LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Burkina/Projet filets sociaux (PFS) : Un taux d’exécution physique de 73,95% pour un niveau global de réalisation financière de 72,35% au 31 mars 2024

Publié le mercredi 19 juin 2024 à 21h55min

PARTAGER :                          
Burkina/Projet filets sociaux (PFS) : Un taux d’exécution physique de 73,95% pour un niveau global de réalisation financière de 72,35% au 31 mars 2024

Le Comité de pilotage du Projet filets sociaux (PFS) s’est réuni, le mercredi 19 juin 2024, à Ouagadougou, en session extraordinaire. Cette session a permis d’apprécier globalement les résultats de la mise en œuvre des deux phases du projet exécuté de 2014 à 2024 et d’adopter les rapports d’activités et d’audit de la 2e phase du projet et le rapport d’inventaire. Ce fût également l’occasion pour les membres de donner des orientations pour la clôture du projet et de formuler des recommandations pour les futures interventions.

Dans le cadre de la clôture des projets et programmes et conformément à la réglementation des projets et programmes exécutés au Burkina Faso, le rapport d’inventaire des biens et le rapport d’achèvement du projet sont soumis à l’approbation du Comité de pilotage et transmis aux autorités de tutelle technique et financière pour la prise d’un arrêté de clôture. La session extraordinaire du Comité de pilotage du Projet filets sociaux s’inscrit dans cette dynamique.

Selon les explications du président dudit comité, Désiré Romain Compaoré, le PFS a démarré ses activités en 2014 avec trois régions pilotes (Nord, Centre-nord, Est), avant d’amorcer son passage à l’échelle à partir de 2019 grâce à plusieurs financements additionnels de la Banque mondiale, de l’Agence française de développement (AFD) et de la Coopération financière allemande (KfW). Les principales activités du projet ont porté sur les transferts monétaires, les mesures d’accompagnement et l’appui au déploiement du Registre social unique (RSU).

Le président du comité de pilotage du PFS, Désiré Romain Compaoré, se dit satisfait des résultats engrangés

Après dix ans de mise en œuvre, l’heure est au bilan. De l’appréciation de M. Compaoré, les résultats atteints par le projet à la clôture sont jugés satisfaisants malgré les difficultés qui ont entravé sa mise en œuvre, notamment le contexte sécuritaire, la suspension des décaissements et des transferts monétaires dans les régions. De manière détaillée, les transferts monétaires dans les régions de la Boucle du Mouhoun, du Centre, du Centre-est, du Centre-nord, de l’Est, du Nord, du Sud-ouest et du Sahel ont touché 242 266 ménages, soit 1 429 425 individus pour un montant total transféré de 76 409 132 000 francs CFA. Les mesures d’accompagnement ne sont pas en reste. Elles ont touché directement 103 879 femmes bénéficiaires à travers 62 340 sessions d’éducation de groupes, 185 203 visites à domicile et 1 364 causeries publiques à l’échelle des villages.

Vue des participants lors de la session extraordinaire

Les mesures d’inclusion économique, quant à elles, ont permis de renforcer les capacités de 24 495 bénéficiaires de 689 groupes AVEC du Nord et du Sahel et la dotation d’une subvention productive à 10 570 bénéficiaires d’un montant de 1 057 000 000 FCFA. Le ciblage à travers le RSU a, aussi, permis de toucher 222 668 ménages pauvres et vulnérables dans les deux régions pilotes. Le taux d’exécution physique global du projet au 31 mars 2024 est ainsi ressorti à 73,95% pour un niveau global de réalisation financière de 72,35%.

Ces résultats engrangés sont, selon le président du comité de pilotage, le fruit de l’engagement de toutes les parties prenantes à la mise en œuvre du projet. Il s’agit entre autres, du ministère de tutelle technique, le ministère de tutelle financière, les ministères partenaires (Santé et Agriculture), l’équipe du projet, les autorités locales, les structures techniques déconcentrées. À tous ces acteurs, M Compaoré a exprimé ses remerciements pour leur implication tout au long des dix ans de mise en œuvre du projet.

Salimata Sawadogo, une des bénéficiaires du projet

Salimata Sawadogo, originaire de Pissila dans la région du Centre-nord, est une bénéficiaire des transferts monétaires mis en place dans le cadre du PFS. Elle a reçu 35 000 francs CFA chaque trimestre et ce, durant trois ans. Avec cet argent, elle a démarré une activité génératrice de revenus. Cette activité a changé la donne pour toute sa famille. Elle a également scolarisé ses enfants et embauché d’autres femmes dans son activité commerciale. Aujourd’hui, dame Sawadogo a gagné en stabilité financière depuis qu’elle a reçu les transferts monétaires. Pour cela, elle a exprimé sa gratitude aux responsables du projet et souhaité une prochaine phase dudit projet. Pour rappel, le budget du PFS est estimé à 138 milliards de francs CFA.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Management des Entreprises par les Processus