Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a deux façons de faire face aux difficultés : soit on les transforme, soit on se transforme en les affrontant» P. Bolton

Pour les vendeurs de céréales : Ils ne sont pas les "mange-mille" qu’on pense

Accueil > Actualités > Economie • • mardi 4 décembre 2007 à 11h10min

Les responsables du syndicat des céréaliers du Burkina ont battu le rappel de leur troupe, hier dans la salle de réunions de la Chambre de commerce du Burkina. Entres autres, ils veulent poser cette question qui a l’air bien simple : qui peut bien conserver du mil pendant cinq ans en espérant en faire un gros bénéfice ?

Cette rencontre fait suite aux déclarations du ministre d’Etat Salif Diallo sur les agissements de certains commerçants de céréales qui auraient pour conséquences fâcheuses une augmentation effrénée des prix des différents produits.

« Ces derniers temps, nous sommes victimes de propos qui font croire à beaucoup qu’il n’y a que l’argent qui nous intéresse, même si le pays venait à prendre feu ». Avec cette phrase lâchée par Denis Zoungrana, un membre de l’association, pendant la cérémonie d’ouverture, le décor est planté sur la tournure que devraient prendre ces conciliabules entre commerçants de céréales du Burkina Faso.

C’est vrai que ces derniers temps, ils ne sont pas épargnés par les analystes de tous bords. Ni par les autorités chargées de la question, encore moins par les clients. Rien que le 13 novembre dernier, le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques, était face aux députés sur la question de la hausse vertigineuse du prix des céréales.

Et l’une des affirmations de cet influent membre du gouvernement, qui a fait bondir bien des vendeurs de céréales, a trait à ces spéculateurs véreux qui détiendraient par-devers eux des céréales qui auraient cinq ans d’âge. Et Denis Zoungrana, principal porte-parole du groupe, de s’en étonner avec ce ton non dénué de scepticisme.

« Ça nous surprendrait qu’un vendeur puisse conserver du mil toute cette durée en espérant rentabiliser, surtout que c’est une denrée périssable. Nous ne disons pas que le ministre n’a pas la bonne information, mais... ». Il a par ailleurs ajouté qu’il est dommage que l’on voit toujours dans l’augmentation du prix des céréales les mains des vendeurs.

« Si l’on nous intime l’ordre de vendre le sac de mil de cent kilos à 6000 francs CFA, nous pouvons bien le faire...mais à condition que là où nous achetons, on nous offre un prix moins élevé ». Cependant, les commerçants ne réfutent pas d’emblée les accusations qui sont faites à leur encontre. Il faudra d’abord entendre les membres de la corporation. Et c’est l’objet de la rencontre à la Chambre de commerce.

L’objectif était de faire dans la sensibilisation, et pourquoi pas, débusquer ceux qui peuvent se permettre de conserver des céréales aussi longtemps. « Souvent, on donne de nous l’image du chercheur d’argent impitoyable. Pourtant ce n’est pas toujours le cas. On va même jusqu’à dire que nous ne voulons pas qu’il pleuve. Pourtant, sans pluie, il n’y aura pas de céréales à vendre. Comme les autres commerçants, nous n’avons pas une pierre à la place du coeur. Il nous arrive fréquemment de gérer des cas sociaux.

Quand une vieille personne est dans le besoin et qu’elle vient à nous, nous lui donnons un plat de mil. Si un retraité n’a pas la possibilité de payer sur place, nous essayons souvent de le comprendre. Comme pour annoncer les couleurs de la rencontre, il a prévenu : « Et si dans notre milieu nous découvrons qu’il y a quelqu’un qui conserve du mil pendant cinq ans sans l’écouler, nous serons les premiers à nous en prendre à lui ».

Issa K. Barry

L’Observateur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mines : Endeavour Mining devient le premier producteur d’or du Burkina Faso et d’Afrique de l’ouest et entre dans le top 15 mondial
Loi de finances rectificative 2020 : Les recettes budgétaires connaissent une baisse de 194,46 milliards de FCFA
Côte-d’Ivoire : Le gouvernement ordonne à QNET et autres entreprises de placements illégaux d’argent de cesser leurs activités
Economie : Comprendre la dette du Tiers-Monde
Economie : Le Comité de pilotage passe en revue la mise en œuvre du PNDES
Lassané Kaboré, ministre de l’Economie : « L’économie du Burkina se porte bien, malgré le Covid-19 »
Fonds Pananetugri : Les dossiers de candidatures sont attendus du 1er au 31 juillet 2020
Lutte contre la fraude fiscale et le blanchiment d’argent : Les pays africains réaffirment leurs engagements dans la transparence fiscale
Développement rural : Plus de 5 milliards de francs CFA prévus pour 481 microprojets
Burkina Faso : Le ministère du Commerce dévoile le dynamisme des investissements
28ème Assemblée générale des sociétés d’Etat : Les dirigeants des sociétés, invités à cultiver la rigueur dans leur gestion
Déclaration de monsieur le ministre du commerce à l’occasion de la journée mondiale des micros, petites et moyennes entreprises
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés