LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Burkina/Audit des marchés publics en 2023 : Des irrégularités financières d’un montant de 25 965 969 francs CFA, selon l’Inspection générale des finances

Publié le mercredi 29 mai 2024 à 21h33min

PARTAGER :                          
Burkina/Audit des marchés publics en 2023 : Des irrégularités financières d’un montant de 25 965 969 francs CFA, selon l’Inspection générale des finances

Depuis 2012, l’Inspection générale des finances se soumet sans discontinuité à l’exercice d’élaboration et de publication de son rapport général annuel d’activités. Objectif : rendre compte sur l’état d’exécution de ses missions. C’est ainsi que le présent rapport 2023 a été élaboré en avril 2024.

L’Inspection générale des finances (IGF) a procédé à l’audit des marchés publics en 2023. Cette opération a concerné dix ministères et a porté sur la gestion 2022. Il s’agit des ministères de l’Administration territoriale ; des Infrastructures et du désenclavement (MID) ; des Transports ; de l’Énergie, des mines et des carrières ; de la Solidarité, de l’action humanitaire, de la réconciliation nationale, du genre et de la famille (MSAHRNGF) ; de l’Éducation nationale ; de l’Enseignement supérieur ; de l’Environnement, de l’eau et de l’assainissement ; de la Fonction publique du travail et de la santé et de l’hygiène publique. L’objectif général de cet audit était de s’assurer de la conformité des procédures de planification, de passation, d’exécution et de règlement des marchés publics avec la réglementation générale des marchés publics et des délégations de service public et de situer le cas échéant les responsabilités.

Au titre du bilan, des mauvaises pratiques ont été décelées par l’IGF. Sur 630 marchés publics d’un montant total de 57 366 342 379 francs CFA, le recours aux procédures exceptionnelles (entente directe) représente 71,05%. La proportion des marchés par demande de propositions est de 0,27% du montant. En nombre, ces proportions sont respectivement de l’ordre de 32,38% et de 1,11%. Le contrôle des marchés publics a relevé des irrégularités financières d’un montant de 25 965 969 francs CFA. Ces irrégularités concernent la non-perception des frais d’achat des dossiers de marchés publics (2 250 000 FCFA), l’absence de pièces justificatives de dépenses (7 156 560 FCFA), des pénalités de retard (445 409 FCFA) et la non livraison de carburant (16 114 000 FCFA). L’audit a permis de constater des faiblesses pour lesquelles des recommandations ont été formulées.

À ce propos, nous pouvons noter l’existence de marchés non-inscrits dans le Plan de passation des marchés (PPM), l’absence de certaines pièces administratives dans des dossiers de marchés publics, le non-respect de la mercuriale des prix.

A cela, il faut également ajouter l’existence d’entreprises bénéficiaires de plus d’une entente directe au cours de la même année budgétaire, et la non constitution des garanties financières.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net
Source : Rapport 2023 de l’Inspection générale des finances

PARTAGER :                              

Messages

  • Quelles révélations ?
    Je pense qu’il faut susciter une rencontre d’échanges spécialement avec tous les acteurs afin de sauver cette belle compétition qui fait la fierté de notre pays.
    Toute oeuvre humaine est perfectible. Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain.
    Faisons en sorte pour que cette activité culturelle soit renforcée à partir de cette petite crise.
    Bon courage au comité d’organisation et aux autres acteurs impliqués.

  • Du n’importe quoi ! Pourquoi vous n’avez pas mis l’accent sur les 630 marchés publics d’un montant total de 57 366 342 379 francs CFA dont le recours aux procédures exceptionnelles (entente directe) représente 71,05% de ces 57 milliards ? Vous auriez dû dire où se sont exécutés ces marchés et quels sont les ministres qui ont ordonné ces passations de marchés de gré à gré qui vont leur permettre certainement de s’enrichir de façon illicite.

    On attend aussi les résultats du contrôle par l’ASCE-LC des marchés de la gestion 2023 de la Transition sous le capitaine Ibrahim TRAORE. On risque d’être désagréablement surpris vu tous ces marchés de gré à gré passés et la dépénalisation des actes de corruption et d’enrichissement illicite par suite de passation de marchés par entente directe (gré à gré). On risque de ne plus faire confiance à IB et à sa suite et voilà le déclin de la transition dont le soutien par le peuple était surtout lié au fait qu’ils n’étaient pas mouillés. Si jamais après le contrôle de l’ASCE-LC il s’avère qu’ils sont maintenant mouillés, que faire pour la suite ? Dieu nous en garde. Prions Dieu qu’ils ne soient pas mouillés pour que le Faso puisse se libérer des terroristes et permettre aux burkinabè de vivre dans la sécurité et la sérénité pour produire et permettre au Burkina de renouer avec sa performance économique pour une meilleure lutte contre la pauvreté, la faim et la soif.

  • EEEEh l’IGF ! Quel saupoudrage et quel travail superficiel ? Vous laissez les vraies choses pour vous rabattre sur du menu fretin. Et la gestion 2023 de la Transition sous IB ? Il faut voir ça aussi ! On risque d’être épaté avec ces transvasements massifs de plusieurs milliards de FCFA du Trésor public que IB et ses hommes vont prendre dans des cantines tous les jours. Que font-ils avec cette liquidité ? Wait and see. Il faut que l’ASCE-LC fasse un tour au Trésor pour contrôler la destination et l’utilisation régulière de tous ces milliards. S’il ne tient qu’à l’IGF acquise au pouvoir, rien ne sera fait sinon que de la poudre aux yeux qu’elle va nous envoyer.

  • "le recours aux procédures exceptionnelles (entente directe) représente 71,05%.La proportion des marchés par demande de propositions est de 0,27% du montant." Absolument scandaleux, mais apparemment, tout continue comme avant. Auditer, dénoncer, c’est bien, à quand les sanctions ?

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Management des Entreprises par les Processus