 18 février 2010 à 19:14 En réponse à : Modification de l’article 37 : “Arrêtez de lancer vos ballons d’essai”

        80 ans, c’est quand meme trop pour conduire la destinée de tout un peuple. On sent déjà la fatigue. mais l’idéal voudrait qu’on y songe à plafonner un age de raisonnement intellectuel et politique bien agueri pour conduire notre chere patrie. sinon, nous avons tous des prédataires aux idées oesophasogastronomiques personnelles. On doit servir le peuple et un mandat suffit pour cela (Ex : Mandela). le reste des mandats, c’est peut être se servir soi-même au detriment de ceux qui en ont le plus besoin. un travailleur quelque soit son organisme a toujours besoin d’un temps de repos. S’il refuse de se repose, c’est la charge de son travail qui l’éliminéra. Pas autre chose et la vie continue.

        Répondre à ce message

  • Le 21 février 2010 à 11:34, par COMPAORE En réponse à : Modification de l’article 37 : “Arrêtez de lancer vos ballons d’essai”

    Je voudrais vous partager mes 8 vérités :
    1 - Aucun HOMME ne se suffit à lui même. Personne ne fait une formation en vu de devenir Président. Il y a donc au FASO des gens plus Intelligent, Plus sage, et mieux former que son Excellence Compaoré pour donc amener le Faso vers le meilleurs.
    2 - L’ALRTENANCE est ce haut principe moral (tant à l’intérieur d’un même Parti ou par le fait d’un autre Parti)qui Boost l’économie, Casse les alliances aservissates, Créer de nouvelles dynamiques pour le changement et le progrés.
    3 - les vrais Hommes d’Etats, sont capables de transcender leur peur de l’avenir, de mettre de coté leur appetit égoïste pour quitter le pouvoir comme le prévoit la constitution
    4 - Si la Constitution est la loi fondamentale, votée par Réfeérendum, elle ne peut être changer par les Députés, fussent t’ils élus par le peuple. Ils en sont pas le peuple, il le représente.
    5 - s’éterniser au Pouvoir, ce n’est pas aimer son peuple parce que c’est programmer la destruction de celui-ci
    6 - Changer la Constitution pour rester au pouvoir, c’est se voir exclure/suspendre désormais de l’Union Africaine et la CEDEAO
    7 - Pays Pauvre Très Endetté sur son Excellence Compaoré, il n’est pas envisable que le BF soit au banc des pays suspendu, autrement, ce sera la catastrophe.
    8 - Feu Rouge : J’ai 39 ans et quand son Excellence Compaoré a débuté dans la gestion d’Etat (1983), j’avais seulement 16 ans. Je l’ai supporté donc 23 ans. Pendant que mes amis d’autres pays ont connu 2, 3, voir 4 Présidents différents : ils se portent mieux que moi. - Si son Excellence rebelotte encore, et encore, qu’elle expérience démocratique je laisserai à mes enfants. Acceptation - Tolérance - Résignation - Refus - Radicalisation sont les évolutions de l’Etat d’esprit d’un être normalement constituer lorsqu’il ne pas de choix.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gestion du COVID-19 : L’opposition soupçonne de l’affairisme du pouvoir autour de la pandémie
Suspension des salaires d’agents de la fonction publique : L’UPC dénonce une démoralisation des agents
Lutte contre le COVID-19 : L’Union pour la République (UPR) exhorte les populations à la discipline
Mesures du président du Faso : Le Parti socialiste du Burkina invite Roch Kaboré à tourner aussi un regard vers le secteur public
Mesures du président du Faso : La Marche pour la Patrie (LMP) regrette qu’elles n’aient pas pris en compte la suppression de l’IUTS
Mesures d’accompagnement : Et le secteur primaire ?
Covid-19 : Le CDP propose des mesures sociales pour aider les populations
Lutte contre le COVID-19 : Le soutien de l’Alternative patriotique panafricaine/Burkindi (APP/ Burkindi) à l’ensemble des Forces-vives de la nation burkinabè
Gouvernance en Afrique : Quand les forces « invisibles » dictent leur Loi !
Politique : L’UPC en deuil
Coronavirus : PDIS-LAAFIA transforme ses activités politiques en campagne de sensibilisation et de distribution de kits de protection
Pandémie de coronavirus : Des partis politiques confinés au télétravail et à l’adaptation !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés